TEST. Shining Resonance Refrain – Un excellent titre tout droit venu du Japon ?

Voir la note

Version liftée et approfondie du titre Shining Resonance sorti en 2014 sur PlayStation 3, Shining Resonance Refrain vient s’installer en Europe pour nous proposer de nouvelles aventures. Mais le titre de Media Vision et Sega valait-il vraiment qu’on s’y intéresse, une seconde fois ?

Lorsque l’on parle de « JRPG » sur ActuGaming, nous pensons souvent à The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel. Néanmoins, ce n’est pas de cet opus, ni même de sa suite, ou du troisième épisode que nous allons parler. En effet, nous allons plutôt nous tourner vers un titre déjà sorti en fin d’année 2014 sur PlayStation 3. A l’époque, Shining Resonance n’était disponible qu’au Japon. Fort heureusement pour nous, cette erreur a vite été corrigée. Vite… Certes le terme est un peu mal employé, puisque ce sont quatre années qui auront été nécessaires à Media Vision et Sega pour nous proposer ce soft, renommé Shining Resonance Refrain en Europe.

Ainsi, c’est en cette période estivale que le fameux Shining Resonance Refrain vient s’installer sur PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch et PC. Sortie multiplateforme qui a donc de quoi contenter les curieux de tous horizons. De plus, les développeurs ont jugé bon d’ajouter quelques petites nouveautés dans cette version remastérisée. De quoi nous rendre intéressés. Nous allons donc pouvoir découvrir tout cela ensemble.

Plongez dans l’univers de Shining Resonance Refrain

Il y a plus de mille ans, la grande guerre, connue sous le nom de Ragnarok, s’est terminée. Les dragons sont supposés éteints depuis cette période. Bien des années plus tard, il y a dix ans pour être plus précis, l’Empire de Lombardie est entré en guerre contre le Royaume d’Astorie. Bien que surpassé en nombre, Astorie tient le coup. C’est là que commence l’aventure, votre histoire. En effet, une jeune homme du nom de Yuma Ilvern est retenu captif dans les geôles de l’Empire. Sonia, princesse du Royaume d’Astorie, envahit la prison pour tenter de le libérer. S’en suit une évasion de la prison pour les deux jeunes gens, qui sont rapidement rejoint par Kirika.

En quelques lignes, ce sont les vingt premières minutes de jeux qui sont résumées. Vous y découvrirez quelques tutoriels, pensés pour être courts, mais suffisamment complets malgré tout, ainsi qu’une possibilité de prendre en main les trois personnages précédemment cités. En plus de cela, vous y aurez l’occasion d’essayer les combats à deux et trois personnages, vous montrant ainsi pas mal des possibilités qui peuvent s’offrir à vous lors des combats, tout au long de l’aventure.

Le joueur se retrouve rapidement immergé et pris dans la trame.

L’histoire, quant à elle, est très bien ficelée et saura occuper le joueur durant de longues et nombreuses heures. Par les rebondissements et l’aspect intriguant de ce qui se passe sous ses yeux, le joueur se retrouve rapidement immergé et pris dans la trame. Les heures s’écoulent donc rapidement, sans que vous ne vous en rendiez compte. En effet, le soft se révèle être addictif. Et, chose surprenante, les moments de pause, où le joueur peut aisément sauvegarder, correspondent presque sans faute aux différents moments où j’ai ressenti l’envie d’arrêter et de poser la manette.

Bien que déjà très complète, la trame scénaristique principale se voit complétée par moult quêtes secondaires et autres histoires secondaires. Grâce à ces dernières, vous pourrez creuser plus en profondeur dans le background de chaque personnage, vous aérer l’esprit en plongeant dans des bribes scénaristiques plus légères, voire même permettre à chacun de nouer des liens plus profonds avec les autres. Mais ça, nous y reviendrons plus tard.

Un univers travaillé et complet

Shining Resonance Refrain

L’aspect le plus intéressant de Shining Resonance Refrain reste, sans nul doute, son contenu. Son univers est travaillé en profondeur et vous pourrez y rencontrer pléthores de personnages. Un autre point intéressant réside dans la possibilité de converser avec ces derniers pour en apprendre plus sur eux. Ainsi, Liselotte par exemple, qui est la tenancière d’une échoppe itinérante pourra vous en apprendre plus sur son passé, ses objectifs. En plus de cela, elle pourra aussi vous remettre diverses quêtes annexes. L’approfondissement de vos connaissances à son sujet se fera via quelques cut-scenes, qui apparaîtront à mesure que le scénario évoluera.

Bien entendu, elle n’est pas le seul PNJ que vous pourrez côtoyer et voir évoluer à mesure que vous le ferez aussi. Vous pourrez toujours compter sur Rapple pour tout ce qui touche à l’alchimie. En effet, l’ensemble des matériaux que vous trouverez pourront être utilisés afin de crafter des items et vous rendre plus puissant. Les items en question sont, forcément, différents de ceux que vous pouvez acheter chez Liselotte, ce qui rend les deux personnages compatibles et vous obligera à passer par chacun d’entre eux.

Les quêtes sont nombreuses et variées. Elles se mêlent assez bien à la trame principale.

On retrouve aussi, entre autres, Lyle, qui améliorera vos armes ou Emma qui est la tenancière de l’auberge où vous loger. C’est elle qu’il faut aller voir pour restaurer l’ensemble de vos points de vie et de mana (qui servent à lancer vos techniques spéciales). Par ailleurs, décider de vous reposer chez elle aura pour incidence de lancer les cut-scenes et autres événements nocturnes. C’est durant ces dernières que vous pourrez avoir divers rendez-vous avec vos compagnons pour améliorer la relation qui vous unit à eux.

Viennent ensuite les quêtes, dont je vous ai parlé précédemment. Elles sont nombreuses, variées, et se mêlent assez bien à la trame principale. Elles peuvent venir de diverses personnes, comme les habitants, qui vous demanderont de tuer tel monstre ou de leur ramener tel ingrédient pour tel plat. Une fois terminée, la quête peut être réussie en parlant avec la personne qui vous l’a remise, et vous pourrez ainsi recevoir votre récompense.

Enfin, sachez que tous les personnages du titre sont présentés en profondeur. En effet, si vous prenez le temps de les découvrir via toutes les cut-scenes et durant votre avancée dans le scénario, vous saurez tout ce qu’il y a a savoir sur eux. Même les antagonistes possèdent une profondeur d’écriture importante, ce qui permet de s’intéresser à tout le monde et de développer un véritablement attachement aux différents visages que vous croiserez tout au long du soft.

Des mécaniques intéressantes, voire surprenantes

Shining Resonance Refrain

Au rendez-vous des mécaniques intéressantes, vous pourrez trouver le grimoire d’Alfriede qui a pour vocation de vous plonger dans des donjons. Ces derniers sont des distorsions de la réalité. Oui, un peu comme un Tokyo Xanadu eX+. Votre but sera simplement d’y trouver le boss et de le vaincre. A votre retour, la distorsion sera corrigée.

Bien entendu, ce ne sont pas les seuls donjons que vous aurez à parcourir. Ces derniers pullulent sur la map, et vous pourrez y trouver des monstres très puissants. Parfois, certains de leurs résidents seront d’un niveau bien supérieur au vôtre, ce qui vous obligera à revenir sur vos pas afin de les terrasser.

La bande-son qui vous accompagnera tout au long de votre épopée se montre être très agréable pour les oreilles.

En dehors des donjons, vous pourrez parcourir la carte, découpée en zones. Chaque zone contient ses propres monstres, trésors et son décor bien à elle. Ces dernières sont, par ailleurs, plutôt bien travaillées et sont suffisamment différentes les unes des autres pour amener de la variété. Le passage d’une zone à l’autre aura pour répercussion de faire réapparaître les monstres qui s’y trouvaient, vous fournissant toujours une réserve d’expérience au besoin. De plus, ces zones peuvent être touchées par des conditions climatiques changeantes. Ainsi, elle pourra être ensoleillée pour devenir, cinq minutes plus tard, la proie d’une brouillard opaque et oppressant. Et je tiens à signaler que le temps de chargement entre deux zones est très court, ce qui est un bon point quand on sait le nombre de zones que l’on parcourt à chaque session de jeu.

Et puisque je ne vois pas d’autre endroit pour en parler, sachez que la bande-son qui vous accompagnera tout au long de votre épopée se montre être très agréable pour les oreilles. Et la direction artistique, très japonaise et anime fait grand plaisir. Les artworks sont sublimes et, bien qu’affichant un léger retard, l’aspect technique de cette production est plus que correct. Tout fan de JRPG trouvera son compte dans ces aspects du titre.

En outre, plusieurs autres aspects du titre sont plutôt bien pensés. En effet, le système des compétences se comprend rapidement et le fait que chaque personnage possède ses techniques propres permet de varier l’expérience de jeu. La possibilité de gérer le reste de votre équipe via quelques rapides manipulations est aussi un grand atout. Car oui, vos alliés auront quelques montées suicidaires qui les feront plonger en solo sur les boss. Leur rappeler de se mettre en retrait sera donc primordial.

Le petit plus du remaster !

Shining Resonance Refrain

Bien que déjà très complet de base, Shining Resonance Refrain se présente avec un mode de jeu supplémentaire, le mode Refrain. En plus de ce dernier, le titre intègre plus de 150 éléments provenant de DLC’s de la version PlayStation 3. De quoi déjà promettre beaucoup de suppléments dans la production.

Mais plutôt que de s’attarder sur ces éléments, qui ne font pas l’âme du jeu, revenons plutôt au mode Refrain. Ce dernier peut être vu comme une espèce d’histoire « Et si ? ». Dans cette dernière, le joueur peut avoir comme nouveaux alliés deux visages connus du mode d’origine : Excella et Jinas. En effet, bien que déjà présents, ces derniers sont non-jouables et restent de simples antagonistes du scénario.

Et qui dit deux nouveaux compagnons de route, dit aussi de nouvelles quêtes. Mais ce n’est pas tout, puisque nous pouvons, nous joueurs, profiter aussi de nouveaux événements en dehors des quêtes principales, ainsi que de nouvelles cut-scenes non disponibles dans le mode normal. L’avantage dans cette version, est que le mode est accessible dès que nous lançons le jeu, pas besoin donc de le débloquer. Néanmoins, faire la trame d’origine peut s’avérer important, afin de profiter de l’expérience d’origine et de pouvoir mieux comprendre l’ensemble des actions et événements qui se déroulent à l’écran.

En bref, c’est un rajout qui permet de diversifier l’expérience de jeu, tout en rallongeant drastiquement la durée de vie du titre. Et on ne va pas s’en plaindre vu la qualité de ce dernier.

Pour conclure, nous pouvons dire que Shining Resonance Refrain est un très bon titre, qui brille par ses qualités. Ses quelques défauts sont bien vite surclassés par les bonnes idées qui animent la production. Tant sa profondeur d’écriture, que la mise en place de cette dernière sont un bonheur. Sa bande-son et ses personnages attachants font du titre un JRPG qu’on n’oubliera pas de si tôt.

 
La note de l'auteur

Il ne faut pas être savant pour comprendre que Shining Resonance Refrain a su conquérir mon cœur de gamer. Tant par son aspect visuel, que ses mécaniques, le titre est un vrai régal. Bien entendu, il ne pourra pas plaire à tout le monde, mais tout fan de RPG, ou de JRPG saura y trouver son compte. Bande-son et histoire sauront vous rester en tête, grâce à leur qualité. Je n'ai qu'une chose à dire... Foncez !

Ludvig
s
Note du panda
8.5 10

Shining Resonance Refrain - Draconic Launch Edition

EUR 39,99

Acheter

Shining Resonance Refrain

Points positifs

  • Doublage anglais et japonais de qualité...
  • Histoire soignée et travaillée en profondeur
  • Moult personnages tous très intéressants
  • Des combats rythmés et plutôt intuitifs
  • Une bande-son très plaisante et qui accompagne bien l'action
  • Un charadesign typiquement japonais
  • De l'annexe qui s'intègre à la quête principale
  • Beaucoup de mécaniques bien pensées

Points négatifs

  • ... Mais pas de doublage français, ni de sous-titres
  • Le farm peut s'avérer nécessaire par moments
  • Léger retard technique
  • L'I.A. se révèle parfois... surprenante

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation