TEST. Frostpunk – De la survie et du désespoir

Voir la note
Annoncé depuis août 2016, Frostpunk est le nouveau titre de 11bits studio, les développeurs du très bon This War of Mine (qui nous plongeait dans l'enfer de la guerre civile). Cette fois, on incarne le chef d’un groupe de réfugiés contraints d’affronter le froid glacial, dans un monde post-apocalyptique ravagé. Parviendrez-vous à assurer la survie de votre communauté ?

Frostpunk est jeu de gestion prenant place dans un univers post-apocalyptique glacé et ravagé. Pour survivre, les rescapés ont développé une technologie à vapeur leur permettant de se protéger du froid. Vous avez été choisi pour devenir le dirigeant de cette communauté. Votre ville est organisée autour du générateur, votre principale source de chaleur, qui constitue le cœur de votre ville. Il permet de réchauffer les logements et les bâtiments construits sur des cercles concentriques autour de lui. S’il vient à manquer de charbon, le générateur s’éteindra et les survivants mourront de froid ou de maladie en quelques jours à peine.

Quelles décisions allez-vous prendre pour assurer la survie de votre ville ? Allez-vous accepter les conséquences de vos actions ? Et surtout… qui allez-vous devenir ?

Qui dit « gestion », dit également « ressources à gérer ». En plus du charbon, vous devrez collecter et stocker du bois et de l’acier, qui vous permettront de construire des routes, des bâtiments, des logements, etc. Si, dans un premier temps, il vous suffira d’envoyer des travailleurs pour récolter le charbon, le bois et l’acier à même le sol, il vous faudra bientôt construire des mines, des scieries et des manufactures. Deux types d’unités de travail sont à votre disposition : les ouvriers et les ingénieurs (à cela peut venir s’ajouter les enfants si vous édictez une loi le permettant). Ces derniers peuvent affecter à la plupart des bâtiments et des lieux d’extractions mais certaines installations requièrent des travailleurs bien spécifiques. C’est par exemple le cas des maisons de chasseurs auxquelles seuls des ouvriers peuvent être assignés.

Winter is coming !

Frostpunk city

Le principal ennemi qu’il vous faudra combattre est le froid. Et il est impitoyable. La température peut varier d’un jour à l’autre, passant ainsi de -20° à -80°. La gestion de la chaleur est complexe : le générateur permet de réchauffer les bâtiments les plus proches. Vous pouvez également construire des « heating » (sortes de mini-générateurs), qui consomment eux aussi du charbon mais qui permettent d’augmenter la température d’une zone (ce qui est assez pratique pour l’infirmerie ou les cuisines, par exemple). En dernier recours, il vous reste la possibilité de pousser au maximum les capacités de votre générateur, ce qui démultipliera sa consommation en charbon et pourra causer une explosion (qui entraînera la mort de votre ville).

En tant que meneur, vous allez être amenés à prendre des décisions parfois difficiles : allez-vous mettre les enfants au travail ou les former à la médecine ? Allez-vous brûler les cadavres, les enterrer ou les manger ? Ne répondez pas trop vite ! Le choix semble évident au premier coup d’œil, mais vous reconsidérerez la situation quand une trentaine des vôtres seront en train de mourir de faim ou de froid… Aleksander Kauch, le Lead Designer, avait déjà soulevé cet aspect dans une communication de mars 2018 :

Qu’est-ce qui fait un bon dirigeant ? Ou pour le dire différemment, qu’est-ce qui fait de vous un dirigeant efficace ? Que vous soyez démocratiquement élu dans certains pays modernes ou que vous dirigiez une ville dans un jeu vidéo présentant les restes de la civilisation tentant de survivre sur une Terre gelée, les règles restent les mêmes. Vous pouvez tenter d’agir le plus noblement possible et d’écouter votre peuple, qu’importe qu’il ait raison ou tort, ou au contraire vous pouvez croire que vous pouvez assurer la survie de votre peuple en faisant preuve d’un impassible sang-froid dans vos décisions.

Comme le sous-entend la citation, les différentes lois que vous édicterez auront une influence directe sur la barre de mécontentement et/ou la barre d’espoir. Ces dernières sont d’une importance capitale : si la première se remplit ou si la seconde se vide entièrement, vous serez tout simplement destitué et invité à quitter la ville. Il faudra donc réfléchir chacun de vos choix. Dans Frostpunk, l’optimisation et la gestion des ressources ne pourront pas toujours coïncider avec le bien-être de vos citoyens…

La veuve et l’orphelin

frostpunk choose our path

La survie passe également par le progrès. Il est donc crucial de mettre vos ingénieurs au travail afin qu’ils puissent mener des recherches de façon à améliorer le rendement de vos manufactures, à diminuer la consommation en charbon du générateur, à augmenter la capacité de stockage de vos entrepôts, à créer des machines, etc. Obtenir des infrastructures avancées gérées par des automates, des engins volants et d’autres merveilles technologiques est difficile, mais possible !

Il nous reste à aborder un dernier élément de gameplay : les expéditions. En effet, ces dernières, bien que risquées, peuvent vous rapporter des informations importantes, de précieuses ressources, et aider votre population à s’agrandir. Il y a peut-être des personnes hors de la ville, et leur sort est entre vos mains.

Graphiquement, le jeu est plutôt réussi même si la modélisation de la ville aurait pu être plus jolie. Malheureusement, assez rapidement, l’écran est surchargé, ce qui le rend parfois difficilement visible (cfr. première image du carrousel) ; il est parfois laborieux de retrouver la cantine parmi les nombreuses tentes. Voilà qui est frustrant…

« Sans amputation, c’est la mort assurée ! »

frostpunk expéditions

La bande-son est décevante. Là où This War of Mine avait trouvé un juste milieu, instaurant avec sa bande originale une ambiance généralement pesante mais ponctuée de lueurs d’espoir, Frostpunk veut en faire trop. Les développeurs ont sorti les violons ! L’OST du jeu est larmoyante au possible, ce qui devient assez ennuyeux après quelques heures de jeu. Nous avons le sentiment que les développeurs voulaient insister sur l’aspect tragique mais nous voulons seulement leur répondre (non sans une pointe d’agacement) : oui, nous avons compris que ces gens vivent des heures sombres et difficiles !

Là où nous avons également l’impression que les développeurs ont voulu trop en faire, c’est dans la description des personnages. Prenons cette jeune fille qui vous regarde avec des yeux pleins de larmes : « Claire Desmond, enfant travailleur de 12 ans, rêve de soleil et de nourriture ». À cause de cette surenchère presque pleurnicharde, Frostpunk perd en réalisme et en immersion et cela est bien regrettable.

Malgré les faiblesses que nous venons de pointer, Frostpunk parvient à nous tenir en haleine car le jeu est habilement rythmé : entre les expéditions à organiser, les ressources à gérer, les nouvelles mines à exploiter, les lois à édicter, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer ! Par ailleurs, la rejouabilité qu’offre le titre est assez satisfaisante : à chaque choix, de nouvelles options s’offrent à vous. Il est donc possible de terminer les scénarios en prenant une infinité de chemins différents. En outre, plusieurs scénarios se présentent à vous (quatre pour l’instant). Ces derniers sont à l’origine de certains événements, influencent la situation initiale ainsi que les objectifs à atteindre. Il vous sera également permis de monter vos propres scénarios à partir de ceux déjà existants.

Frostpunk pose la question suivante : de quoi sont capables les gens lorsqu’ils font face à une situation désespérée ? Le titre est très complet et mêle efficacement gestion et survie. Il pousse le joueur à prendre des décisions lourdes de conséquences qui repousseront les lois de la morale. Malgré une certaine surenchère dans le désespoir, le jeu, bien rythmé, parvient à nous tenir en haleine pendant de longues heures. Attention, Frostpunk ne convient pas aux soirées moroses…

La note de l'auteur

Si l’on devait comparer This War Of Mine et Frostpunk, on pourrait dire que dans le premier, nous assistions à la mort de la veuve et nous sauvions l’orphelin alors que dans le second, nous envoyons l’orphelin à la mine et nous amputons la veuve.

Velaines
b
Note du panda
7.5 10

Frostpunk

Points positifs

  • Jeu de gestion très complet
  • Dilemmes moraux intéressants
  • On ne s'ennuie pas !
  • Rejouabilité convaincante

Points négatifs

  • Bande-originale larmoyante
  • Écran rapidement surchargé et peu lisible

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp