Test Final Fantasy XIV : Shadowbringers – Lumière sur les ténèbres

  • PC
  • PlayStation 4
Voir la note

Une extension à la hauteur de ses prédécesseurs ?

Qui aurait cru il y a plusieurs années en arrière, à l’époque où le MMO de Square Enix faisait pâle figure, assister à un retour fracassant, de toute évidence dû à Naoki Yoshida et son équipe. Véritable vitrine aujourd’hui du catalogue de l’éditeur avec des millions de joueurs connectés chaque jour, et donc des revenus mensuels forcément appréciables. C’est surement pour ça, que le titre est aujourd’hui encore debout et chouchouter de la sorte.

Final Fantasy XIV est infatigable et a su se renouveler à chaque extension afin de garder les joueurs toujours aussi motivés à revenir sur les terres fantastiques de ce jeu multijoueur plein de ressources. Mais ce n’est pas tout, car le titre dispose avant tout d’une communauté fidèle et les développeurs l’ont bien compris. Alors, Shadowbringers saura-t-elle être à la hauteur des attentes des plus fidèles aventuriers, et par la même occasion pourrait-elle séduire les nouveaux joueurs ?

De la lumière aux ténèbres

final fantasy xiv shadowbringers

Alors autant le dire tout de suite, si vous êtes totalement nouveau sur Final Fantasy XIV, sachez tout de même que la route sera longue avant d’atteindre les aventures proposées par Shadowbringers. Car c’est en effet la troisième extension de cette suite d’aventure (Heavensward, Stormblood), sans compter A Realm Reborn qui est en réalité le point de départ de cette épopée. Alors il existe tout de même une possibilité pour contourner ces longues heures de jeu, si vous souhaitez par exemple rapidement rejoindre l’avancée de vos amis.

Il faudra passer par la boutique et sortir la carte bancaire afin de vous offrir les contes d’aventures. C’est un item permettant de valider toutes les quêtes jusqu’à l’endroit désiré ou de simplement monter un de vos jobs au niveau 70 en clin d’œil. Voilà, vous n’avez plus aucune excuse pour passer à côté de cette gigantesque aventure. Bien sûr, il est conseillé de vivre l’histoire et de la parcourir par vos propres moyens. Sachez par la même occasion qu’un abonnement est obligatoire pour pouvoir prendre part à l’aventure, que ce soit sur PC ou PlayStation 4.

Il est toujours difficile de parler du cœur de ce genre de jeu, à savoir la trame principale, sans prendre le risque de spoil. Cependant, sachez tout de même que le scénario est encore une fois de grande qualité, comme ses prédécesseurs. Là où Stormblood et Heavensward proposaient de combattre l’empire en majeure partie, Shadowbringers offre une toute nouvelle expérience. En effet, les guerriers de la lumière vont devoir cette fois-ci combattre la lumière.

C’est dans un monde parallèle, que les joueurs vont devoir affronter d’affreuses créatures de la lumière. Celles-ci menacent ce nouveau monde, et vous allez donc devoir jouer les guerriers des ténèbres pour tenter une fois de plus de mettre fin au chaos. L’intrigue semble compliquée à première vue, mais les dialogues et différentes cinématiques expliquent clairement la situation. Et des cinématiques, il y en a une sacrée quantité. Les équipes de développement s’en sont donné à cœur joie et on comprend rapidement que les développeurs cherchent vraiment à soigner leur histoire. Le récit est dans son ensemble une véritable réussite et cette extension s’inscrit parmi les scénarios les plus intéressants de la série.

Darkbringers

final fantasy xiv shadowbringers

Comme à chaque fois, lors de la sortie d’une extension, FFXIV en profite pour y ajouter quelques nouveautés majeures. Même si cette fois-ci aucune feature n’est implantée, à l’image du vol avec Heavensward ou la nage depuis la sortie de Stormblood. Shadowbringers apporte son lot de nouvelles possibilités avec notamment un système de progression amélioré. En effet, l’un des principaux problèmes depuis la sortie de ce MMO, reste la manière de prendre de l’XP.

Bien souvent, les joueurs se lancent dans les quêtes et se retrouvent rapidement bloqués avec un niveau inférieur à la suite des missions disponibles. Nous étions donc obligés de farm toutes sortes d’activités parfois pas vraiment intéressantes pour continuer notre aventure. Cette fois-ci, les quêtes sont toutes disponibles au niveau 70 (palier minimum requis pour cette extension). Il est donc possible de lancer n’importe quelle quête, à n’importe quel moment. Cela rend la progression plus fluide que par le passée. Malheureusement, certaines missions FedEx sont toujours présentes mais il est difficile de s’en passer dans un MMO.

Ce n’est pas tout, car les quêtes de jobs connaissent aussi des changements. Précédemment, chaque job disposait de sa propre série de quêtes permettant par la suite de débloquer son équipement lié à ce même rôle. Désormais, les quêtes sont regroupées par classe et donc par exemple, tous les DPS corps-à-corps auront la même série de missions. Ce qui vous permettra de changer rapidement de jobs sans pour autant recommencer toute une série de quêtes par la suite. Pour résumer, la progression est très nettement simplifiée et bien moins pénible.

La région de Norvandt est donc une réussite dans sa direction artistique et c’est un vrai régal de s’y promener.

Concernant les jobs, deux nouveaux rôles signent leur arrivée avec cette extension. On parle donc du Pistosabreur dans le rôle de Tank et du Danseur en tant que DPS distance. Alors beaucoup attendaient forcément un nouveau heal, mais ce n’est finalement pas au menu. Et comme nous le craignons, les recherches de parties manquent cruellement de heal. Enfin bref, ces deux nouveaux jobs restent vraiment très intéressants dans le gameplay proposé.

Le Pistosabreur offre une nouvelle possibilité dans les formations avec maintenant pas moins de quatre tanks. Quant au Danseur, celui-ci est un véritable soutien pour le groupe avec énormément de compétences offrant moult bonus à ses coéquipiers. Les autres jobs ne sont pas en reste avec beaucoup de changements dans leur portefeuille d’actions. Alors forcément, cela ne sera pas au goût de tout le monde avec notamment la disparition des PT qui change totalement la façon de jouer de certaines classes. Toutes ces modifications entraînent aussi quelques problèmes d’équilibrage entre les jobs, mais les développeurs devraient rapidement y remédier à grands coups de patch.

Jour… Nuit !

final fantasy xiv shadowbringers

Autre nouveauté toujours très attendue par les joueurs, c’est bien entendu les nouvelles zones d’explorations. Elles sont nombreuses et assez variées en ce qui concerne les paysages. Alors bien sûr, c’est le retour des vents éthéréens, qui oblige les joueurs à tous les récolter pour ensuite débloquer la possibilité de voler sur cette zone. Les terrains de jeux sont vastes et offrent comme toujours de magnifiques panoramas, on pense notamment au mur de lumière visible à Ahm Araeng. La cité d’Eulmore, bien que pas très pratique pour s’y déplacer, reste une petite friandise visuelle. Les zones possèdent un véritable cachet propre à l’extension, en rapport avec l’abondance de lumière. La région de Norvandt est donc une réussite dans sa direction artistique et c’est un vrai régal de s’y promener. Seulement, le titre semble commencer à transpirer techniquement avec l’apparition de quelques textures dégoulinantes. À cela, nous rajouterons que les ennemis peuplant les vastes étendues sont bien souvent de simples copiés-collés déjà connus des joueurs. En ce qui concerne les activités, on retrouvera dans ces zones tout ce qu’il y a de plus classique, à savoir les Aléas, les missions annexes, les monstres de chasse, l’épopée principale, les donjons et raid.

Les donjons s’élèvent au nombre de huit à la sortie de Shadowbringers. Les environnements sont très variés et quelques surprises vous attendent au sein de ces donjons. C’est une réussite pour les épreuves instanciées, que ce soit visuellement ou en terme de gameplay. La cerise sur le gâteau, c’est que vous n’allez pas être obligé d’attendre la formation d’une équipe. En effet, cela pouvait parfois être très pénible pour les joueurs obligés de finir un donjon pour passer à la suite de l’aventure. Désormais, vous allez pouvoir lancer votre partie sans la moindre seconde d’attente.

Cette nouveauté se nomme Trust system et vous propose de lancer le donjon immédiatement en compagnie de PnJ. Vous allez pouvoir sélectionner votre équipe parmi les héros disponibles pour cette mission et ensuite tenter de finir le donjon entouré d’IA. Le système fonctionne plutôt bien et vos compagnons réagissent vraiment intelligemment lors de la mission. Les loots sont donc moins nombreux mais vous êtes assurés de les remporter. Lorsque vous êtes mort, la partie prend fin et vous devrez recommencer au dernier point de passage. Cette fonctionnalité reste pour le moment disponible seulement pour les donjons de cette même extension.

On ne remerciera jamais assez Masayoshi Soken pour son incroyable talent à nous offrir des titres tous aussi marquant les uns que les autres.

Il est impossible de parler de Final Fantasy XIV, sans évoquer les primordiaux. Ces divinités représentent les plus gros défis du titre et offrent aux joueurs la possibilité de mettre leur talent à rude épreuve. Lors de votre aventure, il sera possible de débloquer trois défis, dont deux disposent d’une version extrême. Ces combats sont tout simplement dans la continuité de la série, à savoir magnifiques et intéressants à jouer. Même si les mécaniques ont du mal à se renouveler, les affrontements n’en restent pas moins épiques et pour tous les goûts.

Le tout est sublimé par une bande-son à vous faire dresser les poils les plus rudes. On ne remerciera jamais assez Masayoshi Soken pour son incroyable talent à nous offrir des titres tous aussi marquant les uns que les autres. L’homme ne perd pas la main et signe une nouvelle playlist de grande qualité. Pour ce qui est de la partie PvP ou même Crafting, l’ensemble ne connaît pas de grandes perturbations. Quelques ajustements ici et là, mais les nouveautés devront principalement arriver par la suite.

Final Fantasy XIV est tout sauf entrain de s’essouffler comme pourraient le croire certains. Shadowbringers est là pour nous rappeler que les équipes de Naoki Yoshida ont encore beaucoup d’histoires passionnantes à nous faire vivre. L’univers du MMO ouvre beaucoup de portes avec cette nouvelle histoire et nous sommes loin d’en avoir fini. Vous allez devoir combattre ce que vous avez toujours défendu, et à juste cause. Cette nouvelle épopée offre une vision très intéressante de la situation et oppose plusieurs idéologies portant chacune un but parfois même commun.

La formule reprend son souffle et propose de nouvelles aventures sur des bases très solides dont il ne reste qu’à polir désormais. Le titre offre bien plus qu’une simple expérience virtuelle pour de nombreux joueurs. Il vous suffit de vous rendre aux différents événements organisés par les équipes du jeu pour comprendre que l’aventure n’est pas prête de prendre fin. Que vous soyez nouveaux ou un adepte du jeu en ligne de la licence Final Fantasy, sachez que cette extension s’impose comme l’une des meilleures de la série.

L'avis de l'auteur

Je suis un grand fan de la première heure sur le MMO de Square Enix. Cet épisode un peu à part de la série propose une aventure gargantuesque et fait définitivement partie de mon paysage vidéoludique. À tel point que lorsque l'aventure prendra définitivement fin, elle laissera sans aucun doute un vide irremplaçable. L'une des épopées les plus passionnantes de la licence. Un scénario au cœur d'un univers incroyable, sublimé par une bande-son toujours aussi profonde à vous faire frissonner le corps sans forcer. Shadowbringers s'inscrit naturellement dans la lignée qualitative des extensions de Final Fantasy XIV et j'attends déjà la suite des aventures.

DubZ
a
Note du panda
8.5 10

Final Fantasy XIV : Shadowbringers

Points positifs

  • Deux nouveaux jobs intéressants
  • Un scénario accrocheur
  • Des donjons et défis de grandes classes
  • Une progression simplifiée...
  • Nouvelles zones séduisantes
  • Bande-son toujours aussi sublime
  • Ajout du "Trust system" permettant de lancer un donjon immédiatement avec les PnJ

Points négatifs

  • Quelques faiblesses graphiques sur certaines textures
  • Problème d'équilibrage entre les classes
  • Nombreux copiés-collés dans le design des monstres
  • ... mais encore un poil pénible

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp