TEST. Destiny 2 – L’excellence en plus, l’audace en moins

Après nous avoir gratifié d’une toute nouvelle licence en 2014, Bungie réitère l’expérience avec Destiny 2, un nouvel épisode canonique qui fait bel et bien office de suite.

Après avoir bouclé la majeure partie du jeu, on vous partage nos impressions avec ce test de Destiny 2. Sorti sur PS4 et Xbox One dans un premier temps puis sur PC le 24 octobre, Destiny 2 est la suite directe de Destiny premier du nom. Bungie réussit-il à nous proposer l’épisode ultime ? Celui qui corrigera l’intégralité des écarts du premier opus tout en bonifiant l’expérience ?

La réponse sera contrastée, on vous explique pourquoi.

Avant de commencer, il est bon de noter que nous avons terminé la campagne et bouclé tout le contenu fin de jeu. Nous n’avons cependant pas testé le raid puisqu’il n’arrivera que la semaine prochaine, le 13 septembre. Nous reviendrons bien évidemment dessus dans un article dédié et ferons une parenthèse supplémentaire dans ce test lorsqu’il sera disponible. La note et l’avis définitif ne devraient pas changer après sa disponibilité, sauf si celui-ci change complètement la donne, bien qu’il ne devrait pas y avoir de grosse surprise. 

N’oublie pas la Lumière Gardien !

destiny-2-2

En 2014, Bungie, que l’on connaissait notamment pour avoir œuvré sur la série Halo, nous pond Destiny, un titre ambitieux qui trouve rapidement son succès. Chapeauté par Activision qui joue le rôle de l’éditeur et aidé par Sony pour un contrat de contenu avec la PlayStation 4, le jeu trouve rapidement son public grâce à de solides arguments : univers science-fiction, exploration de planètes, FPS axé multijoueur aux composantes RPG, Destiny avait déjà tout pour plaire au public. Malgré quelques lacunes, une communication trop axée sur les extensions et un aspect redondant trop présent, ce sont 25 millions de joueurs maintenant comptabilisés. Trois ans plus tard, nous voici avec Destiny 2, un second volet qui fera directement suite aux événements du premier jeu. Trois ans qui ont surtout permis aux développeurs de peaufiner leur bébé.

Tout d’abord, sachez qu’il n’est pas obligatoire d’avoir terminé le premier Destiny pour commencer ce second épisode. Bien que la plupart des subtilités échapperont aux nouveaux joueurs, on comprendra assez aisément ce qui s’est déroulé et ce qui se passera dans cette nouvelle aventure. Bien sûr, cela reste dommage de ne pas saisir toute l’étendue du background de la série mais la narration de Destiny premier du nom étant au second plan ; l’aspect scénaristique n’était que peu mis en avant, ne suscitant l’intérêt des joueurs que s’ils allaient compléter leur Grimoire. Ici, celui-ci disparaît et les scénaristes comptent bien mettre en avant une trame plus aboutie.

La trame de fond du premier volet était avant tout un prétexte à l’exploration et à enchaîner les missions. D’ailleurs, pour rester dans le parallèle avec le précédent opus, sachez qu’il est possible d’importer ses personnages. Si l’on ne gardera aucune progression (expérience, tenues, monnaie), il sera cependant possible de récupérer tout l’aspect cosmétique et visuel, si bien sûr, vous avez votre sauvegarde sur la console.

Quelques avancées narratives pour une trame de fond qui sert de prétexte

destiny-2-

L’histoire prendra place dans un monde sans lumière qui vient d’être dévasté par la Légion Rouge. Ghaul, considéré comme le grand méchant de cette histoire, viendra en effet accompagné de son armée de Cabals pour détruire la Cité et la Tour par la même occasion, le hub social du précédent opus. A travers cette première mission introductive, on y verra alors nos repères s’effondrer et nos différents alliés se faire battre petit à petit. Ghaul mettra la main sur le Voyageur, s’accaparant alors les bienfaits de la Lumière. Homecoming, cette mission qui avait d’ailleurs été proposée lors de la bêta, nous partagera alors cette cuisante défaite et nous fera comprendre que les Gardiens sont désormais en position de faiblesse, sans Lumière pour les guider.

Votre objectif sera tout d’abord de rejoindre un peu de civilisation pour espérer trouver quelques survivants. Rapidement, vous ferez la connaissance de Suraya Hawthorne, une tireuse d’élite qui vous emmènera notamment au nouvel hub social : le Domaine (Ou The Farm/La Ferme en VO). Celle-ci vous fera un petit topo sur la situation actuelle tout en partageant le mode de vie des quelques survivants avec elle et vous donnera vos premières missions liées à l’histoire et à votre quête de rédemption. Première étape : La Terre, l’un des quatre mondes à explorer.

Bien sûr, on ne reviendra pas sur chaque grande ligne de l’histoire, ce sera à vous de la découvrir. Celle-ci se boucle en une douzaine d’heures environ et force est de constater qu’elle reste mieux construite que le précédent volet. Bungie a vraiment compris de ses erreurs et a pu développer davantage certains aspects. On peut notamment compter sur une narration un peu mieux mise en avant avec des doublages vraiment réussis, des commentaires à la fois hilares et poignants et des dialogues mieux entamés. La plupart des cinématiques sont vraiment de très bonne qualité et l’on ressent tout de même le travail apporté. L’équipe a également développé le background des personnages avec une véritable emprunte laissée par certains d’entre eux. Forcément, Ikora, Zavala et Cayde-6 font partie des heureux élus, mais Ghaul, le Guide et même certains visages secondaires sont mieux traités.

Malgré tout, on ne va pas se le cacher, l’aspect scénaristique est tout de même assez niais. Le scénario enchaîne quelques clichés et éléments qui peuvent être anticipés et même si c’est toujours bien mieux que le précédent opus, il sert surtout de prétexte à développer l’univers et à instaurer toutes les autres mécaniques. Rien de bien transcendant, bien que l’univers pourra donc se construire tout autour de cet arc scénaristique.

On reprend les mêmes et on recommence !

destiny-2-3

Destiny 2 intègre donc quelques nouveautés avec tout d’abord les Aventures. Considérées comme des petites quêtes annexes, elles permettent parfois de faire avancer l’intrigue et rajoutent un peu de contenu. Il s’agit de missions scénarisées que vous retrouverez en explorant les différentes planètes qui vous demanderont par exemple, d’aller tuer un commandant, récupérer des éléments lâchés par les ennemis, etc…

Le jeu intègre également les Secteurs Oubliés, des petites zones secrètes qui vous permettent d’y trouver un boss qui gardera un précieux trésor. Marqué sur votre carte par une icône représentant plus ou moins un tunnel, ces endroits perdus sont une très bonne idée pour varier un peu les activités et l’exploration, vous obligeant à parcourir certaines cavernes parfois bien enfouies. Cela permet de contrer la faible mise en avant des coffres dans le premier opus puisque là il faudra tout de même fouiller et tuer un ennemi puissant pour profiter d’une vraie récompense. A cela s’ajoute les habituels événements publics qui arrivent aléatoirement dans certaines zones lorsque l’on explose les planètes. Là, les événements peuvent prendre une tournure héroïque avec les événements publics épiques qui s’activent en réalisant des objectifs cachés. Il faudra effectuer une action alternative et secondaire, permettant d’augmenter la difficulté de l’événement tout en se faisant récompenser par un coffre plus rempli.

Grisante est la progression dans Destiny 2. L’histoire mieux aboutie nous donne clairement envie de la terminer puis on se laissera avoir par quelques Aventures prises au tournant avant de s’égarer à explorer les vastes contrées de l’univers au level-design soigné. D’ailleurs, on atteint rapidement le niveau maximal (niveau 20), bien avant la fin de l’histoire si l’on fait quelques détours et c’est un bon prétexte à continuer à explorer. Le contenu end game n’est pas en reste puisqu’il y aura vraiment de quoi faire. En plus de toutes les choses à faire déjà expliquées, on pourra compter sur d’autres activités débloquées une fois le niveau maximal atteint.

Ikora vous débloquera par exemple l’accès aux défis, différents objectifs à réaliser pour bonifier vos récompenses. Il faudra par exemple tuer un certain nombre de déchus ou ouvrir un certain nombre de coffres. Cayde-6 lui, vous proposera de faire des patrouilles, généralement liées aux événements publics, tandis que notre bon vieux commandant Zavala, vous permettra d’accéder aux fameux assauts, des instances à faire à plusieurs où le niveau est bien évidemment plus élevé qu’une simple mission. Très franchement, on jubile de tout ce contenu, on prend un réel plaisir à faire une mission scénaristique, partir en Aventure pour finalement débloquer de nouveaux défis. Une sensation d’autant plus agréable que les différentes planètes sont magnifiques et particulièrement denses. Si Titan reste un peu en dessous, à cause d’une architecture quelconque et assez horrible à parcourir, les autres sont vraiment jouissives à parcourir. On jongle, on part à droite, à gauche et finalement, on fait un peu ce que l’on veut sans pour autant être dirigé par un fil directeur, si ce n’est celui du loot.

Du loot, du loot, encore du loot. Une tonne de loot !

Brise-Soleil - Destiny 2

Et du loot vous en aurez. Cayde-6 nous l’avait bien fait comprendre lors de la campagne de communication de Bungie et l’on ne sera pas déçu. Mais avant de partir du côté de la progression de l’inventaire et du loot en lui-même, il faut tout de même faire un point sur les différentes doctrines et comment les obtenir. Destiny 2 ne réinventera rien pour le coup, puisque l’on garde toujours trois classes différentes – Titan, Chasseur et Arcaniste, qui disposeront de trois doctrines distinctes.

Très honnêtement, pas mal de joueurs auraient sans doute aimé une nouvelle classe qui aurait permis à Destiny 2 de se diversifier un peu tout en apportant un vent de fraîcheur. Mais on peut aisément comprendre la position de Bungie vis-à-vis de l’inclusion d’une nouvelle classe puisque le triptyque est maintenant bien ancré dans l’univers et cela n’aurait pas pu correspondre avec le lore de Destiny. Qu’à cela ne tienne, on se retrouve ici avec trois doctrines pour chacune des classes, et force est de constater qu’il n’y a pas vraiment de réelles nouveautés de ce côté-là. Tout du moins sur le fond.

Puisque sur la forme, la progression change un peu. On débute alors avec l’une des doctrines du jeu précédent mais l’on débloquera alors deux autres doctrines au fur et à mesure que l’on avancera. On devra notamment atteindre un certain niveau (le niveau 7 pour la première doctrine puis le niveau 15 pour la seconde), puis trouver une relique de classe qui se trouvera dans l’un des coffres de récompense dans n’importe quel monde. Une fois obtenu, le joueur devra réaliser un certain objectif pour débloquer une quête de classe puis boucler celle-ci pour obtenir la doctrine correspondante. Mais sur le fond, les compétences ne changent guère. Il n’y a que véritablement que Lame de l’aube (Arcaniste) qui change fondamentalement de la doctrine Radian que l’on avait auparavant.

Toutes les autres doctrines suivent une simple évolution afin d’équilibrer un peu mieux les parties, notamment en PvP où les grenades et les attaques en mêlée ne viennent pas tuer l’adversaire directement. A cela s’ajoute un équilibrage tel que le coup d’épaule du Titan et l’on a une troisième compétence qui s’affiche en bas de l’écran qui permet par exemple au Chasseur, de faire une esquive et selon sa doctrine, il peut recharger automatiquement son arme, être invisible quelques secondes… D’ailleurs, les caractéristiques Force, Discipline ou Intelligence ne sont plus là et laissent place à d’autres statistiques.

Du loot, du loot, du loot ! Encore du loot, je veux du loot !

Dans Destiny 2, le système d’équipement change un peu. Le niveau de celui-ci est déterminé en fonction de votre inventaire et permet ainsi de construire une évolution de son équipement bien plus proprement. Du coup, c’est une progression bien plus motivante qui vous attend et les taux de loot ont bien changé. En fait, on peut avoir du légendaire à peu près partout, même en tuant un simple monstre ou en effectuant un événement aléatoire. Et terminé également les contrats, maintenant place aux jetons que l’on peut récupérer avec beaucoup plus d’activités. Bien sûr, on retrouve par exemple les défis d’Ikora, les patrouilles de Cayde mais en récupérant des coffres, en terminant certains objectifs, on récupère des jetons et l’on peut ainsi les échanger ensuite contre de l’équipement de haut niveau.

On ne va pas se le cacher, les joueurs qui n’aiment pas enchaîner le farm et grinder auront un peu de mal puisque cet aspect est clairement renforcé dans Destiny 2. Là, on devra alors fouiller les coffres et récolter les ressources d’une région pour remettre tout cela à un PNJ bien précis sur la planète et augmenter sa réputation pour obtenir un bel objet. A cela s’ajoute les jetons spécifiques comme ceux de Zavala qu’on obtient en assaut ou ceux de Shaxx qui demande d’enchaîner les parties en PvP. Puis, si l’on obtient davantage d’armes, on pourra toujours les détruire pour collecter une ressource unique, à échanger auprès de l’armurier qui nous permettra d’obtenir plus ou moins la même récompense accompagnée de mods d’équipement.

M’enfin, encore une fois, même s’il faut adhérer au système de loot, il faut avouer que les développeurs savent comment nous rendre accroc. L’exploration reste vraiment plaisante et la progression est particulièrement grisante. On ressent vraiment le besoin d’aller farmer pour obtenir de nouveaux objets et le joueur se sent récompensé quand il obtient un niveau de lumière supérieur grâce à ses derniers loots. Par contre, précision importante, les armes n’ont plus d’effets aléatoires. On entend par là qu’il n’est plus possible d’avoir des différences entre deux armes du même nom. Ce système permet néanmoins de mettre en avant les armes exotiques et les meilleurs équipements tout en équilibrant certaines parties.

Enfin, dernier point important sur l’équipement, sachez qu’avec le nouveau système de revêtements, qui disparaissent après utilisation, le stock s’en va terriblement vite. Il faut donc éviter de tout claquer dès le début pour ne pas se retrouver sans rien après seulement quelques poses puisque même si l’on garde tout jusqu’à la fin de l’histoire, récompensée par de nombreux objets par la même occasion, l’inventaire se fait rapidement vidé. Everversum nous propose alors d’en acheter via des micro-transactions et il est tellement difficile d’avoir des revêtements uniformes sans passer par elle, que ce système fera criser certains d’entre vous.

Beaucoup de choses à faire mais aussi beaucoup à exploiter

Au lancement, Destiny 2 ne propose pas encore de raid, le temps pour les joueurs de s’acclimater avec ce nouvel opus tout en préparant leur équipement pour y accéder. Côté assaut, on ne retrouve finalement que quelques missions scénarisées à faire à trois et le contenu reste chiche sur cet aspect-là. Si l’on peut compter sur la partie exploration bien fournie et de nombreuses choses à faire pour profiter du loot, il faut avouer que le reste demande à être peaufiné et exploité davantage. Le souci est que Bungie compte bien bonifier tout cela mais avec du contenu additionnel puisque le terrain est déjà tout préparé pour la première extension qui pointera le bout de son nez cet hiver. Encore une fois, bien que Destiny 2 se suffit à lui-même en terme de contenu, les développeurs s’axent déjà sur les DLC et auraient mieux fait de se concentrer sur quelques cartes supplémentaires à implanter au jeu de base.

C’est un peu la même chose en PvP. Si les parties compétitives sont fichtrement bien pensées avec un excellent travail au niveau de l’équilibrage, on déplore un peu le manque de diversité. On pourra alors choisir entre une Partie Rapide ou une Partie Compétitive puis après, c’est l’aléatoire parmi plusieurs modes de jeu tels que Domination, Match à Mort par équipe et j’en passe. Les simples matchs manquent cruellement de ce petit quelque chose qui aurait pu révolutionner le genre. Malgré tout, les parties compétitives sont vraiment jouissives et se partagent avec deux modes de jeu originaux, qu’on peut notamment retrouver chez d’autres titres taillés pour la compétition. Un mode bombe, où une équipe doit placer un explosif dans une zone et la défendre tandis que l’autre doit la désamorcer. L’autre mode, un classique MME où il faudra tuer l’équipe adverse, sujette à un nombre défini de réapparition. On sent clairement la tension et que ce soit en solo ou en groupe d’amis, il est important de ne pas foncer dans le tas au risque de perdre une partie pour une simple mort. Le teamplay est de mise et on vous le fera comprendre bien rapidement. Rapidité, coordination, à l’affût, que d’adjectifs pour caractériser l’aspect compétitif de ce mode.

Malgré la petite déception concernant la rotation des cartes, force est de constater que Bungie a fait un gros effort sur l’équilibrage. Comme dit plus haut dans le test, les attaques en mêlée et les grenades sont moins punitives et moins aléatoires. Mais l’on sent également quelques faiblesses pour les gros atouts de nos personnages. L’utilisation d’un Super vous donnera un avantage certain mais il peut aussi vous mettre en position de faiblesse en étant bien plus vulnérable. Du coup, avoir plusieurs doctrines dans l’équipe peut donner un réel avantage puisque le Titan pourra par exemple vraiment mettre à profit sa nature et protéger une zone importante. A contrario, la nouvelle doctrine de l’Arcaniste viendra alors ajouter le healer que l’on ne connaissait pas forcément auparavant.

Il est bon de noter également que les munitions s’obtiennent de manière un peu différente. L’arme secondaire (verte) se remplit plus vite avec des munitions qui tombent régulièrement tandis que les munitions violettes apparaissent un peu partout et peuvent s’obtenir plus aisément. Quoiqu’il en advienne, pour un début, Destiny 2 prend un bon départ pour ce qui est du PvP et de son équilibrage. Certes ce n’est pas parfait, en l’occurrence à cause de la taille de certaines cartes et des fusils automatiques facilement au-dessus mais c’est plutôt bien parti. Maintenant, reste à voir les éventuelles évolutions de gameplay que Bungie nous proposera.

Difficile de savoir vraiment comment analyser Destiny 2. Si l’on pouvait faire fi de l’existence du premier Destiny et du contenu additionnel déjà prévu, alors ce nouvel épisode est un pur chef d’oeuvre. Destiny 2 reprend toute la magie et le merveilleux univers que l’on adule tant et réussit à perfectionner les mécaniques de gameplay pour tenter de s’approcher de l’excellence. Seulement voilà, il ne prend que trop peu de risques vis-à-vis de son prédécesseur et n’offre finalement que peu de véritables nouveautés, préparant déjà le terrain aux futures extensions. Le bestiaire est repris, la construction scénaristique n’est guère différente et beaucoup y trouveront là une redite de beaucoup d’éléments. Mais d’un autre côté, Destiny 2 a clairement appris de ses erreurs et peut se targuer d’essuyer la quasi-totalité des erreurs commises par son aîné. Le dilemme est de taille : faut-il bouder le jeu pour son manque d’initiatives ou saluer les efforts prodigués qui n’ont fait que bonifier la production ? Les nouveaux joueurs sauront apprécier la qualité du titre tandis que les grands fans apercevront tous ces détails qui feront leur bonheur. Finalement, il n’y aura que les joueurs qui jouaient de temps à autre à Destiny premier du nom qui se sentiront léser de prendre un jeu ressemblant davantage à une version estampillée 1.5 plutôt qu’un nouvel opus canonique. La réponse ne tient qu’à vous.

La note de l'auteur

Aaah, cher Destiny. Oui, tu as le droit à cette intimité. Parce que tu es devenu l'objet de toute convoitise, le titre qui fait parler de lui avant même son annonce. Toi, qui veux nous faire voyager dans les étoiles à la recherche de la Lumière. Tu nous avais bien surpris en 2014 avec tes mécaniques bien pensées et ton univers science-fiction particulièrement attirant. Ô cher Destiny, toi qui était à la fois si beau en apparence et si vide au fond de toi, il fallait creuser au plus profond de ton Grimoire pour connaître tes véritables pensées et ta profondeur d'âme. Trois ans après, tu nous ponds une suite et tu prétends faire mieux qu'auparavant en écoutant la communauté. Et tu le fais bien. On voulait un meilleur scénario ? Tu l'as fait. On voulait un meilleur équilibrage et un gameplay toujours aussi jouissif ? Tu l'as fait. On voulait un portage PC ? Tu l'as également fait. On voulait un peu plus de diversité ? Oh, il ne faut pas trop en demander c'est ça ? Destiny 2, je l'ai un peu vécu comme étant un Destiny 1 finalisé, une version 1.5 qui a bonifié ses mécaniques et son univers. Maintenant, le caractériser comme un second épisode à part entière, c'est difficile. Il ne reprend finalement que les bases posées par son prédécesseur pour les rendre encore plus solides, sans prendre la peine de rajouter de nouveaux ennemis. Corrompus, Vex, Déchus, c'est bon, y'en a marre, on en mange à toutes les sauces. Rajoutez-nous des nouveaux patterns, de nouvelles classes d'ennemis. L'histoire se focalise sur les cabals ? Mais faîtes-nous cinq ou six variétés de cabals différentes bon sang, une évolution du Légionnaire ! Loin d'être avare en contenu, Destiny 2 propose clairement des choses à faire, mais se repose bien trop sur ses bases qu'il considère comme acquises et ne livre finalement rien d'innovant. En suivant le lore de Destiny, les gardiens ne verront pas de nouvelle classe, pas de vraie nouveauté côté doctrine et l'on tournera en rond dans des missions et un cheminement que l'on connaît que trop bien. Et finalement, même si on pestera sur tout cet aspect-là, on prend son pied. Tel un plaisir coupable, on ne peut pas s'empêcher de lancer le jeu et l'on passera finalement des heures en compagnie de ses amis pour farmer et monter son niveau de lumière. Bref, si vous avez aimé le premier opus, vous adorerez cette suite.

Julien
a
Note du panda
7.5 10

Points positifs

  • Certaines animations et cinématiques vous mettent une claque
  • Une direction artistique de haute volée avec des décors qui décalquent
  • Les musiques, un pur régal auditif
  • La bande-son en général plus que réussie (sound design, doublages...)
  • Une progression motivante et un contenu de fin vraiment grisant
  • Techniquement proche de l'irréprochable
  • Ajout d'une carte et d'un suivi de quête bien fichu
  • Quelques nouveautés sympathiques (secteurs oubliés entre autre)
  • L'aspect compétitif accueillant
  • Malgré le fait que l'on tourne en rond, il y a de quoi faire
  • Maniabilité parfaite et sensations garanties
  • Une narration plus poussée et mieux élaborée...

Points négatifs

  • ... Qui mérite clairement d'être mieux construite sur le plan scénaristique
  • Un bestiaire vu, vu, revu et encore revu
  • Aucune véritable prise de risque
  • Manque de fraîcheur au niveau des doctrines
  • Titan, une planète horrible et à l'architecture mal pensée (pourtant, c'est beau.. parfois !)
  • Un contenu de base déjà tourné vers les prochaines extensions
  • Diversité sujet à débat (Peu de mondes, quatre assauts...)

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur