PREVIEW. Streamline – Un free-run plaisant qui doit encore faire ses preuves

Développé par le studio indépendant Proletariat Inc., Streamline est un jeu orienté free-run et action, soit un genre assez peu commun qu’on se le dise, et qui ne court vraiment pas les rues. En voici nos premières impressions via notre aperçu du titre.

En accès anticipé sur Steam depuis maintenant le 30 Septembre dernier, Streamline est donc un mélange d’actions et de free-run en multijoueur, avec la particularité d’avoir la possibilité de se lier avec Twitch. Cet aperçu va vous permettre de voir ce qu’il en est du soft actuellement, et s’il peut valoir le coup dans un futur proche.

C’est toi l’chat !

20170111015158_1

A l’heure où nous écrivons ces lignes, Streamline possède un contenu correct, et il y a fort à parier d’un côté que les développeurs feront tout pendant cet accès anticipé pour en rajouter davantage. La production de Proletariat dispose en ce moment même de trois modes de jeu, et de six maps bien distinctes – La Cours, Eau Profonde, Passerelle, Gratte-Ciel, Evénement et Long Quai -.

Bien que six maps soit pour le moment plutôt limite, mais nous comptons une fois encore sur Proletariat pour en rajouter un peu plus, les trois modes de jeu proposés restent pour la plupart assez orignaux. Il y a tout d’abord le mode Pixelball qui consiste à ramasser une balle et de marquer le plus de points chez l’équipe adverse, en sachant que si vous ramasser énormément de gemmes sur le parcours, vous activez une overcharge qui peut vous rajouter plusieurs points en fonction du nombre de barres d’overcharge disponibles. Pour le mode Elimination, certains joueurs devront amasser le plus de points possible tandis que le chasseur incarné par le joueur, devra éliminer tous les coureurs. Enfin, le mode Chat consiste à ramasser le plus de points chez les coureurs et éviter bien évidemment d’être le chat, contrôlé par un joueur.

Streamline a des qualités et du fun indéniable, mais doit encore faire ses preuves en s’améliorant considérablement jusqu’à sa sortie en version définitive cette année.

Mis à part ces modes pour la plupart sympathiques, il y a également la possibilité de personnaliser son personnage. Vous pouvez le changer de la tête au pied tout en changeant son sexe bien évidemment, mais force est de constater que le tout est plutôt limité en termes de modèles, ce qui est relativement dommage en soi… Sinon, sachez qu’en gagnant des niveaux au fur et à mesure, vous pouvez gagner des packs à ouvrir, pour débloquer au hasard de nouveaux aspects de personnalisation.

C’est tout ce qu’il y a à noter pour l’instant en ce qui concerne le contenu de streamline un peu léger au vu du prix du titre en accès anticipé – soit 19.99 € -, et on ne va pas cesser de la répéter dans cet aperçu, il faut que le soft se dote de plus de maps et modes de jeu pour accrocher les joueurs au titre, car les serveurs ont tendance à être vides même en début de soirée… D’ailleurs, il est possible que le soft sorte de son accès anticipé d’ici Printemps ou cet Été, donc espérons qu’il y ait une grande amélioration dans son contenu et au niveau du monde sur les serveurs d’ici là.

Un lien avec Twitch qui peut être intéressant

Streamline 1

Une autre chose qui cependant peut être relativement fort bienvenue sur Streamline malgré son côté chiche concernant son contenu, c’est le fait que vous avez littéralement la possibilité de lier le soft avec votre compte Twitch. En vous connectant à votre compte Twitch via le jeu, vous pourrez par conséquent streamer votre propre partie, et les spectateurs auront même la possibilité de parier sur des joueurs via vraisemblablement la monnaie du jeu, et pourront par la même occasion voter pour mettre en place différents événements en pleine partie. Par exemple, les joueurs auront un événement du style le sol qui est en feu durant une minute, une tempête de sable qui s’invite, ou encore le fait que tout le monde ne s’arrête pas de sauter pendant une trentaine de secondes. Voilà donc en soi une bonne idée de lier le soft avec Twitch – en sachant que ce n’est pas obligatoire si vous ne voulez pas que votre partie soit streamée -, qui permet au passage une interaction avec les viewers, qui peuvent donc parier sur vous comme vous mettre des bâtons dans les roues via ces événements. A savoir que ces derniers pourront s’activer aléatoirement dans la partie si aucun spectateur ne décide de balancer un événement.

Il y a donc de l’idée, mais le gameplay manque encore un peu de peaufinage cependant. Incontestablement, même si Streamline est dans un premier temps fun dans les parties, force est de constater qu’il y a quand même quelques soucis à régler malgré tout sur le titre. Comme vous l’aurez compris, le titre mélange free-run et action, dans la mesure où votre personnage peut courir sur les murs, les escalader, et utiliser un boost pour progresser plus rapidement et avec classe pour ramasser les diverses gemmes disséminées dans les niveaux. Votre protagoniste peut également donner un petit coup de poing à ses adversaire afin de les étourdir, et par la même occasion leur chiper quelques gemmes. Les défauts qui apparaissent hélas sont une légère imprécision quand il s’agit de s’agripper sur une plateforme ou courir sur les murs, faute à une caméra à revoir puis à une petite rigidité sur les animations, et également la hitbox des personnages totalement à revoir quand il s’agit de donner une tatane à ses adversaires.

Au-delà de ça, la construction des diverses maps dans le soft est globalement plaisante. En effet, les maps sont diverses et variées, et proposent pour certaines une verticalité en soi clairement plaisante. En clair, tout le level design a été taillé pour que les joueurs puissent de toute façon profiter de cette verticalité, et il faut savoir de plus que le titre à l’ambiance cartoon tourne sous de l’Unreal Engine 4, qui offre un résultat correct mais sans gros plus. A voir ce que donnera le résultat à sa sortie en version définitive une fois encore.

Le scepticisme est de mise pour le moment

Pour une première approche, Streamline a de grosses qualités c'est indéniable. Ce qui pêche en fait pour le moment, c'est son contenu dont on voit mal comment les joueurs pourraient rester dessus indéfiniment malgré l'originalité et le fun que procurent ces trois modes de jeu. En sus, il y a aussi son prix peut-être un peu excessif et les divers défauts de gampelay que se tape le titre de Proletariat. Cependant, le fun est quand même au rendez-vous, puis le fait de pouvoir lier le jeu avec son compte Twitch est une assez bonne idée pour une interactivité indirecte des viewers sur les diverses parties streamées. En somme, Streamline peut être sympa un moment, mais nous sommes quand même encore sceptiques sur le contenu limite, et ce n'est pas une personnalisation de personnages simpliste qui va nous convaincre de rester dessus longtemps... Donc à voir dans les mois à venir si le titre aura corrigé ses nombreuses lacunes en proposant un suivi encore plus régulier sur Streamline pour y ajouter de nouvelles maps ou modes de jeu par exemple. En gros, affaire à suivre et étant donné que les développeurs ont ajouté le mode Pixelball il y a quelque temps, cela peut être de bon augure pour du nouveau contenu dans les semaines ou mois à venir pour tenter de faire revenir certains joueurs qui ont semble-t-il déserté les serveurs...

Matheus

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda