Test Cat Quest II – Quand chien et chat s’entendent enfin

  • PC
  • PlayStation 4
  • Switch
  • Xbox One
Voir la note

Deux ans après le premier opus, Cat Quest II ramène les chiens au coeur de l'aventure.

Il y a deux ans, The Gentlebros avait surpris son monde avec l’étonnant Cat Quest, qui a fait succomber tous les amoureux des chats à la recherche d’un petit action-RPG sans prise de tête. Fort de ce succès inattendu, le studio s’est remis rapidement au travail pour accoucher de ce Cat Quest II, qui vient nous resservir une dose de mignonnerie absolue avec toujours plus de félins, mais aussi des chiens, histoire de convaincre tout le monde.

Conditions de test : Nous avons terminé l’aventure en une dizaine d’heures sur PC, en effectuant la plupart des quêtes annexes et des défis du end-game.

Huit pattounes valent mieux que quatre

Test Cat Quest II - Quand chien et chat s'entendent enfin 1

Avant toute chose, sachez que vous n’avez pas besoin d’avoir joué au premier Cat Quest pour plonger dans ce deuxième opus. Bien que se situant dans le même monde, l’intrigue de cet épisode ne reprend que très peu de choses du premier, en dehors de quelques easter eggs et certains lieux qui réapparaissent.

The Gentlebros a fait l’effort de modifier quelque peu la cartographie du monde pour ne pas donner une impression de redite à ceux qui avaient joué au précédent titre. Même le moteur graphique semble mieux utilisé, avec des décors plus convaincants et encore plus chatoyants.

Et histoire de rester dans la nouveauté, la grande particularité de cet épisode réside dans le fait que vous incarnerez ici non pas un, mais deux héros. On retrouvera évidemment un chat, mais aussi un chien, qui sont tous deux des rois d’une époque lointaine, téléportés à l’époque contemporaine pour combattre le mal qui ronge les deux empires.

Un humour toujours omniprésent

Cat Quest II

Comme son aîné, Cat Quest II verse presque dans le conte pour enfants en nous racontant une histoire accessibles aux plus petits, mais qui ne manquera pas non plus de séduire les plus grands. Si l’intrigue en elle-même reste totalement convenue, les innombrables traits d’humour devraient en faire sourire plus d’un.

Les hommages et les références appuyés à la pop culture sont légions, tout comme la cassure du quatrième mur, et on se délectera de ces multiples clins d’œil à des œuvres comme Uncharted, Harry Potter, Batman ou même Naruto.

L’humour fait également mouche grâce à tous les jeux de mots employés par les personnages, qui se retrouvent même dans le nom de certains lieux. On pourra peut-être trouver que cela est un peu forcé par moments, mais cela contribue fortement au charme de cet univers.

Can you pet the dog ?

Cat Quest II

Cette suite est aussi l’occasion pour nous de découvrir l’empire Lupus, aka le royaume des doggos. Aussi grand que le royaume des félins, ce nouveau territoire permet de corriger l’un des écueils du premier épisode, à savoir le manque de diversité visuelle de la carte du monde. Reste qu’en l’état, il n’est qu’un grand désert assez vide, ce qui est plutôt décevant.

On aurait aimé un peu plus de prises de risques ici, avec peut-être plus d’endroits à visiter. Toujours est-il que ce nouvel environnement est l’excuse parfaite pour garnir un peu plus le bestiaire, qui se révèle être légèrement plus complet que dans le premier.

Même son de cloches du côté des donjons, avec une toute petite touche de diversité en plus, mais qui n’empêchera pas cette impression de retourner dans le même genre de lieu pendant une dizaine d’heures. Malgré les efforts effectués, on a plus l’impression que ce deuxième opus fait figure de 1.5, avec peu de réelles nouveauté qui changent la donne.

Patte dans la patte

Cat Quest II

Après tout, ce n’est pas si grave diront certains, tant la formule de ce light-RPG fonctionne si bien. On retrouve les mêmes contrôles, avec une touche d’attaque, une esquive, et quatre boutons de raccourcis pour la magie. Mais le fait d’avoir deux personnages change quelque peu l’approche des affrontements.

Tout d’abord car Cat Quest II vous propose d’effectuer toute l’aventure en coopération en local, plutôt que seul. Un très gros plus pour l’aspect familial du jeu, en plus de mieux pouvoir établir des stratégies en plein combat. On s’amusera alors à combiner les magies entre les deux personnages pour être le plus efficace possible.

Mais rassurez-vous, même seul, il est possible de switcher entre ce bon toutou et cet adorable chat en un instant. Chacun d’entre eux dispose de son propre équipement, de ses propres raccourcis de magies etc..

Ainsi, pour mieux aborder les combats – dont la difficulté a été légèrement revue à la hausse tout en restant très accessible, il est conseillé de construire un duo complémentaire, avec par exemple un personnage porté sur la magie, tandis que l’autre servira de tank.

Le plus beau des pelages

Cat Quest II

Libre à vous d’orienter les deux héros comme vous l’entendez, au travers d’un grand nombre d’équipements (avec une gestion d’inventaire bien plus digeste qu’avant) à trouver un peu partout. Cat Quest II reprend ici le même concept que dans le premier, à savoir le fait que si vous tombez sur une arme ou une armure que vous possédez déjà, les statistiques de cette arme augmenteront, au lieu de looter un doublon inutile.

On pourra également les améliorer en passant par la forge, mais de manière beaucoup plus lente. La progression, de manière générale, l’est tout autant dans cet épisode en comparaison avec le premier, même s’il ne vous faudra pas plus d’une dizaine d’heures pour grimper au niveau 100.

Il n’est ainsi pas rare de devoir aller grinder un peu ou d’effectuer quelques quêtes annexes avant de progresser dans l’aventure, ce qui rebutera peut-être les plus petits. Cela n’augment d’ailleurs pas beaucoup la durée de vie du titre, similaire au premier (supérieure d’à peine une ou deux heures selon votre rythme).

Il n’empêche qu’on savoure chaque instant passé dans cet univers, malgré sa redondance, à la recherche du moindre secret. Cat Quest II propose de multiples défis pour les joueurs plus aguerris, avec des îles et des grottes cachées qui renferment parfois des monstres redoutables.

Ces derniers mettront vos nerfs à rude épreuve, puisqu’ils peuvent parfois vous terrasser un seul coup. Rajoutez à cela des îles à but plus humoristiques que difficiles, et vous avez là un monde qui ne demande qu’à être exploré de fond en comble, surtout avec ces musiques adorables qui vous poussent à partir à l’aventure.

Plus complet que le premier opus, Cat Quest II est aussi moins surprenant. Il reprend peu ou prou tous les éléments du précédent épisode et les améliore, tout en ajoutant à la recette une pincée de nouveautés. Cela ne suffit par forcément pour éviter cette répétitivité qui s’installe après quelques heures de jeu, mais on prend tout de même un grand plaisir à arpenter les terres de Félingrad et Lupus, qui regorgent de personnages très drôles et attachants. On espère qu’un troisième opus, déjà confirmé, viendra un peu bousculer l’ordre établi, mais si vous avez aimé le premier épisode, vous serez sans doute charmé à nouveau avec cette suite. Cat Quest II nous propose une chaventure qui ronronne un peu trop, mais elle a sacrément du chien.

L'avis de l'auteur

Même si les doggos ne font clairement pas le poids face aux chats (oui), quel plaisir de voir cet univers étendu aux chiens. Tout comme avec le premier opus, je me suis régalé devant chaque jeu de mot, chaque référence, et j'ai pris un pied monstre à parcourir la map jusqu'à tout dénicher. Je reste un peu sur ma faim sur le manque de nouveautés, mais je n'arrive pas à bouder mon plaisir face à cette licence que j’apprécie tout particulièrement.

Jordan
a
Note du panda
7 10

Points positifs

  • Deux héros beaucoup trop mignons
  • La possibilité de jouer en coop
  • Un terrain de jeu plus vaste
  • Beaucoup d'humour et de références bien senties
  • Des combats encore plus dynamiques à deux
  • Pas mal de quêtes annexes et de secrets à découvrir

Points négatifs

  • Peu de réelles nouveautés
  • Un sentiment de répétitivité encore présent
  • Un royaume de Lupus moins attrayant
  • Des donjons qui tournent un peu en rond

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp