Test Dauntless – Une bonne alternative à la chasse aux monstres ?

Voir la note
En route pour l'extermination de monstres !

Sorti à l’été 2018 sous forme de bêta ouverte via son site officiel directement Dauntless sort enfin la tête de l’eau et décide de s’exporter sur l’Epic Games Store, ainsi que sur nos consoles de salon. Le titre n’est pas passé inaperçu depuis ses nombreuses phases de tests, car plus de deux millions de joueurs s’y sont déjà essayés. Le studio Phoenix Labs, composé d’anciens membres venant de Blizzard, Bioware ou même Riot Games a forcément toute l’attention de son public.

Les développeurs ont décidé de s’inspirer d’une célèbre licence de chasse aux monstres, à tel point qu’on l’appel le Monster Hunter-Like. Les principales mécaniques sont alors adoptées et vous allez devoir coopérer avec d’autres joueurs en ligne afin de venir à bout d’une longue liste de bestioles sauvages en tout genre. Le titre est actuellement disponible sur PC, PlayStation 4 et Xbox One mais compte bien débarquer dans l’année sur Nintendo Switch, iOS et Android.

Cross-plateformes quoi !

dauntless

Quand une équipe de développeurs venant de studios aussi respectés, décide de former leur propre entreprise et lance enfin un tout premier jeu, forcément, ils ont toute notre attention et surtout quelques attentes en échange. Les premières sessions de tests étaient encourageantes et le titre semblait posséder une vraie identité malgré ses bases très ressemblantes avec la série Monster Hunter.

Car même si Dauntless se sert grandement de la licence de Capcom comme source d’inspiration, les équipes de développement apportent un véritable cachet à leur bébé. Rappelons tout de même que le jeu est un free-to-play et qu’il offre une véritable expérience en retour. Il ne se contente pas d’être le petit jeu sympa du quartier mais tente bien de s’imposer sur un genre déjà bien connu désormais. Et dans l’ensemble, il le fait admirablement bien grâce à un gameplay juste, et un univers séduisant.

Alors pour la petite histoire, il ne faudra pas chercher bien loin, car nous sommes simplement là pour casser du monstre. L’univers qui nous entoure a besoin d’éther pour exister et ces satanés monstres la dévorent. Le monde fait donc appel aux Slayer, qui sont en réalité des chasseurs, pour venir massacrer ces vilaines bestioles et ainsi vivre en paix. Voilà, il ne vous en faudra pas plus pour vous lancer en quête d’un génocide monstrueux en toute légalité.

Le but est simple, après un court tutoriel, vous allez débarquer en plein cœur d’un petit village qui sert de hub central durant toute votre aventure. Il sera donc possible en ce lieu de croiser d’autres joueurs de votre serveur et venant de plusieurs supports différents. Oui vous avez bien entendu, les joueurs Xbox, PC et PlayStation vont pouvoir jouer ensemble. Après des jeux comme Fortnite ou même Rocket League, les constructeurs semblent ouvrir de plus en plus les frontières. Et c’est un sacré atout dans l’immédiat pour Dauntless, qui va pouvoir profiter de tous ses joueurs pour lancer rapidement un maximum de parties sans trop d’attente. Une aubaine dans un jeu coop comme celui-ci.

Free-to-play (voir les conditions au dos du test)

dauntless

Alors revenons à notre petit village de campagne, dans lequel tout va s’articuler. Vous allez pouvoir acheter/crafter des armures, des armes, des potions et tout un tas d’équipements. Forcément, qui dit Free-to-play, dit boutique in-game avec monnaie virtuelle. Alors sachez tout de suite que le système n’est pas intrusif et que l’on ne va pas vous harceler de messages afin de vous forcer à passer à la caisse.

Cependant, les avantages restent nombreux sans pour autant mettre les joueurs vierges de tout paiement sur la touche. Un pass de combat est présent donnant quelques avantages supplémentaires à chaque palier franchi. Une boutique réservée à la monnaie réelle est présente, mais comporte principalement des objets esthétiques. Alors pour résumer cet aspect du jeu, vous pouvez foncer les yeux fermés sans donner le moindre euro. L’expérience restera entièrement jouable de manière totalement agréable.

La sensation de récompense est constante et ne laisse aucune place à la lassitude.

Avant de pouvoir fabriquer vos équipements, vous allez devoir forcément chasser. Le jeu s’articule de cette manière, sortir chasser du monstre pour récupérer ses items et ainsi crafter vos armes et autres fantaisies. Alors forcément, de longues sessions de farm se dressent devant vous. Vous allez bien souvent devoir revenir tuer plusieurs fois la même bête afin d’obtenir le bon nombre de ressources. C’est le genre qui veut ça et Dauntless affiche même une progression agréable. Il ne va pas falloir passer des journées entières sur le même monstre en espérant obtenir le bon item.

En effet, il existe même un mode Patrouille permettant d’assurer quelques récompenses indispensables pour votre progression en fin de mission. Le titre offre aux joueurs le moyen de progresser simplement et rapidement, la sensation de récompense est constante et ne laisse aucune place à la lassitude. Les armes/armures sont nombreuses et disposent d’un style plutôt réussi. Notamment grâce à une direction artistique qui en général plaît assez bien au plus grand nombre et qui ne sera pas sans rappeler un certain Fortnite. On doit cela certainement au moteur graphique utilisé, qui n’est autre que l’Unreal Engine.

Un univers incomplet

dauntless

Alors même si tout semble satisfaisant concernant le squelette du jeu, certains points méritent encore quelques améliorations. En effet, la direction artistique fait mouche mais l’environnement affiché manque cruellement de vie. Lorsque nous sortons du hub central afin de chasser un monstre ou de réaliser une quête, nous atterrissons dans une zone ouverte composée en un seul morceau sans aucun temps de chargement une fois sur place.

Les thèmes sont nombreux, on passe de forêts, à des déserts rocheux en allant même jusqu’à des sommets enneigés. Toutes les saisons sont clairement représentées et les environnements flattent la rétine. Seulement, les paysages sont complètement vides, dénués de toute forme de vie. Aucune meute sauvage ou autres petits monstres permettant de donner le sentiment d’un environnement vivant avant notre passage. Cela laisse place à un sentiment d’arène pur et dur dans laquelle se trouve notre objectif et c’est vraiment dommage.

Le jeu porte clairement l’accent sur le combat, bien plus que l’exploration et l’aventure.

Si la faune est inexistante, la flore ne se porte pas vraiment mieux. Les plantes ou autres matériaux à récolter se font rares et deviennent presque anecdotiques. Le jeu porte clairement l’accent sur le combat, bien plus que l’exploration et l’aventure. Cet aspect aurait permis tout de même au jeu d’apporter quelque chose de différent dans sa progression. En ce qui concerne les combats, tout fonctionne plutôt bien et la chasse aux monstres devient rapidement addictive. Les touches sont très simples et offrent une accessibilité immédiate à un grand nombre de joueurs même amateur au genre.

En résumé, vous disposez d’une touche pour sauter, une autre pour esquiver, deux possibilités pour attaquer et une dernière pour envoyer votre attaque spéciale. Rien de bien compliqué, et il en est de même pour les combos de classes. Le jeu comporte à sa sortie 6 classes d’armes (Doubles lames, marteau, hache, lance, épée et pistolets). Elles offrent toutes un gameplay bien différent et chacun trouvera celle qui lui convient. Ce qui offre par la même occasion une importante force de rejouabilité. Attention tout de même aux chasseurs les plus confirmés, qui pourrait vite trouver le temps long à cause de si peu de possibilités dans les combos à disposition.

Lors de nos affrontements, on regrettera tout de même le manque d’impact lors de nos attaques. L’ensemble reste très arcade et n’offre pas un sentiment de puissance lors de nos coups les plus fatals par exemple. Il est possible de casser quelques parties du monstre mais même cela reste très timide. Néanmoins, pour que tout cela fonctionne, il faudra bien évidemment que les monstres soient de taille.

Dauntless ne déçoit absolument pas et ses créatures font clairement le job. Elles sont nombreuses, plus d’une quinzaine à l’heure où ce test est écrit, et offrent des combats intéressants par la même occasion. Leur design est convaincant et varié en fonction des espèces. Chacune dispose d’un patern d’attaque propre à elle-même. Malheureusement, même si certaines offensives posent un véritable challenge aux chasseurs, les bestioles font rapidement le tour de leurs attaques. Après quelques affrontements, il sera assez facile pour vous de lire dans le jeu de votre adversaire permettant ainsi d’esquiver n’importe quel coup. Les monstres peuvent tout de même passer en état de rage, une aura rouge viendra entourer votre ennemi et les dégâts seront nettement plus dévastateurs. Sachant que chaque type de monstre dispose de plusieurs rangs en fonction du niveau recherché.

Dauntless propose finalement une expérience assez satisfaisante dans l’ensemble, surtout pour un free-to-play. Son contenu avant tout reste exemplaire pour un jeu gratuit, sans forcer la main aux joueurs à passer à la caisse. Le titre offre un gameplay convenable, qui mérite encore quelques améliorations ici et là, mais dans l’ensemble saura satisfaire les adeptes du genre. C’est finalement une bonne alternative et même un bon choix pour de folles soirées en coopération. Surtout quand on sait que le titre dispose de la possibilité de rassembler les chasseurs venant des différentes plateformes. Il est certain que le titre se comportera de la même façon qu’un bon vin, plus il vieillira et plus il sera bon. Phoenix Labs dispose de très bonnes bases, et désormais la suite est entre leurs mains.

La note de l'auteur

Alors étant adepte de la licence Monster Hunter, il est difficile de ne pas le comparer. Car les différences sont forcément conséquentes mais le budget n'est absolument pas le même. J'ai vraiment passé de bonnes heures de chasse dans les terres sauvages de Dauntless. Le titre est addictif et pousse toujours à retourner combattre afin d'obtenir ou d'améliorer nos équipements. Je regrette tout de même le manque de vie au sein des paysages proposés en espérant que par la suite le monde sera un poil plus peuplé. En tout cas, ce free-to-play ne demande qu'à évoluer et c'est un bon démarrage pour le studio Phoenix Labs.

DubZ
b
Note du panda
6.5 10

Points positifs

  • Addictif grâce à un système de progression simple
  • Un aspect free-to-play ne poussant pas toujours à l'achat...
  • Gameplay simple et efficace...
  • Prise en main immédiate
  • Six classes jouables totalement différentes et bien équilibrées
  • Nombreux sets d'armures et d'armes
  • Design des multiples monstres

Points négatifs

  • Quelques baisses de framerate sur consoles
  • ... Hormis quelques éléments esthétiques et optionnels disponibles seulement via la carte bancaire
  • ... Peut-être même un peu trop simple pour les chasseurs confirmés
  • Manque de profondeur dans ses combos
  • Les zones manquent cruellement de vie
  • Les sessions de chasses ne laissent place qu'aux combats
  • Les monstres répètent trop souvent les mêmes attaques

Ce test a été réalisé à partir d'une version commerciale

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp