TEST. Vandals – Avez-vous l’âme d’un tagueur ?

Voir la note
Qu'on le veuille ou non, les tags restent un élément artistique à part entière, et l'éditeur de la chaîne culturelle ARTE a voulu mettre cela en avant avec Vandals. Ce petit jeu orienté puzzle-game est-il une bonne pioche ?

Vandals est donc le nouveau titre édité par ARTE, qui veut pousser les joueurs à apprendre la culture du tag en s’amusant. Le titre est d’ailleurs également développé par trois développeurs, à savoir Cosmografik, Novelab, ainsi que Ex Nihilo. Le dernier développeur cité est d’ailleurs à l’origine d’un certain Type:Rider plutôt excellent, et qui nous faisait traverser l’épopée de la typographie. Là aujourd’hui, Vandals se concentre sur l’art du tag et les street artists, via une sorte de puzzle-game à le Deus Ex Go, qui est sorti tout récemment sur PC, soit juste après les versions iOS et Android. Est-ce que l’on est en face d’un jeu relativement réussi ou juste correct ?

Le tag de 1968 aux années 2000

Vandals test

En arrivant sur Vandals, vous ne serez pas surpris d’apprendre que le soft n’aura pas d’histoire. En effet, le titre va vous faire visiter notamment Paris, Berlin, New-York, Tokyo en passant par Sao Paulo. Chaque monde sera composé de pas moins de 12 niveaux à accomplir, avec différents casse-têtes plus ou moins bien équilibrés, avec une petite touche d’infiltration et de stratégie. Vous pourrez même dans les niveaux récupérer quelques fiches de certains street artists connus, juste pour la culture générale. En tout cas, il est néanmoins intéressant de voir un titre parcourir les époques pour nous en apprendre plus sur le street art.

Pour le reste, la direction artistique de Vandals reste toutefois agréable qu’on se le dise. Le style graphique employé ici est un bon vieux cel-shading, avec un côté coloré pas des plus désagréables. Toutefois, malgré son aspect visuel pas forcément vilain pour un titre sorti jadis sur iOS et Android, on pourra amèrement regretter que les décors se suivent et se ressemblent, et c’est fort dommage car on aurait pu s’attendre à bien mieux. Après concrètement sur l’aspect purement visuel, le jeu reste mine de rien assez propre au niveau des textures, mais il faudra se rendre à l’évidence que nous sommes en face d’un simple portage d’un jeu mobile sur PC ni plus, ni moins. Mais qu’à cela ne tienne, le soft est au moins fluide et bien optimisé c’est déjà ça.

Sinon à part ça, le titre est tarifé à 4.49 €, mais se termine assez rapidement en ce qui concerne sa durée de vie. Effectivement, pour venir complètement à bout de Vandals, comptez facile deux petites heures pour en voir le bout, voire un peu moins si vous être un as des casse-têtes. Pour éventuellement prolonger sa durée de vie assez courte, vous pourrez toujours viser le 100 % en ayant les trois étoiles dans chaque niveau – invisible, en ayant effectué le moins de tours possibles, ou en ramassant l’étoile bonus sur le niveau -.

Taguer sans se faire gauler

Vandals test

Comme nous l’avons évoqué un petit peu plus haut, Vandals prend la forme au niveau de son gameplay d’un Deux Ex Go like, dans la mesure où vous avancez juste point par point. Et le but de chaque niveau sera dans un premier temps d’effectuer un tag dans un endroit du niveau, puis ensuite de vous diriger jusqu’au point d’extraction tout en évitant les divers types de policiers qui rôdent aux alentours.

Pour ce faire, vous aurez à disposez moults stratagèmes pour attirer leur attention comme siffler, balancer des bouteilles à certains endroits, ou encore user et abuser des grillages pour ne pas vous faire attraper par exemple. Globalement, le gameplay tourne un peu trop vite en rond au final, après seulement une vingtaine de minutes de jeu car les mécaniques n’évoluent pas, et restent strictement les mêmes. On pourra louer le fait que l’on puisse dessiner nos propres tags dans le jeu mais bon si le dessin n’est pas votre fort, vous passerez vite outre cette fonctionnalité très honnêtement.

Vandals a de bonnes mécaniques de base, mais dommage qu’elles soient vite répétitives.

Côté maniabilité et difficulté, il y a à boire et à manger. La maniabilité à la souris s’effectue sans le moindre accroc – car oui, tout se joue à la souris pour interagir avec les objets et faire avancer notre personnage -, mais on sentira assez vite malheureusement que le jeu est vraiment taillé pour le tactile des smartphones ou tablettes encore une fois. Pour la difficulté maintenant, Vandals reste cependant assez équilibré, avec quelques puzzles qui vous demanderont parfois d’utiliser votre matière grise pour les passer. Mais en globalité, le tout n’est pas forcément rebutant, et même les néophytes en la matière pourront s’y essayer sans soucis.

Enfin, nous avons la bande-son, relativement oubliable. Nous ne compterons pas le fait dans un premier temps qu’il n’y ait pas de doublages car il semblerait que ce soit le choix des développeurs de toute façon. Mais cela dit, les thèmes musicaux ne seront pas si marquants que cela, et resteront juste dans l’ambiance des différents pays que nous visiterons au cours de notre progression. En somme, on sera en face d’un jeu à l’ambiance sonore sommaire et oubliable.

Est-ce finalement une bonne pioche ce Vandals ? Et bien, on pourra dire que le jeu reste en soit juste correct au final. Le titre a de bonnes bases dans ses mécaniques de gameplay empruntées à Deus Ex Go, mais les développeurs n’arrivent jamais à le faire évoluer, et cela nous donne une assez forte impression de toujours faire la même chose dans chaque niveau. C’est dommage, tout comme la bande-son sommaire, et ce portage PC qui nous laisse cette désagréable impression que le titre a été taillé à l’origine pour les version mobiles. Ceci dit, tout n’est pas à jeter dans ce titre qui nous fait visiter avec plaisir l’histoire du Street Art, et nous donnant des informations assez détaillées sur les divers street artists. En effet, la patte graphique est agréable, et on prend un minimum de plaisir à y jouer un temps, surtout que le soft n’est pas excessivement cher – 4.49 € -. Alors certes il est court, mais si vous voulez vous plonger dans l’univers du street art le temps de deux petites heures, pourquoi pas mais à condition que vous soyez un fan invétéré de cet univers.

La note de l'auteur

J'avais apprécié Deus Ex Go, et j'étais curieux de voir ce qu'allait donner le gameplay de Vandals. Finalement, sans être désagréable, je n'ai pas réellement été très emballé car ses mécaniques n'évoluent pas énormément au fil du jeu, et c'est décevant de ce côté-là. Je ne suis également qu'à moitié fan du street art, mais cependant, la patte graphique du soft a fait son petit effet chez moi. En bref, je reste assez partagé sur le soft qui reste attirant d'un côté, mais beaucoup trop répétitif de l'autre. Après pour 4.49 €, c'est à vous de voir si vous préférez sauter le pas et vous laisser tenter, surtout si vous adorez les puzzle-game orientés infiltration et stratégie.

Matheus
c
Note du panda
6 10

Points positifs

  • Patte graphique plutôt agréable
  • Des informations pointues sur les artistes de rue
  • Pas trop cher - 4.49 €-
  • Portage PC acceptable...
  • Quelques mécaniques de jeux intéressantes au début...

Points négatifs

  • ... Même si on sent que le jeu est taillé pour les versions mobiles
  • ... Qui tournent vite en rond par la suite
  • Bande-son très sommaire
  • Se termine en deux petites heures, voire moins

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp