TEST. ReCore – La belle aventure sur Alter-Eden

Voir la note

Microsoft ouvre le bal des exclusivités en cette fin d'année pour nous offrir ReCore, un jeu créer par une personnalité connue dans l'industrie du jeu vidéo. Que vaut ce nouveau né du papa de Megaman ? Voyons ensemble !

Dans le domaine de la guerre des consoles, l’un des arguments les plus mis en avant pour la décision du grand vainqueur est le catalogue de jeu, notamment donc les exclusivités. En cette fin d’année 2016, Microsoft ouvre le bal pour ce mois de Septembre avec une toute nouvelle licence sous la direction d’un grand nom du jeu vidéo : le papa de Megaman Keiji Inafune et son studio de développement Comcept épaulé par Armature et Microsoft Studios Il est donc en plus de cela aidé par de nombreuses personnalités ayant œuvées sur la série Metroid. ReCore fait donc ses premiers pas sur les plateformes Xbox One et Windows 10 le 16 septembre 2016, et est la première exclusivité Xbox à profiter officiellement du programme Xbox Anywhere : achetez le jeu une fois en digital et vous l’obtiendrez à la fois sur PC sous Windows 10, et sur votre Xbox One avec la fonction cross-save en bonus.

Dans ce jeu d’action/plateforme/aventure post-apocalyptique, on y retrouve Joule Adams, une jeune technicienne bénévole ayant été sélectionnée avec d’autres personnes pour coloniser la planète de sable Alter-Eden (Far Eden en VO) suite à un manque de ressources sur la planète Terre. Arrivée à destination, Joule Adams est cryogénisée, et son réveil se fera automatiquement lorsque que le service électronique de maintenance en aura le besoin. Dans son vaisseau qui lui sert temporairement de base, appelé « L’Exploreur », nous la retrouverons seule accompagnée de son Orbot qu’elle aura appelée Mack (vrai nom de la machine : M4-3K), et cherchera à découvrir où se trouve son équipage, qui aura été réveillé avant elle. Le long de notre aventure, nous recueillerons également deux autres Orbots : Seth et Duncan qui auront leur spécificité. Ces derniers étaient d’anciens fidèles à leur maître, porté disparu ou mort, les laissant errer en attente d’un nouveau maître. Nous apprendrons quelques informations sur l’aventure de ces humains par le biais de messages audios dispersés un peu partout dans le jeu.

En avançant dans l’histoire, on y apprends que Joule se réveille près d’un siècle après le réveil de ses coéquipiers. Hélas, à cause de cette longue absence, les robots ont perdu leur contrôle à cause de dysfonctionnement et d’un manque de maintenance de la part de leurs compagnons humains, qui eux auront disparu mystérieusement. Joule aura donc pour mission de savoir ce qu’il s’est passé pendant son sommeil, et de parvenir à terminer la colonisation de la planète.

Après Megaman, on retrouve Megagirl

ReCore (18)-min

 

Joule Adams est une jeune fille ayant la vingtaine, qui est vêtue d’une très jolie tenue Exosquelettique, comme nous avons l’habitude de le voir ces derniers temps dans les jeux vidéo, et armée d’un fusil à énergie. Elle est également fille du Dr. Thomas Adams, grand scientifique réputé chez Mandate – société à l’origine du projet de colonisation. Premièrement, la tenue Exo de Joule se révèle très simple mais efficace, elle permet en priorité de réaliser des doubles sauts et des dashs par le biais des réacteurs se trouvant sous ses pieds, un peu à la Megaman oui, et donnera vie au côté « plateforme » du jeu. Sa tenue sera également équipée d’un extracteur qui lui fera accomplir certaines tâches, mais cet outil ne sera pas utilisable à souhait. Son utilité sera limitée à récolter les Orbes sur les ennemis une fois affaiblis pour améliorer ses robots plus tard, ou à ouvrir des portes. L’extraction des orbes se fera par le biais d’un mini-jeu sympathique et très présent de « tir à la corde » entre vous et l’Orbot.

Le jeu se déroule donc sur la planète Alter-Eden, faisant partie du même système solaire que la planète Terre. Les habitants de notre planète bleue semblent être trop nombreux par rapport à ces ressources et il est donc impératif de trouver une planète similaire à coloniser pour y créer la vie, et c’est donc ce que la société Mandate a eu comme projet de faire. Tous les plans, les recrutements du personnel et les robots ont été crées par cette entreprise, et par ailleurs, elle a crée deux types de robot : les Orbots étant les compagnons personnels de chaque humain sur la planète, et les Orboïdes étant de petits engins de manutention. Tous seront vos ennemis sur cette planète, car un dysfonctionnement/une modification aura causé une hostilité de ces machines envers les autres. Majoritairement, vous rencontrerez des Orbots différents en catégorie : les Orbots Renégats qui vous seront hostiles et comprendront diverses variantes « énergétiques » et les Orbots Renégats Uniques étant communément appelés chez nous des « boss » ou plutôt ennemis spéciaux dans le jeu. Ces deux catégories referment de très nombreuses variétés d’Orbots, faisant élever le bestiaire à près de 75 types d’ennemis dans le jeu, un très bon chiffre !

Les robots ne sont pas toujours nos amis, ReCore nous l’apprend bien

Chaque Orbot contient obligatoirement un Orbe (nom masculin dans le jeu). Cet orbe est ce qui donne la vie à ces machines, c’est leur « cœur », et il est composé de 3 types d’énergie : Rouge, Jaune et Bleue. Il est possible de croiser des orbes hybrides Violettes, Oranges et Vertes. Le Rouge est l’orbe axé sur la puissance de la machine, il infligera plus facilement des dégâts en plus de parfois infliger du feu en continu. Le Jaune sera centré sur l’armure et offrira une certaine résistance à la machine, et pourra également ralentir vos mouvements temporairement. Enfin, le Bleu sera axé sur l’énergie, et entraînera la vitesse de l’Orbot et pouvant carrément paralyser sur place. Le concept du jeu se révèle ici intéressant, votre arme à énergie débloquera au fil du temps les mêmes éléments. De ce fait, il vous faudra jouer avec observation de la couleur de l’ennemi, et veiller à tirer dessus en étant équipé de la bonne couleur relative à celui-ci. Le changement de couleur se fait par le biais de la croix directionnelle du pad, et à titre d’exemple, si un ennemi est doté d’un orbe Rouge, vous devrez utiliser le même élément sur votre arme pour y causer de plus lourds dégâts. Il est également possible d’y infliger les mêmes altérations d’états telles que l’embrasement, le ralentissement et la paralysie. Pour les daltoniens, le jeu propose une aide en vous montrant sur quelle flèche appuyer pour une meilleure efficacité en fonction de la cible visée.
Lors de vos combats, vous ne serez pas tout seul puisque votre compagnon Mack, ainsi que Seth et Duncan que vous découvrirez plus tard dans le jeu vous aiderons. Chacun d’entre eux attaquerons de manière autonome, mais vous pourrez leur ordonner de réaliser une attaque spéciale propre à chacun, qui se révélera particulièrement dévastatrice. En revanche, l’usage sera limité bien qu’il se rechargera au fil du temps et pourra être « surchargé » en récoltant de petits items dans le jeu.

Au gameplay simple, mais plutôt efficace

ReCore (8)

En parlant des combats, ReCore s’appuie sur un système de visée ultra simple. En effet vous aurez pu le constater de nombreuses fois, vous viserez la plupart du temps automatiquement sur l’ennemi, et vous devrez uniquement rester appuyé sur la touche de Tir ou Tir Chargé sans avoir à manquer la cible. Attention cependant, certains Orbots ont la capacité de changer d’élément, ce qui signifiera que vous devrez changer l’énergie de votre arme, en plus d’esquiver des coups parfois dévastateurs pour votre barre de santé. Malheureusement, c’est vrai, ReCore se voit pénalisé à cause de cela puisque cette mécanique de visée automatique rend le jeu très facile. De plus, au sujet du système de vie, il est à savoir que cette barre se régénère automatiquement (et plutôt rapidement) lorsque vous ne prendrez plus aucun coup. Également, un système de combo viendra encore faciliter le jeu en ajoutant un multiplicateur de dégâts à chaque ennemi abattu, et un compte rendu à la fin d’un combat. Tout cela rend la tâche tellement plus aisée, et il est navrant d’apprendre que le jeu ne dispose d’aucun mode de difficulté. En effet, à l’instar d’un RPG, vous aurez un système de leveling qui fera la différence entre vous et les ennemis. Mais ce n’est pas suffisant pour vraiment corser la tâche.

Grâce à Keiji Inafune et l’équipe derrière ReCore, on y retrouve une nouvelle IP envoûtante !

Au sujet de nos fidèles compagnons, ceux-ci sont particulièrement attachants, puisqu’ils ont une certaine forme de vie. Le compagnon Mack a vraiment tout d’un vrai chien organique, sauf l’esthétique ! Chacun comprend ce que maîtresse Joule leur dit, et répondent même dans une langue robotique que le jeu ne nous traduit pas mais que notre protagoniste comprend. De ce fait, il y a parfois des dialogues échangés qu’évidemment Joule nous explique pour alimenter l’échange. On a donc ce sentiment de proximité avec notre Orbot très attachant qui rend l’aventure moins singulière et moins pauvre qu’elle aurait pu l’être. Il n’est possible de se balader qu’avec 2 compagnons que vous sélectionnerez à tour de rôle en appuyant sur LB. Pour sélectionner les 2 Orbots qui vous accompagnerons, vous devrez vous rendre dans un Explorateur, ou dans un téléporteur. Également, ReCore propose un système de loot veillant à personnaliser et améliorer vos compagnons. Tout y passe, de la couleur aux performances jusqu’au design. Pour ma part, mon Mack a bien plus une tête de chien que son visage plat d’origine ! Cependant, il n’est pas possible de changer la couleur manuellement : la pièce ramassée durant votre périple conservera son esthétique.

Plus haut, nous vous parlions de système de leveling pour un peu lever un côté « RPG ». Celui-ci n’est pas du tout approfondi évidemment, puisqu’il ne sert pas à améliorer les caractéristiques de votre personnage, mais simplement à évaluer la différence entre vous et les ennemis que vous rencontrerez. Les dégâts de votre fusil augmenterons, mais le changement de ceux de votre compagnon ne seront pas conséquents et préférerons la fusion d’orbes récoltés sur un établi. Cet outil servira à gérer votre Orbot en y modifiant ses pièces avec celles que vous aurez ramassé et en fusionnant des orbes pour améliorer ses performances. (Puissance, Armure et Énergie)

Une vaste planète désertique

ReCore (4)

Alter-Eden est une planète déserte de l’Homme qui s’apprête à être colonisée. En effet, la société Mandate a eu comme projet d’y apporter la vie en y injectant eau et habitations. La planète étant vide, est-ce vraiment une raison pour laisser le joueur sans trop de collectibles à récupérer …? Je ne crois pas.
La planète est très jolie dans son ensemble, et remplie de carcasses de vaisseaux et plateformes volantes laissées par les portés disparus. Mais elle reste encore vaste pour un rien puisque Joule ne sera pas forcément en mesure d’adopter une grande vitesse pour se déplacer, et bien que ReCore propose quelques items facultatifs pour accentuer un côté « exploration », ce n’est pas suffisant. En effet, vous ne retrouverez que peu de coffres cachés vous donnant un loot intéressant pour modifier vos Orbots et des orbes Prismatiques étant en quelque sorte « l’essence » de chaque mécanismes (portes, courant électrique…). Ces dernières seront d’ailleurs essentielles à la progression dans le jeu.

On y croisera de temps à autres des enregistrements audios, mais peu nombreux une nouvelle fois, laissant des témoignages d’anciens Hommes sur les projets menés sur la planète. En revanche, on saluera l’hommage d’Inafune pour Megaman dans le côté plateforme du jeu, qui demandera l’utilisation de vos propulseurs et une bonne gestion du timing. Ces phases sont très réussites, et certains level design (notamment dans la tour d’Alter Eden) sont vraiment stylés !

Le meilleur là dedans, c’est que c’est un grand jeu à petit prix

ReCore comprend en plus de la trame principale un open world. Sans minimap apparente en jeu, hélas, elle se révèle plutôt vaste sans être grande pour autant. Par pression sur la touche Select (Affichage) sur le pad, vous aurez un visuel sur toute la carte qui se déroule en plusieurs îlots qui auront un temps de chargement pour accéder à chaque zones. Si la carte révèle la position des collectibles (coffres et orbes prismatiques), elle révélera aussi la présence de donjons. Peu nombreux, mais offrant tout de même un certain contenu, ces derniers se différencient en 3 types : Arène, qui sera un affrontement de plusieurs vagues d’ennemis, Traversée qui sera un niveau entièrement orienté plateforme, et Aventure où vous aurez une progression mélangeant plateforme et combat avec un Orbot spécial à la fin. Réaliser tout les objectifs facultatifs (terminer le niveau sous un laps de temps, tirer sur des interrupteurs, récupérer une clé cachée) vous donnera même accès à un loot supplémentaire spécial, voire même exclusif si tous les objectifs sont remplis. Il est évidemment possible de recommencer un donjon en cas d’échec, sans refaire les objectifs déjà complétés.

En ligne droite, ReCore vous demandera entre 8 et 12 h pour boucler l’aventure. En effet arrivé vers la fin du jeu, il vous faudra faire plusieurs pas en arrière pour récolter les dernières orbes prismatiques essentielles à la progression, de ce fait, je vous recommande personnellement de ne pas trop louper les collectibles à récupérer dans la carte et de bien explorer chaque recoin pour révéler donjons et spots d’orbes. Le jeu a d’énormes soucis de framerate, et souffre de textures parfois fantômes, nous laissant quelques rares fois passer au travers. Mais rassurons nous en disant que le patch day one n’est pas encore sorti à l’heure où nous écrivons ces lignes…
A la fin du jeu, il vous sera possible de revisiter Alter-Eden dans son intégralité afin de trouver les derniers donjons et dernières orbes prismatiques qui permettront l’accès à ces derniers lieux.

ReCore ouvre le bal dans une bonne lancée pour Microsoft. Reprenant de nombreux caractères old-school du jeu vidéo grâce aux inspirations de Megaman et Metroid Prime dans un aspect légèrement futuriste, il propose une aventure assez prenante mais qui se verra quelque peu ralentie vers la fin pour arriver jusqu’au combat final. Tarifé à 40€, il se révèle être une surprise pour son contenu, d’autant plus que le jeu est compatible avec le programme Xbox Anywhere qui vous proposera d’avoir une copie du jeu aussi bien sur PC que sur Xbox One ! Doté d’un bestiaire solide en plus d’un chara-design alléchant, il n’est pas impossible que vous restiez collé devant votre télé de bonnes heures, mais pour ainsi le laisser dans le placard à cause d’une faible rejouabilité. En revanche, si vous avez l’exigence de la qualité technique et graphique… Il se pourrait que vous ayez du mal à accrocher.

7 10

Points positifs

  • Pour 40€, c'est tout juste excellent
  • Un poids léger pour la version dématérialisée (6Go)
  • Le personnage de Joules Adams n'est pas trop mal
  • On se lie d'affection pour nos Orbots
  • Un excellent bestiaire
  • C'est joli ...
  • Des combats assez explosifs malgré le petit arsenal

Points négatifs

  • Absence de minimap et de marqueur sur la carte
  • Lourd clipping et aliasing ressenti
  • Framerate très instable
  • Trop peu d'éléments d'exploration
  • ... mais trop grand et un peu vide
  • On aurait apprécié un arbre de compétence
  • Des temps de chargements ultra longs
  • Abence de quêtes secondaires, dommage
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp