TEST. Tokyo Xanadu eX+ – Un portage qui ne perd rien de sa superbe

Disponible chez nous depuis juin 2017, Tokyo Xanadu, réalisé par Falcom, revient, assigné d’un Ex+, afin de faire vibrer PC et PlayStation 4. Accessible depuis décembre 2017, ce portage signé des pères de Ys et The Legend of Heroes a de quoi satisfaire.

Ayant vu le jour sur PS Vita en juin 2017, Tokyo Xanadu, J-RPG développé par Falcom, studio habitué de la formule, se retrouve porté sur PlayStation 4 et PC en décembre dernier, dans une édition nommée Tokyo Xanadu eX+, à destination des intéressés ne possédant pas la console portable de Sony. Pouvant être perçu comme un simple portage, le titre originel du studio nippon possède un test sur le site. S’attaquant ici à un univers plus moderne qu dans ses autres franchises, les développeurs avaient fort à faire, mais est-ce que leur travail se solde en un jeu, un portage de bonne facture ?

Le retour d’un Tokyo bourré de portails

Se déroulant en 2015, l’histoire nous emmènera dans la vie de Kou Tokisaka, lycéen de profession. Menant sa petite vie tranquille, ce dernier se verra vite bousculé dans son train train quotidien, puisque Morimiya, situé en plein Tokyo et lieu de résidence de notre jeune protagoniste, se trouve être un lieu bien plus spécial que ce qu’il n’y paraît au premier abord. C’est via la jeune Asuka Hiiragi que nous découvrirons ces quelques mystères auxquels nous n’allons pas pouvoir échapper. En compagnie de cette délicieuse demoiselle, nous allons ainsi pouvoir en apprendre plus sur l’Éclipse et tous les phénomènes qui gravitent autour de celle-ci. Cette fameuse Éclipse, sorte de phénomène paranormal, à l’origine d’une distorsion spatio-temporelle, plonge les personnes proches de ladite distorsion dans un monde parallèle, labyrinthique et parsemé de créatures abjectes et prêtes à tout pour vous croquer. C’est de cette manière, par un heureux hasard, que Kou se retrouve aspiré dans cette autre dimension, où il devra combattre pour survivre et rejoindre, entier, son monde à lui. Un scénario légèrement loufoque, surprenant, mais qui a de quoi intriguer et dont les créateurs sont parvenus à amener quelque chose de complet et qui tient la route sur la table.

Vous l’aurez correctement supposé, vous viendrez rapidement à contrôler, non seulement Kou, mais aussi Asuka. Néanmoins, l’équipe ne s’arrêtera pas là, puisque vous pourrez voir votre équipe grossir à mesure que vous avancerez dans l’aventure et explorerez les moult donjons à votre disposition. Ces divers lieux à découvrir ne sont autres que les distorsions dont je vous parlais ci-avant et qu’il vous faudra, par la force, fermer, de sorte à mettre fin à chaque phénomène se déroulant dans la ville. Pour vaincre les pléthores de démons et autres créatures qui voudront vous faire la peau, il vous faudra jour d’intelligence et exploiter les faiblesses de toutes, en vue à la troisième personne. Pour parvenir à utiliser au mieux les faiblesses de chaque ennemi, le jeu met à votre disposition un arbre des types, dont chaque adversaire et chaque personnage en possède un. Chaque type a une faiblesse et un bonus contre un autre type, à la manière d’un Pokémon si vous voulez. Votre équipe, pour chaque exploration, sera composée de trois personnages entre lesquels vous pourrez switcher quand vous le désirez, de sorte à ajouter un aspect stratégique à la chose ainsi que du dynamisme et de la fluidité. La préparation pré-donjon s’avérera donc très importante si vous ne désirez pas rencontrer de trop grosses difficultés dans votre avancée.

En parlant des personnages, il peut sembler bon de souligner le fait que le chara-design est très bien réalisé et que je suis comblé en contemplant ce dernier. Cette facette du jeu, couplée à un scénario des plus réussi pousse au respect. De plus, la carte est remplie de personnages non-jouables avec lesquels converser et pour lesquels vous pourrez obtenir moult informations supplémentaires en remplissant consciencieusement vos archives. Une recherche de profondeur vraiment bienvenue de la part des développeurs. Néanmoins, nous pourrons regretter des graphismes en peu en dessous de ce que nous sommes en droit d’attendre pour une console comme la PlayStation 4 ou pour un PC. Certes, l’ambiance globale est sympathique et il est rare de voir un J-RPG à la pointe à ce niveau, mais il reste nécessaire de souligner cette toute légère déception.

Pour en revenir à son gameplay, nous sommes face à un titre très dynamique et dont la fluidité est une véritable plus-value à mes yeux. De plus, une fois chaque donjon terminé, vous obtiendrez un note en fonction du temps que vous mettez à le finir, mais aussi selon la manière dont vous avez combattu, en utilisant ou non les faiblesses de vos adversaires. C’est dans cette façon de procéder que le switch de personnage devient vite intéressant, puisque vous pourrez jouer avec vos propres forces et ainsi prendre l’ascendant sur toutes les situations. Néanmoins, il s’agira aussi de ne pas oublier de fouiller les moindres recoins, sous peine de rater l’un ou l’autre objet très intéressant. La vitesse ne fait pas tout dans ce jeu, il faut simplement être méthodique.

Du côté plus pratico-pratique, la touche croix vous servira à attaquer, rond à sauter et R à esquiver. Le bouton carré servira quant à lui à attaquer à distance. A vous donc de faire bon usage de chaque touche, de sorte à ne pas consommer trop d’énergie, prendre trop de dégâts ou en infliger trop peu. Mais vu que nous ne sommes pas là pour faire un tutoriel d’utilisation de vos personnages, vous prendrez bien le temps dans votre partie d’user de tout cela de la meilleure des manières.

Un portage plein de qualités

Tokyo Xanadu Ex+

Lorsque vous serez dans vos phases exploratoires, que vous effectuerez certaines actions, notamment via l’utilisation de la touche carré, vous consommerez de l’énergie, ou plutôt de la magie. Par ce biais, vous pourrez infliger des dégâts à vos adversaires, ce qui peut s’avérer plutôt intéressant lorsque vous avez face à vous de véritables machines à détruire au corps-à-corps. Bien entendu, et même si je n’en ai pas parlé précédemment, ce titre possède également des attaques dévastatrices, connues sous le nom de X-Strike. Pour pouvoir utiliser ces dernières, il faut remplir la jauge associée et appuyer sur L, puis sur R, de sorte à lancer ladite technique meurtrière. Cette pratique vous permettra, d’ailleurs, de déclencher une cinématique liée à ces coups. Attaques que chaque personnage possède, youpi !

De plus, notez que Tokyo Xanadu eX+ propose un système de leveling, qui vous permettra d’améliorer vos personnages et de pousser encore plus loin le fun lié aux donjons. En ajout de cela, vous pourrez également ajouter des pierres à votre équipement, sortes d’enchantements qui permettront à votre équipe de gagner des bonus dans divers caractéristiques comme la défense ou l’attaque, par exemple.

Mais ce n’est pas tout, car cette version est également un peu “upgradée“. En effet, cette dernière voit apparaître des évènements subsidiaires supplémentaires ainsi que de nouveaux costumes. Mais le plus intéressant, c’est que vous pouvez aussi retrouver un arc narratif additionnel, dont je ne parlerai pas, de sorte à vous laisser découvrir cette chouette surprise de vos propres yeux.

Enfin, j’aimerais terminer par les activités annexes, ainsi que l’aspect sonore du jeu. Nous allons commencer par ce dernier, qui est une véritable perle pour les oreilles. Comme celle du titre originel, les compositions sont présentes pour accompagner le joueur tout au long de son aventure et le plonger dans une véritable bulle à mesure qu’il avance dans l’histoire. Difficile de s’en lasser, ces titres vous garderont en extase de longues heures.

Et pour finir, réellement cette fois, parlons de l’aspect chronophage, et parfois un peu subsidiaire du jeu, les activités annexes. Le joueur aura la possibilité de se rendre dans la salle d’arcade, où il pourra passer un peu de temps sur quelques mini-jeux, proposés par les développeurs. On y retrouve par exemple un mini-jeu de skate, ou encore un jeu de cartes.

D’ailleurs, et parce que j’ai encore envie de vous parler un peu, sachez que d’autres tests du genre sont disponibles sur le site, avec notamment la série des The Legend of Heroes, dont vous pouvez retrouver les tests des deux premiers épisodes, sortis en Europe, ici et ici, ou avec Ys, dont vous pouvez trouver la critique du dernier opus via ce lien.

Dans la gamme des J-RPG, on peut dire que Tokyo Xanadu Ex+ est aussi bon que Tokyo Xanadu. Signé par Falcom, ce dernier nous plonge dans un environnement contemporain, avec une ville de Tokyo presque reconnaissable. Pour un portage, on ne ressent pas vraiment de grandes différences entre ce qui nous était proposé sur PS Vita et ce qui l’est sur PS4 et PC, mais le titre reste, comme la version d’origine, forcément agréable à jouer, à découvrir. De plus, de nombreuses qualités comme la durée de vie ou la bande son sont présentes pour faire de ce soft un titre nécessaire à posséder dans votre ludothèque. Néanmoins, n’oubliez pas que ce dernier n’est disponible que dans la langue de Shakespeare.

La note de l'auteur

Probablement l'un des titres de la fin d'année 2017, selon moi, Tokyo Xanadu Ex+ se révèle être une très belle aventure, qui n'a rien à jalouser à sa version d'origine, proposée uniquement sur PS Vita dans nos contrées. Développé par Falcom, ce petit bijou ne cesse de faire penser aux autres réalisations du studio, ce qui a de quoi plaire aux habitués des licences du studio. Très fluide et apportant, surtout, un côté très dynamique, nécessaire aux J-RPG, ce soft, en plus de proposer des mécaniques agréables et intuitives, devient donc une véritable aventure pleine de plaisir. Un peu en retrait graphiquement parlant, cette création sait se rattraper sur tous les autres éléments du jeu, notamment via une bande son qui sait faire frémir de contentement l'oreille du joueur que je suis.

Ludvig
a
Note du panda
8 10

Tokyo Xanadu eX+

Points positifs

  • Doublage japonais...
  • Présence de mini-jeux
  • Scénario de grande qualité
  • Plusieurs personnags jouables, différents et attachants
  • Fluide, dynamique, plein de bonnes mécaniques
  • Bande-son de haute voltige
  • Durée de vie qui légitimise son prix

Points négatifs

  • ... Toujours seulement en anglais dans le texte
  • Graphiquement un peu daté

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur