Test Röki – Une plongée dans le folklore scandinave

7.5
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (0)

Développé par Polygon Treehouse, fondé par deux développeurs issus de Guerilla Games, Röki est sorti sur PC et Nintendo Switch le 23 juillet dernier. Premier titre de ce studio, dont nous avions aperçu le premier trailer de gameplay lors de la Guerilla Collective, ce jeu d’exploration et d’énigmes vous plongera complètement dans un univers unique, où les contes de fées et les légendes scandinaves prendront vie. Ce jeu d’aventure et d’exploration, proposant de nombreuses énigmes qu’il faudra résoudre pour continuer, compte bien vous transporter dans son univers rempli de trolls et de tomtes (petites créatures issus du folklore scandinave).

Conditions de test : Test réalisé sur un PC possédant une mémoire vive de 16 Go, une carte graphique GeForce RTX 2060 et un processeur AMD Ryzen 5 3600X durant 10 heures, ce qui nous a permis de terminer la trame du jeu. Une bonne partie des collectibles a également été ramassée.

La famille avant tout

Röki

Vous y incarnerez Tove, une jeune fille issue d’une famille où le sort semble s’acharner sur elle. Après avoir perdu leur mère d’une façon plutôt mystérieuse, la mort vous rattrapera assez vite puisqu’un monstre plutôt étranger finira par attaquer votre petit bicoque en bois. Votre seul objectif : sauver votre petit frère Lars et l’emmener loin de tout danger.

Et c’est à ce moment-là que les péripéties ne cesseront de s’enchaîner : votre petit frère sera kidnappé par le même monstre puis transporté dans un portail mystérieux. Ni une ni deux, vous traversez également le portail, et vous découvrirez un monde nouveau, rempli de mystères et de monstres en tout genre, loin d’être hostiles envers les humains. Toute votre histoire sera d’ailleurs compilée dans un journal, vous permettant de revivre en lecture tout votre périple, ce qui pourra également vous rafraîchir la mémoire et vous permettre de trouver des indices sur la marche à suivre pour la suite.

L’exploration sera donc au cœur de l’expérience vidéoludique, vous devrez récupérer différents objets pour solutionner diverses énigmes et puzzles-games en tout genre, qui vous permettront d’avancer et d’explorer de nouveaux lieux. De nombreux collectibles seront également de la partie, pour vous pousser à explorer le moindre recoin afin de remplir votre petit carnet de voyage, rempli de souvenirs de votre périple.

Inspiré par le folklore scandinave, de nombreux personnages de contes prendront vie : vous ferez face au troll sous le pont et à de multiples divinités appelés Gardiens. Vous leur viendrez en aide afin de continuer votre périple afin de sauver votre frère des griffes d’une Gardienne peu amicale qui semble avoir trahi ses frères. Malgré tout, comme dans chaque conflit, rien n’est tout noir ou tout blanc. L’histoire de la famille de Tove est tragique, comme celle de la Gardienne corbeau.

Longtemps en paix avec les 3 autres Gardiens, son amour pour un humain aura raison de sa liberté et aura comme conséquence son bannissement par ses pairs. Un sentiment d’injustice, qui aboutira à une haine sans limite et qui plongera le monde dans les ténèbres. De cet amour naîtra Röki qui, lui aussi, sera rejeté à son tour. Que ce soit du côté de notre héroïne ou de Rörka, l’antagoniste principal du jeu, les émotions seront bien présentes et vous attraperont au vol.

Des énigmes variées et accessibles

Röki

Plutôt logiques et très abordables, Röki vous proposera tout au long de votre exploration de résoudre de nombreuses énigmes pour réussir à explorer de nouveaux lieux et à faire avancer votre quête de vérité. Alors que certains jeux du genre proposent des énigmes souvent redondantes et dont vous vous lasserez rapidement, dans Röki, vous devrez faire travailler vos méninges pour en venir à bout, sans pour autant être inaccessible à une certaine frange de joueurs.

Toujours logiques, du moment que l’on suit l’histoire et les dialogues, ces énigmes vous demanderont avant tout de combiner divers objets pour en créer d’autres, ou bien de les utiliser directement sur des objets (ou personnages) en surbrillance, mécanique largement utilisée pour les point’n’click.

Côté graphismes, Polygon Treehouse a su proposer une patte unique et vous permettre de vous immerger complètement dans l’univers scandinave. Mélange d’un monde en 3D avec des plans fixes où les éléments seront parfois déchaînés, vous obtiendrez des séquences magnifiques. Visuellement, Röki vous envoie très régulièrement de sacrées claques qui en subjugueront plus d’un. Ajoutez à cela une bande-son qui vous transportera complètement, et vous obtiendrez tous les ingrédients nécessaires à un très bon jeu !

Un dernier chapitre un peu décevant

Röki

Alors que la grosse première partie de l’aventure (grosso-modo les deux premiers chapitres) se passent à merveille et que l’expérience reste fluide, malgré les allers-retours incessants qui risquent de vous lasser au bout de quelques heures de jeu, malgré l’apparition rapide du voyage rapide, la dernière partie vous permettra d’incarner non pas un mais bien deux personnages. Et c’est là que le bât blesse. Il est impossible de déplacer les deux personnages en même temps. De plus, devoir systématiquement changer de personnage rend le gameplay plutôt lourd et gâche un peu le plaisir que l’on avait durant les premières heures de jeu.

Ces contraintes sur la fin sont également accompagnées d’un autre défaut : le titre traîne en longueur. Le scénario semble un peu tirer sur la corde au bout de 5 à 6 heures de jeu, alors que l’histoire était captivante à ses débuts et semblait prometteuse. Un final très poussif qui, néanmoins, ne gâchera pas ce qui fait l’essence du titre de Polygon Treehouse : une aventure sombre mais magnifique, contée et illustrée à merveille.

Bien que la dernière partie du titre ne soit peut-être pas à la hauteur des premiers chapitres, vous ressortirez de Röki complètement transformé et avide d’en savoir plus sur ces contes et légendes venus tout droit du Nord. Avec une durée de vie d’une petite dizaine d’heures et disponible pour un peu moins de 20 €, le pari de vous faire passer un bon moment est réussi.

Pour conclure, Röki fait malgré tout partie des pépites indépendantes de cette année 2020. Malgré une inégalité dans la qualité du scénario entre la première moitié du jeu et la seconde, la qualité est là et la direction artistique n’y est pas pour rien. Que ce soit au niveau des graphismes, vraiment magnifique, ou de la bande-son qui vous immergera complètement dans cette ambiance scandinave, vous redeviendrez l’enfant qui croyait aux trolls et aux lutins !

Ce test a été réalisé à partir d'une version commerciale

  • Une claque visuelle
  • Une bande-son agréable et immersive
  • Des personnages attachants
  • Des énigmes variées mais toujours accessibles
  • Une découverte du folklore scandinave bienvenue
  • Des sous-titres traduits intégralements en français
  • Parfois lassant sur les trajets (multiples allers-retours)
  • Une fin frustrante

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

J'ai vraiment adoré Röki, ce fut une découverte inattendue ! Peu au courant des contes et légendes scandinaves, les avoir abordées via le titre de Polygone Treehouse fut vraiment enrichissant ! J'en suis ressorti presque bouleversé par cette histoire, tant l'émotion y est présente. On parviendrait même à pardonner l'antagoniste du titre malgré sa haine sans limite envers ses frères. Un voyage sombre mais beau et émouvant, que je recommande au plus grand nombre.

Baylou
a
Note du panda
S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments