Test Eastward – Un jeu d’aventure à la fibre rétro qui fait mouche ?

7.5
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (0)

Annoncé il y a quelques années, ce jeu d’aventure a finalement pointé le bout de son nez ce 16 septembre au plus grand bonheur des gens qui suivaient l’aventure Eastward depuis ses prémices. Développé par le studio chinois Pixpil, ce titre a su faire grandir sa communauté au fil de son développement en mettant principalement en avant son style graphique et ses inspirations diverses. Décidément très aguicheur, voyons si ce jeu d’aventure aux teints néo-rétro tient ses promesses et nous livre une histoire mémorable en compagnie de ses deux protagonistes : Sam et John.

Conditions de test : Nous avons parcouru la campagne du jeu en 28 heures avant d’écrire ce test afin de faire le tour de la campagne principale. Le jeu a été testé sur un PC avec 16 Go de RAM, une RX Vega 56 et un AMD Ryzen 5 2600 cadencé à 3,40 GHz.

Une direction artistique rétro à la peau neuve

test eastward image 8 1

Passons en revue le premier aspect du jeu qui saute aux yeux dès les premiers instants : son inspiration visuelle inspirée en partie par les vieux RPG old-school. Par ceci, nous n’entendons pas uniquement le cachet artistique du titre mais tout ce qui a trait à ces œuvres. Que ce soit par la bande-son, la DA, les mini-jeux, l’animation, tout passe pas ce filtre nostalgique qui se révèle efficace.

La musique, en premier lieu, est notable et pertinente à tout instant. Que ce soit dans les scènes d’action, dans les thèmes de ville ou pendant les phases de mini-jeu comme lorsque l’on élabore une nouvelle recette de cuisine. On apprécie la présence enchanteresse des morceaux qui n’hésitent pas à se faire plus agressives lors des scènes d’action. La direction artistique, bien évidemment en pixel-art, arrive tout de même à faire peau neuve avec de l’ancien et offre un style artistique original et réussi, notamment dans l’animation et le design des personnages.

Earthborn, l’attraction phare du titre de Pixpil, a également son rôle à jouer dans ce sentiment nostalgique. Véritable petit jeu dans un jeu, Earthborn est un 8-bit RPG au tour par tour extrêmement apprécié dans le monde d’Eastward puisque beaucoup de personnages durant la campagne n’hésiteront pas à partager leurs attachements. Avec une histoire plutôt simple relatant la quête d’un chevalier voulant sauver une princesse d’un roi démon, ce simple titre affiche pourtant une certaine profondeur en obéissant à ses propres règles que le joueur découvrira au fur et à mesure des parties.

De plus, les figurines collectibles du jeu viennent simplifier l’expérience en permettant au joueur d’utiliser des objets bonus en combats. En bref, une idée pas banale très bien pensée et mise en œuvre qui se révèle fort agréable pour qui se prend au jeu.

Un duo de protagonistes basique mais attachant

test eastward image 13 2

Au centre de cette intrigue, on retrouve John et Sam : deux villageois d’un camp situé sous terre pour échapper au malheur du monde en surface. John a comme rôle de veiller sur Sam et sert de premier rempart contre les monstres. Sam, d’une nature joviale avec un passé mystérieux, possède quant à elle des pouvoirs surnaturels agissant sur les obstacles que John ne peut braver seul. On apprend à suivre ces deux personnages tous deux d’une nature bienveillante mais aux caractères bien différents.

John occupe la place du personnage silencieux qui vit l’aventure au travers du joueur et se laisse emmener par l’intrépide et curieuse Sam. Celle-ci incarne alors la « voix » du groupe en interagissant avec le reste du casting. L’intrigue est plutôt saisissante et, bien que Eastward n’offre pas la possibilité de voyager librement, on a plaisir à traverser chaque ville afin de découvrir le monde du jeu. Celui-ci ne se révèle pas simplement fantastique. Eastward fait également la part belle à des décors et des thèmes bien plus sombres qui apportent de l’originalité à l’œuvre.

On est toutefois un peu surpris avec quelle légèreté notre duo de personnages traversent ces pans au début de l’aventure pourtant très austère par rapport à tout ce qu’ils ont connu auparavant. La quête du joueur est donc de savoir quels secrets se cachent derrière l’existence de Sam et en quoi ils sont connectés au miasme, une substance nocive qui dépossède de toute vie tout ce qu’elle traverse. C’est bien ce miasme et l’origine des pouvoirs de Sam qui se retrouvent au cœur de l’intrigue. Toutefois, notre duo de protagonistes n’aura de cesse d’aider des personnages et d’intervenir dans des histoires secondaires afin de prouver leur bonne foi.

Cela colle certainement à la personnalité très altruiste de Sam, mais on ne peut s’empêcher de penser que certaines séquences de l’histoire sont un peu trop rallongées. Cela est dû au fait que l’intrigue principale est bien trop souvent reléguée au second plan, mettant alors en scène une histoire que l’on trouve parfois un peu longuette sans que cela ne soit réellement nécessaire. La longue durée de vie du jeu se révèle donc parfois un bon comme un mauvais point.

Se forger un chemin à coups de poêle

test eastward image 7 3

Si Eastward est avant tout une expérience narrative, il possède également de nombreux passages où Sam et John devront faire preuve de témérité pour passer outre créatures, énigmes et boss. En effet, les phases d’action sont souvent découpées entre les moments où Sam et John font front commun, et où ces derniers seront séparés. S’il est possible de contrôler l’un ou l’autre à tout moment, on regrette un peu que Sam ne possède la plupart du temps qu’un rôle de support dans lequel elle se rend utile en immobilisant les ennemis.

De plus, le gameplay de John ne se révèle pas très passionnant. Au fur et à mesure de l’aventure, celui-ci se verra attribuer différentes armes. Sa fidèle poêle se révèle cependant être sa principale arme car elle n’est pas dépendante de munitions. On se retrouve souvent à marteler la même touche pour mettre des roustes aux créatures avec notre ustensile de cuisine. Une certaine répétitivité s’inscrit donc durant ces séquences de jeu. C’est d’ailleurs dommage que ces dernières se terrent dans cette monotonie, car le jeu a sinon tout pour plaire durant ces phases.

En effet, on peut lister un bestiaire original et travaillé qui oblige le joueur a s’adapter à ses ennemis, un bon rythme de jeu qui alterne entre énigmes, combats et boss avec une difficulté bien dosée qui forcera même le joueur le plus aguerri à tirer profit de sa poêle pour fabriquer de bons petits plats curatifs. Cet atelier cuisine est d’ailleurs une autre bonne idée du titre. À l’aide de différentes recettes de cuisine que l’on peut qualifier de collectibles, le joueur devra associer les différents ingrédients pour créer différents plats qui permettront de se soigner en cours de route.

La besogne de s’acheter potion ou autres est ici remplacé par un autre mini-jeu vraiment plaisant dans lequel on étale toute la connaissance culinaire de John. Seul petit hic, l’inventaire un peu vieillot qui, même s’il rappelle les vieux menus des RPGs à l’ancienne, oblige le joueur à faire des allers-retours pour consommer sa nourriture. Ce type d’inventaire s’inscrit bien mieux dans le contexte d’Earthborn, le mini-jeu 8-bits du titre, que dans Eastward lui-même.

Eastward arrive à tirer son épingle du jeu en proposant une expérience plutôt originale et rafraîchissante. Très fortement porté sur sa narration, la plupart des joueurs se sentiront happés par l’histoire si tant est qu’ils sachent dans quoi ils mettent les pieds. Pour les autres, ils risquent malheureusement de se heurter aux combats répétitifs et aux pans narratifs parfois trop allongés du jeu. Eastward, et Earthborn par la même occasion, reste tout de même une agréable surprise avec son lot de bonnes idées notamment dans ses mini-jeux qui ne sont pas de simples ajouts mais qui ont un réel impact sur l’expérience de jeu.

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

  • Un aspect rétro bien inspiré et qui reste original
  • Un cachet graphique très joli...
  • ... Avec une OST aussi bien réussie
  • Les deux protagonistes plutôt attachants
  • Earthborn et les autres mini-jeux qui sont un réel ajout
  • Un bestiaire original
  • Le ton parfois sombre qui ajoute de la profondeur au récit
  • Une histoire qui traîne parfois un peu en longueur
  • L'intrigue principale qui passe trop souvent au second plan
  • Sam qui occupe très souvent le simple rôle de support
  • Des combats basiques pas très creusés
  • Un menu old school avec ses vieux défauts
  • De rares bugs d'affichage de textures
7.5
  • PC
  • Switch

Eastward

A propos de notre notation

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

Avant sa sortie, le jeu m'avait interpellé par le simple fait que beaucoup de monde faisait le rapprochement entre ce titre et les anciens Earthbound. Difficile de désapprouver ou d'affirmer ces liens puisque je n'ai pas joué à ces titres. Cependant, ces derniers m'intriguaient et je voyais en Eastward une chance de rattraper cette expérience. Malgré les qualités indéniables du titre, j'ai eu quelques peines à me glisser dans l'histoire et à apprécier le système de combat du jeu. Toutefois, je n'en garde vraiment pas de mauvais souvenirs. Comment le pourrais-je avec une OST qui m'a si bien accompagné pendant toute l'histoire ?

JoeJohns
b
Note du panda
S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.