TEST. Hatsune Miku Project Mirai DX sur 3DS

Voir la note
Premier opus à débarquer chez nous, le spin-off de Hatsune Miku Project Diva fait son chemin sur 3DS pour le plaisir des amateurs de vocaloïd. Avec son aspect mignon, nous verrons si Hatsune Miku Project Mirai DX comblera les attentes du public visé.

La série de Hatsune Miku met en scène des idoles virtuelles, avec la plus célèbre qui prête son nom à la licence. La particularité de ces jeux de rythme, c’est que les chansons sont créées grâce à un logiciel de synthèse vocale appelé Vocaloïd. Il faut tout de même préciser que ce genre de titre ne ravira, en majorité, que les otakus fans de musiques et design typiquement nippons.

La collocation virtuelle sur 3DS

hatsune miku project mirai1

Il faut tout d’abord savoir que Hatsune Miku Project Mirai DX est bien plus qu’un simple jeu de rythme puisque qu’il propose de multiples activités variées. C’est la première chose que l’on remarque, et l’on est agréablement surpris de voir que l’on ne fera pas qu’enchaîner les musiques. On commence par choisir un partenaire, parmi les personnages récurrents de la série, qui nous accompagnera et que l’on devra chouchouter un minimum (sachant que l’on peut en changer à tout moment). Ensuite, il faut l’installer dans une chambre que vous aurez choisie parmi différents styles, et là, vous avez enfin accès à toutes les options de votre chambre. Sans oubliez que vous pouvez observer votre partenaire déambulant dans la pièce en 3D.

Bien entendu, on fini rapidement par s’essayer au jeu de rythme et profiter des magnifiques clips et musiques qu’offre le mode de jeu. Sans surprise, les acquéreurs qui veulent de la musique japonaise à base de vocaloid seront servis. D’ailleurs nous avons droit à des titres issus de précédents opus, mais aussi des nouveaux. Au niveau du gameplay, nous avons droit à deux approches différentes : vous pouvez jouer avec le stylet sur l’écran tactile, et avec les boutons de la console. Ce qui a le mérite de mettre tout le monde d’accord. Seul « challenge » du soft est le niveau de difficulté que vous pouvez ajuster. Le but étant de scorer un maximum et d’atteindre le rang le plus élevé partout. On remarque que atteindre le rang maximum S+ ne demandera pas énormément d’exigences contrairement à d’autres jeux du même genre où le sans-faute est obligatoire.

C’est également là que le titre dévoile sa beauté graphique, à travers les clips et la réalisation de ces derniers. Malgré un design « chibi » qui ne manquera pas de faire sortir des « kawaiiii » à certains ou certaines, la réalisation est inégale entre les chansons… surtout si l’on compare à d’autres opus sur PS Vita par exemple. Mise à part ça, les décors sont beaux et colorés avec une 3D qui rend bien sur certains plans.

Faîtes chauffer la carte bleue

hatsune miku project mirai2

Il faudra enchaîner les morceaux si vous voulez gagner les précieux MP permettant d’acheter plein de bonnes choses pour votre compagnon de chambre. En dehors de la petite pièce de vie commune, vous pouvez visiter la ville du jeu composée de six bâtiments, dont un magasin où l’on peut acheter des décorations pour sa maison comme des meubles, des figurines, des posters, des plantes…, de quoi combler les collectionneurs d’items. Il est même possible d’acheter de la nourriture pour ensuite le donner à votre partenaire sans oublier les costumes qui s’ajoutent à sa garde-robe. Pour le reste, il est intéressant de noter qu’une structure vous permet de composer vos chorégraphies en personnalisant les décors, les pas de danse et les mouvements de caméra.

Histoire de diversifier encore plus, il est possible de faire quelques mini-jeux avec votre partenaire comme un Othello et le Puyo Puyo (une sorte de Tetris). Si l’on peut interagir massivement avec son partenaire, il n’y a cependant pas de jauge d’affection comme on pourrait s’y attendre dans ce genre de jeu (et comme les précédents jeux de la licence). Quelques événements aléatoires se produisent également, mais l’on est un peu déboussolé en ne sachant pas vraiment quoi faire à part farmer des MP avec le jeu de rythme. On aurait aimé un petit scénario, même très basique.

En plus des chorégraphies, vous pouvez créer des morceaux au piano avec une palette de sons à votre disposition, ce qui nous permet d’enchaîner avec l’aspect multijoueur de Project Mirai DX. En plus de ce que l’on vient de citer précédemment, vous pouvez partager une carte de présentation destinée au street pass. On peut aussi poster des commentaires sur les morceaux du jeu.

Hatsune Miku Project Mirai DX plaira sans aucun doute aux inconditionnels de la licence même si il reste sans conteste moins bon que les Project Diva sur les consoles Sony. Il a toutefois le mérite de proposer autre chose, et même si le vocaloid n’est pas forcement notre tasse de thé, on se surprend à apprécier quelques sons.

7 10

Hatsune Miku : Project Mirai DX

Points positifs

  • Les choix de gameplay
  • Les chansons
  • Des activités variées

Points négatifs

  • Les chorégraphies parfois bof
  • Pas de ligne directrice
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp