TEST. Copy Kitty – Bienvenue dans le Cyberespace !

Voir la note

Pour le grand plaisir des fans de cette petite pépite indé, Copy Kitty quitte enfin son Early Access pour proposer sa version finale. Déjà emballé par le titre lors de notre preview, le charme opère-t-il toujours ?

Souvenez-vous, nous vous avions parlé de Copy Kitty lors de notre preview parue il y a quelques mois déjà (et que vous pouvez retrouver ici). Plutôt conquis par l’expérience générale, nous ne pouvions pas passer à côté du test d’un titre atypique, nerveux et aguicheur prenant des faux airs de Megaman dopé aux hormones.

Cyberespace, nous voilà !

TEST. Copy Kitty – Bienvenue dans le Cyberespace !

Le jeu vous place dans la peau de Boki, une jeune femme-chat, qui se voit recevoir un cadeau plutôt inattendu de son oncle. Pas de bol, ce « présent » l’enverra dans un monde complètement différent et peuplé de créatures toutes plus hostiles les unes que les autres : le cyberespace.

Notre jeune héroïne va donc devoir se débrouiller seule afin de trouver la sortie de ce labyrinthe numérique. Pour notre plus grande chance, Boki a probablement dû apprendre à se battre en cours de maths « option Kung-Fu », puisque la belle possède de base une panoplie de mouvements déjà très étoffée.

Ce n’est pas tout, puisqu’en plus de savoir jouer des pieds comme une professionnelle, Boki se verra dotée du talent d’absorber l’essence des ennemis afin d’en copier les pouvoirs. Pratique ! Ainsi, et ce avant même l’écran-titre, vous vous retrouverez à dézinguer des monstres et autres robots dans un tutoriel qui donne le ton et vous fait passer un message : le jeu sera nerveux, dynamique et avec une cadence plus que rythmée.

Le titre ravira les fans de Megaman-like et y trouveront une alternative solide et charmeuse du genre !

On se retrouve donc à tirer un peu partout, sautant de plateformes en plateformes et volant çà et là les pouvoirs ennemis (avec possibilité de les combiner pour des attaques toujours plus dévastatrices).

Ce qui ne gâche rien, c’est que beaucoup d’éléments du décor, comme les plateformes ou les murs, sont destructibles. Ainsi, nous devons souvent composer avec le terrain qui se désintègre peu à peu avant de se reformer peu après.

Sobre, simple… Mais efficace !

TEST. Copy Kitty – Bienvenue dans le Cyberespace !

Décrit comme cela, il est vrai que Copy Kitty peut sembler proposer un joyeux bordel. Il n’en est rien en réalité. Les palettes de mouvements de Boki, son inertie, ses aptitudes et le reste sont correctement dosés, à un point tel que le jeu félicite le côté « technique » du joueur. Plus vous serez skillé, et plus le jeu dévoilera ses qualités. Exigeant mais pas trop, technique mais surmontable : le titre jongle avec très peu de mécaniques, mais le fait bien !

D’une manière générale, Copy Kitty est un jeu indépendant, et cela se sent où que se posent nos yeux. Entendez par là que oui, ce n’est pas le jeu le plus beau de la terre ou avec l’OST la plus florissante, mais cela serait une erreur de bloquer sur ces aspects : le titre a tellement plus à offrir en terme de rejouabilité et de fun. De plus, les environnements sont assez variés (avec de beaux effets) pour faire oublier cet aspect « science-fiction ».

Le titre peut paraître paresseux au premier abord, mais déborde en réalité de qualités bien cachées !

Ainsi, certains seront déçus par la direction artistique générale, peut-être trop futuriste, trop numérique, tandis que d’autres trouveront l’audace louable. Un point qui mettra tout le monde d’accord est le verrouillage des 60 FPS qui permettent de profiter pleinement des animations, explosions et autres effets graphiques dont regorge le jeu. Car il ne faut pas oublier que Copy Kitty, c’est surtout cela : des éléments non-stop sur votre écran.

Nous pourrions reprocher une absence de traduction française (le jeu est uniquement en anglais), mais rassurez-vous : le jeu n’est pas à faire pour son scénario dispensable, mais pour les mécaniques qu’il propose. Il est simplement dommage de ne pas bénéficier de traduction, ne serait-ce que pour bien comprendre les descriptions des aptitudes. Il ne faudra oublier non plus de modifier les commandes de jeu dès le début sous peine de perdre tout le sel technique du titre. Le top du top reste de jouer à la manette.

Copy Kitty, furieusement génial, propose des mécaniques toutes bêtes, vues et revues, mais techniquement maîtrisées et travaillées comme il faut. Avec une belle rejouabilité et proposant assez de défis pour donner envie de le dompter : il fait mouche et parvient à séduire avec bien peu. Pour le reste, le titre ravira les fans de Megaman-like et y trouveront une alternative solide et charmeuse du genre. Des boss délicats et beaux, des niveaux plutôt clos mais bien pensés, un « Endless Mode » (mode sans fin) pour tester ses compétences faces à de nombreuses vagues et enfin un éditeur de niveaux permettant de relancer encore plus la durée de vie du titre déjà bien conséquente. Beaucoup de points positifs, donc, qui font de Copy Kitty un très bon jeu, nerveux, fluide et à bas prix.

La note de l'auteur

J'étais déjà séduit par la preview il y a quelques mois, et l'engouement ne s'est pas émoussé avec ce test. Toujours aussi sympa, ce titre mérite une attention particulière, tant ce qu'il propose est maîtrisé. Après, ce sont les goûts et les couleurs : il faut être fan du genre !

Jibenc0
a
Note du panda
7.5 10

Copy Kitty

Points positifs

  • Des mécaniques solides et maîtrisées
  • Une nervosité de tous les instants
  • La combinaison d'aptitudes
  • La rejouabilité conséquente
  • Le côté technique appréciable

Points négatifs

  • Pas de traduction française
  • L'OST qui est en dessous
  • Le scénario dispensable

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation