TEST. Digimon Story: Cyber Sleuth – Un nouvel RPG pour les petits monstres

  • PlayStation 4
  • PlayStation Vita
Voir la note

« Digimon, petits montres, tu es le champion » ! Bah oui souvenez-vous ! Certes, le générique de la série n’était pas forcément le meilleur mais les Digimon apportaient une certaine touche de maturité en comparaison à son adversaire direct : Pokémon. Malheureusement et vous le savez tous, Pokémon a remporté la victoire du côté de chez nous et les Digimon se sont un peu fait oubliés. Mais ce n’est pas partout la même chose et ils sont toujours bel et bien en vogue dans d’autres pays ou au Japon et de ce fait, un certain Digimon Story: Cyber Sleuth a débarqué dans nos contrées il y a quelques jours…

On en parle pas ? Nous, si !

Digimon Story Cyber Sleuth TEST (5)

Il faut le dire, vous n’étiez peut-être même pas au courant qu’un certain Digimon Story: Cyber Sleuth était sorti dans nos contrées il y a un peu plus d’une semaine. Complètement effacé niveau communication à cause d’un certain Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4, les Digimon ont encore été une fois un peu oublié et pourtant, on les adore !

Bref, qu’on se le dise tout de suite : Communication trop laxiste sur le jeu avec une annonce de version en boîte pour l’Europe que l’on cherche toujours… Bah oui, le jeu semble n’être sorti qu’en version dématérialisée et nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer, nous, les fans de versions en boîte.

Enfin, il faut savoir que l’on a tout de même droit aux voix japonaises et à une fonction cross-save entre les versions PS4 et PS Vita. Par contre, les anglophobes peuvent également être déçus, on aura droit qu’à des sous-titres en anglais…

Cela étant dit, on s’excuse pour ce petit excès de colère mais cela a de quoi décevoir et finalement, on comprend pourquoi peu de personnes sont au courant qu’un certain Digimon : All-Star Rumble était sorti chez nous en Novembre 2014 sur PS3 et 360…

Mais rassurez-vous tout de suite, Digimon Story: Cyber Sleuth est bien meilleur que All-Star Rumble même s’il ne s’agit pas du même genre de jeu. Ici, on se retrouve avec un RPG pur et dur au tour par tour.

Pour se faire, vous allez avoir le choix d’incarner un héros ou une héroïne. Ils se prénomment ainsi respectivement Takumi Aiba ou Ami Aiba et il faut savoir que cela n’aura pas de réelle influence sur la trame scénaristique.

Votre protagoniste va donc se retrouver en train de discuter dans un salon sur internet avec des amis jusqu’à ce qu’un drôle de petit personnage fasse son apparition. Ce dernier demande à tous les membres du salon, dont vous faites partie, de se rendre à l’EDEN sous menace de se faire hacker.

Ainsi, vous vous retrouvez dans ce monde digital où l’on vous apprend l’art de capturer nos fameux Digimon. Peu après, on se fait attaquer par une créature appelée Eater et en fuyant le combat, notre héros se retrouve blessé et son corps apparaîtra de manière digitale dans le vrai monde lorsque l’on y retourne.

De ce fait, les gens seront apeurés de nous voir dans cet état et c’est à ce moment-là qu’une certaine Kyoko Kuremi intervient et nous ramène chez elle. Peu à peu, en plus de pouvoir capturer des Digimon, on se rend compte que l’on a la capacité de voyager comme bon nous semble dans le monde digital ainsi que le monde réel. De ce fait, Kyoko Kuremi, détective de métier, nous propose de devenir son assistant et c’est ainsi que les choses commenceront pour de bon.

Si le choix de votre premier Digimon est limité à trois qui ne sont pas forcément des plus connus, ce n’est pas vraiment un défaut… En effet, dès les premières minutes de jeu, on sent un grand sentiment de liberté et peu à peu, on se rend compte que la capture de Digimon est vraiment aisée et qu’il en va de même pour les digivolver. Mais on n’en dit pas plus et on développera cela plus tard dans le test.

Les Digimon apportent leur touche de maturité avec Digimon Story: Cyber Sleuth face à leur concurrent direct Pokémon, c’est indéniable !

Si le scénario est plutôt sympathique au premier abord, on se rend tout de suite compte que l’esprit Digimon a bien changé. On voit du fan service de partout, des personnages féminins qui semblent ne pas craindre le froid à l’image de notre chère Kyoko Kuremi.

L’explication est simple même si elle ne plaira pas à tous… Ce changement d’orientation provient très certainement du fait de vouloir coller aux anciens connaisseurs de la licence qui ont grandi depuis. Bref, en plus de cela et comme vous allez pouvoir le voir, on sera autant amené à jouer dans le monde digital que dans la ville réelle ressemblant un peu à Tokyo.

Des changements donc mais très franchement, le résultat est plutôt à la hauteur avec une histoire qui comprend tout de même son lot de mystère et de surprise. De plus, avec des graphismes très plaisants mais encore une fois, loin de ce que la PlayStation 4 ou que la PS Vita peuvent faire.

A contrario, les Digimon sont de toute beauté et leur modélisation est clairement à la hauteur des attentes. Les environnements, les donjons et différents lieux sont quant à eux très vivants et cela nous rappelle directement la grosse référence du genre : Persona. On y pense directement et c’est dans le bon sens du terme.

Du RPG classique

Digimon Story Cyber Sleuth TEST (4)

Digimon Story: Cyber Sleuth est donc un RPG au tour par tour au fonctionnement des plus classiques. En effet, avec une équipe composée au maximum de trois Digimon sur le front et de huit autres en réserve, on choisit nos actions parmi : Attaquer, garde, technique, objet ou changer. La commande changer permet de switcher avec l’un de vos Digimon contre un autre qui se trouve dans votre réserve.

Autrement, on peut évidemment fuir un combat ou passer en mode automatique afin que vos petits monstres puissent combattre de la manière dont ils le souhaitent.

Lorsque vous choisissez une cible à attaquer, vous allez vite remarquer qu’un cercle de couleur entoure le Digimon adverse. La raison est simple, si le cercle est rouge, c’est que vous allez infliger deux fois plus de dégâts tandis que s’il est bleu, l’ennemi en recevra deux fois moins. Sinon, quatre attributs existent à savoir : Virus, Vaccine, Data et Free.

Quant aux attaques élémentaires propres aux différents Digimon, il y a : Feu, Eau, Plante, Electricité, Terre, Vent, Lumière et Ténèbres. Ici, frapper avec le bon élément augmente le taux de dommages de 1,5 fois plus. Chose non négligeable donc et il faudra en tenir compte pendant les combats.

Plus vos Digimon deviendront amis, plus ils pourront souvent effectuer des Cross Combos. Ces derniers auront automatiquement lieu si deux de vos Digimon ont droit à leur tour d’action à la suite. Les Cross Combos auront pour effet d’augmenter le nombre de coups portés à l’adversaire, d’augmenter les dégâts totaux, de rendre plus puissant un sort de guérison ou encore, d’améliorer temporairement une caractéristique d’un allié.

S’il y a attaque élémentaire, c’est que bien souvent, les altérations d’état sont aussi de la partie et cet opus ne fait pas exception à la règle. Ainsi, il faudra se soigner avec l’objet ou le skill adéquat en cas de besoin.

On prend plaisir à digivolver les Digimon dans Digimon Story: Cyber Sleuth, ils ont un charme fou les petits monstres !

Comme à l’image des Pokémon et du slogan « Attrapez-les tous », Digimon Story: Cyber Sleuth joue dans la même catégorie puisque vous vous devrez, vous aussi, posséder tous les Digimon du jeu. Avec plus de 240 Digimon et les possibilités de fusionner des créatures entre elles pour en obtenir de nouvelles, il y a de quoi faire !

Mais avant cela, il va vous falloir attraper les Digimon dans les donjons. Comment faire ? C’est très simple ! Lorsqu’un combat se lance, la caméra va se centrer sur les Digimon adverses et vous allez vous rendre compte qu’un pourcentage apparaît. En fait, celui-ci correspond au pourcentage de données sauvegardées sur le monstre en question.

A partir de 100%, vous allez pouvoir donner vie à la bête et le compter dans votre équipe. Si vous préférez patienter et attendre le taux maximum de 200%, le Digimon sera évidemment plus intéressant. Notez tout de même, une fois la création faite du Digimon en question, vous ne pourrez pas le cloner et il faudra partir récolter à nouveau ses données…

Plutôt logique et étant donné que chaque Digimon peut se digivolver en plusieurs monstres différents, on sera vite tenté de recommencer l’opération pour voir les différents résultats.

D’ailleurs et à ce sujet, les conditions pour obtenir de nouveaux Digimon sont simplement basées sur le fait d’avoir un Digimon à un certain niveau ou d’avoir suffisamment de points de statistique dans différents critères comme la force, la défense et bien d’autres encore.

Chaque Digimon peut apprendre des skills ou hériter de certains lors d’une Digivolution. Ils possèdent tous un niveau maximum et une transformation entraînera toujours une remise au niveau un du Digmon… Pas d’inquiétude quand même, il conserve sa puissance et ce n’est pas un retour en arrière !

Autrement, il faut savoir qu’avoir des Digimon du même type dans son équipe permet de booster considérablement les skills de soutien. Une approche plutôt intéressante puisque, pour exemple, un sort augmentant l’attaque de 15% se transformera en 45% si trois Digimon du même type sont présents.

Comme le nombre de petits monstres dans votre équipe et réserve est limité, la DigiFarm vous sera d’un grand secours. En effet, cette dernière permet de placer les monstres inutilisés sur une île où ils vont pouvoir s’entraîner, développer des objets ou encore en rechercher. Un timer prendra place et il suffira d’aller voir le résultat à la fin de ce dernier. On vous précise tout de même également que par la suite, vous allez pouvoir obtenir d’autres îles et également augmenter la capacité de Digimon qu’elles peuvent recevoir.

Comme vous avez pu le lire, cet épisode proposera une aventure aussi bien dans le monde virtuel que dans une sorte de représentation de Tokyo. Les phases en ville seront basées sur les enquêtes puisque on vous le rappelle, vous êtes l’assistant de la très sexy détective Kyoko Kuremi.

Bref, cela étant dit, entres diverses quêtes annexes et lieux à explorer, il faut savoir que le monde réel ne sera pas mis de côté. Le scénario permet d’intelligemment intégrer des combats de Digimon par l’intermédiaire du pouvoir de notre héros. En ville, cela se caractérise par le fait d’effectuer un voyage digital pour se rendre d’un appareil électronique vers un autre. Plutôt pas mal pour enquêter !

On ne jure que par Digimon depuis tout à l’heure mais il faut savoir que notre héros possède quelques skills propres à lui. Certains permettent de se donner accès à certaines zones tandis que d’autres augmenteront le taux de rencontre aléatoires.

Un premier run pour l’histoire !

Digimon Story Cyber Sleuth TEST (8)

Digimon Story: Cyber Sleuth propose déjà dans un premier temps une histoire de longue haleine pour les joueurs. En plus de cela, le producteur du titre Kazumasa Habude avait insisté sur sa volonté de proposer un new game + à la hauteur des attentes. Ici, la mission est plutôt réussie et l’on pourra aisément se concentrer à la capture de nos petites bêtes préférées et ce, dans un niveau de difficulté supplémentaire.

Après avoir fini Digimon Story: Cyber Sleuth, on y retourne volontiers pour continuer notre collection de Digimon !

En plus et comme on le disait, ce sont plus de 240 Digimon qui rejoignent le casting et dans les menus, on retrouve une encyclopédie regroupant nos données qui est extrêmement pratique. On retrouve ainsi dans cette dernière : Les Digimon que l’on a scanné, les Digivolution effectuées ainsi que leurs résultats… Bref, c’est vraiment facile de s’y retrouver.

Comme si cela ne suffisait pas, vous allez pouvoir profiter de fonctionnalités en ligne où vos créatures vont pouvoir affronter celles des joueurs du monde entier afin de déterminer qui est le meilleur dresseur de Digimon.

Concernant l’ambiance musicale, les morceaux sont appréciables sans pour autant être inoubliables. Ce qui opère surtout, c’est le charme des Digimon en eux-mêmes. Néanmoins, on trouve que les musiques sont parfois trop absentes et l’on remarque ce phénomène surtout lorsque l’on se retrouve dans la ville réelle.

Pour conclure, Digimon Story: Cyber Sleuth est clairement à la hauteur de nos chers Digimon. On regrette néanmoins un gros manque de communication au niveau de la sortie du jeu et surtout, de la suppression d’une édition physique qui avait pourtant été bel et bien annoncée. En plus de cela, malgré des voix japonaises, on se cantonne encore à de regrettable sous-titres en anglais et une fois de plus, les anglophobes ne goûteront pas à la recette Digimon. On pourrait même lui reprocher de proposer un système de combat trop classique qui fait pourtant le succès incontesté de son concurrent direct Pokémon depuis de très nombreuses années… Mais ce qui est sûr, c’est qu’avec son univers fidèle, sa prise de risque en termes de direction artistique et personnages qui ne plaira pas à tout le monde, le mode online, l’énorme durée de vie et ses 242 Digimon, Digimon Story: Cyber Sleuth est un excellent cru qui se doit de figurer dans votre collection digitale. Désolé pour le jeu de mot à contre-cœur dû au fait que la version boîte nous est passés sous le nez.

L'avis de l'auteur

Digimon Story: Cyber Sleuth commence mal l’année 2016, pas par sa qualité, mais plutôt par un manque de communication ahurissant, une localisation uniquement en anglais et enfin, pour couronner le tout, une version physique absente des magasins français. De quoi donner envie d’acheter le jeu non ? Et pourtant, c’est un excellent Digimon avec une histoire et un fonctionnement de J-RPG digne des meilleurs. Si le gameplay est assez classique en soi, il m’a suffisamment plu pour lui donner le rang maximum. Après tout, les Pokemon font bien plus ou moins la même chose à chaque épisode RPG non ? Et pourtant, qu'est-ce que l'on aime ça...

Alexandre Mistral Play4Fun
s
Note du panda
8 10

Digimon Story : Cyber Sleuth

Points positifs

  • La licence Digimon
  • Voix japonaises
  • Univers fidèle et plus mature
  • Mode online
  • 242 Digimon
  • Système de scan et digivolution
  • Durée de vie colossale
  • Système de combat...

Points négatifs

  • ... que certains considéreront trop classique
  • Pas de version physique
  • Manque de communication
  • Sous-titres en anglais

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

Copy link