TEST. Aegis of Earth : Protonovus Assault : Un tower defense à la japonaise

  • PlayStation 3
  • PlayStation 4
  • PlayStation Vita
Voir la note

Vous connaissez sans aucun doute le genre de jeu appelé tower defense ? Et bien un p'tit nouveau de ce style arrive dans nos contrées européennes ce 22 Avril 2016, il s'agit de Aegis of Earth : Protonovus Assault. Disponible sur PlayStation 4, PlayStation 3 et PS Vita, est-ce que cette approche japonaise et pure fan service saura vous séduire et surtout, être à la hauteur de ce que l'on peut attendre d'un tower defense ?

Aegis of Earth : Protonovus Assault est donc un jeu de type tower defense dans un univers façon anime eet avec des graphismes propres aux softs habituels du genre. On peut dire que l’on ne s’attendait pas à le voir débarquer en Europe et ce, sur trois supports différents à savoir la PlayStation 4, PlayStation 3 et même, sur PS Vita.

En effet, les éditeurs ont tendance en ce moment à ne pas sortir leurs jeux sur les consoles anciennes générations mais aussi, sur la console portable de Sony. Les exemples les plus récents sont très certainement Nights Of Azure ou encore pour cet été, un certain I AM Setsuna. En tout cas, Aegis of Earth : Protonovus Assault a fait l’effort d’arriver sur tous les supports et en plus de cela, la fonction cross-save est de la partie. Alors, est-ce que la surprise en vaut la chandelle ?

Une armée de monstres vous en veut !

Aegis of Earth Protonovus Assault test 8

Aegis of Earth : Protonovus Assault nous entraîne donc dans un scénario, certes, des plus classiques mais qui aura le mérite de séduire les amateurs de jeux japonais et peut-être même un tout nouveau public. En effet, nous sommes en face d’un tower defense aux allures et avec un casting de personnages digne d’un J-RPG.

Le topo est simple, la Terre est attaquée de toute part par des monstres terrifiants depuis plus de cinquante ans. Vous incarnerez un commandant qui dirigera l’une des villes résistantes face à la menace. Cette dernière se prénomme Kimberley et c’est ici que vous allez devoir devenir le meilleur stratège possible pour repousser les futures vagues de monstres.

Pour se faire, les fameuses créatures que vous allez décimer lâcheront un minerai appelé Altenite et ce dernier sert principalement à fabriquer de l’armement, à fortifier des bâtiments et bien d’autres choses encore ! En gros, l’humanité étant au bord de l’apocalypse, ce minerai est le bienvenue pour combattre ces montres qu’ils produisent eux-même. Belle mise en abîme tout de même.

En tout cas et comme on le disait, de nombreux personnages assez stéréotypés mais dotés d’un chara-design sympathique interviendront tout au long de l’aventure et la plupart rejoindront même votre équipe. On vous expliquera plus tard sous quelle forme ils combattront pour vous.

Aegis of Earth : Protonovus Assault, le tower defense aux codes d’un anime japonais

Cela étant dit, premier hic qui viendra tout de suite enlever tout l’intérêt que certains joueurs pourraient porter au jeu, Aegis of Earth : Protonovus Assault est uniquement disponible sous-titré en anglais. Enfin et en plus de cela, pas de voix japonaises au programme. Dernier point à ce sujet et que l’on pense que le manque de moyen en est la raison, si certains dialogues sont intégralement doublés en anglais, d’autres ne le sont quasiment pas et cela vient casser le rythme des dialogues.

En effet, à part des « That’s right » et des petits cris pour les personnages féminins, la narration n’est pas assez doublée à notre goût. En plus de cela, il faut avouer que les discussions sont parfois un peu longue et qu’elles vont souvent tourner autour du fan service à l’image de la belle Towa qui est à la recherche du prince charmant…

En dehors de cela, l’ambiance générale est quand même sympathique et l’on s’attache tout de même à cette quête difficile qui est entre nos mains : Sauver l’humanité face à cette menace inconnue.

On va pas se le cacher, avec un soft sortant aussi bien sur PlayStation 4, PlayStation 3, PS Vita et étant, en plus de cela, un jeu typiquement japonais, les graphismes sont loin d’être fantastiques. Néanmoins, les différentes animations, les environnements, les monstres, les bâtiments se transformant en tourelles ou d’autre éléments parviennent à trouver le moyen de nous plonger pleinement dans le jeu et ça, c’est un excellent point.

De la gestion et du tower defense

Aegis of Earth Protonovus Assault test 5

Aegis of Earth : Protonovus Assault vous met, comme vous l’avez compris, à la tête de la ville de Kimberley. Ainsi, votre aventure va être couplée entre phases de gestion de votre petite ville et défense de cette dernière face à des hordes monstres bien énervés. A noter qu’il y aura aussi de véritables boss qui auront même droit à une petite cinématique pour se présenter ! Une attention particulière que l’on apprécie pour un jeu à petit budget.

La partie va vous servir à gérer vos ressources et à construire les futures défenses de votre citadelle à l’aide d’une grue située au centre de votre cité. A l’écran, vous verrez donc Kimberley entourée par un désert et comme vous l’avez deviné, vos ennemis pourront vous attaquer de tous les côtés. Une zone quadrillée est disposée dans toute la ville et dans chaque carré représentant une zone, vous allez pouvoir placer des tourelles, des lances-missiles mais aussi, des bâtiments pour permettre aux citadins de vivre.

Il faut savoir que toutes ces infrastructures peuvent être améliorées et qu’elles ont même la possibilité d’évoluer et de devenir plus grandes et forcément, plus puissantes. Evidemment, tout cela à un coût et vous devrez dépenser aussi bien votre argent que les minerais dont l’on vous parlait dans l’introduction : l’Altenite. Il en existe de différentes couleurs et certains auront plus de valeur que d’autres mais aussi, différentes utilités.

Dans tous les cas, vous pouvez les échanger contre une autre ressource d’Altenite permettant elle-aussi d’apporter des améliorations en les dépensant. Enfin, on vous conseille tout de même de ne pas tout échanger car certains bâtiments auront besoin de minerai de couleur pour être construit et il vaut donc mieux en garder au cas où. En tout cas, cela peut paraître compliqué sur le papier mais une fois en jeu, on comprend assez rapidement à condition de ne pas être allergique à l’anglais, bien évidemment !

Comme on vous le disait, l’aspect gestion concerne également les nombreux personnages qui rejoindront votre équipe. Vous pouvez en utiliser jusqu’à six pendant les phases de bataille et ils gagneront tous plus ou moins d’expérience. Gagner des niveaux permet de mettre la main sur différents skills passifs plutôt utiles comme par exemple : une augmentation des dégâts de 50% en cas de situation critique ou encore, un canon USW qui deviendra temporairement plus puissant mais nous vous expliquerons ce qu’est ce canon un peu plus bas. Bref, des bonus qui peuvent sauver la vie !

Mais ce ne sont pas que les personnages qui prendront des niveaux mais également la ville de Kimberley, votre niveau en tant que chef militaire et tous les bâtiments que vous construirez dessus. A chaque fois, cela permet de débloquer de nouveaux équipements et bâtiments mais aussi, diverses fortifications pour par exemple, augmenter les points de vie maximale de votre QG. Bref, des atouts intéressants qui viendront grandement vous aider face à ces terribles envahisseurs.

Il faudra aussi faire aussi attention au moral de la populace en défendant comme il se doit votre ville. Par la suite, plus ou moins de nouveaux habitants débarqueront par dirigeable à Kimberley si vous arrivez à la défendre correctement des attaques. Au plus il y a de monde, au plus la ville prendre également des niveaux, cela va de soit !

A noter que vos personnages ont aussi un pourcentage de concentration et d’énergie et qu’il faudra le surveiller. Ainsi, il suffira de switcher les héros entre eux lorsque vous verrez que l’un d’entre eux est moins apte à partir au combat.

Concernant les batailles, vous les déclencherez quand bon vous semble en passant par le menu. Ici, vous pourrez sélectionner la vague d’ennemis de votre choix. En effet, la technologie de la ville permet de voir la nature des monstres qui seront présents dans les vagues. De plus, le niveau de difficulté des hordes adverses est aussi indiqué. Rien de plus simple donc afin de ne pas être pris au dépourvu.

Enfin, des mission spéciales aux récompenses allant au-delà des simples points d’expérience, de l’argent et des minerais seront de la partie. Ainsi, si vous les essayez, vous remporterez tous les éléments cités juste avant mais en plus de cela, des points de modifications pour transformer des bâtiments mais aussi, des objets à utiliser avant les batailles.

Aegis of Earth : Protonovus Assault propose un gameplay nous faisant faire un tour à 360 degrés

Ces fameux items serviront par exemple à doubler le nombre de points d’expérience de vos subordonnés ou de vous-même après une bataille ! Plutôt intéressant à utiliser lorsque vous savez qu’un boss va pointer le bout de son nez. mais ce n’est pas tout, il en existe de plusieurs natures, certains augmenteront le nombre d’Altenite reçus, les dégâts que les ennemis subissent, les défenses de la citadelle ou encore, le Megavit-R se chargera de restaurer la concentration et l’énergie de tous vos officiers.

En tout cas, pour calculer la puissance de votre ville, Aegis of Earth : Protonovus Assault se base sur les éléments suivants : Le nombre d’unités (tourelles, missiles guidés …), la puissance de feu calculée à partir de ces dernières, la centrale d’électricité définissant le nombre d’équipements pouvant fonctionner, ses revenues, l’armure et la capacité d’attaque de votre QG.

Du côté du gameplay, la vue est exactement la même que pour les phases de gestion, sauf que là, il n’est plus question de contrôler la grue centrale de votre nation mais carrément, la globalité de la ville. Comment ? C’est très simple, le pad directionnel ou le joystick gauche va vous servir à faire pivoter les bâtiments de la ville. Pour les départager, ce sont plusieurs arcs de cercle que vous pouvez faire pivoter de droite à gauche un peu à la manière d’un Rubik’s Cube. Enfin, utiliser ce même joystick pour monter ou descendre permet de passer d’un arc de cercle de la ville à l’autre.

Ensuite, le joystick droit sera présent pour vous permettre de faire pivoter dans la caméra à 360 degrés et ainsi, surveiller tous les côtés afin de ne pas être pris par surprise. De plus, si vous êtes concentrés, vous verrez que la ville vous avertira du côté par lequel les ennemis arrivent et ainsi, vous pourrez faire face à la menace très rapidement.

Vous remarquerez également des zones de couleur rouge. Cela représente la portée d’attaque de votre armement. Ainsi, il n’y a rien de plus simple à utiliser et il suffit de faire pivoter les différentes parties de la ville de manière à ce que chaque zone infestée se retrouve dans la ligne de mire de vos armes à feu. A noter que ces dernières tireront automatiquement lorsqu’un monstre se trouvera à leur portée. Dans tous les cas, heureusement que ce n’est pas à nous de tirer car il faut l’avouer, vous serez déjà très occupé à faire pivoter toutes vos infrastructures pour vous défendre… tant bien que mal !

Là où l’on retrouve de la subtilité dans ce système, c’est que faire tourner tout ce petit monde déplacent ainsi tous les bâtiments et que par exemple, avoir deux ou trois tourelles alignées permettent d’obtenir respectivement un plus gros canon voir un méga canon qui tiendra sur trois carrés soit, sur trois infrastructures. Ainsi, vous gagnez en puissance de feu d’une manière considérable.

Ainsi, les vagues de monstres peuvent arriver de tous les côtés et il faudra utiliser ce système de jeu tel un stratège pour faire en sorte de couvrir toutes les invasions ennemis. La meilleure solution étant de faire en sorte de multiplier vos chances d’arriver à aligner plusieurs bâtiments du même type pour pouvoir utiliser l’armement le plus puissant.

Enfin, l’arc de cercle étant situé aux extrémités de la ville s’appelle La zone quatre et l’on trouvera à cet endroit toutes les infrastructures temporaires que vous allez pouvoir construire comme par exemple : un mur de fortification. Ce dernier a pour exemple 6 000 points de vie et lorsqu’il arrive à zéro, il sera tout simplement détruit et vous devrez vous en payer un tout neuf. Evidemment, il y a tout un tas de constructions utiles que vous pourrez mettre à la place d’un simple mur comme par exemple, une petite grue permettant d’immobiliser les boss ou encore, un rempart capable d’absorber l’énergie des ennemis pour remplir votre jauge de Blaster Canon ou USW pour les intimes.

Mais qu’est donc que le Blaster Canon ? En fait, c’est un peu votre technique spéciale capable de tout détruire sur son passage. En effet, plus vous tuez de monstres et plus cette jauge augmentera. Une fois pleine, il suffit d’appuyer sur carré pour passer en mode Blaster Canon et plus précisément, sur une vue à la première personne où vous contrôlez le fameux canon. Attention en tout cas car les tirs sont limités ! En effet, on vous préconise de choisir le moment opportun pour l’utiliser et de tirer sur les ennemis vous semblant les plus forts.

Dernier point concernant le gameplay : le centre de recherche. C’est tout simplement ici que vous allez pouvoir fabriquer des plans pour débloquer de nouveaux bâtiments et d’améliorer les statistiques de votre ville. Pour se faire, il faudra répondre à différents critères avant de pouvoir lancer une recherche qui vous coûtera de l’argent et des ressources.

Quelques bémols de taille

Aegis of Earth Protonovus Assault test 2

Tout d’abord et si l’on parcours les menus, on se rendra vite compte que le panel d’ennemis différents est assez limité. En effet, on note une quinzaine de monstres différents et cela inclut les boss. C’est assez dommage et on n’échappera pas à une répétitivité risquant de s’installer rapidement et pourtant, on peut vous le dire, le gameplay est clairement dynamique et assez addictif, dommage.

Si le genre se veut d’une nature répétitive, vous aurez tout de même l’occasion de booster la difficulté puisqu’il y en a trois niveaux. Il faut avouer que la première est assez simple et que l’on a pas eu trop de difficulté pour tenir un moral de populace à 100% et pour repousser les troupes ennemis. On vous recommande donc de démarrer en normal.

Aegis of Earth : Protonovus Assault, un jeu à petit budget avec des défauts qui ne plaira pas à tout le monde

Doté d’une trentaine de missions, la campagne devrait vous occuper une quinzaine d’heures mais il est clair que Aegis of Earth : Protonovus Assault souffre tout de même d’un manque de contenu indiscutable, que ce soit au niveau des différents monstres mais aussi au niveau des différents types d’infrastructures. Ainsi, si on rajoute à cela le fait que les tower defense sont généralement d’une nature répétitive, et bien, on se retrouve avec un soft bien trop, justement, répétitif à notre goût.

Autrement et comme vous pouvez le voir sur la carte du monde, il n’est possible au début d’avoir seulement la gestion de Kimberley. Rassurez-vous, d’autres villes se débloqueront comme par exemple Medina.

Concernant les musiques du jeu, il y en a guère mais il faut avouer que le thème principal et que celui des batailles sont tout de même agréables et qu’ils nous immergent plutôt bien dans cette quête de sauver l’humanité.

Aegis of Earth : Protonovus Assault est à la hauteur de ce que l’on peut attendre dans un tower defense en terme de gameplay et il apporte également sa touche personnelle. Malheureusement, le roster de monstres limité, une traduction seulement en anglais, l’absence des voix japonaises et ses graphismes techniquement datés auront vite fait de vous rebuter. Néanmoins, si l’on prends en compte que c’est un jeu crée par un studio limité en terme de budget, on se rend vite compte que les développeurs ont tout de même tenté de faire de leur mieux pour apporter des éléments intéressants. En effet, le gameplay reste assez addictif et que ce soit le canon USW avec sa vue à la première personne ou au système de rotation à 300 degrés pour utiliser l’armement de la ville, ce sont des idées vraiment intéressantes. Avec une durée de vie correcte, Aegis of Earth : Protonovus Assault n’est pas le jeu de l’année mais ce n’est pas non plus un véritable flop. Si vous êtes prêt à faire l’impasse sur sa répétitivité et son manque de contenu, il devrait vous occuper un bon moment.

L'avis de l'auteur

Aegis of Earth : Protonovus Assault m'a séduit sur beaucoup de plans et je me suis vraiment bien amusé sur ce tower defense. Le plus gros problème, c'est que l'on a l'impression que le soft a toutes les cartes en main pour se renouveler et puis en fait, pas du tout ! On est bien trop rapidement au bout des choses à débloquer, des nouveaux bâtiments de défense et on reste franchement sur notre faim. C'est une bonne expérience générale mais qui est trop frustrante à mon sens.

Alexandre Mistral Play4Fun
c
Note du panda
5 10

Aegis of Earth : Protonovus Assault

Points positifs

  • Durée de vie correcte...
  • Le gameplay gestion/tower defense addictif...
  • Le canon USW avec sa vue à la première personne
  • Des animations sympathiques mettant une ambiance
  • Roster de personnages
  • Cross-save
  • Plusieurs villes

Points négatifs

  • ...Mais jeu répétitif
  • ... Mais limité en terme de contenu
  • Pas de voix japonaises
  • En anglais
  • Seulement quinze monstres différents
  • Des dialogues parfois non doublés intégralement
  • Techniquement daté
Copy link