TEST. Zheros – Un beat’em all… intéressant ?

Voir la note

Dans les beat'em all indépendants, nous avons un certain Zheros qui, il faut le reconnaître n'a pas fait grand bruit. Le beat'em all de Rimlight Studios a été comme beaucoup de jeux, validé sur Steam Greelight avant de sortir officiellement le 15 Février dernier sur PC et Xbox One, en attendant une sortie prochaine sur PS4. Maintenant, avons-nous devant nous un beat'em all indépendant suffisamment intéressant pour nous y attarder dessus ?

Steam Greenlight est décidément devenu depuis quelques temps LA maison des développeurs indépendants, pour leur permettre de sortir leurs jeux grâce à la communauté qui valident ces derniers.

C’est donc par ce biais que Zheros est arrivé en version finale sur Steam, mais la question qui subsiste est de savoir si concrètement, le beat’em all futuriste et science-fiction en vaut la chandelle ou non.

L’escouade Zheros en avant pour sauver l’univers !

2016-03-04_00003

Avant de lancer le jeu sur Steam, on aurait pu se dire que Zheros allait peut être nous proposer malgré tout un semblant de scénario, mais il n’en est rien malheureusement. En effet, le titre de Rimlight Studios nous permet d’incarner deux membres de l’escouade Zheros que sont Mike et le capitaine Dorian. L’objectif de ces deux agents intergalactiques sera de déjouer le plan machiavélique du Dr. Vendetta, projettant de réduire tous les êtres vivants en esclavage avec son armée de robot.

Voilà à quoi vous devrez vous attendre au niveau de l’histoire de Zheros, pas très inventive en premier lieu, et en second lieu, pas un poil scénarisée étant donné que la trame scénaristique ne se résume qu’à une cinématique de début et de fin pour clore le jeu… Des premiers signes de fainéantise du côté de Rimlight Studios, et ça ne s’arrête pas là…

Dézinguage de robots et d’extraterrestres en vue !

2016-03-07_00007

Comme vous pourrez le comprendre et ce n’est pas une surprise, Zheros prend logiquement la forme d’un beat’em all en 2.5D, et vous avez d’ailleurs la possibilité dès le début du jeu entre choisir Mike ou le capitain Dorian. Car oui, le jeu peut se jouer en coopération en local, ce qui est une très bonne chose en soi, et notez qu’en choisissant l’un de ces deux personnages, ces derniers ne sont finalement pas si différents, sauf au niveau des animations en combats mais au delà de ça, ça s’arrête là.

Sinon, pour en venir au gameplay pur du soft  de Rimlight Studios, Zheros est donc un beat’em all, mais tout n’est clairement pas parfait dans ce dernier. En effet, en premier lieu, on peut déjà s’apercevoir que la hitbox de notre personnage est clairement limite limite – notamment contre les boss -, ce qui fait que ce dernier se fera souvent toucher alors que ce n’est pas censé être le cas. En plus et il faut dire que le verrouillage des ennemis quand vous les frappez, est plutôt étrange et ce, tout simplement parce que vous ne pouvez pas vraiment les sélectionner comme vous le voulez, c’est littéralement automatique et mal foutu.

A contrario, on trouve quand même en Zheros un gameplay en soi dynamique, mais cela n’excuse pas les problèmes cités plus haut, mais aussi sa répétitivité flagrante, qui ne se résume qu’à dézinguer un groupe d’ennemis, avancer, et rebelote… D’ailleurs, il est aussi flagrant de voir que les combats sont ultras brouillons, et il n’est d’ailleurs même pas possible d’arrêter immédiatement ses combos lorsqu’un adversaire va par exemple vous frapper. Bon après, comme tout beat’em all se respectant, vous pouvez évidemment parer les coups des ennemis, mais également retourner les tirs des ennemis contre eux, pour on va dire plus de facilité… Il y a aussi des phases où vous pouvez contrôler des mechas mis à disposition, mais c’est clairement les seules phases jouissives, et surtout où on se sent puissant.

En somme, il y a aussi un menu amélioration pour votre personnage une fois les niveaux terminés pour augmenter votre arme, bouclier, ou débloquer de nouveaux coups. Tout cela, vous pourrez les upgrader à l’aide de tokens – qui se ramassent dans les niveaux -, se convertissant par la suite en 1 ou 2 RP, en fonction de combien de Tokens vous ramassez par niveaux. Là encore, on trouve que ce menu d’amélioration est en définitive assez simpliste et manque de profondeur, en sachant que la plupart des combos que vous obtiendrez en améliorant vos coups ne sont pas si spectaculaires et efficaces qu’on aurait pu l’imaginer…

Dernière chose avant de passer à la suite, il faut bien avouer que l’I.A. reste assez agressive, ce qu’il fait qu’en normal, la difficulté reste anormalement élevée dans certains passages du jeu, et les soucis de gameplay n’aident pas non plus…

Graphismes, bande-son, durée de vie… La TOTALE !

20160309033636_1

Etant donné que le jeu ne nous a pas forcément totalement emballé, voyons ce que donne Zheros graphiquement, et qui se termine, au passage, en environ 6h de jeu en mode normal – surtout avec des passages tarabiscotés -.

Pas de doute, même si nous savons pas vraiment avec quel moteur graphique il est employé, Zheros se paie le luxe de se doter de graphismes vraiment jolis, et les arrières-plans dynamiques nous bluffent littréalement, même si nous aurions aimé que ceux-ci ne soient pas floutés à l’extrême. Mais ne boudons pas notre plaisir, et avouons que techniquement, Zheros s’en sort avec les honneurs c’est un fait. En revanche, on ne peut pas en dire autant du level-design du titre, affreusement répétitif, et qui nous fait au passage sentir la fainéantise des développeurs à nous proposer des environnements variés. Parce que, entre nous, se taper des décors d’usines et des grottes pendant six heures de jeu, c’est clairement d’un abus sans nom…

Bon, peut être que la bande-son de Zheros est mieux allez savoir ! Et bien, si les musiques électro/dubnstep collent plutôt bien à l’ambiance de Zheros, force est de constater qu’il y en a pas beaucoup et que celles-ci finissent par tourner en boucle, et surtout se compter sur les doigts d’une main, rien qu’ça ! A part ça, il est surprenant de ne pas au moins retrouver des voix dans les deux seules cinématiques du jeu – faisant presque passer Zheros pour un jeu muet tiens. -, et même tout le long de l’aventure…

Et ben dis donc, il n’y avait pas grand-chose à sauver dans ce titre développé par Rimlight Studios. Avec des mécaniques de gameplay bonnes au début mais qui finiront par vous frustrer par la suite, mais surtout un level-design vraiment trop répétitif – comme le gameplay de ce jeu… -, Zheros ne pourra se sauver qu’au moins par le biais de sa durée de vie correcte, et sa technique vraiment bien foutue. La coopération en local avec un ami viendra à la limite pimenter pourquoi pas un bon après-midi de franche poilade – ou de souffrance,  à vous de voir si vous appréciez vraiment le jeu… ou pas -, mais très franchement pour 14.99 €, circulez il n’y a rien à voir. Un jeu proche du… Zéro.

L'avis de l'auteur

Sincèrement, j'aurais pu penser que Zheros pouvait être un beat'em all sympathique, mais finalement, il frôle le zéro pour ma part - oui, je suis fier de mon jeu de mot ! -. Le jeu s'offre une difficulté parfois hallucinante, sans compter bien évidemment des décors répétitifs, mais surtout un gameplay avec une palette de coups très pauvre. Le tout m'a donc empêché de prendre mon pied. Je ne compterai pas aussi la fin, qui n'est autre qu'un cliffhanger affligeant qui pourrait amener à une suite. Enfin, si le jeu arrive à trouver son public étant donné que je me suis particulièrement ennuyé du début à la fin dessus...

Matheus
f
Note du panda
4 10

Points positifs

  • Techniquement joli
  • Les rares phases en mechas pour varier un peu
  • De la coopération en local !
  • Les améliorations pour nos deux personnages...
  • Gameplay dynamique...

Points négatifs

  • ... beaucoup trop simplistes
  • ... avec une palette de coups faméliques et trop répétitifs
  • Quelques pics de difficulté parfois incompréhensibles !
  • Bestiaire pas très inspiré et peu varié
  • Le level-design ultra répétitif
  • Musicalement limité
  • Scénario inexistant, et fin en queue de poisson

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp