L’avis de Rorqual

They Are Billions

Chaque année ce sont des tonnes de jeux vidéo qui nous tombent dans les bras, et pour une fois j’ai la joie de pouvoir vous donner mes propres coups de cœur des sorties 2017 ! Je devrais aussi normalement parler de mes déceptions… Petit soucis ici, aucun des jeux auxquels j’ai joués cette année ne m’a réellement déçu. Alors si vous le voulez bien, commençons avec l’une des dernières perles :

They Are Billions : Du Base Building comme il s’en fait rare !

Pour commencer, voici un petit jeu sorti le 12 décembre et développé par Numantian Games, un petit studio qui j’espère va faire parler de lui après la sortie de They Are Billions.

They Are Billions vous emporte dans un monde post-apocalyptique / Steampunk où vous devrez bâtir une colonie et la défendre face à de nombreuses vagues de zombies qui viendront de temps à autre tenter d’éradiquer votre base.

Pour ce faire, vous aurez le droit à de grosses tours de défense comme la Baliste ou son évolution, l’Exécuteur, qui fera de gros dégâts sur tout ce qui pourrait entrer dans son champ d’action. Vous devrez aussi construire des murs, poser des pièges et surtout vous assurer que votre base possède les ressources ainsi que le terrain nécessaire à son bon développement et comme Banished ou Planetbase, il vous faudra anticiper chaque placement pour maximiser les effets des différents bâtiments.

Vous aurez aussi le droit à quelques archers et soldats en début de partie puis au fur et à mesure de votre développement vous débloquerez des lances roquettes ou des exo-armures très puissantes mais attention au bruit des tirs, les zombies arriveront en horde pour voir ce qu’il se passe. Dans tous les cas, si vous aimez gérer tous les aspects qu’un Base Builder peut offrir, regardez ce jeu de plus près, il pourrait vous aider a passer les longues nuits d’hiver qui arrivent et si vous n’êtes pas encore convaincu, n’hésitez pas à regarder le planning Twitch, il risque d’y en avoir de temps à autre.

Assassin’s Creed Origins : Ma surprise de l’année

assassinscreedorigins

J’imagine que je n’ai plus besoin de présenter la série Assassin’s Creed d’Ubisoft mais pour le coup celui-ci m’a plutôt étonné. Après avoir décalé volontairement la sortie du jeu d’un an (à défaut d’en avoir un par an, et ça c’est plaisant) cette fois-ci Ubisoft m’a réellement impressionné.

Cette licence, qui ne s’offrait que peu de changements au fil des opus vient d’être complètement chamboulée ! Nous passons d’un jeu d’action plutôt simple à un vrai RPG ! Montée de niveaux, gestion d’équipements, augmentation de statistiques, compétences à débloquer en points d’aptitudes et j’en passe. Mon dieu ! Qu’est-ce qu’il s’est passé !? N’en déplaise à certains, j’aime voir ces modifications sur de bonnes licences. Non seulement c’est une licence que j’apprécie mais en plus elle passe sur mon genre de jeu favori.

La map est énorme et comme d’habitude, il y a énormément de choses à faire un peu partout entre la recherche de trésors, les repères de bandits à détruire, les tombeaux à explorer… Vous allez mettre un certain temps avant de tout finir. L’équipement est varié entre les différentes épées, lances ou massues lourdes, le choix est présent. De même pour les arcs, chacune de ces armes aura des capacités différentes et sera plus ou moins utile selon votre style de jeu.

L’histoire est très intéressante et même si c’était un pari risqué de partir dans le passé au risque de perdre des éléments de gameplay qui sont arrivés des siècles après le premier Assassin’s Creed, Ubisoft a bien réussi à remplacer certaines capacités par d’autres nouveautés.

Que dire de plus ? Haters Gonna Hate mais maintenant Assassin’s Creed Origins est certainement plus RPG que Zelda : Breath of the Wild. Un si gros changement dans une licence aussi grosse mérite d’être souligné.

Persona 5 : Mon coup de cœur pour 10 ans !

persona-5

Je l’ai dit plus tôt mais je me répète, je suis un amoureux des RPG, surtout des J-RPG. Prenons l’histoire depuis le début. Au moment où je me suis acheté Persona 5, je n’étais pas un grand fan de ce que j’avais pu voir dans Persona 3, mais ayant entendu 2-3 mots sur le jeu, je me suis laissé tenté et… OH MON DIEU ! Atlus qui n’osait pas forcement exporter la série en Europe a gagné son pari avec le meilleur jeu de l’année (pas le meilleur RPG uniquement, le Game of The Year by Rorqual !).

Persona 5 vous plonge directement dans une histoire où vous n’allez rien comprendre, vous vous échappez d’un casino pour vous faire arrêter quelques secondes plus tard. C’est à ce moment qu’on vous déballe tout, vous allez découvrir l’histoire du héros et de ses compagnons en même temps que la personne qui vous interroge. Si vous aimez les histoires complexes avec du plot twist, foncez sur Persona 5.

Pour ce qui est du gameplay, il reste fidèle à la licence avec une bonne utilisation des faiblesses élémentaires des monstres avec cette fois-ci quelques différences que je vous laisserai apprécier par vous-même. On vous demandera aussi dans votre vie de lycéen de vous lier d’amitié aux autres pour acquérir de nouvelles techniques passives pour les combats voire même de nouveaux personas.

Même si vous êtes limité dans le temps et que donc vous devez choisir avec précision les activités que vous souhaitez effectuer durant les jours où vous êtes « libre d’objectifs », Persona 5 n’en reste pas moins d’un chef-d’œuvre scénaristique qui fera je l’espère encore longtemps parler de lui.

Dernier point important, la bande son qui est des plus magiques. Une musique de combat magnifique « Last Surprise », des musiques ambiances tranquilles etc… Le genre de bande son que l’on peut écouter le matin en buvant son café avec « Beneath the Mask » par exemple ou « Sunset Bridge ». Bref une bande son qui colle parfaitement (avec quelques surprises) avec ce qu’il se passe à l’écran.

Persona 5 est pour moi le meilleur jeu de cette année et depuis bien longtemps je n’avais pas autant apprécié découvrir un J-RPG. Vraiment si vous êtes encore au point d’hésiter à le prendre, passez le pas et sautez dessus ! A condition d’avoir tout de même quelques notions d’anglais pour apprécier.

C’est ici que nous allons arrêter cet article de mes coups de cœur. Pas de déceptions cette année comme je l’ai dit, mais bon, à partir du moment où le jeu reste cohérent dans ce qu’il recherche, autant l’apprécier pour ce qu’il est et non pas pour ce que les autres sont. Là-dessus je vous souhaite à tous une bonne année 2018 et à bientôt sur les streams !

Copy link