Test Final Fantasy XV – Après une overdose de communication, est-il à la hauteur ?

Voir la note
Final Fantasy XV est très certainement le jeu vidéo qui a reçu le plus de communication de tous les temps et il doit cela très certainement à ses dix ans de développement ! Un fait rarement vu et qui montre bien l'importance de la communication pour vendre ses jeux vidéo ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs. Final Fantasy XV est donc sorti le 29 Novembre 2016 sur PlayStation 4 et Xbox One et il temps de découvrir ensemble si cette communication abusive peut être pardonnée et surtout, si les dix ans de développement auront suffi à nous peaufiner un Final Fantasy de légende...

Final Fantasy XV ne s’est pas toujours appelé ainsi. Pour brièvement rappeler son histoire, elle a commencé par l’annonce du fameux Final Fantasy Versus XIII. Lui qui n’a jamais vu le jour puisqu’il a été remplacé par ce quinzième opus. Final Fantasy XV ne fait donc pas (plus ?) partie de la mythologie Fabula Nova Crystallis aux côtés des épisodes XIII, XIII-2, Lighting Returns et Type-0.

La comparaison s’arrête là. L’univers du jeu est complètement différent et Final Fantasy XV est finalement un standalone. Néanmoins et comme on le disait, Final Fantasy XV aura nécessité plus de dix ans de développement. Mais il aura aussi eu besoin de communication en tout genre pour vanter les mérites de l’oeuvre signée par Hajime Tabata, Tetsuya Nomura et ses hommes. On a donc enchaînés les Active Time Report souvent consacrés à Final Fantasy XV et les nombreux trailers, interviews et informations au sujet du jeu…

Pour être honnête avec vous, il est presque difficile d’effectuer le test du jeu comme il se doit tant on a été envahi voire harcelé par l’omniprésence de Final Fantasy XV sur la toile. Mais aussi, partout où il pouvait trouver sa place en convention… Comme si cela ne suffisait pas, et très certainement afin d’accentuer la campagne de communication, le film en images de synthèse Kingsglaive: Final Fantasy XV et cinq épisodes en anime sous le nom de Brotherhood: Final Fantasy XV ont vu le jour ! Sincèrement, je me réserve personnellement le droit de découvrir ces apartés une fois que j’aurai terminé Final Fantasy XV sous toutes ses coutures et ce, afin d’être le plus objectif possible avec vous et ainsi ne pas être influencé par ses œuvres annexes !

Cela fait donc beaucoup au point que la pression chez Square Enix est tout simplement à son summum et ce, que ce soit sur le plan psychologique ou sur les deadline à respecter… En effet, Square Enix a fixé le seuil de rentabilité à dix millions d’exemplaires vendus du jeu et avec toute cette campagne de communication, Final Fantasy XV est attendu comme le messie du côté des joueurs et de la presse mais aussi, comme une potentielle cible qui a fait beaucoup parler d’elle. Le tout sera, dans tous les cas, de le juger comme un autre Final Fantasy !

De plus rappelons-le, Final Fantasy XV nous avait fait une belle frayeur avec son report du 30 Septembre à ce 29 Novembre 2016 sur Xbox One et PlayStation 4 mais une chose est certaine, le précieux est entre nos mains aujourd’hui et c’est le plus important ! Vous êtes parés pour le verdict final ? Alors, c’est parti !

Boys Band attitude !

Final Fantasy XV test 15

Et le premier titre de ce paragraphe n’est pas anodin. Très franchement, sur le papier et avec ce chara-design, je n’étais pas franchement chaud à me lancer dans l’aventure car justement, ce concept de partir avec une équipe de mecs sans aucune fille à part Cindy de temps à autre, ça me dérangeait lourdement et surtout, c’est à mon sens un pari risqué qui va à contre-sens et qui coupe violemment les codes du J-RPG auxquels nous sommes habitués.

Soit, j’accepte et je mets les compteurs à zéro au niveau de mes idées préconçues pour ce genre de jeu et découvrons donc ce que nos nouveaux amis Noctis, Gladiolus, Ignis et Prompto ont à nous dire ! Là aussi, quatre personnages pour notre groupe qui va sauver le monde, ça casse littéralement ce que l’on a l’habitude de voir et on passe des formules habituelles de protagonistes nombreux (entre six et dix on va dire) à seulement quatre petits héros… Au passage et on le dit maintenant, il y aura parfois des GUESTS qui rejoindront votre équipe mais… rien de plus !

Est-ce un mal ou un bien de nous briser nos habitudes ? Sur le papier, très honnêtement, ça ne donne pas forcément envie. Néanmoins, tout reposera sur l’histoire, la profondeur des héros, le gameplay et tous les autres critères habituels. Après tout, ça ne fait parfois pas de mal de changer un peu les codes !

Bon, vous allez me dire FF XIII les changeait en faisant intervenir une héroïne féminine, une première pour un FF mais on recrutait quand même au fil de l’aventure notre petit lot de personnages en tout genre… Quant aux spin-off comme Lightning Returns ou Crisis Core, c’est ENCORE un autre sujet. Fin des parenthèses. Et au cas où, je suis prêt à débattre avec vous en commentaires à propos de tout cela mais maintenant, découvrons dès à présent la trame scénaristique de ce quinzième volet.

L’histoire commence donc lorsque Noctis, Gladiolus, Ignis et Prompto partent en mission afin de signer un traité de paix pour éviter la guerre et pour, en plus, marier le beau Noctis à la très jolie blondinette Luna Nox Fleuret. C’est ainsi que vous quittez le royaume de Lucis et sa capitale Insomnia qui résiste depuis des lustres grâce au roi Regis, le père de Noctis, face à l’invasion du royaume de Niflheim qui contrôle tout le continent sauf les terres de Lucis ! Chose qui embête énormément l’homme à la tête de ce gigantesque empire dominateur, forcément…

Bref, c’est ainsi que Noctis ou Noct pour les intimes, prince du royaume, part donc en quête de sa mission aux côtés de ses trois compères et de la voiture de son père, la fameuse Regalia. Cela va laisser libre court à une aventure très Road Trip où l’on s’éclate autant que nos personnages à découvrir les merveilles du monde, autant que destruction, tristesse, rebondissements et grosso-modo, sauver le monde.

De plus, le chara-design des personnages est aussi accrocheur que détestable en ce qui concerne nos quatre héros. Mais une chose est sûre, cela ne laisse pas indifférent. Après, on a aussi un sympathique casting de méchants que l’on vous laissera… découvrir. N’en disons pas trop et d’ailleurs, on ne va pas rentrer plus que cela dans les détails de la trame scénaristique. Mais pour conclure, l’ensemble est assez prenant, bien huilé et ce Final Fantasy XV apporte une liberté dès les premières minutes de jeu.

En somme, on a vraiment l’impression de pouvoir explorer le monde et quand cela nous chante… et choisir ensuite de reprendre le destin de l’univers en main et continuer la quête principale. Bien évidemment, les différentes zones se débloquent petit à petit et ce, au fur et à mesure de l’avancement de votre quête principale.

Final Fantasy XV, dix ans d’attente pour dix fois plus de plaisir

Loin de The Witcher III, Skyrim ou autres références du genre, Final Fantasy XV n’est pas un monde ouvert mais plutôt un monde semi-ouvert. De plus, s’il est beau, détaillé, qu’il y a certes parfois des textures de moins bonne facture, l’ensemble est bluffant et nous sommes complètement immergés dans un monde qui a pu être peaufiné pendant dix ans de développement.

Néanmoins, malgré une liberté vraiment rafraîchissante et qui change de l’attente que nous avions eu avec FF XIII pour se dégourdir les jambes sur Pulse, ici, la première déception aura été la fameuse voiture dans son gameplay. Comme on le disait, on l’attendait depuis longtemps et Square Enix n’a jamais cessé de nous faire rêver et de porter nos attentes à l’irréalisable. Ainsi, il est vrai qu’au moindre petit problème, on a tendance à facilement se jeter sur le dernier petit bébé d’Hajime Tabata.

Bon, le problème de la voiture ? Il est simple… En effet, vous remarquerez rapidement que cette dernière ne se contrôle pas à proprement parlé. Evidemment, vous allez pouvoir la conduire, choisir d’accélérer – bien que la vitesse de pointe soit pas franchement rapide surtout lorsque vous faites un long trajet – , freiner, tourner à des intersections et rouler soit à droite, à gauche ou milieu de la route si vous êtes un rebelle. Pour résumé, la Regalia est fixé sur des rails qui la limite à pouvoir rouler sur des routes ou chemins prédéterminés et on constate rapidement que la voiture du royaume n’a pas les mêmes capacités à rouler partout comme peuvent le faire si admirablement bien les véhicules de Forza Horizon 3.

Evidemment, ce n’est pas un problème majeur en soit, d’autant plus que pour l’exploration, on peut se rendre absolument partout en chocobo mais très franchement, on aurait aimé plus de liberté avec la Regalia, d’autant plus que la sensation de conduite est assez rigide et que la plupart du temps, il est bien plus simple de choisir de laisser Ignis conduire. Et quand l’on parle de rigidité, c’est vraiment pour vous exprimer à quel point vous êtes sur des rails et l’exemple qui nous vient en tête pour vous le faire bien comprendre, c’est le fait que l’on ne puisse pas faire demi-tour par nous-même…

Effectivement, pour faire marche arrière, c’est automatique avec une simple petite animation… Non, en Regalia, vous n’êtes pas « libres » et d’un autre côté, il aurait été compliqué de donner la possibilité à la voiture d’aller absolument partout et cela aurait clairement manqué de cohérence… En somme, on n’aurait pas là un Final Fantasy XV mais plutôt un GTA Fantasy.

Outre la rigidité de la voiture, cette dernière apporte tout de même pas mal de choses positives en terme de personnalisation, pour exemple, vous pourrez la décorer avec des auto-collants, changer ses couleurs et ce, aussi bien la carrosserie que les gentes, l’améliorer en terme de possibilité dont une bien novatrice que nous ne citerons pas par soucis de spoil mais vous devez certainement savoir de quoi l’on parle.

Bref, la belle voiture s’occupe aussi d’avoir une jauge de niveau d’essence. Mais aussi un degré de dégât si vous décidez de donner un coup de volant quand un automobiliste arrive en face de vous et même, une salissure qui viendra se coller à votre carrosserie sur les chemins de terre. Bref, rien que pour la Regalia, ses améliorations et l’aspect tuning et collection, il y aura de quoi faire pour tout découvrir. Pour se faire, il faudra réaliser des quêtes ou dépenser des Gils (monnaie du jeu) dans les magasins. A noter également que la voiture propose également un auto-radio où il est possible d’écouter des musiques des anciens Final Fantasy.

Enfin, pour rajouter des pistes, il suffira d’acheter dans les magasins présents dans tout le jeu les différentes bande-son qu’ils proposent. Et tien, puisque l’on vous parlait de tuning, sachez que les Chocobo pourront être customisés de la couleur de votre choix et à l’aide de médailles et ce, individuellement pour chaque membre du groupe.

Cela étant dit, la plus grosse nouveauté de ce Final Fantasy XV se voulant être un Final Fantasy pour tous, ce sont les voix françaises ! On saluera franchement le casting de ces voix qui est très loin de la catastrophe en comparaison à ce que l’on pourrait penser. C’était une idée qu’il fallait absolument mettre en place afin d’attirer des joueurs qui ne connaissent pas forcément la licence et très franchement, on dit un grand oui. Bon, dans tous les cas, si vous préférez les voix anglaises ou encore, les japonaises, pas de problème, elles sont aussi bien présentes !

Un monde semi-ouvert vivant (la preuve, pendant l’écriture du test, j’ai créé, il semblerait, un bouchon)

Final Fantasy XV test 20

Grâce à l’image, on peut voir que les automobilistes gérés par l’IA sont très accros au règlement des distances de sécurité. Bon, cela étant dit, Final Fantasy XV propose donc bel et bien un monde semi-ouvert avec des décors, des environnements et des choix de direction artistique tout simplement somptueux. Ici, on change la donne des derniers Final Fantasy pour laisser place à un monde moderne particulièrement bien réussi et qui, en plus, respire la vie, la bonne humeur mais aussi, le danger.

Des routes ont donc été posées un peu partout avec aussi de longs tunnels permettant de passer d’une zone à l’autre dans ce monde quasi-ouvert. Car oui, barrières invisibles il y aura mais dans tous les cas, on se laissera assez aisément absorber par le souci du détail et les soins apportés à cette carte du monde ! On se retrouvera souvent à bord de la Regalia en train de tourner la caméra dans tous les sens histoire de profiter un maximum de la beauté des décors. C’est réaliste et bien que parfois, oui, il y a quelques lacunes, le rendu est à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre. Car comme on le disait, Final Fantasy XV est très accès sur le moindre petit détail et cela se ressent énormément sur beaucoup de points sur lesquels nous reviendrons petit à petit.

Il y a quand même un bémol à ce beau monde semi-ouvert, ce sont les temps de chargement ! Si une fois en jeu, ils interviendront uniquement lors des avancées scénaristiques ou des voyages rapides d’un lieu à l’autre, ils sont clairement très très longs et il faudra donc prendre votre mal en patience. On va prendre un exemple simple.

Pour dix gils, vous pouvez choisir que votre Regalia vous emmène à l’endroit voulu à l’aide d’un temps de chargement contre une, deux, trois, quatre voire cinq ou six minutes pour une zone lointaine (oui, le monde est quand même grand). Ainsi, il vaut parfois mieux profiter du voyage, de la vue et de la beauté des graphismes de ce Final Fantasy XV. Oui, plutôt que de choisir l’option temps de chargement qui se révélera barbante, inintéressante et énervante.

Qui dit ouvert veut forcément dire vaste, divers et impressionnant. Clairement, les trois critères sont respectés et si Final Fantasy XV propose un contenu astronomique en terme de durée de vie et ce, si vous visez les quêtes annexes – on reviendra sur la durée de la quête principale -, il faut le dire, les missions en elles-mêmes ne seront pas à la hauteur de la narration d’un The Witcher III. Effectivement, les missions annexes disponibles sont proposées de plusieurs manières.

On trouve celles fournies par des PNJ plus ou moins charismatiques à l’image de la sexy mécanicienne Cindy, le moins charmant Dave le chasseur, le fameux Cid de ce FF puisque rappelons-le, un Cid est présent dans tous les Final Fantasy, et bien d’autres encore… Il y a aussi les quêtes appelées contrats que l’on peut déclencher dans les restaurants et qui sont propres à chaque établissements.

Qu’on se le dise, ces quêtes là proposent toujours les mêmes objectifs à savoir : Va chercher cet objet, va ramasser des grenouilles, élimine tant de monstres de ce genre etc… Celles qui nous ont fait le plus hérisser les poils, c’est surtout quand l’on vous demande d’éliminer un monstre assez géant et paraissant fort, puissant, à l’image d’un Behemoth par exemple. Enfin, il faut rajouter à cela des lignes de dialogues qui ne sont pas identiques mais qui vous demandent toujours la même chose et on sent, bien évidemment, en nos héros la tension qui monte ou des petites blagues laissant bien comprendre qu’on se sert littéralement de nous. Si l’on est généralement moins exigeant à ce sujet à l’image de Star Ocean 5 ou encore, des J-RPG encore plus modestes, il est vrai que l’on ne pouvait que mentionner ce point-là pour un jeu qui a nécessité dix ans de développement et surtout, qui laissait espérer un The Witcher III-like à la japonaise !

Bon, le constat de ces quêtes à beau être un peu décevant, il y a tout de même d’autres choses à faire grâce aux loisirs et aux tâches qui y sont liées et ça, c’est une sacrée bonne chose. Effectivement, nos quatre gaillards charismatiques et surtout fortement originaux, car on n’a pas l’habitude d’un groupe pareil dans un J-RPG, possèdent des passions ! On va vous décrire chacune d’entre-elles et ce qu’elles apportent in-game !

Final Fantasy XV, un monde magnifique pour nos yeux avec une direction artistique de toute beauté

Noctis est donc un passionné de pêche et un mini-jeu a donc été mis à disposition des joueurs mais aussi, des quêtes liées à la pêche. Les poissons sont nombreux (100 exactement) et vous pouvez changer de canne à pêche et modifier son moulinet. De plus, on trouve beaucoup de fils de ligne plus ou moins résistants et ainsi que des appâts qui ont pour effet de vous faire attraper tous les poissons proposés par ce FF XV. Le marche à suivre pour pêcher est franchement fun et assez intuitive ! Rassurez-vous également, pour les plus belles prises, il y aura du challenge car certains poissons ont le don de se vouloir franchement nerveux.

Le loisir suivant concerne Ignis et il peut se servir des poissons fraîchement attrapés par Noctis afin de… cuisiner ! Ainsi, de nombreuses recettes (103 exactement !) sont à découvrir et par exemple, lorsque vous mangez au restaurant, que vous regardez une affiche ou ramasser certains matériaux ou ingrédients, Ignis s’inspirera de ces éléments pour apprendre de nouvelles recettes. Consommer de la nourriture sert dans le jeu à obtenir des bonus temporaires très variés comme par exemple un bonus de point de vie, d’attaque ou encore de défense face à des altérations d’état. Les possibilités sont nombreuses et les plats sont magnifiquement bien modélisés, réalistes et très franchement, certains mériteraient aisément leur place sur une carte d’un restaurant cinq étoiles.

Quoi de mieux que de manger devant un feu de bois en campant ? L’homme derrière cela se nomme Gladiolus et il est expert en survie ! Il vous permettra de trouver des objets de soin et autres éléments dans la nature et c’est lui qui s’occupera de monter le camp dans les nombreux recoins du monde d’Eolas. Idéal pour récupérer ses PV et s’octroyer de bons petits bonus après une nuit dans la nature. De plus, sachez que lors de vos sessions de camping, d’hôtel ou de nuit à la belle étoile, vous pourrez parfois déclencher de bonnes petites scènes de fan service entre nos héros.

Enfin, le dernier manie aussi bien les armes que l’appareil photo et il s’agit de Prompto ! Ce dernier prend donc des photos de lui-même pendant votre aventure et à chaque fois que vous dormez, il vous montrera ses meilleurs clichés et vous pourrez les sauvegarder. Cela est vraiment sympathique et on se languit à chaque fois de découvrir les photos originales que Prompto aura prise et franchement, il y en a parfois de très drôles et surtout… de très belles !

Bref, les quatre activités sont extrêmement bien implantées dans l’aventure et ce, comme on le disait, aussi bien si vous décidez de simplement profiter des loisirs, que si vous souhaitez réaliser des quêtes annexes liées à ces fameuses activités. A noter également que les loisirs gagnent de l’expérience et qu’à chaque prise de niveau, vous remportez des bonus ou vous les améliorez.

Ce monde semi-ouvert nous fait donc fortement apprécier l’exploration, son degré de liberté et ses codes de la saga Final Fantasy sont respectés à l’image du ranch Chocobo avec ses courses ou encore le jeu de flipper Justice Monster V ! Bref, vous vous déplacerez dans une faune et une flore riche où des monstres sauvages résident en masse. La carte sera parsemée de lieux de récoltes, de trésors et d’endroits à visiter bien que l’on ne puisse pas rentrer dans la majorité des bâtiments…

Il y a un cycle de jour/nuit et des intempéries météorologiques de toute beauté et lors de votre exploration, il faudra bien regarder le niveau des monstres que vous voyez, qui est indiqué au dessus de votre tête, car vous n’aurez parfois tout simplement aucune chance. Parfois, vous le comprendrez même directement lorsque vous verrez des monstres gigantesques et ce sentiment m’a rappelé Xenoblade Chronicles X ou plus récemment, Sword Art Online Hollow Realization !

Des combats qui… rien qu’à vu d’œil laisse bien comprendre qu’il vaut mieux passer loin. Enfin, la nuit est le moment le plus dangereux de Final Fantasy XV et des monstres très puissants risquent de vous prendre par surprise, et en début d’aventure, ils seront bien trop forts pour vous ! Si vous vous dites qu’utiliser la voiture de nuit sera le meilleur moyen de s’en sortir, vous vous trompez car les monstres dangereux n’hésiteront pas à se mettre en travers de votre route justement, et lorsque la nuit tombe, Ignis ne vous le dira jamais assez mais il vaut mieux passer la nuit à l’hôtel ou camper à la belle étoile.

Un Action J-RPG ?

Final Fantasy XV test 14

Final Fantasy XV est donc bel et bien un Action J-RPG et son système est diablement efficace. Il y a bien un mode tactique pour ceux qui n’aiment pas l’action mais pour être honnête, il serait vraiment dommage de se priver de ce dynamisme avec de légères coupures qui viendraient briser la nervosité et l’aspect jouissif des batailles. S’il devait y avoir un bémol, ce sera encore une histoire de caméra qui se place parfois mal lorsque vous êtes dans des endroits étroits, à côté d’arbres ou de gros rochers. On note quand même d’énormes efforts à son niveau car elle essaie toujours de se remettre comme il faut. Néanmoins, elle gênera quand même de temps en temps.

Cela étant dit, passons au vif du sujet. Maintenir carré pour esquiver avec la téléportation de l’éclipse – expliqué plus loin – ou rond pour attaquer et se servir du joystick droit pour effectuer des combos. Un système en soit simple mais très efficace car il faudra observer vos adversaires et vous mettre en garde au bon moment ! Enfin, sachez que si vous appuyez sur carré avec le bon timing, vous aurez l’occasion d’envoyer une contre-attaque sur votre ennemi avec la touche rond.

La grosse nouveauté de cet opus ? C’est Noctis qui la possède puisqu’il a le pouvoir de provoquer une éclipse ! Cela consiste de lancer de son arme sur un ennemi lui permettant de se téléporter immédiatement sur ce dernier pour frapper fort ! Néanmoins, en combat, vous pouvez aussi viser des endroits en hauteur, des murs ou autres éléments du décor pour lancer votre arme dessus et vous téléporter dans un endroit où vous serez en sécurité. Cela est utile pour récupérer des points de vie et de magie mais aussi, pour relancer immédiatement une éclipse derrière. A noter tout de même que pour les éclipses, si vous ne maintenez pas R1 pour cibler l’ennemi, vous vous téléporterez simplement droit devant vous… Idéal pour esquiver dans des moments vraiment difficiles ! D’ailleurs, il est aussi possible de faire une simple roulade toujours avec carré mais en appuyant dans une direction.

De plus, en parlant de points de magie, sachez qu’ils s’utilisent lorsque vous esquivez et justement, ils se consomment également par l’utilisation de l’éclipse ! Ainsi, si vous n’avez plus de MP, il faudra s’accroupir avec carré derrière un obstacle pour tranquillement récupérer ces derniers mais aussi… des points de vie. Pratique donc.

Concernant le système d’équipement, sachez que Noctis est capable d’utiliser absolument tous les types d’arme du jeu à savoir l’épée à une main, épée à deux mains, lance, dague, arme à feu, bouclier, pistolet, armes fantômes, les sorts et les machines. A noter, les armes machines sont tout simplement de l’arsenal spécial comme par exemple la sulfateuse ou la scie circulaire. Quant aux autres personnages, ils peuvent seulement utiliser trois types différents d’armes en comptant la magie. Cela étant dit, si les faiblesses élémentaires sont de la partie, les ennemis auront également des faiblesses face à certaines armes. C’est assez facile à voir à l’écran puisque les dégâts y sont affichés de différentes couleurs. Le violet signifiera que votre coup est ineffectif, le blanc pour indiquer que les dommages sont normaux et enfin, la couleur orange voudra dire que l’arme utilisée est diablement efficace. Comme vous ne contrôlez que Noctis, vos compères pourront compter sur l’IA pour choisir la bonne arme tandis que vous, vous pourrez switcher d’armes en plein combat et quand vous le souhaitez à l’aide du pad directionnel. En effet, dans les menus, vous pourrez équiper une arme sur chaque direction de votre pad. Simple encore une fois mais ça marche admirablement bien !

Final Fantasy XV offre une excellente expérience manette en main, c’est fluide, fun et sacrément addictif !

Concernant l’utilisation de la fameuse magie dont on vous parle tant, il suffit de l’assigner à ce même pad directionnel pour l’activer pendant les combats. Maintenir la touche vous permet de définir la zone où vous voulez que votre sort se lance tandis qu’une simple pression de bouton l’enverra directement sur votre adversaire. Ici encore, l’environnement et les conditions météorologiques permettront à vos sorts d’être plus ou moins puissants. L’exemple le plus concret reste encore que si vous lancez un sort de brasier alors qu’il pleut, il sera bien moins efficace. Néanmoins, si vous optez pour un sort de foudre par temps de pluie, là, vous allez faire un carton.

Pour ce qui est des sorts en eux-mêmes, Final Fantasy XV propose un système sans prise de tête simple à comprendre et qui permet de se laisser aller à des expérimentations. En effet, trois magies sont représentées : la foudre, le feu et la glace. Au début du jeu, vous pouvez créer jusqu’à deux magies et par la suite, vous trouverez des objets débloquant de nouveaux emplacements. Sur la carte du monde autour des zones où vous pouvez camper, vous trouverez des puits de magie des différents éléments et il faudra les puiser. Vous pouvez avoir jusqu’à 99 unités de chacun des trois éléments. Ensuite, dans les menus, il y a un système d’alchimie pour créer des magies en se servant de ces unités et plus la quantité est grande, plus le niveau de puissance des sorts le sera. Ensuite, vous pouvez ajouter des ingrédients, objets ou autres éléments pour créer des magies complètement folles ! Par exemple, on peut arriver à créer un sort de foudre qui frappera trois, quatre, voire cinq fois ! Les combinaisons sont nombreuses et les utiliser est un véritable plaisir bien que si vos alliés ou vous-mêmes êtes placés dans la zone d’effet des sorts offensifs, vous allez en subir les effets ! Attention à vos placements donc et sachez-le tout de même mais les attaques de dos sont sacrément efficaces dans Final Fantasy XV et il ne faudra pas hésiter à en faire sans modération !

Si vous pensiez que Gladiolus, Ignis et Prompto n’étaient là que pour la décoration en combat et bien ce n’est pas le cas. Ces derniers seront gérés essentiellement par l’IA mais ils s’avéreront décisifs et vous allez voir pourquoi. Tout d’abord, lorsque vous réussissez une attaque par derrière ou qu’une parade est effectuée, ces derniers proposeront parfois une attaque combo à vos côtés, avec une petite animation. Sympathique donc mais ce n’est pas tout. En effet, L1 accompagné d’une touche du pad directionnel permettra d’utiliser une attaque spéciale d’un de vos alliés ! Par exemple Gladiolus pourra lancer une terrible attaque suivi d’une attaque de votre part si vous appuyez sur rond au bon moment, tandis que Prompto pourra mitrailler les ennemis avec son appareil photo. Tout cela pour dire que les effets peuvent être variés et que vous en débloquerez au fil de l’évolution de vos valeureux héros.

Autre nouveauté, le fait de tomber à zéro point de vie ne provoque plus la mort ou du moins, pas tout de suite ! En effet, que ce soit Noctis ou les autres, recevoir un coup qui tue vous met en état de danger. Là, l’éclipse devient inutilisable, vous vous déplacez en titubant et en plus de cela, votre maximum de HP va se mettre à diminuer. Vous l’avez compris, il ne faut surtout pas rester longtemps dans cet état et si vous voulez en sortir rapidement, il faudra vous placer dans un endroit propice et proche de l’un de vos amis.

Si c’est Gladiolus, Ignis et Prompto qui sont en état de danger, il suffira de s’approcher d’eux et d’appuyer sur carré. Simple comme bonjour. Il s’agit là d’une feature intéressante qui vise à n’en point douter qu’à accentuer l’amitié que partage nos personnages. A noter que pour guérir plus vite, vous pouvez utiliser des objets à l’aide de la touche R2 et hop, un menu défilant bien pratique apparaîtra sur la droite de l’écran. En avant donc les queux de phœnix, les potions et autres boosters.

Au-delà de ça, vous débloquerez plus tard les armes fantômes qui s’avéreront redoutables mais qui draineront votre vie. En combattant, vous remplirez aussi une jauge du style overdrive pour activer la puissance de ces fameuses armes et là, c’est un terrible combo qui va s’abattre sur les ennemis… On vous laisse la surprise. Enfin, les invocations (Astrals) sont de la partie et elles vous assisteront suivant certaines conditions. Pour ne prendre qu’un exemple, Ramuh débarquera sur le champ de bataille uniquement si le combat dure trop longtemps. Comme d’habitude, les effets sont magnifiques et les invocations sont énormément mises en avant et nous en mettent plein la vue pendant la quête scénaristique. Un régal.

Vous l’aurez donc compris, le seul défaut de Final Fantasy XV dans son gameplay est la caméra qui est parfois capricieuse. Pour le reste et pour conclure sur l’aspect technique, le gameplay est clairement fun, efficace et finalement, on se plaît à s’occuper des monstres proposés par les contrats des quêtes annexes.

Enfin, si Cid vous proposera un aspect crafting, les boutiques vendront des tonnes d’objets, d’armes et autres éléments de customisation et il faudra ainsi repasser plusieurs fois par ces dernières pour mettre la main sur tous les objets intéressants du jeu. Ben oui, vous ne pouvez pas tout acheter tout de suite, vous n’avez pas le porte-monnaie de Crésus !

Dave toujours devant Final Fantasy XV depuis trois jours, on l’a retrouvé, merci Cindy !

Final Fantasy XV test 11

Final Fantasy XV se boucle en une trentaine d’heure si vous foncez vraiment en ligne droite sans réaliser réellement de quêtes annexes. Si vous contemplez souvent l’univers, que vous aimez explorer et découvrir les différents recoins, là, l’histoire va s’avérer beaucoup plus longue. La première partie du jeu s’avérera assez ouverte et vous fera profiter des différentes quêtes tandis que la deuxième qui s’accentue sur le scénario et les rebondissements vous enlèvera la fameuse liberté.

Mal ou bien ? Pour être honnête, tout dépend de votre vision de joueur et de vos attentes mais une chose est certaine, une fois l’aventure principale terminée, il est possible de recharger sa sauvegarde avant la fin ce qui débloquera de nouveaux éléments comme par exemple, des donjons annexes, des boss ultimes à vaincre et bien d’autres choses encore qui vont vous pousser à maîtriser Final Fantasy XV pleinement. Ainsi, cela dépend de votre manière de jouer, l’aventure peut passer du simple, au double voire même au triple si vous voulez tout découvrir. Néanmoins et pour absolument tout faire, il est encore trop tôt pour donner un chiffre.

Enfin, avant de penser à tout cela, il faudra que vos quatre meilleurs nouveaux amis évoluent. Pour se faire, Final Fantasy XV a choisi une manière assez originale. En effet, pendant les combats, vous allez gagner des points d’expérience mais par contre, vous ne prendrez pas de niveau ! Effectivement, pour acquérir l’expérience durement gagnée en combat ou en réalisant des quêtes, il faudra aller dormir et ce, que ce soit à l’hôtel ou en campant. A noter que dormir à la belle étoile ne vous coûte rien mais que cela ne vous donne pas de bonus d’XP tandis qu’un hôtel de luxe à 10 000 gils pourra doubler par exemple vos points d’expérience. Un système malin qui m’a fait prendre dix niveaux d’un coup… et bien oui, j’avais stocké plus de 20 000 points d’expérience.

Une fois que vous aurez monté en niveau, vous gagnerez aussi des points de compétence (PC). Vous pourrez ensuite les utiliser sur un grand sphérier reparti en plusieurs catégories. Vous pourrez donc aussi bien utiliser vos PC pour augmenter les chances d’un assaut lésion lorsque vous faites une attaque éclipse sur un ennemi. Que permettre de déverrouiller une compétence de Prompta lui permettant de prendre des photos en combat ! On n’échappe bien évidemment pas aux compétences améliorant statistiques ou encore, à la possibilité de débloquer de nouveaux coups pour les personnages.

Un joueur de J-RPG aimant l’exploration et l’univers ne comptera pas ses heures

Pour booster encore un peu la durée dont on vous parlait,Final Fantasy XV proposera bientôt un new game plus gratuit (article). Mais il y a aussi le fameux season pass et même d’autres DLCs payants qui seraient sûrement en prévision et ça, c’est dommage. Effectivement, on aurait préféré avoir une expérience complète de Final Fantasy XV en un jeu et de ce fait, c’est un point malheureusement punissable. En plus de cela, on nous indique dans les menus que les tenues permettent de changer les statistiques et l’apparence de nos personnages mais le seul problème est qu’elles sont bien trop peu nombreuses et que l’on comprend aisément ce que cela veut dire, les DLCs arrivent !

Bon, si le côté esthétique ne vous dérange pas trop – bien que pour la Regalia et les chocobos, on est plutôt bien servi en customisation -, sachez que les musiques de cette nouvelle épopée sont signées par la grande compositrice Yoko Shimomura qui est bien connue pour ses œuvres pour la licence Kingdom Hearts pour ne citer qu’elle. Bref, elles sont sublimes et font vibrer nos tympans de bonheur.

Mélodieuses, entraînantes, excellentes et fantastiques. Ce sont clairement les termes à utiliser pour désigner les musiques de Final Fantasy XV. Et pourtant on regrettera une chose : l’absence de musique pour les phases en Regalia. En effet Square Enix en propose un sacré lot issu de tous les Final Fantasy existants mais on aurait aimé que le véhicule soit muni d’un thème propre à son univers. Histoire de décrire les fantastiques ballades en voiture princière. On ne peut rien dire de plus car on ne veut pas spoiler mais… Enfin, vous comprendrez…

Pour finir, sachez que toutes les captures proviennent d’une PlayStation 4 normalee. La PS4 Pro aura normalement droit à un patch en Ddcembre pour Final Fantasy XV. Ce dernier permettra d’activer un mode « Finesse » pour avoir du 30 fps. Mais aussi un mode « Fluidité » pour avoir du 40 à 50 fps. En tout cas, si on peut vous dire une chose, c’est que même avec une PlayStation 4 normal, le rendu en met plein les mirettes et on aime ça. C’est le principal non ?

Final Fantasy XV a eu droit à une communication incroyable et on avait l’impression que cela durait depuis dix ans tant il y a eu de trailers et informations dévoilées au fil des années ! Bon, effectivement, le développement a duré dix ans. Bref, Hajime Tabata nous a fait attendre et rêver au point que nos attentes se sont révélées énormes et on pense aisément qu’il en allait de même dans la tête des développeurs ! Ainsi et malgré ses défauts, Final Fantasy XV est tout de même un chef d’oeuvre vidéoludique et même s’il aurait pu être encore mieux, aurions-nous franchement pu attendre encore deux ou trois ans de plus ? Il fallait bien le sortir un jour… Malgré son pari risqué de proposer quatre héros masculins les cheveux au vent, l’histoire est passionnante et on finit par s’attacher à notre boys band adoré.

Evidemment, ceux qui ne les aiment vraiment pas ne changeront probablement pas d’avis mais il faut avouer que cette aventure nous sublime sur tous les plans : visuellement, musicalement, et sur le nombre d’heures qu’il faut pour tout voir. Tout passionné de la licence Final Fantasy trouvera son compte puisque l’exploration a une grande importance dans le milieu… Pour les p’tits nouveaux, on vous conseille vraiment de ne pas le rusher. Final Fantasy XV possède quand même bien quelques défauts et les plus récurrents que l’on retiendra vraiment sont sa caméra capricieuse et ses quêtes annexes peu scénarisées et qui nous donnent clairement l’impression de travailler pour une boîte de transport internationale. Il y a bien aussi les temps de chargement mais ces derniers sont uniquement là pour les voyages rapides et les changements de chapitre. Bref, on retiendra de Final Fantasy XV une inoubliable expérience et un J-RPG qui, après dix ans, nous a apportés une sacrée claque et on espère que cela encouragera Square Enix à continuer de sublimer sa licence fétiche qui rassemble, qui a rassemblé et qui continuera de rassembler les amoureux de J-RPG.

La note de l'auteur

Final Fantasy XV, je l'attendais depuis dix ans et au final, je ne suis pas vraiment déçu par cette épopée. Court ? Oui, effectivement, si on rush, qu'on fonce tout droit sans prendre le temps d'apprécier et découvrir l'univers, il l'est. Après, on ne va pas se mentir, dix ans de développement veut dire qu'il écope d'un certain retard et cela se ressent dans les quêtes annexes, leur narration et leurs objectifs par exemple. Néanmoins, le jeu est beau, charmeur, passionnant et si le scénario a tendance à décevoir au dernier chapitre, cela dépend plus des goûts et des couleurs. Pour ma part, j'ai vécu mon expérience Final Fantasy comme je la souhaitais et j'ai été touché, bien joué.

Alexandre Mistral Play4Fun
s
Note du panda
8 10

Final Fantasy XV

Points positifs

  • Les musiques des Final Fantasy en voiture...
  • Les combats addictifs et excellents...
  • Beaucoup de contenu...
  • Le DLC new game plus gratuit...
  • Concept original avec quatre héros masculins...
  • ... et des personnages attachants
  • Un scénario passionnant qui se déguste
  • Enfin un monde semi-ouvert !
  • Les aspects tuning de la voiture !
  • Voix françaises, japonaises et anglaises, à votre guise !
  • Un jeu magnifique à la direction artistique somptueuse
  • Les quatre loisirs des héros et les mini-jeux
  • Le système d'évolution des persos
  • Les photos prises par Prompto
  • Les nouveaux éléments débloqués après la fin du jeu
  • Des compositions musicales somptueuses

Points négatifs

  • ... Mais pas de thème propre à la Regalia sur la route ?
  • ... Mais une caméra parfois énervante
  • ... Mais des quêtes secondaires pas assez scénarisées et classiques
  • ... Mais un season pass payant...
  • ... Et on s'attend à voir encore plus de DLCs payants
  • La Regalia réglée sur des rails et rigide
  • De longs temps de chargement
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp