Test Disjunction – Infiltration réussie dans une dystopie cyberpunk

8
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (0)

Disjunction est un jeu d’action-infiltration cyberpunk édité par Sold Out. Il s’agit du premier jeu du studio Ape Tribe Games, disponible au prix de 16,99€ sur PC, PS4, Xbox One et Switch. Inspiré par Deus Ex et Metal Gear Solid, Disjunction plonge le joueur dans un univers typiquement dystopique. En 2048, le monde est en proie au chaos. L’économie est moribonde, les catastrophes environnementales et sociales se multiplient. New-York, rongée par la criminalité et la corruption, a sombré dans le violence.

Central Park est devenu un immense bidonville, repère de millions de sans-abris. Une drogue connue sous le nom de Shard se répand et cause de nombreux dégâts. Dans la mégalopole engloutie dans les nuages de pollution, les complots et les accusations fusent de toutes parts.

Condition du test : Nous avons joué environ 8 heures sur une Switch classique, branchée sur le dock, en mode normal.

Implants cybernétiques et autres joyeusetés

Disjunction Screenshot 1 1

C’est dans cette sombre ambiance que le joueur va incarner tour à tour trois héros aux personnalités très différentes et dont les histoires s’entremêlent. On retrouve tout d’abord Frank, le détective privé, mais aussi Joe, un ancien truand, et Spider, une hackeuse asiatique.

Tous trois en quête de vérité, ils possèdent des capacités et des styles de combats différents. Joe mise davantage sur sa puissance brute et son dash qui permet de se rapprocher très rapidement des ennemis. Frank utilise des grenades fumigènes qui dissimulent sa présence et jouit d’une meilleure précision à distance. Spider, quant à elle, possède un holoprojecteur pour créer des diversions.

L’expérience accumulée permet de débloquer des améliorations par l’intermédiaire d’un arbre de capacités. On peut ainsi spécialiser chacun des personnages en augmentant, par exemple, la furtivité, la puissance des gadgets ou celle des  attaques directes.

Le joueur a la liberté de choisir la méthode qu’il préfère pour mener les missions à bien : jouer la carte de la discrétion en usant de techniques non-létales ou sortir les gros bras et tirer dans le tas sans état d’âme.

Personne n’a besoin de mourir…

Disjunction Screenshot 3 2

Choisir de tuer ou d’épargner un personnage aura des conséquences sur l’avenir de New York. Ainsi, le joueur peut décider de décimer des factions entières ou de les persuader de se rallier à sa cause. Ses décisions auront des répercussions sur l’histoire mais il faudra attendre le générique de fin pour en connaître toute l’étendue.

Les développeurs ont accordé une attention toute particulière à l’intrigue. Celle-ci est intéressante et bien amenée. Disjunction se montre assez bavard entre ses phases d’action-infiltration : des dialogues à choix multiples (souvent des dilemmes) se déclenchent entre les missions et permettent de faire avancer l’intrigue.

Il n’est pas rare de croiser durant les missions des documents posés ça et là dans les différentes niveaux, qui nous en apprennent un peu plus sur l’univers du jeu.

Dans l’ensemble, l’expérience proposée par Disjunction est plutôt équilibrée, un peu corsée sans générer de la frustration. Attendez-vous à mourir régulièrement. Sans être excessivement compliqué, le titre flirte tout de même avec une logique de « die and retry ».

…à moins que vous n’en décidiez autrement.

Disjunction Screenshot 6 3

La bande-originale a été composée par l’anglais Dan Farley (qui a également travaillé sur quelques jeux indépendants tels que Himno, Flights of Fancy et Desolace). Elle colle parfaitement au titre et participe à l’ambiance dystopique.

Les graphismes en pixel-art sont eux aussi une vraie réussite. On aurait toutefois apprécié une plus grande variété dans les environnements qui ont tendance à un peu tous se ressembler.

Le titre n’est pas exempt de défauts. Les missions s’enchaînent et ont tendance à se ressembler. Elles suivent grosso-modo le même canevas : s’introduire dans un entrepôt, récupérer une ou plusieurs clefs et trouver de quoi améliorer son équipement.

Même si l’animation se traîne un peu, les sensations offertes par Disjunction sont agréables, mais le gameplay est loin d’atteindre la nervosité d’un Hotline Miami, auquel il est souvent comparé et qui, d’ailleurs, a été une autre source d’inspiration pour les développeurs.

Un mot sur la version Switch : la précision des tirs sur la Switch n’est pas optimale (jouer à l’aide d’une souris est bien plus commode), ce qui est un peu handicapant, mais le titre se prête particulièrement bien au mode portable.

Disjunction est le genre de jeu que l’on finit en une traite. Comptez entre 8 et 10 heures pour venir à bout du scénario qui saura vous tenir en haleine jusqu’à son achèvement. Le titre ne propose rien de révolutionnaire mais utilise adroitement des formules qui fonctionnent bien. On y retrouve tous les ingrédients d’un bon jeu : une intrigue prenante, une difficulté bien dosée, une identité graphique réussie. Bref, il y a de quoi passer un bon moment si on est amateur des jeux d’infiltration et des ambiances cyberpunk.

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

  • Un vrai challenge
  • Des choix qui ont des conséquences sur l'intrigue
  • Une histoire intéressante
  • Une ambiance réussie
  • Peu de variété dans les missions...
  • ... Et dans les environnements
  • Une animation un peu molle
8
  • PlayStation 4
  • PC
  • Switch
  • Xbox One

Disjunction

A propos de notre notation

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

Disjunction a sans aucun doute comblé mes attentes. J'ai été agréablement surprise par la qualité du pixel-art et de la bande originale. Les dialogues à choix multiples et les dilemmes qui s'offrent au joueur apportent une vraie profondeur au titre.

Velaines
a
Note du panda
S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.