Test Mutant Year Zero : Seed of Evil – Un DLC qui vaut vraiment le coup ?

  • PC
  • PlayStation 4
  • Switch
  • Xbox One
Voir la note

Voilà donc un premier DLC pour le soft de The Bearded Ladies, qui continue l'aventure contée dans Mutant Year Zero : Road to Eden.

Mutant Year Zero : Seed of Evil est donc le tout premier DLC qui poursuit l’aventure du jeu de base. Nous proposant un tout nouveau périple pour nos mutants et avec un nouveau personnage jouable, ce DLC est-il finalement à faire ?

Mutant Year Zero Road to Eden Deluxe edition SWITCH - Acheter sur Amazon
Tactique de stratégie évoluée : Passez à volonté de l’exploration en temps réel à un système de combat puissant et tactique.
24,99 EUR

Condition de test : Nous avons terminé le DLC sur PC en faisant la quête principale dans son intégralité, et en nettoyant quelques anciennes zones de ci de là. Nous avons d’ailleurs testé le soft sur une bécane avec 16 Go de RAM, une GTX 1070 et un intel Core i5 cadencé à 3,5 GHZ.

Un nouvel ennemi à affronter

Mutant Year Zero : Seed of Evil

The Bearded Ladies n’allait quand même pas nous laisser en si bon chemin avec cette fin inachevée de Mutant Year Zero : Road to Eden. Et les développeurs l’ont compris, en nous proposant une nouvelle intrigue qui fait suite aux événements du jeu de base, après une révélation aussi surprenante qu’abasourdissante pour nos traqueurs en herbe.

Pour le scénario en lui-même, Mutant Year Zero : Seed of Evil nous met en face d’une toute nouvelle menace qui plane sur le monde, et l’arche. Effectivement, de mystérieuses racines ont fait leur apparition, et contaminent tout ce qui s’y trouvent. Que ce soit les goules, les humains et j’en passe, ces derniers subissent une transformation au contact de ces racines. A nos traqueurs d’y mener leur enquête afin de trouver la source de ce nouveau mal.

Un peu comme le jeu de base, cette extension de Mutant Year Zero : Road to Eden propose une narration une fois encore de qualité. Quelques cinématiques viennent ponctuer l’intrigue, avec tantôt quelques rebondissements. D’ailleurs, et ça on pouvait s’en douter, le fin de Mutant Year Zero : Seed of Evil laisse encore la porte grande ouverte à une suite, certainement via un autre DLC. On notera par contre un boss pas vraiment folichon en guise de fin de DLC, même s’il aura le mérite de nous surprendre, et d’avoir un design tout particulier.

Niveau direction artistique, il faut dire que le soft était dans la continuité de ce que proposait le jeu de base, comme nous avons pu le faire remarquer dans notre preview. Et finalement, force est de constater que les développeurs ont fait un effort assez conséquent dans les décors des autres zones avec des territoires enneigés et dévastés, qui ont franchement un cachet fort accrocheur. C’est positif sauf pour le bestiaire, qui n’a pas foncièrement bougé d’un iota. Néanmoins, on retrouvera une toute dernière zone de l’extension se dotant d’un contraste enchanteur et bien foutu.

En revanche, nous pesterons une nouvelle fois sur la taille des zones. Effectivement, si The Bearded Ladies nous promettait des zones un peu plus grandes que le jeu de base, il n’en est strictement rien. Pour faire simple, les diverses zones à parcourir ont finalement une taille plus ou moins équivalente par rapport à ce que proposait le jeu de base en matière de zones à explorer. C’est le bât qui blesse, même si le côté exploration est toujours là, et reste grisant.

Mutant Year Zero : Seed of Evil, ou le DLC qui se réinvente ?

Mutant Year Zero : Seed of Evil

Ce qui nous faisait peur avec Mutant Year Zero : Seed of Evil, c’est qu’il ne se renouvelle pas forcément dans son gameplay. Et c’est malheureusement le cas. Effectivement, si le côté stratégie au tour par tour, l’infiltration mais aussi l’exploration restent toujours de qualité, très peu de nouveautés de gameplay viennent enrichir l’expérience de jeu de ce DLC. De plus, on retrouve les mêmes défauts entre les statistiques une peu faussées, les quelques décors qui ternissent les tirs de nos mutants, et j’en passe.

Le lot de consolation du soft sera l’apparition d’un nouveau mutant, Big Khan. Ce dernier vient en effet s’ajouter à l’équipe de traqueurs composés on le rappelle de Dux, Bormin, Magnus, Selma et Farrow. Notre élan vient donc ajouter une petite touche personnelle à l’équipe de mutants déjà bien fournie. En effet, le bougre aura l’une des capacités notamment de cracher du feu sur ses ennemis, afin de faire un maximum de dégâts. Notre dur à cuire aura aussi avec lui un bon vieux fusil à pompe automatique, et un fusil d’assaut de bien bonne qualité.

En somme, ce nouveau personnage est bienvenue, sans pour autant bouleverser le gameplay du soft, qui s’offre néanmoins une nouveauté sympathique. En progressant sur la nouvelle zone de ce DLC, le nouvel aîné de l’arche viendra vous informer que de nouveaux ennemis se sont installés dans les anciennes zones de Mutant Year Zero : Road to Eden. Votre but sera de les éradiquer en guise de missions annexes.

C’est l’une des features du jeu qui est intéressante car elle vous permet de vous frotter à de nouveaux ennemis de niveau 80, et surtout d’y chopper du nouveau loot sur les anciennes zones du jeu de base, rien que ça. Et qui plus est, cela rallongera la durée de vie du soft, qui ne s’élèvera qu’à 4-5 heures de jeu en normal, en faisant une ou deux missions secondaires. Au moins, cela justifiera le fait de prolonger l’expérience car pour un DLC à 14.99 €, c’est limite.

Il faut avoir le niveau !

Mutant Year Zero : Seed of Evil

L’autre point positif de Mutant Year Zero : Seed of Evil, ce sera bien évidemment la possibilité de commencer cette aventure avec la sauvegarde du jeu original. Mais bien entendu, on ne pourra que trop vous conseiller d’être au minimum niveau 65 voir 70 pour être bien armé, car il faut savoir que le DLC dispose de zones de niveau 80-90.

Cependant, même si vous êtes un chouïa en dessous de ces niveaux et que vous êtes en mode normal, la difficulté reste bien dosée et le tout reste jouable. Pour les joueurs qui n’ont plus de sauvegarde en revanche, sachez que vous débuterez avec des compositions prédéfinies pour vos personnages.

Le titre n’est par contre pas exempt de défauts sur le plan purement graphique. S’il reste relativement joli dans ses panoramas, le titre paiera évidement ses retards d’affichages sur les textures, quelques mini-freezes intempestifs, et surtout quelques bugs de collisions pas forcément sexy. C’est tout ce que l’on reprochera au soft, qui restera néanmoins plutôt fluide en pleine action, et optimisé de manière honorable.

On termine avec le sound design, qui n’a pas tellement bougé lui aussi. Mais cela aurait été stupide de tout changer, étant donné sa qualité indéniable dans le jeu original. Les notes de synthé/électro sont toujours plaisantes, et l’acting en VO est encore aux petits oignon pour notre bon plaisir. En somme, rien à signaler de ce côté là, c’est du tout bon.

Acheter Mutant Year Zero : Road to Eden Deluxe Edition sur Amazon

Ce premier DLC pour Mutant Year Zero : Road to Eden est franchement bon dans son ensemble, et vaut donc le coup. Le titre conserve toutes les qualités du jeu original, tout en rajoutant un nouveau mutant fort sympathique à jouer. Les missions annexes apportent aussi un plus pour revisiter les anciennes zones et y choper du nouveau loot, et même la narration est toujours de qualité, et surprenante par son écriture.

Cela dit, le jeu n’est toujours pas exempts de défauts, car Mutant Year Zero : Seed of Evil traîne exactement les mêmes défauts que le jeu de base en matière de gameplay. De plus, le nouveau mutant n’apporte pas grand chose au gameplay, et la taille des maps reste à peu de chose près similaire au jeu de base.

Néanmoins, on retrouve un DLC plaisant, toujours charmeur par sa direction artistique, bien qu’hélas un peu court vu son prix. Ceci dit, si vous avez l’occasion de le faire, vous ne serez pas déçu car Mutant Year Zero : Seed of Evil s’impose comme un premier DLC relativement réussi dans sa construction, et on a hâte de voir si The Bearded Ladies nous sortira une seconde extension pour prolonger l’aventure.

L'avis de l'auteur

Outre les petits défauts qui se glissent encore sur ce DLC, je me suis régalé sur ce Mutant Year Zero : Seed of Evil. Le gameplay est toujours grisant à souhait, la direction artistique tout autant, et puis le nouveau mutant reste cool dans son design, tout en étant plaisant à jouer. Je regrette que le DLC soit un peu court mais cela dit, vous pouvez vous laisser tenter par ce dernier, qui vous permet quand même de prolonger l'expérience de jeu via les missions annexes, qui donnent un intérêt à revisiter les zones du jeu original, ce qui n'est pas plus mal.

Matheus
s
Note du panda
7.5 10

Mutant Year Zero: Seed of Evil

Points positifs

  • Le gameplay du jeu de base toujours aussi bon...
  • Le nouveau mutant Big Khan plutôt cool...
  • Big Khan, un nouveau mutant pas déplaisant à jouer
  • Les zones du jeux de base à nettoyer via des quêtes secondaires
  • Plein de surprise dans sa narration
  • Une direction artistique qui fait toujours son petit effet
  • Une atmosphère graphique toujours plaisante
  • On peut continuer ce DLC avec la sauvegarde du jeu de base
  • Le sound design fait encore le taf

Points négatifs

  • ... Mais qui traînent toujours ses défauts derrière
  • ... Même s'il ne bouleverse pas tant que ça le gameplay finalement
  • Un bestiaire qui n'a pas foncièrement changé
  • Ça manque clairement de nouveautés
  • Un peu court vu le prix - 4-5 heures en ligne droite pour 14.99 € -
  • Quelques bugs qui traînent encore, avec une optimisation un chouïa poussive

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

Copy link