Test Gears 5 – Quelques prises de risques, pari réussi ?

Voir la note

On en a jamais marre de couper du Locuste !

L’une des licences les plus mythiques du catalogue Xbox sort du silence et vient foutre un sacré bordel. La tâche était loin d’être simple pour le studio The Coalition, qui tente une nouvelle formule pour cette suite tant attendue. Ce Gears 5 n’a franchement pas le droit à l’erreur après un quatrième épisode en demi-teinte. Nous allons donc voir si la franchise a encore de beaux jours devant elle.

Promo
Gears 5 (Xbox One) - Acheter sur Amazon
Microsoft - Jeu vidéo
- 30% 49,00 EUR

Conditions de test : Nous avons terminé la campagne entièrement sur PC. Pour ce qui est des autres modes, nous avons joué une vingtaine d’heures aux modes Horde, Fuite et Bataille sur Xbox One et PC.

Kait, la nouvelle formule !

Gears 5 kait glace

Le studio en charge de la licence depuis Gears of War 4 décide d’offrir une suite à sa nouvelle aventure. The Coalition prend clairement un nouveau virage depuis qu’ils sont à l’oeuvre sur la franchise, et ce Gears 5 vient confirmer les bonnes intentions des développeurs. Ce nouvel opus s’inscrit dans la continuité mais prend quelques risques à de nombreux endroits, qui s’avéreront payants au final. Dans cette suite directe de l’épisode sorti en 2016, on y retrouve notre jeune escouade de la CGU.

Au-delà de l’interminable guerre contre les Locustes, cette épopée en quête de réponse prendra le temps de raconter des histoires. C’est peut-être bête à dire, mais Gears of War prend enfin le temps de souffler un peu et de tisser des liens entre nos personnages. Même si le Lore se développe, tout cela est fait de manière très habile afin de ne pas frustrer les fans d’hémoglobines. Dans ce nouvel épisode, on y retrouve un rythme toujours aussi musclé et spectaculaire dans les scènes d’action. Mais le tout s’articule de manière à prendre un peu de recul sur l’univers qui nous entoure depuis maintenant plusieurs années.

Le développement de Gears 5 s’est fait dans le plus grand des silences, avant de doucement présenter ses différents modes de jeu au cours des événements précédent sa sortie. On était donc en droit de se poser de nombreuses questions. Les craintes commençaient à s’installer, et si la série appartenait finalement au passée ? The Coalition vient clairement de nous démontrer que non. En effet, vous allez comprendre pourquoi le titre s’impose aujourd’hui comme un incontournable de la génération Xbox One.

Une technique à point !

Gears 5 faucon

Avant de rentrer plus en détail, nous allons commencer par faire un point sur la technique. Il est impossible d’évoquer Gears 5, sans même débuter par sa technique quasi parfaite. Il est même évident que cette oeuvre pourrait donner quelques leçons à d’autres productions. On le sait tous, la Xbox One X est un véritable bijou technique sur le marché des consoles de salon. Si vous en êtes possesseur, il est interdit de ne pas essayer ce jeu. Car les équipes de développement ont réussi un véritable tour de force en affichant sur vos écrans un jeu pouvant faire tourner de la 4K en 60 FPS sans même tousser.

Le jeu est absolument magnifique, que ce soit les environnements, les couleurs, les jeux de lumière et la finesse des détails. On aura remarqué tout de même quelques décors ici et là présentant quelques imperfections mais rien de grave. Pour ce qui est de la version PC, le titre est extrêmement gourmand. Alors il faudra posséder une machine de guerre pour en tirer réellement profit. La partie multijoueur reste néanmoins plus fluide que la campagne sur des configs plus modestes. Maintenant que nous avons comparé la taille de nos engins, il est temps de parler du cœur du jeu et de ce qu’il a dans le ventre.

Commençons par la campagne jouable jusqu’à trois joueurs. Celle-ci se déroule très peu de temps après les événements du quatrième opus. On commence par incarner JD Fenix, durant quelques premières heures de jeu assez linéaire. On traverse la ville en affrontant des tonnes de bestioles à un rythme complètement dingue. On est direct dans le bain, et on se rappelle assez rapidement que l’on n’est pas là pour profiter du paysage.

Jusqu’à la seconde partie, où vous allez désormais prendre le contrôle de Kait Diaz. Il faut savoir que notre jeune héroïne est l’élément central de la nouvelle intrigue posée par le studio. Elle décide de se séparer du reste du groupe afin de comprendre ses origines et son mystérieux lien avec l’ennemi. Vous allez donc être en plein milieu de paysages enneigés d’une taille bien supérieure à ce que pouvait proposer la série jusque-là.

Campagne, nouvelle recette

Gears 5 skeef kait diaz

Un véritable vent de fraîcheur frappe à cet instant les fans de la licence. Celle qui a toujours proposé une histoire linéaire et rythmée à ne pas avoir le temps de se poser la moindre question, décide d’un coup de prendre le large. Il est clair qu’il va falloir quelques minutes aux fans pour y prendre goût. Alors une chose est sûre, il risque d’y avoir deux écoles sur ce point. Ceux qui aiment les mondes ouverts, permettant ainsi de prendre le temps d’explorer les environs. Et ceux qui sont là pour découper de la chair fraîche. Pour rassurer tout le monde, le titre adopte une formule peu contraignante dans les deux cas.

Cette nouvelle ossature fait rapidement penser au récent God of War, un monde semi-ouvert composé d’un hub principal. Quelques points d’intérêt avec des missions secondaires disséminées aux quatre coins de la map. Cependant, rien n’est obligatoire et il sera possible de foncer vers la trame principale si on le souhaite. On pourrait même trouver dommage, que l’exploration ne profite pas d’un meilleur soin. En effet, on prend tout de même moins de plaisir ici que dans les terres nordiques de Kratos à farfouiller les différents endroits.

On prendra tout de même plaisir à voyager à bord de notre Skeef au sein des paysages enneigés et désertiques. La conduite est impeccable et il sera même possible d’y stocker des armes afin de varier les plaisirs entre deux missions. Pour ce qui est de la durée de vie, elle reste correcte pour les explorateurs qui aiment prendre leur temps et tout maximiser au possible. Pour les autres, l’aventure risque d’être expéditive. Il faut savoir qu’il est tout de même dans votre intérêt de visiter les différents lieux. Car ce Gears 5 accueille un timide arbre de compétences grâce à votre nouveau compagnon : Jack.

Ce petit drone volant va vous suivre durant toute votre aventure et vous sera d’une grande aide. Véritable nouvelle mécanique de jeu, vous allez pouvoir donner des ordres à Jack afin de tirer parti de ses capacités. Cela offre une approche vraiment différente lors de vos affrontements. Vous allez alors pouvoir scanner les zones, flasher ou même vous doter d’un bouclier, ce qui diversifiera grandement les manières d’aborder un combat.

Ce qui est intéressant, c’est qu’il sera possible d’améliorer votre nouveau pote avec l’aide de composant ramassé sur le champ de bataille. Par la même occasion, cela offre sans conteste une rejouabilité à ce mode campagne. Car vous allez pouvoir revenir plus fort et donc tenter d’augmenter le niveau de difficulté et ainsi relever les défis les plus complexes.

Un multi toujours aussi saignant !

Gears 5 jd fenix bot élimination

Véritable atout depuis ses débuts, le mode multijoueur revient plus complet que jamais sur le devant de la scène. Dès sa sortie, le titre se dote de quelques collaborations vraiment sympathiques avec notamment Halo ou même Terminator. Même si cela reste uniquement esthétique, ça ne manquera pas de faire plaisir aux fans.

Commençons par le mode Horde, présent depuis bien longtemps dans le portefeuille de la licence, celui-ci reste fidèle à lui-même. Pas de gros changements, hormis l’apport des nouveautés en terme d’armes et d’ennemis. Il vous faudra coopérer pour survivre le plus longtemps possible aux différentes vagues de monstres. Comme d’habitude, chaque manche se sépare avec une courte pause permettant ainsi de faire le plein et fortifier ses défenses. Un classique dont il aurait été dommage de se passer.

Le mode Bataille revient pour le plus grand plaisir des compétiteurs. En effet, celui-ci se dote de quelques nouveautés dans les différents modes de jeu mais la recette reste globalement la même. L’équilibrage des armes est au poil, les maps sont en grande partie symétriques mais reste agréables à parcourir dans leur ensemble.

Un petit bémol cependant concernant le système de matchmaking qui n’hésite pas à lancer des équipes de niveau supérieur à 80 face à de pauvres joueurs commençant tout juste dans ce mode. Il est donc possible de se retrouver dans des parties complètement déséquilibré. Pour les plus aguerris, tout se passe dans le mode classé avec des règles taillées pour la compétition.

Grande nouveauté et véritable star marketing de la campagne de communication du studio, le mode Fuite. Ici, vous allez devoir combattre mais de façon bien différente que d’habitude, car il faudra tout simplement fuir. Vous allez commencer chaque partie par une courte cinématique de votre personnage posant une bombe à venin. Celle-ci possède un timer, qui au bout de celui-ci déclenchera une vague de poison dans toute la grotte. Mais rien ne sera facile, car vous allez commencer avec très peu de munitions et les lieux sont infestés d’ennemis aussi bien robotiques que monstrueux.

Pour cela, il faudra coopérer et ne pas perdre de temps à explorer les différents endroits à la recherche de munitions et autres gadgets utiles. Alors même si des défis sont déjà présents, la grande force de ce mode sera d’être communautaire. Car vous allez pouvoir créer vos propres circuits afin de les proposer aux autres joueurs. Tout ce système est encore en phase de bêta, mais on mise fort dessus pour tenir les joueurs sur la longueur.

Acheter Gears 5 sur Amazon

Gears 5 devient sans aucun doute un épisode marquant de la série. Contrairement à l’opus précédent, celui-ci prend quelques risques et ne rate pas la marche. La licence trouve un léger second souffle grâce à lui et relance sans conteste l’intérêt des joueurs autour de cet univers. Une campagne intéressante qui développe les personnages intelligemment, et notamment avec Kait Diaz qui profite d’un arc scénaristique parfaitement mené. Le tout est forcément sublimé par une technique aux petits oignons. Le titre ne s’arrête pas là, car il offre moult possibilités aux joueurs, il y en aura pour tous les goûts avec les nombreux modes de jeu présents à sa sortie. Les sensations sont très bonnes et les roulades suivies de coups de fusil à pompe dans ta tronche n’ont pas fini de retentir. Le studio combine parfaitement les nouveautés avec la base qui fait tant le charme de la franchise depuis de nombreuses années. En bref, un pari réussi qui signe sans aucun doute, l’un des meilleurs volets de la licence.

L'avis de l'auteur

Quel bonheur de retrouver cet univers pour ma part. J'avais vraiment peur de retrouver une nouvelle aventure sans saveur, qui une fois terminée te laisse un goût de "mouai bof c'était cool". Mais finalement pas du tout, j'ai apprécié le mode campagne d'un bout à l'autre. J'avoue avoir été perturbé les premières minutes lors de la prise en main du Skeef, mais rassuré assez rapidement. Pour le reste, je passe d'un mode à l'autre avec mes potes et je ne m'en lasse pas. Alors oui on rage toujours après un coup de pompe qui passe qu'à moitié, mais c'est l'essence même de cette licence. Je suis convaincu que le studio peut encore faire mieux la prochaine fois, mais une chose est sûre, on est sur la bonne voie.

DubZ
s
Note du panda
8.5 10

Gears 5

Points positifs

  • Graphiquement inégalé sur Xbox One X
  • Techniquement à la limite de la perfection
  • Une campagne offrant un rythme effréné
  • Le Lore se développe assez bien dans cet épisode
  • Le nouveau mode Fuite, qui offre une nouvelle approche
  • L'arrivée de Jack
  • La nouvelle recette du mode campagne...

Points négatifs

  • Quelques environnements qui manquent de détails
  • La durée de vie de la trame principale du mode campagne
  • Les sous-titres complètement à la ramasse
  • ... Qui pourrait ne pas plaire à tout le monde

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp