Test The Wanderer : Frankenstein’s Creature – Une aventure narrative émouvante et captivante

  • PC
  • Android
  • iOS
  • Switch
Voir la note

La mythe de Frankenstein revient dans une version revisitée, et fait par un studio français qui plus est !

Arte, en collaboration avec le studio français La Belle Games, a décidé de faire revivre un mythe légendaire avec The Wanderer : Frankenstein’s Creature. Comme le nom du jeu l’indique, le soft va tout simplement revisiter cette créature de Frankenstein imaginée par une certaine Mary Shelley. Le jeu nous avait globalement emballé dans notre preview, et le charme opère toujours dans ce test du titre final, disponible en ce 31 octobre sur PC.

Conditions de test : Nous avons terminé une première fois The Wanderer : Frankenstein’s Creature en 1h40 de jeu environ. Cela nous a permis de recommencer une seconde fois le jeu, afin de constater qu’il y aura bel et bien plusieurs fins différentes, avec pas mal de variantes. Le titre a été testé sur la version PC, soit la seule mouture disponible à l’heure actuelle en attendant les versions iOS, Android et Switch.

Dans la peau de la créature de Frankenstein

The Wanderer: Frankenstein's Creature eau reflet tête de mort

Pour le scénario de The Wanderer : Frankenstein’s Creature, il va être concrètement très simple. En effet, vous incarnerez la créature de Frankenstein, qui va vivre un périple pour le moins houleux. D’une laideur sans nom, ce dernier va tenter tant bien que mal de se faire accepter par les humains qu’il croisera dans son aventure. En sus, le bougre va tenter aussi d’y retrouver son propre créateur, Victor Frankenstein.

C’est comme ça que se déroulera le scénario globalement, avec pas mal de passages clés et quelques surprises intéressantes. Cette version totalement revisitée de Mary Shelley est tout simplement soignée, et permet de retrouver un point de vue de la créature bien traité et amené. D’ailleurs, on finit directement par s’attacher à elle, jusqu’à éprouver une empathie forte vis-à-vis de sa souffrance d’être rejetée par tout le monde à cause de sa laideur.

En somme, The Wanderer : Frankenstein’s Creature dispose d’énormément de qualité dans la narration, terriblement captivante. Sachez qu’il y a aussi des choix qui vont directement influencer la fin du jeu, en bien comme en mal. Nous avons pu en voir concrètement deux sur les trois, et elles sont clairement travaillées. C’est une bonne chose en somme, car cela force le joueur à refaire le soft, et y voir les diverses conséquences en fonction de vos choix voire actions. Cela dit, on regrette que certains choix de dialogues n’amènent pas à des conséquences plus concrètes…

Pour le reste, on sera en tout cas émerveillé par la qualité graphique et artistique du titre. Les panoramas tout en gouache et aquarelle sont saisissantes de beauté et de détails. En clair, le soft s’apparente à une belle peinture vivante agréable pour la rétine. Les décors sont qui plus est variés, colorés, et donnent un charme singulier et somptueux à la production de La Belle Games.

Petite ombre au tableau, ce sera quelques textures qui ont quelquefois des ratés, sont un peu floues, et les animations manquent de peaufinage. Mais cependant, rien d’alarmant pour autant. A part ça, le tout est plutôt fluide, sauf légèrement sur le dernier tableau.

Un gameplay sans prise de tête et efficace

The Wanderer: Frankenstein's Creature mur arbre statue

Si vous cherchez un gameplay accessible dans The Wanderer : Frankenstein’s Creature, vous frappez à la bonne porte. En effet, le bébé de La Belle Games se joue uniquement à la souris pour déplacer notre personnage, à la manière d’un point’n’click. C’est donc plutôt intuitif, même si quelques petites imprécisions subsistent quand il s’agit de faire bouger notre créature d’un endroit à un autre. Qui plus est, cette dernière est quand même relativement lente… Ceci dit, cela ne ternit en rien l’expérience et plaisir de jeu car le reste du temps, cela reste très jouable.

Au niveau des séquences de jeu, le soft nous met en face d’un mélange réussi entre choix de dialogues, puzzles mais aussi de narration linéaire. A chaque tableau, vous devrez soit déplacer votre personnage pour assister au côté narratif du titre, résoudre des petits puzzles variés pour passer à la suite de la progression, voire répondre à des personnages via des choix de dialogue quand on vous le demandera.

Qu’on se le dise d’ores et déjà, la plupart des puzzles sont certes variés, mais n’en restent pas moins d’une facilité déconcertante dans l’ensemble. De reproduire des couleurs, en passant par des petits mini-jeux à réaliser au clavier/souris ou encore replacer des objets aux bons endroits, c’est pour le moins classique et sans véritable challenge.

Néanmoins, on salut l’effort du studio pour tenter de varier les puzzles, et se rattrape sur les nombreux choix – choisir de riposter ou fuir des villageois qui veulent votre peau, ces derniers vous prenant pour le diable votre personnage -, qui auront de sévères influences à la fin du jeu. Difficile d’en dire plus sur le jeu en seulement 1h40 de jeu, qui est la durée de vie du titre. Cela dit, le titre se dote au moins d’une rejouabilité pour découvrir les autres fins. On espère juste que le titre ne sera pas vendu à 14,99 €, ce qui pourrait être cher payé vu la durée de vie.

On termine avec un point véritablement époustouflant, soit la bande-son du jeu. Le jeu vous demandera d’utiliser un casque pour y jouer, et c’est pas pour rien. Car qu’on se le dise, les musiques jouées en général au piano et au violoncelle prennent aux tripes. De plus, elles s’incorporent parfaitement bien avec les moments tendus, calmes ou tout simplement de terreur.

Tout est aux petits oignons, et notez qu’évidemment, The Wanderer : Frankenstein’s Creature est dénué de doublages, juste de textes à lire. En somme, si vous vous essayez au titre, jouez-y avec un casque audio car c’est diablement immersif. Par contre, nous avons pu noter quelques bugs de son lors de notre test. Du coup, on espère sincèrement qu’une mise à jour viendra corriger ce défaut qui peut casser un peu l’immersion, bien embellie quand même par cette bande-son exceptionnelle !

Pour un jeu made in Arte en collaboration avec La Belle Games, The Wanderer : Frankenstein’s Creature est une franche réussite. Si nous pourrons un peu pester sur des choix de dialogue inutiles voire une durée de vie très courte et surtout des puzzles beaucoup trop faciles ou des déplacements un peu lents, le reste est en revanche une pure tuerie. Le studio français parvient à nous surprendre via une direction artistique singulière, originale et efficace, une bande-son de haute volée totalement immersive, et d’une écriture un peu convenue au début certes, mais qui prend de l’épaisseur dans la psychologie de la créature de Frankenstein, bien traitée et rendant un vibrant hommage à l’oeuvre de Mary Shelley. Les différentes fins sont également pas trop mal travaillées, et il serait donc dommage de passer à côté de ce titre, surtout si vous êtes attiré par le mythe de Frankenstein. Bon, le titre sera certainement vendu dans les 14,99 € ce qui peut paraît cher vu la durée de vie famélique, mais dans les 5 ou 10 € lors d’une promotion, c’est un petit bijou indépendant à posséder et à expérimenter au moins une fois.

L'avis de l'auteur

Du début à la fin, j'ai été totalement envoûté par cette production indépendante de La Belle Games. J'ai déjà adoré tout simplement la direction artistique et la bande-son, et son aspect narratif est terriblement captivant tout le long, car on veut vraiment savoir le fin mot de l'histoire. Mis à part sa durée de vie courte ou ses déplacements tantôt redondants, le titre reste une véritable perle indépendante qui traite d'une bien belle façon le mythe de Frankenstein. Le prendre au prix fort - certainement 14,99 € - serait peut être de trop, mais lorsqu'il sera moins cher, ce sera bien entendu un titre à faire absolument, histoire d'apprécier le pouvoir fortement empathique et émouvant du soft, clairement une réussite.

Matheus
a
Note du panda
8 10

The Wanderer: Frankenstein's Creature

Points positifs

  • Une véritable peinture vivante dans la direction artistique...
  • Trois fins qui peuvent accentuer la rejouabilité
  • Les choix que l'on fait ont de véritables influences sur la fin du jeu
  • Le mythe de Frankenstein parfaitement revisité et captivant dans sa narration
  • On ressent une véritable empathie très forte pour la créature
  • Le sound design est impressionnant de qualité et en donne des frissons
  • Une variété dans le gameplay entre narration, choix de dialogues et puzzles
  • Très accessible dans sa jouabilité, qui se joue entièrement à la souris et quelquefois au clavier

Points négatifs

  • ... Avec malgré tout quelques légers ratés dans les textures et animations
  • Une aventure bien trop courte malgré les trois fins - moins de 2 heures -
  • Peu de challenge dans les puzzles et certains mini-jeux
  • Pas mal de bugs dont de sons
  • Les déplacements de la créature, entre lenteur et tantôt de petites imprécisions

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

3 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp