TEST. Nidhogg 2 – Mais que quoi ?

Sorti il y a maintenant 3 ans, Nidhogg avait fait parler de lui dans la sphère du jeu vidéo indépendant. Le jeu proposait à l’époque des affrontements nerveux entre plusieurs épéistes. Est-ce que le studio Messhof saura renouveler la formule ?

En 2014, Nidhogg avait fait parler de lui, proposant des affrontements nerveux entre deux joueurs, le tout dans un style 8-bit qui a ravi les amateurs de pixels. Bien reçu dans le monde du jeu indépendant, le titre a gagné au fil du temps une petite réputation, proposant ainsi aux amateurs de duel de passer une bonne soirée sur un canapé, autour d’autres jeux tels que Samurai Gunn ou encore Towerfall Ascension.

Le ver luisant

niddhog2-4

Le premier Nidhogg proposait aux joueurs de revenir aux début du jeu vidéo, sur son aspect graphique en tout cas. En effet, le jeu proposait un environnement rendant hommage aux graphismes 8 bit, avec des personnages assez grotesques et composés de quelques pixels. La donne est complètement changée avec ce nouvel épisode. Ici, au lieu du minimalisme pixel art auquel nous étions habitués, c’est l’exagération pure qui est présente. Plus proche d’un effet pâte à modeler, les personnages possèdent maintenant de véritables gueules, que vous pourrez d’ailleurs personnaliser lors de chaque partie. De la couleur de peau, aux accessoire, tout est personnalisable. Le jeu propose également une plus grande variété de niveaux jouables, en rajoutant notamment quelques embûches sur le chemin. On s’amusera notamment à pousser son adversaire sur des tapis roulant qui finiront sur quelques scies.

Il est d’ailleurs intéressant de voir comment a évolué le level design entre ces deux épisodes. En cohésion avec l’univers du jeu, les niveaux proposent une véritable variété, avec des couloirs fermés, de grandes plaines, ou un niveau qui sera plus accès sur la verticalité, permettant aux utilisateurs du coup de pied de pouvoir esquiver son ennemi ainsi, sautant d’une plateforme vers une autre.

Tuer ou être tué

Nidhogg 2

Nidhogg 2 reprend bien entendu la même formule, mais se veut proposer une véritable évolution, voire révolution dans la gestion de ses affrontements. En tant qu’épéiste, vous devrez toujours gérer le placement de votre épée d’escrime et vous pourrez toujours lancer votre arme, ou bien effectuer une glissade. L’ensemble des coups possible dans le premier jeu ont été remis. La grosse nouveauté du titre est l’arrivée de nouvelles armes dans le jeu. Épée longue, dague, ou encore arc, ces nouvelles armes possèdent leurs force et faiblesse, et il faudra composer avec elle et donc cet ensemble de quatre armes pour terrasser son adversaire et progresser dans le niveau. Car on vous le rappelle, mais le but premier de Nidhogg est de parcourir un ensemble de tableau dans le but de se faire dévorer par la créature mystique donnant son nom au jeu.

Il vous faudra au fil des parties appréhender les différents duels en avance, savoir quelle arme sera plus efficace, quelle position sera avantageuse pour désarmer son adversaire, ou si la fuite sera bien plus efficace. Il ne faut pas avoir peur de reculer dans Nidhogg et de subir un affrontement pour récupérer par la suite une meilleure arme ou une meilleure position sur la carte. Pour vous entraîner, Messhof a pensé à vous dans ce nouvel opus, en proposant un nouveau mode arcade, qui permettra aux joueurs solitaires de pouvoir pratiquer le jeu face à une intelligence artificielle. Si l’IA n’est pas forcément des plus réussies, et se comporte même un peu bêtement par moment, elle fait le travail en tant qu’entrainement. Elle est par exemple programmée pour faire tout duel, même si elle se trouve à trois pas du tableau suivant.

On retrouvera par la suite le mode local, déjà présent dans le premier opus. Le mode vous propose de créer, si vous êtes plus de deux joueurs, des tournois allant jusqu’à huit joueurs en local, où vous pourrez personnaliser entièrement votre expérience. Cette personnalisation est également présente dans l’affrontement à deux joueurs, où vous pourrez choisir les armes disponibles, mais également des petites options dites cheats, permettant de rajouter un peu de sel à vos parties. On a notamment utilisé pendant de nombreuses parties le cheat boomerang, où chaque arme vous revient dans la tronche. Également présent comme nouveauté de cette année, vous pourrez également jouer en ligne ! Vous pourrez ainsi inviter un ami, mais également effectuer des matchs classés ou non pour devenir le meilleur joueur au monde de Nidhogg !

Nidhogg 2 est une véritable suite du premier opus. On ne parle pas d’une petite mise à jour graphique et de contenu, mais un chamboulement profond dans la façon de jouer, sublimant une formule déjà efficace. Un jeu qui restera pendant longtemps incontournable lors de vos soirées !

La note de l'auteur

Nidhogg 2 est un véritable bonheur, le mode tournoi présent a d'ores et déjà fait ses preuves lors de soirées endiablées !

Antoinerp
a
Note du panda
7.5 10

Nidhogg 2

Sorti il y a maintenant 3 ans, Nidhogg avait fait parler de lui dans la sphère du jeu vidéo indépendant. Le jeu proposait à l’époque des affrontements nerveux entre plusieurs épéistes. Est-ce que le studio Messhof saura renouveler la formule ?

">

Points positifs

  • Le fun
  • Une formule renouvelée
  • Exubérant graphiquement
  • l'arrivée du online
  • Le mode tournoi

Points négatifs

  • Matchmaking en deçà
  • Un mode arcade un peu chiche
  • Pas de sauvegarde de personnages créés

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur