Test Omega Quintet – Un véritable J-RPG d’idoles

7
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (0)

Premier J-RPG de la PlayStation 4, Omega Quintet offre une expérience assez novatrice en terme de gameplay et son univers d’idoles pourrait bien en séduire plus d’un et ce, notamment les amoureux de fan service. Alors, est-ce que le J-RPG et les idoles sont un bon mélange ?

Un scénario d’idoles ?

omega quintet

Après une jolie cinématique d’introduction plutôt sombre et surprenante, l’atmosphère se détend rapidement dès les premières scènes de dialogues. Vous incarnez Takt, un jeune garçon qui va vite devenir, contre son gré, le manager de la future idole Otoha et par la suite, de toutes les autres.

Pour résumer rapidement la trame principale, le monde est à l’article de la mort et son seul espoir, ce sont les idoles ! Ces dernières, grâce au chant, sont capables de vaincre les créatures, appelées Blare, qui menacent la destruction du monde. Votre progression dans le jeu se fera comme une série animée japonaise, vous aurez droit à un opening et un ending entre chaque chapitre.

Un gameplay classique mais complet

Omega Quintet_20150213170009

Au-delà d’un gameplay classique de RPG au tour par tour, Omega Quintet propose une multitude d’options. Comme le jeu se veut simulation d’idoles, il en reprend des éléments comme par exemple les armes équipées portant le nom de Mic pour microphone ou les modes concerts. Pour résumer les combats, chaque personnage possède un nombre d’actions propre à chacun pendant un tour de jeu et peut attaquer en variant attaques normales et techniques.

Des bonus peuvent vous être attribués aléatoirement pendant les combats comme par exemple de l’expérience supplémentaire. Pour Takt, il ne participe pas directement aux combats. Il peut être attribué à l’une des filles et il la défendra ou attaquera à ses côtés lors de ses actions. Il faut savoir que Takt possède lui-aussi un nombre d’action limité et que pour le faire attaquer ou défendre, il faut appuyer sur la bouton X au bon moment. Vous découvrirez également par la suite le mode concert qui permet de vous déchaîner sur vos adversaires avec un fond de musique Japan-Pop ! Autrement, toutes les héroïnes peuvent être spécialisées dans n’importe quels types d’armes, toutes ont leurs avantages et désavantages. Elles possèdent également un arbre de compétence permettant d’apprendre des sorts et des techniques pour les Mic.

Omega Quintet, un J-RPG de bonne qualité avec des idoles

Il y a encore beaucoup de petites choses à savoir comme le fait qu’il y a des attributs élémentaires, une durée de vie des costumes des idoles qui finissent par se déchirer et qu’il faudra réparer etc. Bref, comme vous pouvez vous en rendre compte, les tutoriels sont nombreux et vous avez intérêt à ne pas lâcher le jeu pour en comprendre toutes les subtilités. Un dernier élément de gameplay se déroulant hors-combat, le mode concert ! C’est là que votre rôle de manager prend toute son importance, il propose de faire un concert de vos idoles sur une scène et de pouvoir enregistrer leurs prestations.

Sachez qu’une fois encore, le mode est extrêmement complet et que vous pouvez absolument tout contrôler. Cela va de la tenue de vos protégées au moindre pas de danse ou expression sur leur visage. En parlant de personnalisation, sachez également que les protagonistes de votre équipe sont entièrement personnalisables : changer de tenue, de cheveux etc. Vraiment, entre tout c’est vraiment très (trop ?) complet.

Des héroïnes à croquer

omega quintet2

Côté casting, les idoles sont assez mignonnes et les personnages attachants même s’il faut avouer qu’ils ne sortent pas des sentiers battus. Le garçon manqué ou la fille timide sont des stéréotypés biens présents ! A noter quand même, pour ceux qui connaissent, qu’Otoha ressemble comme deux gouttes d’eau à Madoka de Puella Madoka Magica, après ceci n’est qu’un point de vue personnel. Sinon, les magnifiques Art works des personnages viennent quand même nous faire oublier tous ces petits problèmes et on finit par aimer tout ce petit groupe.

Autrement, comme on le disait au début de ce test, on oublie bien vite cette sombre cinématique tant le fan service est présent ! De plus, l’humour est omniprésent et l’on sourit souvent à ces dialogues parfois farfelues et à des scènes complètement : What the fuck ? On en oublie au final que l’on est là pour sauver le monde ! La progression se déroule dans des donjons à plusieurs embranchements dont certains qui sont fermés et qui nécessitent des aptitudes spéciales de personnages pour les ouvrir.

Pour résumer, les environnements sont vraiment énormes et vont vous faire revenir un grand nombre de fois afin de pouvoir compléter l’exploration. En tout cas, les graphismes ne sont certainement pas à la hauteur d’un RPG sur Playstation 4 mais ils n’empêchent pas l’appréciation du jeu pour autant. Omega Quintet est un RPG jap et il s’apprécie au même titre qu’un Hyperdimension Neptunia.

Durée de vie et musiques

Omega Quintet_20150217130139

Elle semble en tout cas à la hauteur de tous ceux voulant faire un maximum de choses dans ce titre ! Entre, explorer entièrement chaque endroit, allez au bout du niveau d’entraînement proposant toujours plus de puissants monstres, obtenir de nouvelles tenues et armes etc. Eh bien oui, sachez qu’il y a également un système de craft pour armes et tenues, oui oui, ce jeu possède pratiquement TOUTES les possibilités d’un RPG.

Omega Quintet, un fan service à la hauteur du genre !

Bref, il y a vraiment de quoi faire, sans compter le fait de pouvoir recommencer le jeu et conserver certaines choses de votre ancienne partie. De plus, il y a une jauge affective pour chaque idole ce qui laisse présager des fins multiples ou des événements que vous ne pourrez pas voir si vous privilégiez un personnage en particulier. Pour faire monter cette jauge, cela se passe à la base principale entre les batailles, vous aurez la possibilité de passer un moment avec chacune des idoles. Seul bémol ou point positif, cela fait énormément de dialogues et donc de temps passé au quartier générale.

Par contre, chaque petite scène est particulièrement drôle et encore une fois, rempli de fan service. Ce qui est sûr, c’est ce que si vous accrochez à ce système de combat extrêmement complet, vous allez pouvoir vous amuser sur Omega Quintet pendant longtemps. Côté musique, ce n’est pas une bande-son qui va rentrer en concurrence avec celle d’un Final Fantasy mais elles sont toutes plus ou moins appréciables. A noter que vous débloquerez au fur et à mesure de nouvelles chansons que vous pourrez utiliser pour les modes concerts. Après, ces dernières sont de la simple Japan-Pop, on aime ou on n’aime pas.

Omega Quintet remplit pleinement son pari de mélanger les simulations d’idoles et le monde du RPG. Même si les personnages ne sont pas forcément originaux, on passe un agréable moment à leurs côtés. Le point fort du titre s’en va finalement à son système de combat, qui, en plus d’être bien ficelé, est rempli de possibilités. Dans tous les cas, pour un premier RPG purement japonais sur PlayStation 4, Omega Quintet nous fait vraiment vivre une excellente aventure.

Ce test a été réalisé à partir d'une version commerciale

  • Les combats et son système
  • Le mode concert hors-combats
  • La durée de vie
  • Mélange de RPG et simulation d’idoles
  • Fan service et humour omniprésent…
  • Graphismes
  • Casting peu original
  • Uniquement en anglais
7
  • PlayStation 4

Omega Quintet

A propos de notre notation

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

Omega Quintet est l’un des premiers J-RPG de la PS4 et si l’on oublie le côté classique des personnages, on se retrouve en face d’un jeu offrant un gameplay sacrément bien foutu et particulièrement addictif. Parfait mélange d’idoles et de fan service, l’aventure est suffisamment longue pour être digne d’intérêt et pour ma part, j’ai passé un très bon moment dessus. Je recommande à tous les amateurs de J-RPG en herbe qui ne seront pas rebutés par l'anglais.

Alexandre Mistral Play4Fun
a
Note du panda