Test Persona Q2 : New Cinema Labyrinth – Le mashup est de retour

Voir la note
Les Phantoms Thieves sont là !

En 2014, Atlus portait sa licence Persona à la sauce Etrian Odyssey avec Persona Q. Aujourd’hui, le spin-off est de retour avec sa suite directe, Persona Q2. Si le premier épisode se concentrait autour des personnages de Persona 3 et 4, ce nouvel épisode ajoute également les personnages de Persona 5 qui, comme vous le savez, a très bien marché au point que deux autres titres arrivent prochainement : Persona 5 the Royal et Persona 5 Scramble. Mais l’heure est à Persona Q2, New Cinema Labyrinth de son petit nom. Le jeu est d’ailleurs, tout comme son premier épisode, uniquement disponible sur la 3DS de Nintendo qui commençait à prendre la poussière il faut le dire.

Bienvenue au cinéma !

Test Persona Q2 : New Cinema Labyrinth - Le mashup est de retour 1

Alors que notre équipée des Phantom Thieves plongeait dans les Mementos après les cours, une journée on ne peut plus classique en somme, la troupe de Joker se retrouve transportée dans une dimension parallèle bien malgré eux. C’est en échappant à certaines créatures que nos compagnons se retrouvent dans une salle de cinéma. C’est ainsi qu’ils se mettront alors en quête de trouver un moyen de sortir, tout en commençant par libérer leurs amis retrouvés enlevés par Kamoshidaman. Le jeu prend dès le départ le postulat que vous n’incarnerez jamais vos héros dans le monde réel. Vous passerez de film en film, un bon argument pour pouvoir varier les décors, mais aussi les jeux ! Tout est repris ici à la sauce cinématographique, même les Personas capturés le sont en réalité dans des pellicules ! Une thématisation vraiment réussie, aussi poussée que celle d’un épisode principal de la série.

Car oui, Persona Q2 repose sur le principe de mélanger les univers et personnages des différents jeux de la licence. Quoi de mieux donc que de créer un nouvel univers alternatif, permettant de justifier tout ce qu’il se passe ! Cela permet ainsi aux fans d’assouvir totalement leurs désirs de rencontre entre Ann et Teddie, ou de faire combattre ensemble Yuikiko et Fuuka. Le jeu joue d’ailleurs totalement la carte de cet aspect-là en mettant en scène des dialogues pour le coup amusants où notre personnage principal de Persona 3 (en version féminine) ignore totalement la reconnaissance mondiale des Phantom Thieves. Bien entendu, la totalité du cast n’est pas immédiatement disponible, et vous aurez l’occasion de découvrir l’ensemble du cast jouable des trois derniers épisodes de la série spin-off de Shin Megami Tensei durant votre périple. Ce qui pourrait sembler au premier abord comme une foire à la saucisse et aux otakus fans de la série est au final plutôt cohérent en soi, et on se retrouve rapidement plongé dans l’univers de Persona Q2. Un bon point de la part de la Persona Team de Atlus qui une nouvelle fois réussit totalement son pari. Les thématiques traitées sont également similaires aux autres titres, prouvant que même avec une surcouche fan service et une design production mettant plutôt en avant un style chibi de nos personnages, l’ensemble match parfaitement. Et on ne mentionnera que très peu la bande-son encore ici excellente et incontournable, faisant à la fois la part belle à de nouvelles compositions autant qu’à de retours en arrière avec des thèmes marquants des anciens titres.

Au niveau des petits points un peu plus faibles du titre sur sa partie univers et scénarisation, on pourra reprocher une certaine lassitude de chapitre en chapitre, le déroulé étant un peu similaire. Cela est pour le coup quelque chose que l’on connaît déjà dans la série, mais un peu plus présent de part l’absence de la partie « monde réel », permettant dans Persona de renouveler un peu la routine de jeu. Au niveau des dialogues, les phases d’expositions et de présentation de personnage sont amusantes au début, mais deviennent par la suite un peu lourdes. Dans l’ensemble, même si on retrouve la même qualité d’écriture, ce Persona Q2 est un peu en deçà au niveau de la finesse de l’ensemble. Mais ce constat est au final très mineur en comparaison au plaisir de jeu que nous retrouvons ici. On peut vraiment voir que Atlus ne se contente pas de faire du fan service mais respecte et sait ce que cherchent les fans de la licence autour d’un tel jeu.

Persona Q2, la formule Odyssey-like parfaite ?

Test Persona Q2 : New Cinema Labyrinth - Le mashup est de retour 2

Persona Q2 est, comme nous vous le disions auparavant, un RPG de type dungeon crawler, reprenant la formule de la fameuse série Etrian Odyssey. Le principe repose donc sur la découverte d’un donjon, ici un film, divisé en plusieurs cartes (ou étages) que nous allons explorer. La carte se dessine au fur et à mesure de votre avancée, de façon automatique ou manuelle en fonction de vos envies. Vous découvrirez ainsi portes, leviers, trésors mais bien entendu des ennemis. Si la majorité de vos combats sont aléatoires, reposant sur un système (ici visible) de nombre de pas effectués dans le niveau.

Ce qui est fort ici c’est que ce système n’est jamais frustrant car nous avons ce feedback qui nous indique quand cela va arriver. Lorsque les ennemis sont visibles, ils fonctionnent sous le principe de pattern de mouvement bien défini. Ce sera à vous, via des boutons à enclencher pouvant les stopper, ou en observant les zones d’ouvertures, que vous pourrez en quelque sorte résoudre ce puzzle afin d’avancer. Les zones d’intérêts en surbrillance sous forme d’halo de lumière pourront également déclencher un combat tout en étant régies sous un aspect de prise de risque. Au final, il n’y a jamais de gratuité dans Persona Q2, si vous êtes dans un combat, vous l’avez cherché !

Les combats dans Persona Q2, parlons-en ! Reprenant la formule de Persona 5, Q2 s’inspire bien entendu de ce qui a été fait avec le premier épisode et la série Etrian. On retrouve donc un maximum de cinq personnages par équipe, cette dernière étant divisée en deux rangs. Les tanks devant, les healers derrière, vous connaissez la formule. A vous de personnaliser les rangs, de choisir vos personnages parmi l’ensemble du cast débloqué. Chaque personnage est d’ailleurs unique et propose des forces et faiblesses uniques poussant ainsi à l’expérimentation.

Tout comme du côté de sa série initiatrice, on retrouve de nombreux éléments de personnalisation au niveau armes, armures et accessoires. Concernant l’aspect pur du combat, un fonctionnement au tour par tour est présent avec également toute la dimension force et faiblesse de Persona 5, mais aussi les fameuses All-out Attack ! Une des nouveautés est d’ailleurs l’Unison Attack, une attaque groupée animée de façon stylisée pouvant à la fois faire de gros dégâts, mais aussi de très gros buffs et soins pour vos personnages. L’ensemble fonctionne parfaitement, le jeu reste lisible et compréhensible de bout en bout, et évite de partir sur de la difficulté facile et d’empêcher une compréhension des ennemis.

De la difficulté aux possibilités

Test Persona Q2 : New Cinema Labyrinth - Le mashup est de retour 3

Mais Persona Q2 n’en est pas simple pour autant ! Impossible de ne pas passer à côté de nombreuses sessions de farming qui pourront déplaire aux personnes cherchant un jeu sans challenge mais pour le coup, cet aspect a toujours fait partie intégrante de la série. A vous de faire des choix intelligents et clairement, une mauvaise équipe et trois niveaux en retard et ce sera la défaire assurée que ce soit sur un étage comme contre un boss. Votre choix de Persona secondaire sera également l’un des impact choice les plus importants du titre. Alors que Persona 5 proposait un choix de Persona uniquement concernant notre personnage principal, ici chaque personnage aura le droit à un second Persona pour ajouter des spécifications et pouvoirs au personnage.

Mais tout ceci ce n’est qu’en prenant en compte la quête principale ! Car oui, si Persona Q2 ne propose pas de passage dans le monde réel pour être cohérent avec son propos, il offre tout de même son lot d’activités secondaires. A commencer par les Ticket Counter qui sont proposés comme de véritables quêtes annexes, allant du simple combat aux puzzles à résoudre. De nombreux dialogues sont présents ici entre les personnages et les récompenses seront pour le coup nombreuses : objets rares, Personas puissants mais aussi des améliorations de vos relations avec les personnages, ayant bien entendu un impact important dans le jeu car cela conduira vers les Unison Attacks. Il est d’ailleurs intéressant de savoir que ces attaques pourront être faites même avec des personnages ne faisant pas partie de votre groupe en combat. On sent au final la volonté (avec succès) de proposer tout un ensemble de game design rempli de feedback pour récompenser le joueur lorsqu’il s’investit pleinement.

Persona Q2 aurait pu être la suite sympathique et facile d’un premier épisode réussi. Il en résulte en fin de compte un excellent jeu, faisant une synthèse d’une dizaine d’années de la série, le tout avec un respect de la série mais aussi de sa communauté, apportant une véritable pierre à l’édifice Persona. Un jeu incontournable pour tous les amateurs de la saga. Il est bon d’être fan de Persona de nos jours en tout cas !

La note de l'auteur

Quel pied ! Persona Q2 a réussi à m'avoir là où je ne l'attendais pas. Là où je pensais voir un titre fan service au possible et sans grand contenu, le résultat en est un excellent dungeon crawler like qui en plus de nous brosser le poil comme il faut, ajoute ses mécaniques plaisantes et toujours récompensantes ! Un vrai baroud d'honneur pour la 3DS.

Antoinerp
s
Note du panda
9 10

Persona Q2: New Cinema Labyrinth

Points positifs

  • Persona 3,4 et 5 réunis
  • Un dungeon crawler efficace
  • Une histoire dans la lignée de la série
  • Une bande-son parfaite
  • Le système de Persona 5 collé à un Etrian-like
  • Les Unison Attacks
  • Grosse durée de vie

Points négatifs

  • Le farming peut encore une fois déranger
  • Aucune utilisation de la 3D de la console
  • Le jeu prend son temps avant de décoller pleinement

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

6 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp