TEST. Layers of Fear : Inheritance – Le DLC qui en rajoute une couche !

Voir la note

Face au succès de Layers of Fear, le studio indépendant Polonais Bloober Team a décidé de remettre ça en nous proposant un tout nouveau DLC répondant au nom de : Inheritance. Voyons ce que ce contenu additionnel nous propose.

Sorti le 16 février dernier, Layers of Fear est sans conteste l’un des meilleurs survival horror et jeu d’ambiance de cette année 2016. L’histoire principale nous racontait la folie d’un peintre recherchant à terminer son oeuvre maîtresse. Bon nombre de joueurs ont tenté d’élucider les nombreux mystères autour du scénario, aujourd’hui, Bloober Team a décidé de lever le voile sur certaines zones d’ombres du jeu avec le DLC Inheritance.

Dans ce dernier, vous y incarnez la fille du peintre qui décide de revenir dans la maison de son enfance dans le but d’affronter son passé. Le joueur découvrira les différents souvenirs la protagoniste.

Tel père, tel fille

16527254385787af6f54662

Ayant jouée à l’histoire principale, ma joie fut immense lorsque j’appris l’arrivée de ce nouveau DLC. Ainsi, certaines de mes questions à la fin de l’histoire principale demeuraient sans réponse, j’avais alors l’espoir que ce contenu additionnel y réponde.

L’aventure débute et nous (re)découvrons le manoir qui nous avait tant effrayé auparavant. Une voix féminine, celle de la fille du peintre s’élève dans la bâtisse complètement abandonnée et saccagée par la folie de son cher père. Elle est décidée à affronter son passé, elle explore les différentes pièces du manoir et ces dernières vous seront très familières puisqu’elles étaient présentes dans l’histoire principale. Jusque-là, le dépaysement est absent. Certains diront que ce n’est pas utile, mais pour ma part, ce retour est nécessaire pour reprendre l’histoire là où on l’avait terminé.

Inheritance reprend les codes de son prédécesseur : une ambiance glauque et très pesante, une bande-son aux petits oignons et un scénario travaillé et mature qui nécessitera encore une part de réflexion du joueur. Graphiquement, le jeu est toujours aussi beau et travaillé. Les jeux d’ombres et de lumières restent maitrisés et sont très importants dans la narration.

On appréciera encore ici le travail de Bloober Team qui décidément, arrive à nous enchanter.

Inheritance n’est pas qu’un simple DLC…

LayersOfFearInheritanceHeader

En général dans les DLC, la peur que nous avons le plus souvent est l’absence de nouveauté, cette crainte était donc présente lorsque j’ai joué à Inheritance. Toutefois, les développeurs ont su nous proposer des choses intéressantes.

Tout d’abord, notre protagoniste affrontera des souvenirs plus ou moins agréables de son enfance. Tout comme dans la première aventure, notre personnage erre dans les couloirs et pièces lugubres du manoir à la recherche des fragments de mémoire, en ayant toujours cette sensation d’être observé et d’être traqué par quelque chose de puissant que l’on ne peut pas voir.

Bloober Team arrive encore à nous tenir en haleine avec ce DLC

Ce qui est intéressant ici, c’est la narration qui est faite par l’héroïne elle-même. Cette dernière nous donnera des explications et des interprétations intéressantes à propos de son père et de ce qui s’est passé dans la maison. En effet, le joueur devra résoudre des énigmes et fouiller un peu partout pour trouver des archives afin de recoller les morceaux de ce puzzle macabre. Le scénario et la narration sont, tout comme son prédécesseur en morceaux et feront appel à votre propre interprétation.

Egalement, nous ne nous contenterons pas d’explorer la maison avec notre héroïne à l’âge adulte. Celle-ci revivra son enfance, jusqu’à la taille, c’est à dire qu’elle devra user de stratagèmes pour franchir des obstacles au vu de sa petite taille. Cet aspect là vous fera penser à Among The Sleep qui reprend cette mécanique. Cela implique également un travail sur les émotions, et les sensations qu’un enfant vit. Les développeurs ont eu la brillante idée d’adapter les énigmes et les mystères pour un enfant. Par exemple, la plupart d’entre-eux ont une peur de certains animaux et autres contes, Bloober Team s’est saisi de cela pour nous pondre un scénario très glauque et glaçant. Certains d’entre-vous auront cette sensation de déjà vu… C’est sur cela qu’Inheritance s’appuie, et en tout cas le résultat est réussi.

Un contenu pas sans défaut

maxresdefault (9)

Dans l’histoire principale, nous nous contentions de subir et d’explorer sans autre forme de procès. Ce DLC a tenté tout de même de rentre les choses un peu plus corsés : certains passages nécessiteront de s’y reprendre à plusieurs fois avant de réussir, les amateurs de petits challenges seront alors satisfaits.

Toutefois le constat sera le même que son prédécesseur : l’absence de menace rend le jeu facile et du coup raccourci considérablement la durée de vie. La première histoire ne nécessitait que trois heures de jeu pour l’achever. Inheritance nécessitera au grand maximum deux heures, mais vous aurez la possibilité de finir ce contenu additionnel de deux façons différentes, ces dernières s’appuieront sur votre façon de jouer. Néanmoins, ce DLC vaut environs cinq euros sur le PSN, ce qui n’est pas vraiment excessif.

Layers of Fear : Inheritance est sans aucun doute le DLC nécessaire pour la compréhension de l’histoire principale. Ce dernier reprend ainsi les ingrédients qui ont fait le succès de la franchise : une ambiance glauque, un scénario travaillé, et une bande-son maitrisée. Les développeurs de Bloober Team ont alors réussi le pari de nous proposer un DLC utile et bien intéressant. Néanmoins sa durée de vie et le manque de challenge rebuteront certains. Mais une chose est sûre : ce DLC est à ne rater sous aucun prétexte pour celles et ceux qui ont terminé la première histoire. Ceux qui n’ont pas encore tenté l’expérience, je ne peux que vous conseiller chaudement de vous y mettre !

8 10

Layers of Fear

Points positifs

  • Toujours aussi angoissant
  • Bande-son qui claque
  • Narration au top
  • Jeu d'ombres et de lumières réussis
  • Les énigmes

Points négatifs

  • Absence de menace
  • Durée de vie trop courte