Test Jupiter & Mars – Que vaut le successeur spirituel d’Ecco le dauphin ?

  • PlayStation 4
  • PlayStation VR
Voir la note

Véritable successeur à Ecco le Dauphin, Jupiter & Mars est disponible depuis le 22 avril dernier sur PS4 et le PlayStation VR. Cette petite balade dans les océans est-elle finalement de bonne facture ?

Si vous ne connaissez pas le studio Tigertron c’est normal, car Jupiter & Mars est tout bonnement leur première production. D’ailleurs, et c’est une chose à souligner, le titre du studio basé à New York est développé en collaboration avec SeaLegacy and The Ocean Foundation, deux associations qui luttent sans relâche contre la pollution des océans. Il s’agit en clair d’une assez bonne initiative des développeurs, et Jupiter & Mars est-il finalement un jeu plutôt plaisant et intéressant dans son ensemble ?

Le test a été réalisé sur PS4 standard. Le jeu a été testé à la fois sur la version VR, puis sur la version non-VR. La première image de ce test provient dans un premier temps de la version PS4, et la seconde du PSVR. Enfin, vous noterez dans la galerie d’images que les quatre premiers visuels proviennent de la version PS4, puis de la mouture PlayStation VR pour les quatre dernières.

Jupiter & Mars dans un périple aquatique poétique

Jupiter & Mars test

Hormis la narratrice nous racontant plus ou moins ce qu’il se trame dans les océans de Jupiter & Mars, le reste est plutôt sujet à interprétation finalement. On y apprend de ce fait que le niveau des océans est monté à vitesse grand V, que les ressources terrestres se sont épuisées en un claquement de doigt, et que les océans continuent de submerger des machines terrestres, nuisant aux espèces anciennes dans les mers. Du coup, c’est à partir de là que nous prenons le contrôle de Jupiter et Mars, deux dauphins qui vont devoir éradiquer tout un réseau de machines qui gangrènent les océans. Vous serez bien entendu accompagné dans votre périple des aînés, une race élite de baleines qui vous aideront dans votre quête.

Dans l’absolu, la narration qu’apporte Jupiter & Mars est des plus poétiques. Tout est véritablement sujet à interprétation par le joueur, et la plupart des cinématiques proposées sans dialogues sont touchantes. Nos héros font pas mal de rencontres marquantes dans leur périple, et la relation de nos deux cétacés est tellement fusionnelle qu’ils en deviennent terriblement attachants au fil du jeu. De plus, les thèmes abordés de manière subtile sont plus que louables. On y retrouve forcément la pollution des océans, ou encore le réchauffement climatique qui est à l’heure actuelle plus que jamais au cœur de l’actualité. Bref, Jupiter & Mars est incontestablement un titre qui nous questionne sur pas mal de ces sujets là une fois terminé, et ce n’est pas plus mal. Qu’on se le dise, ce jeu sera très clairement marquant par sa thématique sérieuse abordée d’une belle manière, et qui prête vraiment à réflexion ces temps-ci.

En dehors de ça, le bébé de Tigertron se démarque significativement par le biais de sa direction artistique. Ces derniers temps, peu de jeux ont adopté un habillage artistique sous l’océan, et Jupiter & Mars en a donc logiquement profité pour s’y mettre, surtout vu le thème abordé. On est littéralement plongé dans ce monde aquatique peuplé de corail, de créatures marines, mais aussi divers vestiges de l’humanité, laissés à l’abandon dans ces eaux sombres. La plupart des panoramas proposés en eaux troubles sont clairement chouettes à contempler, surtout si vous jouez au titre en VR, qui propose une immersion totale et réussie. En somme, cette orientation artistique sous l’eau reste une plutôt bonne réussite avec des décors variés, et notamment avec son style graphique teintée d’une pointe de cel-shading qui arrive à sublimer des graphismes en soi faiblards à la base.

Sous l’océan, sous l’océaann !

Jupiter & Mars test

Sûrement pour ne pas trop perdre le joueur en route, Jupiter & Mars se dote d’un gameplay relativement simple à prendre en main. Nous contrôlons directement Jupiter en vue subjective. Notre dauphin pourra en premier lieu avancer comme reculer avec les gâchettes arrières de la Dualshock 4. Le bougre pourra également faire directement un virage à 180 degrés pour se retourner plus rapidement. En sus, le cétacé aura la possibilité d’écholocaliser la zone dans laquelle il évolue, permettant à la manière d’un sonar afin de se situer dans les endroits un peu plus sombres. Il pourra de surcroît révéler les créatures à libérer, les divers coquillages ou encore les obstacles à défoncer pour progresser. Les divers rochers, barrières ou machines à détruire seront donc pulvérisés directement par Mars en appuyant sur la touche indiquée, et en pointant directement lesdits objets à détruire en question à l’aide du réticule de visée de Jupiter. Les contrôles sont directement intuitifs au premier abord. Par contre, on se rend parfois compte que déplacer la caméra n’a rien de folichon, surtout en version VR car celle-ci ne se déplace qu’avec un angle limité bien entendu.

S’il y a un point qui nous a divisé lors du test, c’est sa progression. Dans l’absolu, Jupiter & Mars propose des zones plutôt ouvertes à explorer, et le jeu prône au passage une certaine non-linéarité. Effectivement, en avançant un peu plus loin dans le soft, vous aurez parfois la possibilité de visiter de nouvelles zones qui feront avancer la narration, ou bien revenir vers d’anciens niveaux, et tenter de visiter de nouvelles zones auparavant inaccessibles, si vous avez les aptitudes requises. Car en effet, dans votre périple, Jupiter et Mars pourront dénicher de nouvelles compétences qui vous permettront de casser des obstacles plus résistants, de nager dans des eaux plus profondes, ou encore nager à contre courant en guise d’exemple. Ce système de compétences est globalement bienvenue en soi, mais on regrettera de les obtenir d’une manière relativement linéaire. Pour faire simple, quand vous reviendrez dans les anciens niveaux pour utiliser vos capacités nouvellement acquises, ce ne sera qu’uniquement pour libérer des créatures, ou casser quelques coquillages, qui font office de collectibles. En somme, cela servira principalement pour rallonger la durée de vie du soft, qui reste courte en ligne droite, soit 4h de jeu grosso modo. Pour un titre à 24,99 € tout de même, cela reste beaucoup trop léger, avec un gameplay qui reste vous l’aurez compris, assez limité.

Avec son gameplay certes monotone dans ses objectifs, Jupiter & Mars puise néanmoins toute sa force dans un style graphique, une bande-son, mais surtout une narration forte et un côté exploration fort plaisant.

Côté level-design à proprement parler, Tigertron se débrouille pas trop mal, mais a encore beaucoup à apprendre. La plupart des zones sont certes ouvertes, mais la construction globale reste finalement assez monotone. Pour être plus clair, nous aurons toujours le sentiment de faire un peu la même chose entre sauver des créatures pour libérer un passage, éviter les ondes des machines terrestres en sa cachant derrière des murs puis en les désactivant, ou bien alors contourner divers chemins inaccessibles pour continuer notre progression. Dans le fond, on sent le talent des développeurs a proposer une construction cohérente mais le soucis, c’est que le schéma devient trop répétitif à souhait, et n’est du coup plus foncièrement intéressant en avançant peu à peu dans le jeu. Le rare moment de variété sera à la rigueur un combat de boss, mais même ce dernier reste relativement facile à mettre au tapis. Cela dit, on appréciera au moins le côté exploration, qui visera principalement les joueurs ne voulant pas se prendre la tête, et jouer de manière posée. D’ailleurs, la difficulté est unique, et Jupiter & Mars n’est jamais véritablement insurmontable, et reste plutôt abordable.

En dépit de ces petits couacs évidents, Jupiter & Mars est cela dit aussi agréable à jouer en version VR que non-VR. Dès le menu principal, vous avez d’ores et déjà la possibilité de switcher entre la version VR ou non-VR. Très franchement, si la version non-VR est relativement classique dans son gameplay mais reste efficacement jouable, le titre puise toute son immersion dans sa version VR. Certes, le jeu sera moins joli et la distance d’affichage logiquement limitée, mais force est de constater que l’immersion dans ce monde aquatique fonctionne du tonnerre de dieu et le tout, sans motion sickness et avec une fluidité remarquable.

Indéniablement, cette version VR est bien réussie, mais évidemment que côté graphismes, on sent que dans les deux versions, les textures ne sont pas forcément tip top, et heureusement que le titre aborde un petit design à mi-chemin entre le cartoon et le cel-shading. Car même quand nous montons à la surface pour voir les panoramas, c’est diablement hideux et vide en matière de décors et arrières-plans. En somme, tout se passe véritablement dans l’aspect aquatique, ce qui reste logique en somme. Niveau soucis techniques, notez enfin que nous avons pu avoir des bugs au niveau de l’I.A. de Mars, qui restait parfois figé et ne pouvait pas attaquer, ou encore quelques petits bugs de collisions. Au-delà de ça, le jeu reste néanmoins fini sur ses nombreux aspects.

L’aspect sonore pour terminer, est vraiment une pure tuerie sans nom. Retenez bien le nom de Jon Atkinson, car il s’agit du producteur de cette musique typé électro/synthé, et qui arrive à nous immerger totalement dans ce monde aquatique futuriste et énigmatique. Les musiques sont dynamiques et entraînantes, et sont de fait très variées. En plus, elles collent vachement bien en fonction de la situation à l’écran. En clair, c’est une pure merveille à ce niveau là, et pas mal de joueurs risque de se procurer l’OST ou même écouter le thème principal sympathique, chantée par Nami Miyahara, chanteuse et doubleuse japonaise soit dit en passant.

Globalement, il a été très difficile de noter ce successeur à Ecco le dauphin dans son ensemble. Mais qu’on se le dise, cette expérience de quatre heures de jeu n’était en définitive pas si déplaisante que cela. Si forcément, on pourra logiquement pester sur un level-design et des objectifs qui se répètent un peu, mais surtout d’un gameplay relativement limité en interactions, on passe un bon moment sur le titre de Tigertron. En effet, le gameplay n’en reste pas moins plutôt intuitif et simple – malgré quelques soucis de caméra et de bugs, avec un style visuel et aquatique qui aura de quoi charmer. De plus, son aspect exploration et complètement relaxant à certains moments sont un gros plus, et plaira sans doute aux joueurs avides de jeux pas trop prise de tête après une journée de boulot. Qui plus est, la bande-son est une tuerie en sus d’être diablement entraînante ! On notera aussi cette narration poétique qui amène un véritable message sur la santé de nos mers et du climat, ce qui est grandement louable. Cela prouve qu’une fois de plus, le jeu vidéo peut transmettre de beaux messages en toute subtilité et ce, sans passer par la violence. En somme, même si le titre est plutôt court et cher – 24,99 € – on vous le recommande chaudement, mais lors d’une promotion cela dit, ne serait-ce que pour profiter de l’immersion que le soft peut offrir en VR. Cela dit rassurez-vous, le titre est jouable de manière efficace en version non-VR, et c’est déjà ça de pris !

L'avis de l'auteur

Globalement satisfait de Jupiter & Mars. Je n'en attendais pas grand-chose à vrai dire, mais sa direction artistique et son sound design m'ont donné clairement envie de le terminer. Le message également passé dans la narration, à savoir le réchauffement climatique et la pollution des océans, est raconté à travers une histoire poétique, et donc on s'attache vite aux protagonistes principaux, Jupiter et Mars. La version PSVR est au passage diablement efficace d'immersion, et même si j'ai encore ce goût amer dans la bouche avec ce gameplay un peu monotone et plutôt répétitif en soi, je n'ai pas boudé mon plaisir à explorer les moindres recoins aquatiques que peut offrir Jupiter & Mars. Clairement, si vous pouvez le choper en promotion pour 15 € par exemple foncez ! Certes, c'est une expérience courte, mais tellement unique et avec une réflexion notre planète qui ne fait pas de mal.

Matheus
b
Note du panda
7.5 10

Points positifs

  • La version non VR bien meilleure techniquement...
  • Aucun Motion Sickness
  • Bande-son reposante et entraînante qui déchire
  • La version VR apporte un vrai plus à l'immersion
  • Une direction artistique singulière vachement originale pour le coup
  • Les aptitudes que peuvent gagner nos dauphins au fil du jeu
  • Une narration qui envoie un message sérieux sur la santé de notre planète
  • Jupiter & Mars tellement attachants mine de rien

Points négatifs

  • ... Même si les graphismes restent plutôt faibles
  • Gameplay assez limité en interactions et répétitif
  • La progression est finalement toujours la même dans son level-design et ses mécaniques
  • Des objectifs bien loin d'être trépidants car il se répètent en boucle
  • Prix excessif pour une expérience courte, 24,99 € pour 3 à 4h de jeu
  • Des problèmes de caméra évidents

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp