TEST. Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online – Le SAO de Compile Heart

La franchise Neptunia s’attaque à tous les genres et avec Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online, c’est le style MMO qui est visé et il rappellera sans aucun doute un certain Sword Art Online.

Le nouveau bébé de Compile Heart qui sera disponible ce 13 octobre sur PS4 et PC se prénomme Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online. Nous étions impatients de voir ce qu’il avait dans le ventre après avoir entendu ses développeurs qui annonçaient qu’il était le premier Neptunia sous Unreal Engine 4. Cette fois-ci, ce nouvel opus nous offrira la découverte d’un monde de type MMORPG et à de l’action en temps-réel.

Aincrad vs Alsgard

TEST Cyberdimension Neptunia 4 Goddesses Online 9

Pour celles et ceux ne connaissant pas la franchise Neptunia, c’est une série de jeux de type J-RPG avec quelques spin-off revisitant différents genres vidéoludiques. Cet univers a pour but de parodier le monde réel et la célèbre guerre des consoles. Ainsi, on retrouve nos personnages préférés à l’image de Neptune représentant SEGA, Noire pour PlayStation, Vert pour Microsoft et enfin, Blanc pour Nintendo.

Nos quatre godesses se retrouvent à devenir des bêtas testeuses d’un MMO fraîchement sorti qui porte le nom de Four Goddesses Online. Ce dernier se trouve être le jeu préféré de Vert. Le monde que vous allez explorer se nomme quant à lui Alsgard et ce nouveau Neptunia est tout simplement une dédicace envers les jeux comme Sword Art Online ou encore, la bonne vieille série des Hack qui aura bientôt l’occasion de revenir avec le futur remaster .hack//G.U. Last Recode.

L’histoire est simple, le monde d’Alsgard va au plus mal et les quatre déesses Blanc, Noire, Neptune et Vert ont été désignées comme étant les élues capables de sauver Four Goddesses Online. Comme vous vous en doutez, vous n’incarnerez pas seulement ces personnages et au casting, on retrouvera bien évidemment Nepgear, Uni, Rom, Ram et bien d’autres encore ! L’histoire avancera grâce au nouveau NPC portant le nom de Bouquet et plus tard dans l’aventure, vous aurez l’occasion de découvrir un nouveau duo dans la série à savoir Kiria et †Black Cat Princess†.

Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online, SAO dans l’univers de Neptunia, un régal !

Si le scénario n’invente rien, il est fortement agréable de découvrir toujours plus de clins d’œil, d’humour, de fan service ainsi que tous les éléments qui font le succès d’un Neptunia ! Qu’on se le dise, les références à Sword Art Online sont extrêmement nombreuses et généralement, on rigole beaucoup devant notre écran… Entre-temps, l’histoire vous fera explorer différentes zones afin de trouver des objets spécifiques qui serviront à vaincre le roi démon ! Comme on le disait, si la base de l’intrigue n’est pas folle, c’est dans toutes les subtilités, dialogues et développement de personnages que l’intérêt premier se trouve.

En plus de retrouver tous les personnages phares de la licence cités un peu plus haut, sachez que Compa, If, Plutia, Tamsoft, Uzume, Pleashy et même Arfoire feront partie des visages que vous croiserez ! Une mine d’or de fan service pour tous les amoureux de Neptunia, c’est certain.

Malheureusement, la localisation de Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online ne va pas faire exception à la règle et une fois de plus, c’est un titre uniquement en anglais que nous aurons… Cependant, il y a bel et bien les voix japonaises ! Enfin, on notera qu’il y a qu’une seule sauvegarde possible pour le jeu et qu’à chaque démarrage de ce dernier, il y a un temps de chargement tout simplement astronomique ! On se croirait presque dans Final Fantasy XV qui tente de charger son monde d’un bloc pour nous laisser tranquille par la suite… Rassurez-vous cependant, les temps de chargement pendant vos parties restent plus que convenables.

Unreal Engine 4 activé

TEST Cyberdimension Neptunia 4 Goddesses Online 6

Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online est donc le tout premier Neptunia à tourner sous Unreal Engine 4 et il faut le dire, si les progrès sont visibles, ils ne sont pas non plus incroyables en Compa-raison à un Megadimension Neptunia VII ! Effectivement, avec toute la campagne de communication tournant autour de ce moteur, on s’attendait à encore plus que cela. Dans tous les cas, le jeu est coloré, les personnages sont magnifiquement modélisés et on a toujours droit à de superbes art works.

Pendant l’exploration des différentes zones proposées allant des plaines verdoyantes à des balades dans les montagnes en passant par des donjons ténébreux. Sur l’une des premières zones que l’on visite, on peut remarquer les détails et les effets remarquables d’un lac et des textures verdoyantes vraiment appréciables. On doit certainement cela au nouveau moteur mais il est vrai qu’on est encore loin de ce que Final Fantasy XV peut proposer par exemple. Cependant, nous sommes ravis de constater les progrès et de voir que Compile Heart cherche à améliorer les graphismes de ses univers. On notera quand même par moment un manque de fluidité, quelques bugs et quelques chutes de framerate, rien d’affolant mais c’est tout de même à noter.

Bon, il y a tout de même UN bug bien pénible qui se trouve pendant les combats de boss. Par moment, votre personnage va être immobilisé et on le dit tout de suite, il ne s’agit pas d’une altération de paralysie… Non non, vous pourrez seulement attaquer, utiliser des skills et vous soigner mais il sera impossible de se déplacer ou de sauter ce qui est vraiment agaçant. Parfois, le bug peut rester pendant quasiment une minute ! Dans notre partie et en 20 heures de jeu, nous avons été victime de celui-ci environ cinq, six fois… Rien de dramatique en soi mais quand ça arrive, c’est très frustrant.

En tout cas, Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online nous offre un gameplay fun et dynamique et il laisse place à une action totale contrairement aux opus précédents de la console de salon. On notera qu’à partir du moment où vous ciblez chacune de vos cibles, il n’y aura aucun problème de caméra et que l’action est plutôt très agréable. Il en va de même pour l’exploration des donjons qui, dans leur architecture, reste assez sympathique même s’il n’y a rien d’exceptionnel non plus.

Petite parenthèse d’ailleurs pour l’un des donjons du jeu, nous avions remarqué une phase de plateforme et il était quasi impossible de la réussir pour récupérer le coffre qui était tout au bout… Effectivement, avec la vue proposée, il n’était pas possible d’aller de plateforme en plateforme. Ainsi et après un petit tour dans les options, on remarque qu’il y a possibilité de changer la vue de notre personnage de un à cinq. Un signifie très proche tandis que cinq représente quasiment une vue aérienne. Ainsi, en passant en vue aérienne, on remarque que c’est ensuite un jeu d’enfant d’effectuer cet exercice de saut… Au moins, vous êtes au courant ! En plus de cela, il faut avouer que c’est assez agréable de pouvoir choisir notre vision de jeu de cette manière là puisque le gameplay change énormément selon votre choix.

Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online : Unreal Engine 4 + temps réel = une recette excellente !

Comme dans un MMORPG classique, les personnages sont dotés de différentes classes ce qui permet de varier le gameplay des combats. Par exemple, Neptune combat à l’épée tandis que Nepgear est une magicienne. On trouve aussi la belle Vert qui maniera plutôt la rapière dans cet épisode tandis que Blanc lâchera son marteau de guerre pour devenir… la healeuse du groupe ! Des choix étonnants qui sont justifiés dès le début de l’histoire et au final on se dit pourquoi pas ?

En tout cas, il est possible de prendre le contrôle de tous les personnages et de pouvoir profiter de toutes les variétés de gameplay. Pour l’exploration et les combats, votre groupe se baladera avec un total de quatre membres. Vos trois compères seront dirigés par l’intelligence artificielle et si le comportement de ceux-ci ne vous convient pas, il est tout à fait possible de choisir plusieurs stratégies de comportement. Plutôt pratique puisque celle par défaut ne me convenait personnellement pas. D’ailleurs, rien que pour le level up, il est important de souvent faire tourner les équipes afin d’équilibrer la prise des niveaux. C’est d’autant plus important que certains boss seront coriaces et que parfois, vous devrez, en plein combat, changer le personnage à terre par un autre en passant par les options ! Comme dans tout MMO, il n’y a pas de « pause » et tout se fait en temps réel, même la visite des menus… Ainsi, il faudra être rapide et faire preuve de dextérité pour ce genre de modification. Sachez qu’il est même possible de changer le personnage contrôlé en plein combat, la manipulation n’est pas simple, certes, mais c’est possible.

On attaque avec carré, on saute avec la croix et on utilise des objets avec triangle. Le pad directionnel droite et gauche permet de changer d’objet tandis que R1 permet de cibler un ennemi. Enfin, avec R2, vous pourrez vous mettre en garde et sachez que si vous appuyez avec le bon timing, vous réaliserez une garde parfaite qui vous permet de ne pas perdre de point de vie et de riposter de manière très efficace avec une contre-attaque automatique.

Pour l’utilisation des skills, c’est un peu plus particulier et il faut maintenir la touche L1 et choisir ensuite le skill de votre choix qui est assigné à triangle, rond, croix et carré. Avec le pad directionnel haut et bas, vous pouvez passer du set de skill 1 au 2. Ainsi, vous pouvez vous équiper d’un total de huit skills à la fois et permuter entre eux via les flèches directionnelles. Les skills peuvent être des attaques élémentaires au corps à corps ou via la magie à distance, des sorts de soin ou encore, des incantations qui viendront booster vos paramètres. Bref, pour attaques surpuissantes, on pourra compter sur l’awakening permettant de booster sa puissance ou encore, les célèbres transformations des CPU mais celles-ci n’arriveront que bien tardivement dans l’histoire.

Les ennemis que vous allez rencontrer proviennent des différents jeux Neptunia et en plus des PV, ils ont une jauge de résistance. Une fois celle-ci brisée, les ennemis deviennent encore plus vulnérables et vous pourrez enchaîner les combos. Autre particularité, les boss ! Ceux-ci sont imposants et colossaux et c’est ici que la jauge de résistance prend toute son importance car avant de briser cette dernière, vos dégâts seront vraiment moindres.

Pour l’exploration du hub social appelé Wishuel, il n’y aura aucune visite en 3D comme dans un SAO par exemple. Ici, de la même manière que les anciens Neptunia, vous aurez une vue d’ensemble sur la ville avec la possibilité de visiter les différents services. De nombreuses discutions seront disponibles et pour cela, vous devrez chercher les personnages dotés d’un point d’exclamation bleu au dessus de la tête. Généralement drôles et bourrés de références vidéoludiques, ces moments annexes servent également à débloquer les somptueux art works du titre.

Au-delà de ça et afin de devenir plus fort, vous allez remporter de l’expérience en éliminant des ennemis. Au fil du level up, vous gagnerez de tous nouveaux skills à assigner à vos sets. Autrement, ce Neptunia ne déroge pas à la règle fan service et vous allez découvrir dans les donjons une multitude d’accessoires de mode et autres costumes pour personnaliser vos héros. Si l’aspect cosmétique ne change en rien votre puissance globale, il y aura des armes à acheter ou ramasser mais aussi des matériaux pour les améliorer. Il en va d’ailleurs de même pour les armures. Enfin, des pierres boostant vos statistiques sont à équiper sur chacun de vos personnages et celles-ci peuvent s’acheter ou bien être dénichées en donjon.

C’est à la cathédrale que vous pourrez sauvegarder votre partie mais c’est aussi ici qu’il sera possible, moyennant de l’argent, d’obtenir différents bonus pour votre prochaine excursion. Effectivement, que ce soit un bonus d’attaque, de défense, ou encore d’expérience, vous pourrez vous payer ce petit luxe avant chaque visite de donjon à condition de passer par la case cathédrale avant. Il y a également une option gratuite qui vous fera profiter d’un effet… aléatoire ! A vous de voir donc.

4 Goddesses Online

TEST Cyberdimension Neptunia 4 Goddesses Online 11

Que serait Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online sans un mode multijoueur en ligne ? De la même manière que les jeux Sword Art Online, il est donc possible de prendre part à des quêtes multijoueur et de jouer avec une équipe avec de vrais joueurs ! Comme pour votre groupe avec l’IA, les combats sont limités à des équipes de quatre joueurs. Si le multijoueur peut être un bon moyen de rallonger la durée de vie, sachez que celle de l’histoire principale est déjà de bonne facture. A cela, on ajoute les nombreuses quêtes annexes de guilde nous proposant, certes, des missions classiques comme de la trouvaille d’objets, de l’élimination de monstre etc… mais cela reste aussi propre au genre MMO.

En tout cas, il est toujours assez fun de pouvoir affronter un nouveau big boss que l’on trouve en fin de donjon puisque cela fait clairement partie des combats les plus intéressants. D’ailleurs, pour vous forcer à refaire un tour dans tous les donjons, il y a des coffres de couleur vert que vous ne pouvez pas ouvrir si vous n’avez pas de clés. Généralement, ces trésors renferment des accessoires, cosmétiques, des armes et bien d’autres choses encore ! D’un point de vue fan service, il est donc très intéressant de les récupérer.

Si l’on vous parlait auparavant du déblocage de discussion et d’art works dans la ville du hub, sachez qu’il y en a aussi dans les donjons ! Effectivement, il n’est pas rare de trouver un point d’exclamation bleu disponible dans l’un des donjons du jeu. Comme d’habitude, vous aurez droit à un dialogue bourré d’humour qui pourra, parfois, se terminer avec un art work en récompense.

Concernant l’aspect sonore, les musiques sont vraiment d’excellente facture et certaines me rappellent même un certain Final Fantasy XIII. Bref, une OST vraiment sympathique et dont on ne se lasse pas vraiment. En plus de cela, il est possible de sélectionner la musique de votre choix pour le hub grâce au barde qui vous attend à côté de la fontaine.

Si vous avez aimé les jeux Sword Art Online, Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online devrait vous plaire puisqu’il reprend plus ou moins les même codes qu’un MMORPG. Sa véritable force, c’est qu’il apporte clairement sa propre licence avec ses personnages phares tirés de l’univers de Neptunia. Avec l’Unreal Engine 4, la franchise a gagné en beauté et en cachet mais malheureusement, elle le paye également avec de nombreux bugs gênants et une fluidité qui n’est pas toujours top… Cependant, si vous accrochez au scénario et au gameplay plutôt addictif et bien huilé, il est facile de passer outre ce problème. Avec une durée de vie plutôt correcte, Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online est dans l’ensemble assez réussi et il dispose d’une bande-son vraiment sympatoche. 

La note de l'auteur

A vrai dire, depuis les épisodes Hyperdimension Neptunia U Action Unleashed et MegaTagmension : Blanc + Neptune Vs. Zombies, je rêvais d'un Neptunia sur PS4 en temps réel. Ayant adoré le précédent Sword Art Online : Hollow Realization et étant fan des persos de Neptunia, on a là le mix parfait ! En plus de cela, il faut avouer que l'Unreal Engine 4 claque plutôt bien et que nous sommes complètement immergé. Alors oui, le temps de chargement avant de jouer est infâme, oui il y a des bugs, et oui la fluidité a tendance a ne pas être au rendez-vous par moment mais qu'à cela ne tienne, je m'éclate ! Ah et je ne l'ai pas précisé mais comme d'hab, on a droit à un jeu uniquement en anglais... Heureusement, il y a les voix japonaises pour les puristes.

Alexandre Mistral Play4Fun
s
Note du panda
7 10

Cyberdimension Neptunia: 4 Goddesses Online

Points positifs

  • Voix japonaises...
  • L'Unreal Engine 4 fait le travail...
  • Une histoire riche en clins d’œil et références
  • Toujours aussi drôle et des persos attachants
  • Un action J-RPG vraiment fun façon SAO
  • Du multijoueur
  • Du fan service et de quoi s'occuper
  • Une OST vraiment agréable

Points négatifs

  • ... Mais des sous-titres uniquement en anglais
  • ... Mais des bugs et des chutes de framerate
  • Un temps de chargement complètement fou en lançant le jeu

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur