TEST. Absolver – Sloclap réinvente le jeu de combat !

En développement depuis un peu plus de deux ans, Absolver, le premier jeu de Sloclap composé d’anciens développeurs d’Ubisoft, est enfin de sortie sur PC et PS4, en attendant la sortie de la version Xbox One qui arrivera l’année prochaine. Et qu’on se le dise, le titre mélangeant combat au corps à corps et RPG est tout simplement une réussite !

Depuis son annonce, Absolver était attendu par pas mal de joueurs, et puis sa direction artistique semblait d’ores et déjà accrocheuse avec ses premiers visuels. Très franchement, vous allez voir dans ce test à quel point Absolver est une bonne pioche à posséder !

Deviens un Absolver !

Absolver-1

L’histoire d’Absolver est sympathique, mais alors uniquement sur le papier. Car en fait, Absolver commence par une cinématique nous faisant comprendre que notre futur protagoniste passe en quelque sorte un rite initiatique en tant que simple aspirant, et devra traverser l’empire d’Adal. Une fois le rite passé, vous vous retrouvez dans ce fameux empire et votre but, pour faire simple, sera de rétablir la paix et l’équilibre dans ce monde devenu totalement corrompu, et par la même occasion devenir enfin un Absolver. Armé de votre masque vous supprimant la faim et la soif, vous voilà donc parti dans l’empire déchu d’Adal.

Très franchement, la toute première déception qui vient naturellement d’Absolver, c’est son scénario qui tient sur un timbre poste, et qui n’est à aucun moment exploité à son summum. En clair, vous aurez quelques cinématiques de ci de là quand vous affrontez certains boss, également à la fin du jeu, mais au-delà de ça, c’est tout. Et en sus, pour ne rien arranger, la fin du jeu laisse finalement pas mal de questions en suspens, et on se demande si les développeurs ont prévu une suite, ou s’ils vont tout simplement agrémenter le titre tantôt solo et multijoueur avec du nouveau contenu pour étendre l’univers. Ce qui est déjà sûr, c’est que les développeurs nous ont dit à la gamescom qu’ils allaient continuer à alimenter le jeu en contenu via des mises à jour, et nous verrons bien si de nouveaux boss en solo seront de la partie pour pourquoi pas étoffer un peu plus le background d’Absolver car à l’heure actuelle, il n’est pas exploité comme on l’aurait voulu.

Pour le reste, histoire de faire passer la pilule, Absolver conserve tout sa force dans sa direction artistique, vraiment magnifique. Cette dernière nous avait déjà particulièrement bluffé quand nous y avons joué à la gamescom, et force est de constater qu’en ayant joué et terminé la partie « solo » du soft, le tout est juste enchanteur. Ce qui est intéressant dans un premier temps c’est le style graphique, atypique certes mais qui va vous accrocher directement par ses teintes tout simplement fabuleuses. La construction des zones n’est également pas en reste avec une verticalité parfois plaisante, puis surtout des panoramas de cet empire déchu qui font bien plaisir à voir. Franchement, difficile de trouver des défauts sur la direction artistique qui sort des sentiers battus, et qui risque de plaire à énormément de joueurs.

Du combat au corps à corps en PvE comme PvP !

Absolver-test-2

Si vous ne le saviez pas encore, Absolver mélange dans un premier temps du PvE avec du PvP. Pour faire simple, votre personnage évolue dans un monde ouvert découpé en différentes zones, où votre objectif est de poutrer pas moins de huit boss, avant d’arriver au boss final qui ne sera pas de tout repos. On ne comptera pas un boss optionnel en sus d’un boss en début de jeu, qui fait pratiquement office de didacticiel, et vous arrivez à pas moins de 11 boss à dézinguer ! Et qui plus est, en sus de trouver sur votre chemin des mobs traditionnels contrôlés par l’I.A., vous pourrez aussi tomber sur des joueurs humains. Il est possible de demander de jouer en coopération avec ces derniers, tout comme leur faire quelques signes distinctifs sympathiques – saluer, demander de vous suivre etc… -. Aussi, les bougres pourront tout aussi bien vous pourrir la vie sur votre partie, et cela évidemment en fonction du type de joueurs sur lequel vous tomberez.

En somme, on est un peu sur du Dark Souls au niveau du principe, car les joueurs seront libres donc de vous attaquer pour vous ôter la vie. Dans ce cas précis si vous mourrez, vous vous rematérialiserez de nouveau via des autels prévus à cet effet ou via le dernier checkpoint en date. Au passage, une fois que vous mourrez des mains d’un joueur ou d’un boss contrôlé par l’I.A. évidemment, il se peut que les mobs battus auparavant refassent aussi surface. Le mix entre PvP et PvE est finalement plus que sympathique, et donne lieu à un multijoueur qui tient à route, et qui a surtout du sens. D’ailleurs, pour en venir à la difficulté, elle reste assez bien équilibrée, même si des pics de difficulté légèrement conséquents sont de la partie en début de partie, étant donné que vous serez quand même dénué de stuffs pour vous améliorer. Car l’I.A. ne se laisse en général pas faire, et est plutôt réactive en combat.

Car oui, avant de passer aux combats d’Absolver, vous pourrez récupérer du loot pour tout simplement améliorer votre personnage au niveau de sa vitesse, de ses attaques contondantes, sa défense et j’en passe. En tuant des ennemis et en fouillant un peu les diverses zones du jeu, vous trouverez de l’équipement pour votre personnage que ce soit des gants, des épaulières, des masques, ou bien encore des tenues. Cela pourra améliorer vos dégâts normaux comme tranchants ou contondants, mais aussi votre rapidité à exécuter les attaques. Qui plus est, en sus des équipements qui ont donc une véritable influence sur le gameplay, votre protagoniste pourra gagner des niveaux. Une fois que ce dernier monte en niveau, vous gagnez des points de caractéristiques à attribuer en force, dextérité, vitalité, résistance, volonté ou mobilité. Le tout pourra donc vous rendre plus fort, vous permettre de recharger vos cristaux rapidement pour utiliser vos divers pouvoirs – nous allons y venir -, ou bien encore d’améliorer votre endurance dans les combats.

Comment ne pas tomber d’émerveillement avec le côté personnalisable d’Absolver en terme de gameplay ! Il est tout simplement complet avec énormément de possibilités !

Maintenant pour les combats, c’est le gros point fort du jeu. Effectivement, avant de commencer la partie, vous avez le choix entre trois styles de combat à savoir Windfall, Forsaken ainsi que Khalt Method. Le premier est orienté évitement, tandis que les deux autres seront respectivement spécialisés dans la parade et l’absorption des coups pour étourdir ses ennemis entre autres. D’ores et déjà, le fait de pouvoir choisir son style de combat est l’une des grosses forces d’Absolver, car le gameplay varie très concrètement en choisissant l’un de ces trois styles de combat. Au passage, vous pourrez même en débloquer un quatrième au fil du jeu, à savoir le Stagger, soit un style de Zui quan, la technique de boxe de l’homme ivre qui propose un côté sauvage et totalement imprévisible. Très clairement, il y en a pour tous les goûts concernant ces quatre styles de combat, et le tout est vachement complet, comme vous allez pouvoir le constater un peu plus bas dans ce test.

Mais avant cela, passons au gameplay en lui-même. Concrètement, pour les combats, on retrouve des touches plutôt basiques soit la touche X pour faire des attaques rapides, et Y pour des attaques lourdes. Ensuite, LT servira à parader, la touche B pour esquiver, et puis RB qui servira à verrouiller votre cible. On retrouve concrètement une combinaison de touches des plus classiques d’un jeu de combat mais détrompez-vous, le soft est complètement technique et pointu au possible. Contre certains boss, il sera même conseillé d’abuser des esquives et des parades pour ensuite attaquer à votre tour pour enchaîner l’adversaire. Les coups s’effectuent d’ailleurs plutôt naturellement, et les styles de combat sont juste jouissifs à mettre en oeuvre sur les ennemis, surtout si vous les enchaînez parfaitement avec des combos dévastateurs.

Très franchement, les enchaînements au corps à corps sont un pur plaisir, et de même si vous avez des gants de pierre, ou bien encore des épées en guise d’arme blanche. Il y a aussi un système de deck de combats que nous allons détailler plus bas, et qui vous donnera la possibilité de personnaliser vos coups que ce soit à mains nues, comme avec des armes, rien que ça ! En revanche, si le système de combat est aux petits oignons avec notamment les pouvoirs à utiliser pour les combiner avec vos coups et déblocables en tuant notamment des boss, le système de verrouillage est parfois un peu hasardeux, et peu adapté au soft. De même pour des combats contre trois ou quatre mobs par exemple, car le soft est en fait de base plutôt taillé pour du combat en un contre un ni plus, ni moins. Le système d’esquive est lui aussi peu pratique au départ, et il faudra vraiment un temps d’adaptation pour s’y faire la main. Mais bon au-delà de ça, les quatre différentes postures que vous pouvez adopter via la touche RT et le joystick gauche pour induire votre adversaire en erreur un peu comme dans un For Honor est plus qu’appréciable, et permet des palettes de coups ultra variées !

Au-delà de ce gameplay purement jouissif et qui semble complet notamment avec l’utilisation de certains pouvoirs contre des adversaires, il y a le système de deck de combat, soit le cœur du jeu pour ainsi dire. En gros, et en fonction des emplacements de decks que vous aurez débloqués en jouant et en augmentant de niveau, vous pourrez tout simplement personnaliser vos coups que vous allez effectuer. Les coups auront aussi des emplacements, et s’élargiront aussi en passant plusieurs niveaux. Et qu’on soit clair, les possibilités sont immenses car vous pouvez débloquer plusieurs coups au fil du jeu en vous battant contre un adversaire, et en esquivant et bloquant le fameux coup jusqu’à le débloquer par la suite. Au total, il y aurait environ plus de 180 coups à débloquer environ, ce qui est tout simplement gargantuesque, et permet des combinaisons de coups juste gigantesques qu’on se le dise. D’ailleurs, les coups sont aussi personnalisables en fonction des quatre postures que vous prenez en combat, et vous pouvez même jusqu’à personnaliser des combos plus que dévastateurs ! Quand on vous disait qu’Absolver est plutôt complet ce n’est pas pour rien et encore, ce n’est pas fini.

Des écoles de combat dans Absolver ? Kézako ?

Absolver-test-3

L’une des parties vachement intéressante d’Absolver. Le titre vous donne parfois la possibilité de parler à des PNJs, et certains pourront vous demander de rejoindre l’une de leurs écoles de combat, et ces derniers deviendront au passage vos mentors. Du coup, cela vous permettra donc d’apprendre les autres styles de combat, histoire de changer un peu votre style de combat que vous aviez choisi dès le début du jeu. Ce système là est en soi plutôt sympathique, et fonctionne notamment avec un autre aspect multijoueur du titre, les épreuves.

En gros, et une fois le mode solo terminé en environ six heures en prenant votre temps pour trouver tous les boss et les laminer un par un, vous avez donc la possibilité de rejoindre des écoles, d’en créer une également une fois que vous aurez passé suffisamment de niveau, et surtout de vous battre en PvP. En effet, vous pouvez faire en multijoueur du un contre un contre un autre joueur humain, et que vous perdez ou non, vous montez de niveau dans ce mode multijoueur, ce qui permettra de débloquer soit dit en passant du loot, mais également d’autres spécificités comme créer votre école de combat, où des joueurs pourront vous rejoindre par la suite.

Absolver fait indéniablement mouche avec sa direction artistique !

On a là un système communautaire typé MMO qui fonctionne franchement bien, et qu’on se le dise, la courbe de progression est extrêmement longue avant de tout débloquer. Alors certes, pour le moment certains joueurs pourraient trouver cela un peu redondant de faire que du PvP en un contre un une fois le mode solo terminé, mais il y a fort à parier que les développeurs planchent déjà sur du nouveau contenu pour tenir les joueurs en haleine. D’ailleurs, à l’heure où nous écrivons ces lignes, on arrive encore à trouver régulièrement des joueurs sur les serveurs, preuve que ces derniers doivent sûrement s’amuser comme des p’tits fous sur le titre de Sloclap indéniablement.

Et ils ont raison étant donné toutes les qualités du soft, même si on pourra souvent grincer des dents sur la qualité du serveur. Effectivement, et étant à juste titre victime de son succès, Absolver a parfois quelques instabilités au niveau de ses serveurs. Il y a parfois quelques lags assez gênants qui font que la latence des coups est parfois décalée surtout en un contre un voire même sur le monde ouvert du soft, et il nous est même arrivé que tous les décors disparaissent pour nous laisser dans le vide complet où l’on meurt à l’infini. Cela ne nous est arrivé qu’une seule fois évidemment, et on espère que tous ces problèmes seront réglés d’ici un futur patch. Mais la plupart du temps, ça reste largement jouable.

Technique sympathique pour un sound design juste bon ?

Absolver-test-4

Pour l’aspect technique d’Absolver maintenant, celui-ci est plus que particulier. Très clairement, on ne sera pas sur des textures photoréalistes qui arrivent de plus en plus sur divers jeu, et on partira au contraire sur des textures typées peinture/aquarelle, pour un résultat plus que flatteur pour nos petites pupilles. Les animations lors des combats ne sont pas en reste car les chorégraphies de ces derniers sont tout simplement bien foutues et dynamiques, puis le chara-design des personnages est en soi une réussite artistique incontestable. On n’oublie pas aussi les différents panoramas que nous avons cités au début de ce test qui reste particulièrement saisissants, et il faut donc tirer notre chapeau à Sloclap pour ce bon boulot. Dommage en revanche que quelques bugs encore flagrants viennent un peu entacher l’expérience de jeu, sans pour autant nous dégoûter du jeu rassurez-vous.

Pour la dernière partie il y a la bande-son. Il y a bien des doublages dans Absolver au niveau des cinématiques, mais il s’agit là d’une langue en fait inventée, un peu comme dans The Last Guardian finalement. Donc de ce côté-là, difficile de juger mais en tout cas, certaines musiques lors des combats passent assez bien au vu de l’univers proposé, même si on aurait peut-être aimé quelques musiques un peu plus épiques qui nous restent en tête. Mais dans l’ensemble c’est du bon comme les bruitages, qui passent sans trop de soucis.

Oui, Sloclap réinvente bel et bien le jeu de combat avec Absolver. Le titre mélangeant action et RPG à monde ouvert est finalement un titre plutôt complet en l’état. Même s’il faudra un chouïa plus de contenu afin de tenir en haleine les joueurs, même si la progression colossale qui les attend fait le café, le soft est tout simplement exceptionnel sur pas mal de points, mais pas que. La première chose qui va fâcher, ce sont les divers bugs que vous pourrez rencontrer, et quelques lags sur les serveurs qui ne sont pas forcément les bienvenus, et ternissant un peu l’expérience de jeu. Le jeu a aussi quelques lacunes sur son système de verrouillage pas forcément ergonomique, ou encore un système de combat qui n’est vraiment taillé que pour du combat en 1V1 car contre plusieurs mobs en même temps, c’est plus que compliqué de tout gérer. Néanmoins, et malgré un background pas assez exploité en profondeur, Absolver puise sa force dans son monde ouvert plutôt immense, mais surtout sur un gameplay totalement personnalisable à souhait au niveau des coups, saupoudré d’une combinaison avec les pouvoirs que vous glanez au fil du jeu. On rajoutera là aussi un multijoueur plutôt bien foutu, et vous obtenez là un bon titre original que les joueurs devraient apprécier à sa juste valeur. Pour 29.99 €, en sachant qu’il y a de quoi faire, vous pouvez vous laisser tenter par le soft. A moins que vous ne vouliez attendre l’occasion de l’acheter le moins cher possible. 

La note de l'auteur

Un jeu que j'attendais depuis sa première annonce car la direction artistique et le gameplay m'avait plu, et autant dire que le titre m'a tout simplement émerveillé. Effectivement, son gameplay complet et complètement technique m'a bluffé, et les possibilités pour personnaliser nos coups sont tout simplement gigantesques à souhait. La direction artistique est aussi une tuerie sans nom, et son multijoueur plus que cohérent est sensationnel de bout en bout. La progression est aussi suffisamment touffue pour que les joueurs s'y attardent de longues heures dessus, mais j'ai été déçu par le manque de peaufinage du titre, qui se dote de bugs et d'une instabilité flagrante sur les serveurs. Voilà pourquoi le soft aura tout simplement un rang A de ma part, car rien que ce petit détail m'a un peu gêné. Mais pour 29.99 € cependant, c'est un bon petit jeu de combat au corps à corps comme à l'arme blanche dans un monde ouvert à faire absolument.

Matheus
a
Note du panda
7.5 10

Points positifs

  • Un multijoueur diablement cohérent
  • Les trois styles de combat à choisir en début de jeu
  • Le système de deck plaisant pour personnaliser ses différents coups
  • Direction artistique sublime
  • Techniquement atypique mais agréable pour la rétine
  • Une progression assez longue pour tout débloquer
  • Le multijoueur en PvP sympathique
  • Le système d'école de combat...
  • ... En sus de pouvoir en créer une !
  • Gameplay aussi technique que complet

Points négatifs

  • Système de verrouillage fastidieux
  • Pas réellement taillé pour du combat contre plusieurs adversaires
  • Pas mal de bugs hallucinants
  • Background pas assez exploité en profondeur !
  • Les serveurs parfois un peu instables à cause du nombre de joueurs dessus

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur