TEST. Demetrios : The BIG Cynical Adventure – L’insolence d’un point’n’click

7
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (0)

Créé et réalisé par Fabrice Breton, qui a d’ailleurs développé seul un cetain Demetrios : The BIG Cynical Adventure, reprend tous les codes connus du point’n’click tel que nous le connaissons, et rajoute par dessus une histoire fraîche, audacieuse et merveilleusement insolente.

Antiquité et gueule de bois ne font pas bon ménage !

test-demetrios-the-big-cynical-adventure-linsolence-dun-pointnclick-1

Le scénario vous met dans la peau de Bjorn Thonen, un antiquaire politiquement incorrect vivant à Paris. En rentrant d’une soirée bien arrosée, notre héros va recevoir un étrange coup de téléphone. Au bout du fil, une voix étrange lui indiquant qu’il est en danger et qu’il doit quitter la ville immédiatement, mais, pensant à un canular, il décide d’ignorer cet appel. Quelle erreur, car la même nuit, un cambrioleur fait irruption dans l’appartement de Bjorn, assomme celui-ci et lui dérobe une mystérieuse tablette ancienne.

Vous vous en doutez, lorsque l’antiquaire se réveille, il se met en tête d’enquêter sur ce criminel afin de récupérer son précieux butin.

Derrière ce récit, avouons-le, assez simpliste, se cache un jeu parodique à l’humour noir qui n’hésitera pas une seule seconde à descendre en flamme les stéréotypes populaires (notamment ceux de la culture geek). Les contrôles sont très simples, eux-aussi, puisqu’il vous suffit, comme dans n’importe quel point’n’click de pointer un élément avec la souris, et de cliquer pour interagir avec.

Ce qu’on remarque d’entrée de jeu, c’est le soin apporté aux détails, car quasiment tout ce que vous voyez à l’écran est déclencheur d’une boîte de dialogue, souvent très drôle, voire même carrément vulgaire, à l’instar d’un gameover comique (dont l’image est ci-dessous) qui parle de lui-même sur le ton adopté par le jeu !

test-demetrios-the-big-cynical-adventure-linsolence-dun-pointnclick-2

Le jeu est noir, décadent, impoli voire indécent, mais ne se sert pas seulement de ces arguments pour exister. En effet, il n’y a pas erreur sur la marchandise, Demetrios est vraiment respectueux de son genre, puisqu’il propose des interactions soignées, avec des énigmes, qui, bien que stupides et parfois illogiques, nous remuent vraiment les méninges, en prenant le luxe de nous faire sourire au passage. Et si, ce qui risque de vous arriver souvent, vous bloquez sur la marche à suivre, des cookies sont disponibles, et sont cachés à divers emplacement sur les différents tableaux, et vous donneront des indices sur ce que vous devez faire. Ces gâteaux s’apparentent aux pièces S.O.S. de la saga Professeur Layton !

Un parti pris assumé !

Côté technique, Demetrios : The BIG Cynical Adventure prône le classique et le simpliste, mais néanmoins efficace. En ce qui concerne les graphismes, nous n’avons bien entendu pas un moteur de dernière génération en face de nous. Pas de graphismes léchés et affinés, mais plutôt volontairement grossiers, ce qui accentue encore plus le côté parodique du titre. En soi, ce choix est cohérent avec lui-même ainsi qu’avec le message de fond du soft. Pour ce qui est des musiques, même constat, elles sont loin d’être les plus élaborées, mais restent en accord avec le reste, même si elles sont parfois un tantinet agaçantes du fait de leurs boucles répétitives.

Le parti pris est très intéressant en plus d’être assumé !

Un défaut que nous pourrions soulever est sa durée de vie, qui s’élève, selon la capacité à résoudre les situations, à plus ou moins une dizaine d’heures pour voir la fin du jeu. Ce n’est pas énorme, mais n’oublions pas que le jeu a été développé par une seule et unique personne, et que celle-ci a eu le mérite de présenter une oeuvre complète et atypique, ce qui ne se voit pas tous les jours. Pour ce qui est du rapport qualité/prix, vous en avez clairement pour votre argent à 9.99€ (pour peu que vous soyez fan du genre).

Un défaut, qui est cependant relatif à chaque joueurs, est la façon dont l’humour pipi-caca est mis en avant. Si cela ne m’a personnellement pas gêné, car assez discret au final, il pourra rebuter les joueurs et joueuses qui ne supportent pas ce côté Jean-Marie Bigard. Après-tout, acheter un jeu qui se nomme Demetrios : The BIG Cynical Adventure sans avoir conscience de cela met en cause les méninges que le jeu vous demandera de toute façon. Alors à bon entendeur…

Dans les faits, Demetrios : The BIG Cynical Adventure ne réinvente pas le genre qu’il représente, mais il assure le show, en nous apportant cette touche de fraîcheur qui nous fait parfois rire jaune. Jouant beaucoup sur les blagues pipi-caca, il ravira celles et ceux qui recherchent une expérience un brin différente, et frustrera celles et ceux qui ont du mal avec le côté parfois grossier qu’apporte la touche « indé » !

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

  • Le côté parodique
  • Les interactions nombreuses
  • Les énigmes assez difficiles
  • Les divers gameover
  • La durée de vie
  • L'humour peut rebuter
  • Les musiques un brin agaçantes
7
  • PC
  • PlayStation 4
  • PlayStation Vita
  • Xbox One

Demetrios : The BIG Cynical Adventure

A propos de notre notation

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

Parfaitement décadent et indécent, le titre réussit le pari de proposer une expérience fun et drôle à la fois. Certes, c'est clairement un humour à la Bigard, mais force est d'admettre que quand ça fait mouche, ça fait mouche ! Impétueux et insolent, j'ai vraiment passé un bon moment devant cet opus qui, sans être folichon, a au moins le mérite de s'assumer totalement et sans rougir de quoi que ce soit !

Jibenc0
a
Note du panda
S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.