TEST Kirby : Au fil de la grande aventure – Kirby fait un crochet sur 3DS

Voir la note

On l’examine sous toutes les coutures.

La 3DS se meurt et les jeux d’envergure se font de plus en plus rares. Mis à part des portages, des remake et des jeux de niche qui sortent bien après le Japon (Etrian Odyssey Nexus, Persona Q2), il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Kirby : Au fil de la grande aventure est à ranger dans le tiroir des portages même si on note quelques différences par rapport à la version Wii. Un titre qui file droit ou sur le fil du rasoir ?

La laine fraîche

TEST Kirby : Au fil de la grande aventure - Kirby fait un crochet sur 3DS 1

Avec le prometteur Yoshi Crafted World qui sort à la fin du mois, on peut dire que le studio Good-feel sait comment créer des jeux mignons destinés à la détente. C’était surtout le cas de Kirby : Au fil de l’aventure sur Wii qui était très agréable malgré une facilité déconcertante qui pouvait faire fuir les joueurs les plus exigeants en matière de challenge. Visiblement, les critiques ont été entendues puisque ce portage incorpore certaines nouveautés histoire de varier les plaisirs. Mais avant, rappelons tout de même de quoi on parle, car notre héros glouton se voit ici changé en un fil de laine en mangeant une tomate spéciale. Il est ensuite transporté dans le royaume de Courtepointe qui a été divisé en plusieurs morceaux par le sorcier maléfique, Maillalenvers. A l’aide du prince Ponpon, il va tenter de raccommoder tout ça. D’ailleurs, contrairement à l’opus sur Wii, le prince ne pourra pas vous venir à l’aide du mode coopération non présent sur la version 3DS. Même si l’on ne perd pas grand-chose au final, il est toujours difficile d’accepter que l’on nous enlève un élément. Dans les grandes lignes, on retrouve quand même toute la magie du jeu original avec son ambiance bon enfant (avec une histoire racontée à la manière d’un conte) et sa direction artistique enchanteresse. Ces différents niveaux tricotés avec amour brillent toujours par leur ambiance apaisante. Il est néanmoins dommage que le titre n’ait pas profité de la 3D pour les mettre encore plus en valeur.

Côté gameplay, on retrouve un jeu de plateforme dans la lignée des autres Kirby, mais en beaucoup moins punitif d’où la difficulté presque inexistante que l’on évoquait. Lorsqu’un ennemi nous touche, nous perdons uniquement les joyaux récoltés auparavant, et encore, il est possible de les récupérer si l’on est assez rapide. Pas de retour en début de stage ou à un checkpoint, Kirby ressemble plus à un Sonic qui reste en vie grâce à ses anneaux. La série reprend aussi ses habitudes dans une certaine mesure avec l’ajout des coiffes de laine donnant de multiples pouvoir à la boule rose. Et là, la licence reprend ses mauvaises habitudes, à savoir donner un tas de capacités super chouettes, mais qui ne servent pratiquement à rien dans l’aventure du fait qu’elles aient été rajoutées après coup. Toutefois, l’explication concernant ces coiffes vient du fait que les développeurs ont voulu corser le challenge de cette mouture 3DS avec un nouveau mode de jeu : le mode diabolique. En bref, il s’agit de faire les mêmes niveaux sauf que l’on est constamment harcelé par des monstres de laine très agaçants. Le mot résume d’ailleurs assez bien ce que l’on ressent en jouant avec cette difficulté. De plus, vous disposez cette fois-ci d’une barre de vie qui s’étiole en à peine cinq coups reçus.

Un fil déter

TEST Kirby : Au fil de la grande aventure - Kirby fait un crochet sur 3DS 2

Heureusement, ces prises de risque s’accompagnent de récompenses supplémentaires, notamment des tampons pour débloquer de nouveaux meubles. Le soft profite de son aspect mignon et laineux en vous proposant de décorer des appartements. L’aventure principale vous encourage donc à bien explorer les stages si tant est que vous ayez la “fibre Valérie Damidot”. Les joyaux accumulés vous sont aussi utiles pour acheter des ornements dans les boutiques. Toutefois, les phases les plus amusantes restent les transformations de Kirby qui demandent un minimum de dextérité dans la mesure où notre Barbapapa peut accélérer en se changeant en voiture ou planer en prenant la forme d’un ballon. Certaines fins de niveaux sont encore plus distrayantes avec des formes plus originales que notre héros endosse comme le dauphin ou le camion de pompier pour ne citer qu’eux.

Malgré tout, la duré de vie reste un peu faiblarde, encore plus si vous n’êtes pas fan de la décoration d’intérieur. Les deux nouveaux mini-jeux sauvent un peu les meubles, si l’on peut dire, avec Meta Knight et Roi DaDiDou en vedettes. Dans le premier il est question d’éliminer tous les ennemis en ramassant le plus de pierres précieuses possibles grâce à la mobilité de l’épéiste. Dans le deuxième, l’ennemi juré de Kirby court continuellement à vive allure. Il faut ainsi le guider pour maintenir sa vitesse en sautant ou glissant aux bons moments.

Difficile de ne pas voir Kirby : Au fil de la grande aventure comme un rafistolage de fortune. Bien qu’il garde les mêmes forces que sur Wii avec son univers moelleux à souhait, les ajouts destinés à apporter plus de difficulté se révèlent assez enquiquinants. Si c’est votre première approche avec le titre, il peut éventuellement trouver une place de choix dans votre ludothèque 3DS. 

La note de l'auteur

Ayant eu l'occasion d'y jouer et de l'apprécier sur Wii, cette redite sur 3DS ne m'a pas enchanté plus que ça. J'y vois surtout là l'une des dernières tentatives de Nintendo pour maintenir la 3DS sous respiration artificielle, mais il faudra bientôt la laisser reposer en paix. Après Persona Q2 sûrement.

Haseo
b
Note du panda
7 10

Kirby : Au fil de la grande aventure

Points positifs

  • L’histoire racontée à la manière d'un conte
  • Le charme visuel est indéniable
  • Un effort pour apporter du challenge...
  • De la plateforme détente
  • Deux mini-jeux sympathiques

Points négatifs

  • ... Même si c'est maladroit
  • Pas de 3D, dommage
  • Assez court tout de même (encore plus si on n'aime pas la déco)

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation