Test The Crew – Le nouveau jeu de course MMO d’Ubisoft

Voir la note
Décidément, c'est la folie chez Ubisoft : Après Just Dance, Assasin's Creed et Far Cry, le studio français nous sort aujourd'hui une nouvelle licence : The Crew. Plutôt habitué aux jeux d'action et d'aventure, cette sortie signe une nouvelle expérience pour le studio en s'essayant aux jeux de voiture. Alors, est-ce que l'éditeur a bien fait de s'ouvrir de nouvelles portes ou faut-il mieux ranger les jeux de course au placard ?

Décidément, c’est un peu le mot de l’année pour Ubisoft : Après un monde en total contrôle dans Watch Dogs grâce aux connexions, ici, c’est VOUS qui allait être connecté au monde : The Crew se veut comme un « MMO-jeu de course », c’est à dire que vous allez pouvoir jouer, en monde ouvert, et cela, avec des joueurs du monde entier. Bien qu’il comporte une trame scénaristique principale, le jeu est exclusivement en ligne, et vous croiserez alors souvent d’autres joueurs qui vagabondent sur le même terrain de jeu que vous. Et au delà de simplement les croiser, vous pourrez jouer avec, participer aux missions ensemble mais également faire chauffer le bitume en les défiant.

Vous aurez également la possibilité de former des équipes et de jouer avec les membres de celle-ci : Les crews (Et oui, le jeu porte bien son nom). Mais outre les activités proposés à plusieurs, vous aurez la possibilité de participer à des missions de faction plus tard dans le jeu : Chaque joueur pourra choisir l’une des 5 factions du jeu proposées au cours de leur progression. Ces dernières ajoutent un nouvel élément aux jeux habituels qui sont habituellement axés sur la course : Le Joueur contre Joueur (Ou JcJ/PvP). Chaque faction s’affronte dans différentes activités en groupe, et doivent éviter être la meilleure. Vous l’avez compris, tout est pensé pour jouer en multijoueur et ne pas rester seul dans son coin.

C’est plutôt une surprise que de voir un nouveau genre chez Ubisoft, nous qui avons été habitués à des jeux d’actions, d’aventures ou plutôt « family » (Just Dance, les nouveaux Rayman et j’en passe). Le studio a souhaité diversifier un peu son catalogue dans sa bibliothèque en s’essayant à un genre nouveau : Et pour éviter une trop grosse prise de risque, notre éditeur français s’est associé avec les développeurs d’Ivory Tower, connus pour avoir travaillé sur les Need for Speed ou encore Test Drive Unlimited.

Need for the Crew

the crew2

Cette couverture – ou plutôt « assurance-voiture » pour rester dans la thématique – permet à Ubisoft d’affronter la difficulté de l’inconnu et de ne pas nous sortir n’importe quoi. Ceci dit, on a beau avoir une assurance, les accidents arrivent : La comparaison est malheureusement inévitable, les collisions se rapprochent plus de Watch Dogs qu’autre chose. Certes, ce n’est pas aussi chaotique, mais on sent tout de même une certaine influence de ce côté là, et la collision des véhicules restent très superflus : Nous ne ressentons pas vraiment les dégâts occasionnés à notre véhicule, et lorsque l’on percute une voiture, on croirait foncer dans un mur, voir pire. Mais bon, pas de quoi casser 3 pattes à un canard.

Au niveau du gameplay, sachez que c’est bien un jeu d’arcade : Nous sommes clairement dans un jeu proche d’un Burnout ou plus encore, un Need for Speed (Tout particulièrement Most Wanted). La conduite reste à portée de main mais possède une maniabilité qui laisse plutôt perplexe : La voiture possède une inertie un peu spécial et tire un peu bizarrement dans les virages. Ceci dit, après un petit temps d’adaptation, la voiture se laisse plutôt bien prendre en main, même si, je vous le dis tout de suite, n’espérez pas échapper aux flics facilement après une manœuvre en marche arrière.

On the road, again…

the crew3

La carte est grande. Très grande. Très très grande. Si on a l’habitude d’avoir de grands coups de pubs à coup de marketing parfois peu révélateur de la part d’Ubisoft, le studio nous avait promis un terrain de jeu immense : Et c’est clair que là, on a de quoi s’amuser !

Les développeurs nous ont modélisés la carte des Etats-Unis plus ou moins en grandeur nature et la map est tout simplement gigantesque. Vous passerez de longues heures sur la route tout en appréciant le décor : on retrouve un très gros effort de modélisation au niveau des monuments, paysages et endroits symboliques du pays de l’Oncle Sam que l’on aperçoit notamment dans le jeu avec un système de « Points-Clés ». Même si on achète pas un jeu à 60€ pour faire du tourisme, c’est un plaisir de voir le travail de reconstitution que l’équipe à fait derrière.

Mais outre ce terrain immense, comme vous l’avez remarqué dans notre premier paragraphe, The Crew offre d’innombrables activités en mêlant missions principales, activités annexes, défis et j’en passe. C’est un incroyable dédale de choses à faire, et à refaire. Cependant vous vous en doutez, qui dit carte incroyablement grande, dit forcément du boulot derrière à faire au niveau des graphismes : Et on est loin de ce que la nouvelle génération peut prodiguer. Quand on voit la dimension artistique de Far Cry, on se dit que The Crew est loin derrière sur ce point là. Bloqué à 30 fps, le jeu utilise également un système de poping, c’est à dire que les éléments du décor n’arrivent qu’au fur et à mesure que vous avancez. Mais bon, rassurez-vous, même si le rendu n’est pas sublime, il est loin d’être dégueulasse.

L’un des premiers éléments qui nous a laissé perplexe, ce sont les micropaiements intégrés au jeu : En plus de l’argent virtuel du jeu, les Bucks, vous avez la possibilité d’acheter des « Crew Credits ». Une monnaie subsidiaire à la première qui vous permettra d’acheter plus facilement et plus rapidement les éléments du jeu tel que les voitures ou ses améliorations. De quoi s’en mettre pleins les poches.

Voiture multifonction avec GPS intégré

Dans les jeux de course, les scénarios n’existent généralement pas, ou passent très inaperçus. Et bien que le titre soit un jeu en ligne multijoueur, il possède une trame scénaristique et tout un tas de missions principales : Certes, le scénario ressemble à un Fast & Furious et reste plutôt « bateau » mais il a le mérite d’exister et apporte un peu de rythme à l’opus.

Mais le nouveau bébé d’Ubisoft apporte également une nouvelle dimension au genre d’arcade en intégrant un système de compétences et d’expériences, un peu à la manière d’un jeu de rôle. Plus votre niveau progresse et plus vous pourrez acheter d’accessoires et d’améliorations pour votre voiture, qui elle aussi, possède un niveau qui lui est propre. Ainsi vous pourrez développer vos capacités de pilotages au fur et à mesure que vous obtenez de l’expérience, mais aussi d’obtenir de nouveaux éléments de customisation : Parce que oui c’est ça, les jeux de voiture, c’est c’est aussi du tuning.

Le titre aurait pu se perfectionner d’avantage, notamment au niveau des collisions et de la maniabilité, mais reste tout de même sur de bonnes bases sur ces points là. Ubisoft affirme que « The Crew un jeu de course révolutionnaire » et on ne va pas se mentir, ce n’est pas au niveau du gameplay ni des graphismes que cela va se jouer. Cependant, The Crew reste un titre novateur en apportant de nouveaux éléments aux jeux de courses standards, avec notamment le côté « MMO » et le système de leveling, mais il est avant tout, « génialissime » dans sa grandeur et sa modélisation des éléments que l’on ne peut qu’applaudir.

Le studio s’est donné à un nouveau genre et l’on peut dire que pour une première, c’est une réussite. Malgré, il est vrai, un sentiment de vouloir casualiser ses jeux et un mauvais regard que peu apporter le système de micropaiements, Ubisoft nous montre une nouvelle fois leur immense savoir-faire créatif et débordant de bonnes choses.

La note de l'auteur

Agréablement surpris par ce The Crew. Alors je sais, beaucoup diront qu'il est imparfait et a du mal à trouver sa place, mais moi je trouve qu'il a ce petit quelque chose d'addictif. Je me suis perdu plus d'une fois à faire les allers-retours entre les deux côtes des Amériques. Et je vous avoue que j'ai tenté de faire le platine... Mais sans succès, il est incontestablement trop long.

Julien
b
Note du panda
6.5 10

Points positifs

  • La carte immense
  • Et le tourisme (références aux points clés des EU)
  • L'innovation « MMO-Jeu de course »
  • Le système de leveling aux airs d'un RPG
  • Durée de vie et rejouabilité
  • Une histoire et un scénario dans un jeu de course

Points négatifs

  • Les collisions, juste décevantes
  • Système de micropaiements
  • Maniabilité des voitures
  • On est loin de ce que peut apporter la Next-Gen en terme de graphisme

Ce test a été réalisé à partir d'une version commerciale

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp