TEST. Blackwood Crossing – Un jeu d’aventure narratif qui vaut le coup ?

6.5
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (0)

Blackwood Crossing, c’est donc le tout premier jeu développé par le studio indépendant Paperseven. Nous entraînant littéralement dans une histoire tournant autour de deux orphelins qui sont Scarlett et Finn, le titre à l’ambiance imaginaire arrivera-t-il concrètement à nous plaire significativement ? Réponse dans notre test.

Scarlett et Finn, deux orphelins dans un train quand soudain…

Blackwood Crossing test 1

L’histoire de Blackwood Crossing commence pour le coup à nous placer dans la peau de Scarlett, orpheline tout comme son frère Finn, qui sont justement dans un train, sans que l’on ne sache pourquoi ils y sont. Nos deux personnages vont très vite faire la connaissance d’un étrange événement inattendu qui les emmènera dans un périple mélangeant la vie ainsi que l’amour. Bon, bien évidemment, l’histoire en elle-même est un peu plus fouillée que cela au fur et à mesure de votre progression mais étant donné que le titre est assez court – nous reviendrons sur ce point un peu plus tard -, nous ne vous donnerons que peu d’indications sur cette dernière.

Très franchement, l’univers totalement illusoire est d’ores et déjà charmeur qu’on se le dise, et il faut savoir bien entendu que l’intrigue tournera globalement entre la relation frère/soeur, soit entre Scarlett et Finn. Il est d’ailleurs intéressant de voir que la fin du titre en elle-même nous a particulièrement surpris c’est un fait, rien que par l’émotion qu’elle procure lorsque nous découvrons la révélation en question. En revanche, et ça c’est bien dommage, on aurait aimé justement que le soft puisse également répondre à certaines questions. Et justement, c’est un peu le soucis du fil rouge du soft : la relation entre Scarlett et Finn est bien exploitée, l’aventure est rafraîchissante, mais il reste néanmoins de grosses zones d’ombre sur certains personnages, et sur l’endroit où nous sommes qui plus est, même si nous nous en doutons un petit peu. On aura néanmoins apprécié ce petit côté énigmatique, avec les divers personnages portant un masque, rendant la situation bizarre, mais diablement appréciable.

Blackwood Crossing, c’est une narration émouvante avec Finn, totalement attachant du début à la fin.

D’ailleurs en parlant du scénario, sachez que le soft se dote également de quelques choix de dialogues au cours de votre progression dans Blackwood Crossing. Ainsi, en fonction de ce que vous dira votre frère Finn, vous pourrez répondre de manière sarcastique, autoritaire, douce, colérique etc… Cela permettra donc par conséquent d’entendre la réaction de Finn mais malheureusement, ces choix de dialogues ne sont qu’anecdotiques. Pourquoi ? Tout simplement car ces derniers n’influencent en aucun cas l’histoire du soft, pas même la fin. Car, effectivement, il n’y a qu’une seule fin dans le soft. C’est vraiment regrettable, dans la mesure où il aurait été préférable d’approfondir ce système, pour pourquoi pas proposer plusieurs embranchements pour le final. Hélas, il n’en est rien…

Cela dit, Blackwood Crossing a néanmoins le courage de nous présenter un level-design, ainsi qu’une direction artistique agréable à l’œil. En fait, d’ores et déjà, les décors proposent un peu de variétés, mais également un univers totalement onirique et surréaliste qui arrive à nous enchanter dès les premières minutes. En revanche, il est regrettable que la construction des niveaux nous fait peut-être visiter un peu trop souvent l’intérieur du train, ou encore la fameuse cabane de Finn, bien que d’autres décors un peu plus travaillés seront de la partie. Pour le reste sinon, l’aspect purement artistique fait globalement plaisir à voir, et nous a paru qui plus est assez inspiré. On sent tout de même que ce background a lui aussi été bien travaillé c’est un fait, mais nous lui reprocherons certainement de ne pas avoir été poussé à l’extrême, comme au niveau de l’histoire où il aurait fallu approfondir certaines choses au niveau des autres protagonistes, comme sur la fin qui nous laisse clairement sur notre faim, malgré un révélation relativement intéressante.

Un jeu d’aventure narratif, où le rythme est en dent de scie !

Blackwood Crossing test 2

Quand il a été annoncé, les développeurs ont clairement insisté sur le fait que le soft sera un jeu d’aventure narratif, et cela se ressent incontestablement. En effet, la première chose qui vous sera demandée dans le soft sera tout simplement d’avancer à travers les différents décors que ce soit de la simple cabane de Finn, en passant par le train que vous parcourrez assez souvent. Ce qui est original dans le gameplay de Blackwood Crossing, c’est que vous devrez à certains moments parler aux divers personnages dans l’ordre, afin de pouvoir avancer dans l’intrigue. En clair, il suffira d’écouter ce que le protagoniste a à dire, puis de trouver à quelle personne ce dernier parlait et ainsi de suite pour pouvoir avancer plus loin dans votre périple mélancolique. Cette idée est en soi assez sympathique et rafraîchissante dans l’idée, mais il n’y a pas que cela pour varier le tout dans sa jouabilité.

Effectivement, Blackwood Crossing mélange également des petites phases d’énigmes très, très légères. De passer un passage en feu, en passant par utiliser divers objets que vous ramasserez dans votre inventaire pour pouvoir les placer là où il faut, votre cerveau devra un tout petit peu réfléchir. Le titre a du coup bel et bien un inventaire en temps réel, mais qui a parfois un peu de mal à répondre, et dont on aurait aimé à la limite que ce dernier ait une interface pour plus de praticité. En sus, il y aura également l’utilisation dans ces énigmes du feu et de l’ombre, pour pouvoir une fois de plus progresser dans le titre. En somme, nous n’allons pas tout vous énumérer mais entre les choix de dialogues certes légers, les quelques petites phases où il faudra un peu réfléchir – mais attention ça reste très léger, jeu narratif oblige – et l’utilisation du feu de l’ombre quand on vous le demande, c’est clairement très varié dans l’esprit, et nous n’arrivons pas vraiment à nous ennuyer et ce, malgré quelques répétitivités dans ce que l’on vous demande autour de ces phases.

Le titre de Paperseven varie pas mal les plaisirs dans le gameplay, mais certaines mécaniques sont perfectibles, et pas assez exploitées.

Il est vrai que l’on ne s’ennuie pas grâce à sa variété et que le soft – bon, le côté répétitif est un peu présent mais soit -, mais il y a quand même un gros problème que l’on pointe du doigt : c’est un manque de rythme dans le soft. Si à première vue,  la narration n’est pas déplaisante, nous avons la désagréable impression par moment que le jeu manque un tout petit peu de rythme, la faute peut-être aux déplacements de notre protagoniste plutôt lents, et surtout un peu rigides. Cela se ressent incontestablement dans la maniabilité et c’est un peu dommage. C’est globalement LE reproche que l’on peut lui faire, comme le fait qu’il y a peut-être quelques petites phases qui se répètent légèrement pour pinailler encore un peu. D’ailleurs, on se demande pourquoi les diverses phases où l’on se sert du feu et de l’ombre n’ont pas été beaucoup plus exploitées ? Car clairement, le tout tombe un peu comme un cheveux dans la soupe, et auraient demandés à être un peu mieux exploitées ! Mais sinon, pour 2h30 de jeu, soit le temps qu’il vous faudra pour terminer Blackwood Crossing, cela ne reste pas une expérience totalement déplaisante non plus, même si on aurait aimé que cela soit un peu plus long, et encore plus fourni sur les diverses phases de gameplay.

Au rayon des petits soucis d’ordre technique dont dispose le soft, il y a également ses chutes de framerate dans le titre. Bien qu’elles ne soient pas non plus très voyantes encore, il faut bien avouer que Blackwood Crossing souffre encore de quelques saccades à certains passages du jeu, mais sans que cela ne ternisse toutefois l’expérience de jeu, c’est juste que cela fait un peu tâche. On notera également des bugs de collisions également puis globalement, le titre n’est pas une bombe graphique, techniquement parlant. On sent des textures quand même un peu vieillottes tout comme son moteur graphique qui est également vieillissant. Cela se voit notamment au niveau des modèles 3D comme des arrières-plans un peu floutés. Heureusement que la direction artistique est là pour adoucir le tout, c’est un fait.

Pour en terminer avec la bande-son de Blackwood Crossing, il s’agit là d’une assez bonne surprise. Les musiques accompagnent bien les divers moments que vous traverserez dans le soft, et il faut bien admettre que la musique de fin arrive à accentuer terriblement l’émotion de la scène finale. Les doublages sont quant à eux en V.O. et d’excellente qualité, même si nous pourrons hélas noter un problème de son sur la toute fin du jeu. Rien de bien gênant qu’on se le dise car sinon, le reste est en soi d’assez bonne facture durant tout le jeu.

Comment peut-on finalement qualifier la qualité de Blackwood Crossing ? Il y a des choses qui nous ont particulièrement plu dans le jeu, mais qui nous ont véritablement frustrés pour ainsi dire. D’une part, le titre nous a frustrés par sa durée de vie assez courte, sa fin qui nous laisse sur notre faim, puis également le manque de profondeur du background proposé. Mais, d’autre part, la bande-son et la direction artistique du soft sont tout simplement d’assez bonne facture, puis le gameplay propose malgré tout un peu de variété. Bien évidemment, la jouabilité reste quant à elle un peu perfectible avec un rythme un peu lent sur les déplacements, et des idées de gameplay qui auraient demandé à être un peu plus approfondies. Le côté répétitif des phases de gameplay se fait également ressentir, et finalement, malgré que le soft ait été notre coup de cœur à la Gamescom, il s’avère finalement que la production de Paperseven, reste un bon jeu, sans pour autant être une bombe malheureusement… En sachant qu’il est à 15.99 €, à vous de voir si vous voulez attendre une promotion ou payer le prix fort pour vous laisser tenter par cette expérience narrative, qui reste en soi unique qu’on se le dise. 

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

  • Une histoire franchement émouvante...
  • Quelques choix de dialogues...
  • Une direction artistique qui vaut le détour
  • Une bande-son efficace en soi
  • Un Gameplay assez varié
  • Des protagonistes attachants malgré tout
  • La fin malgré tout surprenante
  • Prix décent pour l'expérience proposé
  • ... Qui nous laisse sur notre faim !
  • ... N'ayant malheureusement pas d'impacts sur le fin...
  • Les déplacements du personnage lents et rigides
  • Un manque de rythme tout le long du jeu
  • Quelques légères chutes de framerate
  • Extrêmement court - 2h30 pour en voir le bout... -
6.5
  • PC
  • PlayStation 4
  • Xbox One

Blackwood Crossing

A propos de notre notation

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

C'est un jeu que j'attendais comme un fou après avoir été envoûté par la présentation de ce titre à la Gamescom, mais finalement, il n'aura qu'un simple rang B pour ma part. J'en attendais tellement de ce titre, que j'ai fini par être globalement déçu du soft, que ce soit en terme d'histoire, et surtout d'un cruel manque de rythme. Heureusement que la direction artistique et que les quelques idées de gameplay ont rattrapé un peu le tout mais en ressortant de ce Blackwood Crossing, je me pose toujours des questions sur certaines zones d'ombre de l'histoire, et c'est surtout cela qui me frustre un peu pour ainsi dire. Si vous adorez les jeux d'aventure narratif, et en sachant que Blackwood Crossing reste à mon sens une expérience unique allez-y, sinon attendez qu'il baisse avant de l'acheter. Car je vous rappelle que le jeu se finit assez rapidement, soit en 2h30 malheureusement. Mais cela dit, c'est clairement un p'tit jeu qui peut valoir le détour, clairement.

Matheus
b
Note du panda