L’avis de Piloustation

NieR Automata

Les jeux de l’année 2017

Cela fait depuis quelque temps que les jeux vidéo nous gâtent, et 2017 est loin de briser ce cycle. Cette année a été particulièrement violente pour mon emploi du temps de joueur mais aussi pour mon porte-monnaie. Période qui a marqué le retour de Nintendo, et l’arrivée de la Switch sous certains sapins ne m’étonnera pas, c’est, avec la PS4, le combo parfait pour profiter de quasiment tous les jeux.

C’est simple, chaque mois, il y a eu un jeu qui pouvait potentiellement figurer dans mes titres préférés. Ainsi, faire un « top » se révèle être un exercice assez compliqué, car j’aurai bien du mal à coller un classement sur tous ces jeux.

Ainsi, je vous propose, un peu à la manière des Games Awards, de faire une petite sélection de jeux par catégorie avant de conclure par mon jeu de la vie de 2017 !

RPG : Mario + The Lapins Crétins : Kingdom Battle

Mario + The Lapins Crétins : Kingdom Battle

Avant toute chose, je n’ai pas encore fini Persona 5. Donc Lapins Crétins gagne par défaut.  Mais cela ne veut pas dire que je dénigre ses qualités, drôle, joli, coloré, le jeu m’a complètement absorbé, je n’ai pas vu le temps passer sur trois des quatre mondes que l’aventure propose.

C’est également un jeu que je qualifierai d’« Xcom pour les gars comme moi qui savent pas jouer aux Tacticals » pour être poli. Les règles sont simplifiées, mais le jeu n’est pas facile pour autant, les adversaires puniront assez violemment tout placement raté de votre part et chaque personnage jouable dispose de ses propres compétences afin de bien façonner sa manière d’opérer.

La production d’Ubisoft est d’ailleurs très intelligente contrairement à ce que son titre pourrait laisser entendre, et arrive à s’arrêter avant que l’on fasse complètement le tour de la formule. Les défis proposés sont d’ailleurs bien sympa pour la personne en quête de sensation forte. Pour moi, une des meilleures exclusivités de la Switch, et assurément ma surprise de l’année.

Je conseille aussi : Persona 5 pour le peu que j’ai fait. South Park l’annale du destin et Tales of Berseria dans une moindre mesure.

Jeu de combat : Tekken 7

Tekken

Ça fait plus de deux ans que les jeux de combat enchaînent les bons titres. Ce n’est pas prêt de s’arrêter, et j’espère que cela ne s’arrêtera pas. Cette fois encore, le gagnant fut difficile à choisir, entre Guilty Gear Xrd Rev 2Tekken 7Injustice 2 et Marvel vs Capcom Infinite, c’est finalement pour le jeu de Bandai Namco que je cède ce titre. Le gameplay est riche, bien nerveux et a de l’impact, le petit ralenti avant le coup final dans certaines séquences fait tout le sel du jeu, le online est propre, avec un mode tournoi craqué.

Tekken 7, c’est la foire aux personnalisations des combattants, aux coups qui éjectent en l’air et ses combos dévastateurs, ce sont des Rage Art qui installent une autre dynamique aux combats, bref, c’est aussi un jeu qui peut rivaliser avec Street Fighter V en terme de popularité, et un peu de concurrence, ça fait du bien.

GG Rev 2 est meilleur dans mon cœur , mais il faut bien saluer le travail de Bandai Namco. Le jeu manque tout de même d’un bon mode tutoriel pour bien saisir certaines techniques avancées, comme le low parry ou encore toutes les options défensives à la relevé, mais sinon, c’est du tout bon. Je conseille Injustice 2 pour ceux qui recherchent un jeu de combat plus simple à prendre en main. Quant à Marvel Infinite, le gameplay est extrêmement fun et le online marche bien, dommage que beaucoup de choses (histoire, graphismes, roster discutable), viennent lui porter préjudice.

Je conseille aussi : Guilty Rev 2, Injustice, Marvel (mais à 30 € avec le Season Pass) et une précommande de Dragon Ball FighterZ.

Meilleur p’tit jeu indé : Overcooked

Overcooked

Alors on le sait, je porte pas trop les p’tits jeux indés dans mon cœur, la plupart du temps, je trouve que l’on en fait trop (coucou Undertale, qui reste très bon quand même, faut pas exagérer). Mais quand un jeu indé est bon, je le dis. Alors cette fois-ci, je ne ressortirai pas Shovel Knight, même si sa nouvelle version sur Switch le mériterait, mais je vais parler d’Overcooked, votre pièce maîtresse pour du jeu en local avec deux ou trois potes sur le canapé.

Très simple à prendre en main, le jeu est fun, tout le monde comprend vite le principe, chaque carte va amener de nouvelles épreuves, la version Switch permet de jouer à plusieurs sans grosse contrainte et sans dépenser beaucoup d’argent dans les Joy-Con, et ça c’est chouette.

En mode portable, c’est par contre difficile de bien voir le feu de l’action (vous comprendrez ce jeu de mot quand vous jouerez) si l’on est plus de deux joueurs. Enfin, Overcooked se joue avec un ou des amis, en solo, il perd pas mal de charme.

Si vous préférez embrocher des personnages plutôt que de la nourriture, Nidhogg 2 est lui aussi un excellent choix, pour les mêmes qualités vantées plus haut ou si vous avez moins d’amis sous la main. (Et en plus, on peut se tuer en ligne sur celui-ci !)

Je conseille aussi : Nidhogg 2, Yooka-Laylee si vous voulez vous faire 5 stages en plus de Banjo-KazooieRocket League sur Switch.

Meilleur jeu d’aventure : Zelda : Breath of the Wild

Zelda : Breath of the Wild

Difficile de ne pas le nommer celui-là ! Cette année, Nintendo est enfin sorti de son sommeil, et la Switch a démarré très fort. Zelda est un excellent jeu, il est possible de lui reprocher des donjons moins importants, un bestiaire, dont des boss, pas forcément inoubliables, et des coffres ne donnant plus forcément des objets essentiels (réussir une énigme pour au final attraper un arc qui ne tape pas fort, c’est moins sexy qu’un grappin). Mais qu’importe la récompense, ce qui est essentiel dans ce Zelda, c’est le voyage, et quel périple !

La série prend ici un nouveau souffle, et Nintendo ajoute à sa formule la possibilité de grimper partout et de pouvoir voyager sur de longues distances grâce à la paravoile. Ces deux mécaniques de gameplay font toute la force du jeu, et rend l’exploration et le soft complètement fou. Bourré de petits détails, avec ses centaines de sanctuaires et d’autant plus de collectibles dorés ; l’aventure sur les terres dévastées d’Hyrule peut durer tranquillement une centaine d’heures, si vous n’êtes pas allergique à un jeu qui vous laisse le champ libre. Pour résumé les qualités du titre en une phrase : un indispensable de la Switch. Son Season Pass est en revanche moins marquant, mais reste tout de même une rallonge sympa, mais pas primordiale.

Par contre, si vous recherchez une tout autre odyssée un peu plus calme mais partant sur la même base d’un excellent voyage, coloré et varié, Mario Odyssey est plus pour vous. Plus classique, les aventures de la mascotte à moustache pourra correspondre un peu plus aux joueurs qui cherchent un titre qui les amène un peu plus droit au but, tout en étant plus facile que Zelda. À condition que vous ne soyez pas trop allergique aux lunes, car il y en a beaucoup.

Je conseille aussi : Super Mario Odyssey pour les joueurs qui veulent moins se prendre la tête, ou alors préfère la plateforme aux combats. Okami HD si vous ne l’avez pas fait. Horizon est assez chouette aussi, mais assez scolaire en tant qu’Open-World.

Meilleur jeu d’action : Nioh

nioh

Comme pas mal de joueurs élitistes, j’aime bien les Dark Souls, surtout Bloodborne. Comme les jeux de combat, ce sont des titres dans lesquels je me plonge complètement dedans, je suis concentré, et je suis toujours content quand un boss tombe sous mes coups d’épée. J’ai également eu cette sensation sur Nioh, un jeu de Koei Tecmo (studio que j’aime beaucoup), qui a mis du temps à sortir sur nos PS4 (et encore un peu plus sur PC).

Nioh, ce n’est pas un Dark Souls, ce qui rend mon introduction hors sujet, mais surtout permet de casser un mythe, et une étrange pathologie journalistique consistant à absolument tout comparer avec la licence de From Software. Un peu comme Nintendo avec Zelda et l’Open-WorldKoei Tecmo s’est approprié de la formule des Souls pour en faire son propre jeu.

En dehors de son mécanisme de mort, Nioh est Nioh, avec un excellent système de combat, consistant à prendre trois types de pose, en fonction de son adversaire, des timings assez cruels à respecter, un jeu rapide, une jauge d’endurance à surveiller, un contenu assez conséquent. Il est possible de lui reprocher un bestiaire au final peu varié, un level-design moins inspiré que chez From Software et du loot à gogo à ne plus en savoir quoi en faire, mais le jeu est une excellente surprise, et il me reste encore le contenu du Season Pass à compléter.

Je conseille aussi : Bayonetta qui est ressorti sur PC. Et Bloodborne. C’est le jeu de la décennie, il mérite de figurer tous les ans.

Les jeux mouifs de l’année

Little Nightmares

Cette section concernera mes petites déceptions de l’année, bon, c’est un bien grand mot car en 2017 il n’y a pas beaucoup de jeux qui m’ont fait regretter de les avoir acheté, mais si un candidat à ce titre devrait être nommé, ce serait Arms.

La nouvelle licence de Nintendo voulait être le Splatoon des jeux de combat, il y a pas mal d’aspects dans le jeu qui sont réussis, tels que le design, l’ergonomie des menus. Mais quand arrive le système de combat, c’est là où toute ma motivation tombe, Arms, ce n’est pas de la boxe, c’est un peu comme un match de tennis, il faut utiliser un poing pour que son adversaire se déplace, et frapper avec le second, tout est une question de patience et de mind-game.

Et personnellement, je m’amuse moyen sur le jeu, sans doute à cause du gameplay de base assez restreint, au fait que bourrer ne soit pas aussi bien récompensé que sur d’autres jeux du genre, ma persistance assez couillonne de vouloir à tout prix jouer en mode pouce levé (le mode où il faut gigoter les bras dans tous les sens) et mon incompréhension générale au jeu ont fait que Arms est l’un des premiers titres sur Switch que j’ai voulu revendre. Je le garde toutefois pour son suivi, histoire de voir si mon avis sur le jeu va changer, mais aussi pour organiser des tournois, car qu’importe mon impression, j’adore commenter.

Arms est un bon titre pour les gens qui n’aiment pas les jeux de combat. Derrière ce troll un peu gras se cache une part de vérité, le jeu est très bien pour ceux qui ne veulent pas apprendre des pages entières de combo, tels que BlazBlue et Guilty, mais il peut vite lasser pour ceux qui s’attendaient à frapper avec des combos de 10 hits minimum, d’avoir un système de défense plus avancé ou autre.

Autre jeu : Little Nightmares. Les trailers faisaient envie, au final c’est un titre avec une excellente ambiance, mais assez mou, pas vraiment flippant, et avec des casse-têtes mouifs, du coup ça colle bien avec la catégorie.

Les plaisirs coupables : Fire Emblem Warriors et Star Wars Battlefront 2

Star Wars Battlefront 2

Avant d’entamer le jeu de l’année qui se fait de plus en plus évident, il faut remettre un prix d’honneur à deux titres. Tout d’abord, Fire Emblem Warriors, j’aime bien les Muso, et cet épisode sur Switch est vraiment bon, ça reprend tout ce qui était bien dans Hyrule Warriors (sauf les environnements, mais pour le coup c’est assez logique), avec une petite dose de stratégie plus poussée.

Le jeu a une sacrée patate, les coups des personnages sont vraiment bien animés, si les DLC proposés sont bons, il y a moyen d’avoir un excellent Muso. Dommage que ce soit un Warriors qui propose des personnages clones, une petite déception de ce côté-là. Pour ceux qui n’ont pas peur de pilonner la touche Y de la manette, c’est une bonne adaptation qui devrait vous occuper une bonne cinquantaine d’heures sans frais supplémentaires.

Pour le second choix, non, je n’ai pas été payé par Electronic Arts pour balancer ça comme ça. Je m’amuse sur Star Wars Battlefront 2. Tout simplement. Alors certes, le jeu est assez bordélique devant ce système de cartes des étoiles et ses lootboxes, il mérite tout à fait sa note sanction.

Le soucis c’est que je m’amuse bien sur le jeu, donc le terme de plaisir coupable est tout trouvé. Au final, Battlefront 2 peut être qualifié de FPS d’appoint. Un mode solo qui fait le nécessaire, un gameplay simple, en ce qui concerne les phases de tir pures, le jeu fait son travail.

La disposition des cartes dans lesquelles l’on s’affronte sont parfois assez simplistes (il y a beaucoup de couloirs par exemple), mais le titre est magnifique et pas prise de tête. C’est un jeu sympa, et un très bon jeu Star Wars. Dommage qu’EA Games ont voulu mettre des éléments de gameplay dans des pochettes surprises. Histoire que les joueurs soient tentés de se procurer des boiboites via la carte bleue. Pas certain que c’était la meilleure solution pour remplacer le Season Pass. Il reste à voir l’évolution du jeu de tir de Dice, en bien ou en mal, elle reste intéressante et assez inédite dans ce secteur.

Pour l’aspect pay-to-win, cela ne m’a jamais gêné au cours d’une partie. C’est un fait que je voulais préciser en guise de conclusion, les cartes boostent effectivement les joueurs, mais contre un autre soldat, l’avantage est bien moins significatif. Ce n’est en revanche pas le cas lorsque l’on croise un Dark Vador ou un Han Solo dopé à coups de trois cartes légendaires.

Si vous préférez les combats plus classiques, et vous voulez échanger les « piou-piou » des blasters contre les « pan-pan » d’un vrai fusil d’atan, Battlefield 1 Revolution est pour vous, l’autre titre de Dice est excellent, et en plus vous trouverez tout le contenu du Season Pass dedans. Et aussi de très jolis documents relatifs à la Première Guerre Mondiale.

Sinon il y a Splatoon 2 sur Switch, qui depuis la dernière mise à jour, montre que c’est une bonne suite au shooter de Nintendo.

Jeu de l’année : NieR Automata

NieR Automata

C’est bon, rien à rajouter haha !

NieR Automata est un chef-d’œuvre, tout simplement, c’est un jeu comme on en voit tous les 7 ans, le dernier étant NieR premier du nom.
C’est pourtant une aventure très particulière, à tel point que même s’il est le titre de l’année pour ma part, ce ne sera pas le cas d’une majorité d’autres joueurs, ce n’est même pas un jeu que je recommanderais à tout le monde.

Il n’a certes pas les plus beaux graphismes comme un Horizon, il n’a pas l’Open-World de BOTW, il n’a pas les quêtes secondaires d’un Witcher 3, il n’a pas le gameplay d’un Bayonetta (jamais trop compris ce reproche d’ailleurs), les fans du premier seront peut-être déçus ou trouveront à redire (normal, c’est un jeu qui divise, comme son aîné) et son système de game over peut frustrer plus d’un joueur.

Mais alors, il a quoi ce NieR pour lui ? Il a tout d’abord pour lui une des meilleures OST pour un jeu, son univers très particulier, le soin du détail apporté sur pas mal d’éléments (les musiques remixées en 8-bit est un bon exemple), le fait de contrôler un androïde influe réellement sur le gameplay, il y a des combats nerveux, du shoot’em up avec un ou deux sticks, un système de puce qui permet d’avoir des nouvelles compétences bien chouettes (le ralenti de Bayonetta ou encore le contre de Metal Gear Rising) et je serai capable de réciter par cœur mes passages préférés du scénario, même neuf mois plus tard.

NieR est un jeu qui nous fait passer par toutes les émotions, il y a des blagues rigolotes, des révélations surprenantes, du désespoir, des passages épiques, une très bonne implication avec le joueur pour aboutir à une relation assez différente d’un jeu classique, comme par exemple me sentir très mal après avoir abattu un robot, qui à la base ne voulait pas m’attaquer.

Ce que j’aime dans le titre, c’est que le scénario laisse volontairement quelques trous pour faire douter le joueur, pour que chacun puisse se faire sa propre idée du jeu, et de ce qu’il a voulu raconter. Une des productions les plus folles pour Platinum Games, et un jeu de Yoko Taro, assurément.

Difficile d’en dire plus sans trop en révéler, il vaut mieux se lancer dans NieR Automata à corps perdu, même si au final l’expérience déplaît, le jeu est tellement dans sa sphère, sa propre logique, qu’il ne laisse pas indifférent.

Et pour 2018 ?

dragon_ball_fighterz_1

Depuis quelque temps, je suis hypé sur un jeu qu’à la semaine de sa sortie, c’est donc difficile de répondre à cette question, quoique Spider-Man sur PS4 m’émoustille un peu, j’attends aussi avec impatience l’annonce d’un futur Super Smash Bros.

Mais s’il y a bien un jeu qui me rend dingue, que j’attends vraiment et dont je passe des heures sur la moindre info, c’est bien Dragon Ball FighterZ, c’est simple, pour moi, 2018 sera plié dès le 26 janvier. J’adore Arc System Works, j’aime beaucoup Dragon Ball, la formule ne peut que marcher.

La bêta fermée de septembre n’a fait que confirmer mes impressions, ça va être vraiment violent. Le jeu est magnifique, la prise en main est pas trop compliquée, et il y a moyen de sortir des combos vraiment fous et impressionnants visuellement, tout a été fait avec amour. Seul truc à redire, les matchs sont longs, à voir si cela ne joue pas trop sur l’endurance des joueurs lors des compétitions de haut niveau, mais bon, c’est aussi ça, l’esprit Shonen !

En tout cas merci à ActuGaming pour la proposition d’article, et surtout merci à ceux qui m’ont lu, et désolé pour le pavé !

Copy link