Test Chocobo’s Mystery Dungeon: Every Buddy! – Un remaster efficace ?

Voir la note

Le jeu mettant en avant le poussin jaune de Final Fantasy est désormais disponible.

Ce n’est pas une surprise, Square Enix aime remasteriser les jeux qui ont eu du succès sur les anciennes consoles. C’est comme ça que, plus d’une décennie plus tard, les chocobos font leur retour avec Chocobo’s Mystery Dungeon : Every Buddy! Il est important de préciser que le jeu n’est disponible qu’en japonais et en anglais.

Bienvenue à Lostime…

Chocobo's Dungeon

Voilà de quoi rassasier les fans de Final Fantasy en attendant des nouveautés puisque ce jeu met en action la mascotte emblématique de la franchise. En effet, vous incarnez principalement le chocobo nommé… Chocobo (très original comme nom !) durant cette aventure. Le tout est plutôt agréable à jouer mais on ne va pas mentir, Chocobo’s Dungeon n’est pas le plus beau jeu de l’année. Les graphismes ont été légèrement lissés depuis la version Wii mais donnent un résultat assez similaire à la version DS du jeu. Certes, Square Enix a déjà proposé mieux, mais le tout reste mignon, coloré, et plutôt bien animé.

Les musiques, en revanche, demeurent toujours aussi agréables à entendre. Les nostalgiques des jeux Final Fantasy seront heureux de retrouver les remix de leurs morceaux préférés. On peut par exemple trouver, pour ne citer qu’eux, Farm Boy de Final Fantasy VII, The Man with the Machine Gun de Final Fantasy VIII ou Crystal World de Final Fantasy IX.

Concernant l’histoire, l’action commence en plein désert. Après avoir exploré une tour servant de tutoriel vous tomberez sur l’antagoniste du jeu qui viendra voler une mystérieuse relique. Cet événement vous envoie sans explication dans la ville de Lostime. A partir de là, on se rend compte que le jeu n’est pas aussi enfantin qu’il n’y paraît. La ville de Lostime est plongée dans une ambiance étrange et une cloche fait perdre leurs souvenirs aux habitants. Ce sera évidemment votre tâche de les aider à les retrouver à l’aide de quelques personnages, dont un bébé et un mage blanc. Ce scénario semble un peu simpliste de prime abord, mais au fur et à mesure qu’il se déroule on se demande presque ce qu’il se passe. Comme quoi tout n’est pas si prévisible, ce qui se perd dans les RPG de nos jours.

Une prise en main simple et efficace

Chocobo's Dungeon

Tout le long du jeu, vous aurez à explorer divers donjons générés aléatoirement afin de récupérer des fragments de mémoire. Comme détaillé dans la vidéo de gameplay, chaque donjon est découpé en étages, qui peuvent varier en nombre selon la quête. Le but est simple, arriver au dernier étage et récupérer ce que vous êtes venus chercher. A chaque étage se trouveront des monstres qui avanceront d’une case lorsque vous vous déplacerez. Une fois à portée, ils pourront vous attaquer. Il est donc essentiel de gérer ses déplacements et ses actions afin d’être le premier à pouvoir attaquer. Ce système, bien que difficile à prendre en main au départ, nécessite de la patience et de la réflexion afin d’optimiser les déplacements et les actions au maximum. On se plait à se prendre pour un joueur d’échecs professionnel lorsqu’on se retrouve poursuivi par plusieurs monstres puissants en étant seul. A l’avant dernier niveau, vous trouverez bien évidemment un boss, bien plus puissant que les créatures précédentes et demandant de calculer chaque utilisation d’objet et de point de compétence.

Chocobo’s Dungeon dispose d’un système de jobs bien familier des fans de la licence de Square Enix. A chaque début de donjon, vous pourrez choisir parmi les jobs disponibles afin de vous adapter à la faune locale. Au départ vous n’aurez que le job de Freelance mais en trouverez d’autres au fil de votre exploration tels que chevalier, mage noir ou chevalier dragon. Ces différents jobs vous apporteront des compétences particulières vous donnant de la polyvalence en combat. Ils se révéleront même décisifs pour certains donjons, ceux ci étant parfois grandement facilités ou rendus plus difficiles selon les capacités dont vous disposez.

Même s’il peut être tentant de chercher rapidement la sortie des donjons, il est nécessaire d’explorer et de combattre afin de récupérer des Jobs Points et des points d’expérience. Ceux-ci permettant d’augmenter respectivement vos jobs et votre niveau général. Vous pourrez également récupérer des Buddy Points permettant d’appeler les monstres combattus. Ceux ci vont vous suivre dans les donjons et vous aider durant les combats. Et ce n’est pas de trop. Ces compagnons disposent d’attaques spéciales que vous pouvez déclencher avant votre tour de jeu, et votre salut peut dépendre de ces attaques, surtout contre les boss. Le nombre de monstres à collectionner rend cet aspect du jeu très addictif pour les adeptes de collection, incitant même à refaire plusieurs fois les donjons pour accumuler les BP et obtenir des créatures plus puissantes.

Une forge sera disponible afin de renforcer, fusionner ou donner différentes caractéristiques à votre équipement. La fusion peut ainsi permettre de s’adapter un peu plus aux donjons. En effet, donner à ses pièces d’équipement une résistance au feu avant de faire le donjon du feu est quand même bien utile. Ce système est très simple à prendre en main. Vous avez deux options principales: renforcer une pièce d’équipement ou en fusionner deux pour augmenter leurs caractéristiques. Le système de fusion est le plus intéressant puisqu’il en résulte des pièces d’équipement parfois uniques selon les composants utilisés.

La difficulté au rendez-vous

Chocobo's Dungeon

Durant l’exploration vous devrez gérer plusieurs choses importantes en parallèle des combats et qui pourront se révéler vraiment frustrantes. Pour commencer, Chocobo dispose d’une jauge de faim. Celle-ci est représentée par un pourcentage baissant à chaque pas que vous faites. Si la jauge descend à zéro, l’oiseau perdra des PV à chaque pas et sera alors plus faible. Cela nécessite donc de manger régulièrement des légumes que vous trouverez en tuant des monstres ou en les ramassant par terre, ce qui rajoute un stress supplémentaire à l’exploration.

Ensuite vous devrez également gérer efficacement vos objets. Le sac de Chocobo possède un nombre de places définies et il faudra régulièrement choisir quoi emmener avec vous. Entre les livres de sort, les légumes, les potions ou de l’équipement supplémentaire, le choix peut se révéler cornélien. Heureusement vous pourrez obtenir des sacs plus grands à la boutique.

Pour en rajouter une couche, les donjons ne compteront pas non seulement des monstres mais également de nombreux pièges, cachés ou non. Leurs effets sont divers et vont du soin à des problèmes de statut en passant par l’appel de monstres. Vous pourrez aussi trouver des équipements maudits qui donnent des malus à Chocobo. Certains ne sont pas très handicapants comme une petite altération de statut. D’autres peuvent vite se révéler énervants comme par exemple l’impossibilité de soigner votre personnage. Si vous ne possédez pas l’objet permettant de retirer ces altérations, il ne reste plus qu’à ressortir et voir le prêtre, faisant perdre un temps considérable.

Enfin, la cerise sur le gâteau. Si vos PV arrivent à zéro, Chocobo sortira automatiquement du donjon en perdant tous ses gils et ses objets ramassés. Cela vous force à tout recommencer puisque la sauvegarde à l’intérieur du donjon est impossible. Heureusement, pour les donjons très longs on peut avoir droit à des checkpoints permettant de sortir pour sauvegarder et faire des emplettes. Vous pourrez néanmoins stocker votre argent et des objets à la banque pour les mettre en sûreté. Tous ces mécanismes mis bout à bout en font un jeu complet et plus difficile qu’il peut y paraître. De quoi ravir les joueurs en quête de challenge.

Du contenu annexe pour tous les goûts

Chocobo's Dungeon

Même si l’exploration des donjons vous prendra le plus gros du temps, plusieurs contenus annexes sont également disponibles. Il sera par exemple possible de planter des fleurs qui donneront par la suite des bonus, ou bien pêcher du poisson qui pourra être vendu au poissonnier du coin. Chocobo pourra aussi aller jouer au parc ou partir nager. Ce n’est pas spécialement intéressant mais c’est relaxant après avoir perdu quatre fois d’affilée à un donjon.

Le plus gros se trouvera au niveau des quêtes annexes. En effet le village de Lostime regorge d’habitants qui ont perdu la mémoire. Même si ce n’est pas obligatoire, les aider se révélera bien utile. Ils vous donneront accès à des jobs ou tout simplement aux divers commerces qu’ils possèdent. Par exemple il sera nécessaire de faire la quête annexe du poissonnier pour lui vendre vos trouvailles. De plus, les donjons précédemment explorés, qu’ils soient principaux ou annexes, seront entièrement rejouables à l’infini. Cela est parfois bien pratique quand il s’avère nécessaire d’augmenter son niveau.

La difficulté et les quêtes annexes contribuent à la hausse de la durée de vie, ce qui reste appréciable. Mais si les joueurs cherchent à avoir encore plus de challenge, ils peuvent encore refaire le jeu en hard mode. Ce mode de jeu rajoute un malus supplémentaire à la partie. Lorsque Chocobo perdra tous ses points de vie, il sortira du donjon en perdant non seulement ses objets ramassés mais également ses objets équipés. Voilà un bien beau challenge à réaliser pour les spécialistes du genre !

Pour conclure, Chocobo’s dungeon est un jeu long et complet bénéficiant d’une difficulté assez élevée. Il saura occuper les joueurs pendant un long moment grâce à ses deux modes de jeu « normal » et « difficile » et son contenu annexe assez fourni. La prise en main est assez facile et rapide. On remercie la mise en place de raccourcis limitant les allers retours dans le menu qui auraient pu devenir assez frustrant, notamment pour lancer des capacités. Le tout donne quelque chose d’assez agréable à jouer mais qui risque de se montrer répétitif pour les personnes n’étant pas très fans du genre.

L'avis de l'auteur

Honnêtement, même au bout d'une dizaine d'heures de jeu, je ne sais pas quoi penser de Chocobo's Mystery dungeon: Every Buddy!. Mon côté nostalgique adore le fait d'arpenter les donjons au son de mes musiques favorites. Combattre les boss emblématiques, retrouver les jobs et les mascottes de la série m'ont fait vraiment plaisir. Mais ce jeu est dur, mais dur ! J'ai eu tellement honte de me faire battre par Phénix quatre fois de suite, et pourtant je n'avais pas été mise en PLS par un jeu depuis très longtemps. Autant c'est énervant sur le moment, mais avec le recul je préfère ça que rouler sur le jeu et m'ennuyer. Donc j'en retire quelque chose d'assez positif, mais je n'y jouerai pas trente heures d'affilée vu la nature répétitive du jeu.

Ary
b
Note du panda
7 10

Chocobo’s Mystery Dungeon : Every Buddy!

Points positifs

  • Musiques rappelant de beaux souvenirs
  • Système de jobs bien pensé
  • Facilité de prise en main
  • Bonne durée de vie

Points négatifs

  • Graphismes un peu datés
  • Non disponible en français
  • Gameplay répétitif

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

1 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp