TEST. Fate/Extella: The Umbral Star – Un Warriors-like étoilé ?

Voir la note
La série Fate/Stay Night est extrêmement populaire au Japon et elle le devient également de plus en plus en Occident. Ainsi, on découvre Fate/Extella: The Umbral Star qui débarque sur nos PS Vita et PlayStation 4 européennes. Le jeu se veut être un Warriors ou Musou like, pour les intimes, et il ne reste plus qu'à découvrir si l'univers de Fate avec ses Servants parviennent à s'identifier à ce genre si... particulier mais diablement fun et défoulant.

La licence Fate/Stay Night est à la base un visual novel pour adulte signé Type-Moon et au final, elle a connu, grâce à son succès une déclinaison grand public. Ensuite, vous connaissez le roman ? Réussite -> d’autres jeux, adaptation manga/anime etc. Bref, un carton plein pour la licence qui ne fait qu’accroître sa popularité au Japon mais aussi… en Occident d’où l’arrivée ce 20 Janvier 2017 sur nos PlayStation 4 et PS Vita avec en prime, une version boîte pour les deux supports ce qui se fait de plus en plus rare pour la pauvre petite Vita.

Fate/Extella: The Umbral Star est donc le premier jeu de la licence Fate à opter pour un gameplay de ce genre. Effectivement, c’est ici un style Musou/Warriors que l’on retrouve et il contentera probablement tous les fans d’action mais était-ce un destin de choix pour Saber et les autres Servants ?

La Guerre du Saint Graal, c’est fini

Fate EXTELLA test 6

Comme vous le savez, la trame scénaristique de Fate parle de la Guerre du Saint Graal. Effectivement, cette dernière consiste à faire s’affronter les maîtres et Servants de la planète entière dans une bataille à mort afin d’obtenir le fameux Saint Graal et de voir son vœu exaucé. Pour faire court en terme d’explication, les maîtres sont choisis automatiquement et deviennent celui d’un Servant. Les Servants, quant à eux, sont tout simplement les âmes de héros mythiques et n’obéissent qu’à leurs maîtres afin d’aider ces derniers à remporter la guerre du Saint Graal en éliminant les autres maîtres et Servants. Par héros mythiques, on entend bien évidemment des personnages illustrés comme Jeanne d’Arc ou encore, le Roi Arthur.

L’histoire de Fate/Extella est basée sur celle de Fate/Extra. Ce dernier proposait une guerre du Saint Graal artificielle qui se déroulait dans un monde façonné de toute pièce appelé Moon Cell. Fate/Extella nous embarque donc dans un scénario se déroulant juste après qu’un gagnant ait été décidé. Le Moon Cell Automaton est en fait un système informatique ultra-intelligent installé sur la Lune et il a créé un nouveau monde appelé SE.RA.PH et c’est ici que vont démarrer les aventures de nos héros et héroïnes préférés. Voilà pour faire court et on vous conseille vivement, si ce n’est pas déjà fait, de vous intéresser à l’univers charmeur de tous les Fate en sachant, bien évidemment, qu’avoir fait les prédécesseurs n’est pas forcément nécessaire pour profiter à bien de cette aventure.

Fate/Extella: The Umbral Star, trois points de vue touchants à vivre et des histoires scénarisées pour les autres personnages

Attention tout de même, Fate/Extella dispose peut-être de voix japonaises mais malheureusement et comme la plupart des jeux du genre, il ne dispose malheureusement pas de sous-titres en français. Comme vous vous en doutez, une histoire solide se cache derrière avec pas mal de dialogues et ainsi, une connaissance correcte de l’anglais est inévitable.

Cela étant dit, Fate/Extella propose donc un mode histoire complet qu’il est possible de découvrir de trois points de vue différents. Vous comprendrez les subtilités de l’histoire au fil des arcs et tout cela s’avère très intéressant, passionnant et touchant, bef un bon p’tit scénario. Mais avant cela, dans un premier temps et avant de débarquer dans le menu principal, on vous imposera de choisir le sexe du maître que vous allez incarner. Ici, pas de personnalisation ou quoi que ce soit d’autres et puis, de toute façon, ce n’est pas le maître qui combat donc ce n’est pas vraiment problématique.

Ensuite, vous allez effectivement vivre ce scénario dans un premier temps avec le regard du Servant Nero Claudius de classe Saber, ensuite, ce sera Tamamo no Mae qui est Caster et enfin, un autre personnage type Saber que l’on vous laissera le soin de découvrir. Pour avoir remporter la guerre du Saint Graal ou plus précisément, celle du Moon Cell, vous possédez un anneau Regalia et vous régnez sur le monde de SE.RA.PH. Le problème, c’est que vous allez vite comprendre qu’il n’y a pas qu’un Regalia et que vous allez devoir lutter pour garder le contrôle de votre monde et forcément, vous comprenez dès lors comment il est facile pour les développeurs de créer le gameplay adéquate à la sauce Warriors pour arriver à cela…

CC

Fate EXTELLA test 13

Non, le titre ne fait pas référence à Fate Extra CCC mais plutôt au fait que Fate/Extella emploie plus ou moins tous les éléments d’un jeu Warriors, forcément, et c’est pourquoi on fait l’allusion au copié/collé. Bref, vous l’avez compris, la guerre pour le contrôle de territoire avec l’histoire du SE-RA-PH est parfaitement adaptée au style Musou et vous devrez donc évoluer dans différents stages afin d’imposer votre suprématie à vos ennemis.

Ainsi, vous évoluez dans des environnements graphiquement assez jolis et qui reprennent des lieux historiques en rapport avec les héros mythologiques. Cerisier en fleurs, Rome et bien d’autres lieux encore viennent apporter cette petite touche sympathique et pour un titre sortant sur PlayStation 4 ET PS Vita, l’ensemble est tout de même plutôt joli. Il en va de même pour les 17 Servants jouables qui sont parfaitement bien modélisés et bien choisis pour venir honorer le casting de la célèbre franchise nippone. Pour être honnête, on aurait préféré un peu plus de personnages jouables si l’on tient compte du fait que nous n’avons pas de tenues additionnelles ou autres bonus esthétiques à débloquer. Par contre, on craint bien évidemment de voir débarquer l’enfer des DLC cosmétiques payants puisqu’il faut savoir que Fate/Extella possède un veritable line up de DLC en terme de costumes.

Cela étant dit, lorsque que vous vous retrouvez sur le champ de bataille, les fans de Warriors ne seront pas perdus avec une mini-carte indiquant les différentes zones disponibles avec une couleur bleue ou rouge pour vous indiquer si la zone est conquise. Sachez également qu’il existe des secteurs non conquis et qui sont neutres sans aucune couleur. Ici, il suffira d’arriver dans la zone en premier et de remplir la condition requise pour la contrôler. Cette dernière vous demande de trouver des sortes de flux d’énergie qui apparaissent uniquement lorsque vous êtes à côté et de les détruire. Une fois cela fait, la zone est à vous. Néanmoins, si l’ennemi attaque la même zone neutre que vous, il y aura alors conflit et le gagnant remporte le territoire. Bref, vous devrez faire beaucoup d’allers-retours pour défendre ou attaquer et le but de la partie sera généralement de conquérir tous les secteurs ou de vaincre le big boss servant qui pose problème. Evidemment, chaque partie sera évaluée et pour obtenir le rang EX, il faudra faire un max de K.O, contrôler le maximum de secteurs etc.

L’avantage est que le gameplay est extrêmement nerveux et que les batailles sont vraiment fluides sur notre version PS4. Effectivement, le nombre d’ennemi est tout simplement hallucinant et c’est un véritable défouloir qui s’offre à nous et qui parvient à faire mieux qu’un Musou. Et bien oui, dans Fate/Extella, il est très facile d’arriver aux 5 000 kills voire… aux 10 000 ! Pour le coup, il y a tellement de monde que nos yeux ne savent plus forcément ou donner de la tête mais le plus gros souci, c’est surtout la caméra qui aura tendance à se perdre dans les endroits restreints… Un souci propre au genre et qui… quasiment tout le temps constaté dans les titres de ce style. A cela, un aspect répétitif sera notable bien que cela ne choquera pas les joueurs habitués aux Warriors mais on préfère le préciser puisque rappelons-le, Fate/Extella est le premier Fate proposant un gameplay de ce type.

Pour venir intensifier les batailles, comme un Warriors, les zones se prennent en tuant un max d’ennemis à l’intérieur pour faire apparaître les généraux. Il y en a plusieurs types de différentes tailles qui seront plus ou moins difficiles à éliminer et une fois que c’est fait, vous prendrez le contrôle de la case et vos troupes apparaîtront dessus. Pour encore plus de piments, il y aura des plants qui viendront s’installer dans les zones ennemis. Ces dernières produisent des généraux qui fonceront sur vos territoires et il est donc FORTEMENT conseillé de vous rendre à ces endroits en vitesse avant de voir une situation confortable avec beaucoup de zones contrôlées changer très rapidement… Il y a des priorités comme on dit.

Fate/Extella: The Umbral Star, un gameplay particulièrement fun et addictif avec des TONNES d’ennemis !

Ainsi, vous allez aller très vite et le dynamisme est assez saisissant puisque pour passer d’un endroit à l’autre, vous utilisez des sortes d’ascenseurs horizontaux et ainsi, les déplacements d’un point A vers un point B se font en quelques secondes. C’est très prenant, bien foutu et surtout, bien pensé. Un vrai plus. Ensuite et selon les conditions, des Servants adverses apparaîtront dans les zones et seront généralement bien plus fort que tout autre personnage. Voilà en tout cas ce qu’il vous attend sur le champ de bataille et heureusement, pour bien combattre, des Servants surpuissants vous seront proposés.

Au nombre de 17, les Servants en question disposent tous de coups qui leurs sont propres. Vous allez varier les combos entre les touches carré et triangle tandis que le bouton rond servira à activer le super coup dévastateur qui massacrera les sortes de mecha ennemis. A noter que lorsque vous utilisez ce dernier, une animation sympathique démarre et selon le niveau de jauge rempli, le combo durera plus ou moins longtemps. D’ailleurs, vous devez marteler le bouton rond pour améliorer son efficacité ce qui vous permet de rester en éveil et de continuer à apprécier l’intensité que propose le jeu. Vous pouvez également dasher pour aller encore plus vite, vous protéger, ou encore sauter.

Une jauge de transformation est également de la partie et une fois pleine et activée, vous avez droit à une petite cinématique de transformation qu’il n’est pas possible de passer… Rassurez-vous, elle n’est pas très longue mais on aurait quand même aimer, au bout de la dixième activation, pouvoir la faire passer… Une fois votre apparence changée, un nouveau panel de coups dévastateurs s’offre à vous et jusqu’à ce que la jauge se vide, vous allez pouvoir faire beaucoup de dégâts. A noter tout de même que petit point négatif, seuls les possesseurs de Regalia ont droit à une belle animation et à une transformation appelée Moon Crux. Ceux qui n’en ont pas verront simplement leurs statistiques êtres boostées et ce, sans animation et en plus de cela, pour ces derniers, le panel de coups reste inchangé mais par contre, ils seront plus puissants. Cela s’appelle le mode Moon Drive.

Enfin, votre plus grosse et impressionnante attaque se cache dans les Noble Phantasms qui consistent à lancer un sort activant votre technique ultime. Par exemple, pour Saber et plus précisément pour Nero Claudius, cela invoquera l’arène romaine propre au personnage historique pour venir donner un méga-coup à l’adversaire. Bonne nouvelle quand même, tous les personnages ont un Noble Phantasms à défaut d’avoir de réelles transformations. A noter également que pendant les affrontements, vous remporterez de l’expérience et que vous prendrez des niveaux ce qui débloquera de nouveaux coups pour les combos mais ce n’est pas tout, vous gagnez aussi de la monnaie du jeu…

Un magasin sans cosmétique

Fate EXTELLA test 12

Ainsi, le magasin ne propose que de l’équipement vous permettant de vous équiper de différentes capacités et malheureusement, comme on le disait, tout ce qui est cosmétique, c’est passage à la caisse supplémentaire. Bref, cela étant dit, le marchand vend donc des Mystic Code. Il s’agit d’équipements équipés de compétences activables au pad directionnel qui possèdent un niveau de rang. Effectivement, allant de D à EX pour les meilleures, elles vous équipent de différents bonus pendant les batailles allant de la possibilité à switcher de Servant jusqu’à des possibilités de se soigner, d’invoquer un leurre ou encore, d’augmenter sa défense ou son attaque. Sachez également que certains territoires sont dotés de pièges à l’image de l’un d’entre eux qui vous recouvrira de feu et que pour alléger les dégâts, il vaut mieux avoir un Mystic Code qui vous offre un bonus, voire qui vous immunise carrément contre le feu ou autre chose.

Autrement, si pendant les combats, vous pouvez ramasser des objets pour vous soigner ou booster vos jauges de supers coups, à la fin d’une bataille, vous obtiendrez aussi des Install Skills. Ces derniers sont à poser sur vos différents Servants afin d’améliorer leurs capacités. Pour exemple, certains augmentent leur mobilité, d’autres vont leur permettre de résister à certaines altérations d’état ou encore d’autre qui vont vous permettre d’effectuer des coups dotés d’attributs élémentaires. Ensuite et afin d’éviter les problèmes de doublon, si vous récupérez le même artefact, il sera automatiquement fusionné afin d’améliorer la qualité du bonus.

Au-delà de ça, Fate/Extella propose quelques éléments Visual Novel pour ne pas perdre ses bases et il propose, comme on le disait, trois scénarios principaux et de nombreuses lignes de dialogues où l’on devra faire des choix. Ces dernières sont qualitatives, drôles et sont basées sur un jeu de séduction tournant parfois à la romance. C’est rudement bien écrit et l’on apprécie beaucoup le résultat. A noter que faire les bons choix permet d’améliorer le lien entre le maître et les Servants. Augmenter le niveau de relation entre le Servant et son maître permet de remporter plus d’emplacement pour installer des Install Kill mais aussi, pour obtenir des récompenses particulières de vos Servants et pour débloquer de nouvelles discussions avec ces derniers. Pour augmenter le lien Servant/maître, vous pouvez aussi sélectionner dans les menus cinq Servants et avant une mission, vous pouvez visionner les objectifs requis pour chacun d’entre eux afin de gagner un niveau de relation. Cela peut être de manger un certain nombre d’aliments pour se guérir ou encore, de réaliser un certain nombre de kills dans un temps imparti.

Si les trois scénarios principaux proposent des conversations entre vous et vos trois Servants, les aventures secondaires avec les autres personnages jouables en font de même avec des lignes de dialogues intéressantes avec un dénouement menant à une fin pour chaque Servant. Ainsi, il faudra pas mal d’heures avant de faire le tour de l’intégralité des histoires du jeu. En plus de cela, vous pourrez aussi refaire les anciens niveaux pour tenter de les terminer en facile, normal et difficile en sachant que le dernier niveau cité nécessite un level bien plus élevé. Si déjà, le premier tour de jeu prendra pas mal de temps entre les histoires principales et les scénarios secondaires de nos héros de second rang, il faut avouer que par la suite, il n’y aura peut-être pas suffisamment d’éléments de motivation pour revenir sur l’aventure mise à part qu’il faut savoir que pour les trois routes principales proposent trois fins et qu’une quatrième qui est la True End pourra être effectuée ensuite…

Fate/Extella: The Umbral Star est doté d’un excellent scénario en rapport au genre qu’il représente

De plus, on pourra découvrir un mode libre qui permettra de choisir son Servant et un ennemi et de jouer les cartes de la campagne principale. Rien de bien incroyable même si cela permet de faire le plein d’objets. On note tout de même l’absence d’un petit mode deux joueurs qui est pourtant tant apprécié pour le genre… C’est vraiment dommage car rien que cela aurait pu rajouter un taux de rejouabilité pour de bonnes soirées entre amis ou avec votre compagne ou votre conjoint.

En somme, il faut avouer que la durée de vie est quand même assez longue dans son ensemble et notre plus grand regret réside plus dans le fait qu’il est facile de créer des heures de jeu en plus dans ce type. En effet, l’ajout d’un mode défi, d’une boutique cosmétique avec divers éléments à débloquer ou encore, pourquoi pas un mode SE.RA.PH qui reprendrait le concept d’un Dynasty Warriors Empire où on unifie la Chine, bah ici, on pourrait unifier le SE.RA.PH. Bref, tout cela pour dire qu’il aurait été assez simple de développer quelque chose dans le genre surtout que les bases Warriors-like sont là et que le titre est quand même sacrément fun, dommage donc car les idées, ce n’est pas ce qu’il manque. Autrement, si vous disposez du jeu sur PS Vita et PlayStation 4, il faut savoir que la fonction Cross-Save sera de la partie ce qui est une bonne chose pour passer de la console de salon à la portable et vice-versa.

Côté musiques, elles sont plutôt rythmées et quelques-unes comme celle du menu principal ressortent énormément du lot. On appréciera tout de même les différents morceaux venant accompagner la trame principale et les événements qui s’y dérouleront et elle est de très bonne facture. D’ailleurs, le scénario que l’on vit avec les trois points de vue différents étaient particulièrement sympathiques avec ses surprises et son écriture, ça tombe bien.

Pour finir, pour ceux intéressés par le nom des Servants disponibles, voici le listing des combattants jouables.

  • Nero Claudius
  • No Name
  • Gawain
  • Cu Chulainn
  • Li Shuwen
  • Tamamo no Mae
  • Karna
  • Elizabeth Bathory
  • Lü Bu Fèngxiān
  • Medusa
  • Altera
  • Gilgamesh
  • Jeanne d’Arc
  • Iskandar
  • Artoria
  • Archimedes
  • Et, une Saber, on laisse la surprise et on en dit pas plus.

Avant de passer à la conclusion, petite anecdote sur ce Fate/Extella, cela ne concernera peut-être que moi mais j’ai trouvé cela assez drôle. Effectivement, il y aura parfois un peu de fan service dans les bains et bizarrement, dès qu’une scène de ce style se met en route, ma PlayStation 4 (normale) a eu tendance à chauffer et à faire un bruit pas possible. Au bout de la troisième, quatrième, cinquième fois et ainsi de suite, je vous avoue que la coïncidence est quand même énorme.

Fate/Extella: The Umbral Star est un Warriors étoilé oui et non. Disons que pour une première entrée en matière pour la licence, les développeurs sont parvenus à créer un très bon gameplay addictif et dynamique avec des milliers d’ennemis à l’écran. Un sacré défouloir où l’on enchaîne les coups spéciaux dans de jolis environnements et bonnes petites animations. Néanmoins, la formule Warriors séduit par sa possibilité à jouer à deux joueurs mais aussi par son contenu ! Ici, pas de mode deux joueurs et il faut l’avouer, le manque d’éléments à débloquer est un gros bémol et ce ne sont malheureusement pas les bonnes idées des Install Skill et Code Mystic Code qui viendront sauver la mise. On ajoute à cela un jeu en anglais, avec voix japonaises tout de même, et le fait qu’on ne puisse pas débloquer de contenu cosmétique comme des tenues qui sont d’ailleurs, d’après les trailers japonais, prévues en DLC et on se retrouve avec une durée de vie moins bonne que ce que l’on aurait pu avoir alors qu’il est facile, dans le genre, de créer les heures de jeu. Rassurez-vous, côté scénario, on est au top avec le savoir faire de Type-Moon avec les auteurs Kinoko Nasu et Hikaru Sakurai et une bande-son bien maîtrisée ! Un ensemble qui assure un bon paquet d’heures de jeu tout de même. Bref, de bons débuts qui promettent, qui sait, un Fate/EXTELLA 2 qui nous corrige les erreurs citées. 

La note de l'auteur

Pitch en plus : Personnellement, je me suis éclaté sur Fate/Extella ! Le jeu est fun, dynamique et ajoute une intensité assez unique avec un scénario riche et convaincant. Par contre, jouer avec un pote sur le même écran, c'est une chose que les Warriors font admirablement bien et là... rien. Ensuite, les transformations animées concernent uniquement deux ou trois persos et ça, c'est difficile à avaler avec le manque d'éléments à débloquer. La concurrence fait mieux sur certains points mais Fate/Extella fait beaucoup mieux sur d'autres à mon sens.

Alexandre Mistral Play4Fun
b
Note du panda
6.5 10

Fate/Extella: The Umbral Star

Points positifs

  • Voix japonaises...
  • Un gameplay très fluide et efficace...
  • Un scénario qualitatif
  • Trois points de vue
  • Les dialogues et choix amusants jouant sur la romance
  • De très nombreux ennemis à l'écran
  • Une bonne bande-son
  • Graphiquement séduisant

Points négatifs

  • ... Mais des sous-titres en anglais
  • ... Mais la caméra est parfois capricieuse
  • Un manque de contenu à débloquer...
  • ... Et des DLC cosmétiques à prévoir
  • Peu de transformation
  • Un mode deux joueurs aurait été un atout propre au genre

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp