Japan Expo Sud 8ème vague : Notre interview avec Marcus

Japan Expo Sud 8ème vague : Notre interview avec Marcus

A l'occasion de la Japan Expo Sud 8ème vague, nous avons pu poser quelques questions à Marcus, une personnalité dans le milieu du jeu vidéo que l'on ne présente plus, et travaillant notamment pour Nolife et Game One.

Notre interview avec Marcus, personnalité vidéoludique très connue, et que l’on voit assez souvent sur Game One ou encore sur la chaîne Nolife.

  • Comment ça va du coup ?

Marcus : Ça va super bien, j’ai pu me promener pour une fois ça m’est pas arrivé depuis 10 ans je crois sur un salon car d’habitude j’ai un stand fixe toute la journée de 9h à 21h à accueillir les gens. Là j’ai juste des petits créneaux de dédicaces de 3 à 4 heures à chaque fois et là j’ai le temps entre les deux d’aller faire des courses donc c’est très bien !

  • En tant que grand représentant du jeu vidéo dans tous les médias traditionnels, quelle évolution as-tu constaté au fil du temps ?

Marcus : Alors c’est rigolo car j’ai l’impression d’être un dinosaure maintenant. Moi j’ai commencé par la presse écrite. Quand t’étais fan de jeux vidéo la seule source d’information que t’avais c’était justement la presse écrite. Il y avait déjà des journaux spécialisés parce que quand je dis presse écrite ce n’était pas dans le Parisien ou Libé que l’on parlait de jeux vidéo. On en parlait que dans Tilt, Micro News, Player One, Joystick, Joypad etc… Donc magazines spécialisés en presse écrite moi j’ai commencé là-dedans, et après j’ai eu la chance de travailler sur la première chaîne au monde qui a parlé de jeux vidéo Game One. On a créé aussi Nolife… On a enfin des chaînes qui parlaient de jeux vidéo parce que les chaînes hertziennes ne parlent toujours pas de jeux vidéo. Il n’y a que Canal+ qui a le journal des jeux avec Fred Moulin qui a une émission qui parle de jeux vidéo mais sinon toutes les autres chaînes n’ont jamais parlé de jeux vidéo. On va parler des livres, des films, des CD qui sortent mais jamais de jeux vidéo. On en parle que quand il y a quelqu’un qui tue tout son lycée à coup de fusil à pompe et que ah il a joué à DOOM et que c’est sûrement de sa faute (rires).

Donc cette évolution est assez géniale de passer de la presse écrite à la télévision. Et aujourd’hui la révolution c’est internet, qui enterre tout ça définitivement. C’est-à-dire que la presse écrite est quasiment morte, la télé est bientôt morte y compris nous à savoir Game One et Nolife parce que tous les gens de 15 ans ne regardent plus la télé du tout ils regardent Youtube. Pourquoi ? Car ils ne supportent pas qu’on leurs disent « ah tu veux voir telle émission ? ben c’est à 19h le lundi ». C’est une génération qui veut avoir accès à tout, tout le temps, en permanence et gratuitement donc Youtube est parfait pour ça. Et quand tu veux des contenus pointus car le jeu vidéo est quand même un contenu pointu même si on est beaucoup à jouer, évidemment internet est l’endroit idéal pour ça. Donc aujourd’hui on est en train de basculer dans un truc numérique, on a de plus en plus mal pour toutes les chaînes y compris les grandes chaines hertziennes. Pour la première fois cette année, les budgets de publicité sur internet ont dépassé les budgets de publicité de la télévision en général. Donc ça y est, le mouvement est lancé, bientôt la fin des vieux dinosaures !

  • On sait que tu animes des émissions comme Game One et Nolife et du coup, qu’aimerais-tu faire par la suite ? 

Marcus : Continuer ça ! Je mourrais sur scène une manette à la main comme je le dis toujours. Alors qu’est-ce que j’aimerais faire ? Si je gagne au loto demain je crée ma propre chaîne de jeux vidéo. Alors une chaîne qui sera à la fois une chaîne de télévision parce que c’est ce que j’aime et aussi une chaîne internet. Essayer de regrouper plein de gens, plein de talent etc… Faire enfin des émissions que j’ai envie de faire avec le budget qui va bien, embaucher des gens que j’aime pour les faire travailler etc… J’en ai beaucoup autour de moi. C’est très difficile comme je te l’ai dit les budgets sont très serrés aussi bien pour Game One que pour Nolife mais on ne peut pas faire ce qu’on veut. J’adorerais depuis quatre ans retourner des retro game one mais on n’a pas les moyens de le faire. Typiquement, demain, et bien, je ne sais pas je vais peut-être faire une crownfunding pour débloquer des millions comme les Noob (rires) et peut-être avec ça je pourrai créer actuellement  tout ce que j’ai envie de créer, fédérer des gens que j’aime. Ce serait pas mal une grosse chaîne de geek qui sera à la fois numérique et hertzienne ce serait pas mal.

  • D’ailleurs, il est amusant de constater que tu as pratiquement créer le let’s play avec Level One, et du coup, quel regard portes-tu sur toutes ces chaînes Youtube qui propose un contenu similaire à ce que tu faisais à l’époque ? 

Marcus : C’est marrant ce que tu dis je m’en suis rendu compte très tard. Genre il y a cinq ans, je me suis dit « mais qui a inventé ça ? Qui faisait ça avant moi ? Qui a pris un jeu vidéo le premier et s’est mis à parler et à raconter sa vie des fois et le jeu, et les autres niveaux ? », ben c’est moi. Ni aux Etats-Unis, ni au Japon, il n’y avait pas d’autres chaînes de jeux vidéo, il n’y avait pas internet ni Youtube donc personne ne pouvait le faire. Ça ne pouvait pas se faire par écrit, ça ne pouvait pas se faire sur les chaînes hertziennes donc Game One a été la première chaîne à avoir eu cela. Et c’est moi qui ait eu l’idée de Level One et de mettre ça en place. Je m’en suis rendu compte à posteriori et j’en suis très très fier. Dans l’histoire d’internet, de Youtube et du jeu vidéo j’ai créé un truc qui est repris aujourd’hui par plein de gens. Je regarde ça avec beaucoup de plaisir parce que chacun à son style, tout le monde ne fait pas les mêmes choses. Je suis un gros fan de mecs comme Bob Lennon par exemple. C’est des gens qui ont une énergie débordante, qui en même temps vont bien prendre le temps de t’expliquer comment ça se joue etc… Alors je suis moins fan de Squeezie parce que par exemple c’est de l’énergie pure tu vois il ne s’arrête pas. Alors pour moi qui suis vieux, j’aime bien qu’on m’explique le jeu, qu’on prenne le temps mais je comprends très bien que les ados adorent ça cette espèce de côté hyper foisonnant et tout. Et Squeezie c’est un mec que je connais dans la vraie vie qui est un mec adorable et tout ça donc au final je l’aime beaucoup. Mais le genre d’émission qu’il fait moi me parle moins mais c’est ce que les gens demandent aujourd’hui. Moi je suis à l’ancienne, j’aime toujours prendre le temps d’expliquer, mes émissions font 20 minutes pas deux minutes, c’est beaucoup trop long pour internet. Les gens veulent que ça aille vite, ils veulent zapper passer très vite d’un truc à l’autre, que ce soit de l’énergie pure et voilà.

Donc comme je te le dis, tous les styles existent. Il y a des trucs très construits, il y a des trucs très spontanés comme Squeezie. Tout me plait alors après j’ai mes goûts différents. Je suis toujours admiratif de la créativité de tous ces gens. Le joueur du grenier qui fait aussi comme moi dans le rétrogaming alors ça ça fait très plaisir de voir des gens très jeunes. Moi je suis né en 66 je sais pas quand est né Fred mais il n’a pas connu Pong comme moi j’ai connu Pong à l’époque où c’était le seul jeu vidéo disponible tu vois. Donc j’aime bien voir des youtubeurs beaucoup plus jeunes qui n’étaient pas nés à cette époque-là comme moi qui suis un dinosaure, parler des mêmes choses que moi avec autant d’amour et de passion que s’ils l’avaient vraiment vécu. Ils l’ont vécu plus tard, ils ont ressorti un Pong plus tard, ils ont trouvé ça génial ou un bomberman. Moi j’y étais le jour de la sortie donc j’ai un regard un peu différent. Mais je trouve ça très bien parce que ça montre que le jeu vidéo a une histoire et une culture et que ça se transmet de générations en générations. C’est pas juste un truc de vieux con nostalgiques comme moi, je suis très content de voir débouler sur mon stand des gamins de 10 ans qui me disent qui jouent à Bomberman, à Street Fighter et même à Pong.

  • Quel est ton avis sur l’esport ? Comment vois-tu l’avenir du jeu vidéo à ce niveau-là finalement ? 

Marcus : Alors l’esport moi qui ai des gros doigts et qui joue pas très bien je suis très admiratif aussi de gens comme Kayane, Gen1us, Kythis avec qui je travaille, Luffy etc… Voilà tous ces gens qui sont des dieux de la manette c’est assez génial à voir. Moi personnellement je suis pas très dans la compétition, le jeu vidéo pour moi c’est le partage. Se bagarrer on s’en fout de savoir qui gagne du moment qu’on a passé un bon moment ensemble. Mais c’est sympa de voir des gens jouer à très haut niveau et tout ça. Donc je pense que c’est appelé à se développer, ça devient comme les sports normaux entre guillemets. C’est-à-dire que c’est un vrai sport déjà, pour moi c’est un vrai sport en tout cas même si c’est moins physique que les autres. Et comme les vrais sports, l’argent commence à arriver dessus avec les sponsors etc… Donc il y a des compétitions qui s’organisent. Je pense que ça a un bel avenir, mais ça ne sera jamais grand public comme on peut l’imaginer. On voit des tournois de League of Legends en Corée etc… qui passent sur des chaînes de l’équivalent de TF1 à 20h30, ça n’arrivera jamais chez nous. Même en étant très gamer League of Legends, c’est imbitable si tu n’es pas vraiment dedans et que t’as jamais joué et je pense pas que ça fasse des scores incroyables. Par contre, à 20h30, un tournoi de Rocket League, de Street Fighter, de FIFA où là c’est immédiatement compréhensible par n’importe qui. Street Fighter c’est deux mecs qui se battent et il y en a un qui tombe à la fin, n’importe qui peut comprendre ça tu vois (rires). Et Rocket League c’est des voitures qui jouent au foot et font des trucs extraordinaires.

Je pense que tous ces sports électroniques qui sont très visuels et très accessibles, ont de l’avenir grand public beaucoup plus que les League of Legends, les Starcraft etc… Moi je ne crois pas du tout à l’avenir de ces sports trop pointus, mais je pense qu’il y a une belle place à faire pour rassembler du public sur des événements plus grand.

  • Penses-tu que la marketing ne serait pas en train de prendre sur la qualité d’un jeu ? Parce qu’on a pu le voir sur certains jeux comme Mafia III où il y a eu beaucoup de communication dessus et finalement, le jeu est sympa mais vraiment décevant.

Marcus : Ben Mafia III typiquement, ça reste un bon jeu, c’est largement en dessous d’un GTA quoi qu’il arrive, mais un GTA c’est tous les cinq ans. Donc en attendant dans l’intervalle on est bien content d’avoir un petit Mafia à se mettre sous la dent. Il alterne, stratégiquement ils sont assez forts et ils viennent jamais se mettre en frontal avec un GTA, mais ils se mettent à peu près au milieu soit deux ans, deux ans et demi après un GTA hop il y a un Mafia qui sort. Moi j’aime bien ces jeux je trouve ça agréable. Bien évidemment, c’est renforcé par une campagne marketing assez importante pour te donner envie de jouer. Alors on peut être déçu ou pas. C’est impossible de te faire acheter une mer**, vraiment, on peut pas faire un jeu complètement merdique et le faire vendre à coup de millions de dollars. Les joueurs sont bien informés, c’est des geeks ils sont sur internet. Ils voient très vite les avis de tout le monde donc on peut difficilement leur vendre de la mer** même avec tous les efforts marketing. On peut gonfler artificiellement la réputation d’un jeu et l’envie qu’on peut avoir envie d’y jouer mais je pense que ça a peu d’influence. Après sur le grand public, c’est sûr que quand t’as un Nintendogs qui sort et qui s’adresse à tout le monde, il y a des pubs à 20h30 sur TF1 c’est un p’tit chien il est mignon etc… Là c’est normal que le marketing accompagne ça, parce que ça va aller toucher des gens qui ne sont pas des joueurs à la base qui vont dire « tiens ça existe et c’est rigolo », et ils vont devenir des joueurs. Pour moi le marketing dans ces cas-là, c’est positif. C’est pas juste vendre des trucs, c’est nous autres gamers on agrandit le cercle des gamers et il y a des nouveaux joueurs qui vont arriver et c’est plutôt pas mal.

  • Et d’ailleurs, il y a beaucoup de vieilles licences qui sont revenues ces dernières années – DOOM, Shadow Warrior par exemple -. Est-ce qu’il y en a une que tu aimerais revoir en priorité ?

Marcus : J’adorerai revoir Conker’s Bad Fur Day, l’écureuil alcoolique de la Nintendo 64 qui est carrément un OVNI sur Nintendo où tout le monde est mignon et saute sur des champignons. Avec cet écureuil qui commence l’aventure complètement bourré, obsédé sexuel qui picolait ‘fin c’est fou quoi. Je comprends pas pourquoi ce personnage n’est jamais revenu. Il y a eu deux-trois tentatives sur Xbox, des p’tits remakes des trucs, mais j’aimerais qu’il revienne c’est un super personnage. Conker tu nous manques revient mon p’tit écureuil il y a de la picole !

  • Il devrait d’ailleurs prendre l’exemple de Crash Bandicoot, dont le remake sort bientôt… Donc pourquoi pas essayer de faire un autre remake sur PS4 ou One ?

Marcus : Il y aurait de quoi faire pour faire une nouvelle aventure. Et puis ce qui était drôle c’est que ça parodiait des tas de trucs comme Call of Duty, les jeux de plateformes classiques avec des petits écureuils mignons. Donc il y a de la place je trouve pour un jeu qui fait des parodies de jeux il y a de la place car il y en a très peu. Et quand ça arrive c’est vachement bien. Il y avait le jeu Les Simpsons qui parodiait plein d’autres trucs et ça marchait très très bien. Moi j’aime le comique dans les jeux vidéo et il y en a très très peu.

  • On t’as déjà vu streamer sur Twitch, est-ce que tu comptes t’y remettre ? 

Marcus : Oui oui, j’aime bien puisque le contact avec les gens est direct. Et puis c’est le défaut du truc c’est-à-dire que t’essaies de jouer puis en même temps tout le monde te parle. Donc tu réponds aux gens, et du coup tu fais plus trop gaffe au jeu donc moi j’ai qu’un cerveau je choisis, soit je regarde les questions et j’y répond ou soit je joue. Je streamais pas mal sur Twitch quand je préparais les Chez Marcus pour Nolife bah en général je le fais à la maison donc je joue à tous les jeux que je peux trouver. Et je sélectionne les quatre dans le mois que je vais tester j’en ai un par semaine, et j’y joue tout seul, j’essaie d’avancer le plus loin possible pour me faire un avis global et ensuite je sélectionne la séquence, le niveau que je vais montrer en 20 minutes dans Chez Marcus. Et parfois ça m’est arrivé, au lieu de le faire tout seul chez moi, ben le je fais tout seul chez moi sur Twitch, ce qui fait que j’en profite car les gens viennent du coup voir les coulisses. J’en ai d’ailleurs fait un sur le remake d’Oddworld par exemple. Et ça m’a vachement été utile parce que je bloquais sur certains endroits, et les mecs sur le stream de Twitch me disait « ah mais non il faut que t’ailles à gauche. Et tu savais que quand t’appuie sur A tu reviens directement au menu ». Les mecs avaient deux-trois astuces géniales. Je l’avais fait sur Batman aussi où je bloquais sur un truc, et les gars sur Twitch m’ont bien aidé à m’avancer. Donc je gagne du temps, parce que tout seul j’aurais tourné dans les pâtés de maison de Gotham jusqu’à trouver l’entrée de la grotte. Et en même temps j’en perds parce que j’ai le plaisir de papoter, ils me parlent de tout autre chose ils me disent « alors quand est-ce que tu refais des retro game one… « etc… Moi je suis toujours honnête et transparent avec les gens. Ils me posent une question, j’y réponds j’ai pas de tabous. S’ils me demandent mon salaire je leurs dis ‘fin tu vois je suis pas un animateur classique. A part ma vie privée, je partage tout quoi. Donc ça va vite partir dans des tas de considérations assez incroyables. Puis le fait d’être sur Twitch te donne plus de liberté car t’es pas à la télé donc on peut parler politique ce que je ne fais jamais à la télé. Sur Twitch je me le permets, car on est plus entre amis. Le lien est direct, c’est comme si on se parlait dans une convention et que quelqu’un me voit et me dit « tu votes de quel côté ? » ben je peux lui dire, alors que j’évite de le dire à la télé car je ne suis pas là pour ça. Mais après si un être humain les yeux dans les yeux me posent une question comme ça j’aurais aucun problème pour y répondre.

  • Dernière question, est-ce que tu aurais un mot pour les gens qui liront cette interview sur ActuGaming ? 

Marcus : Ah et bien déjà vous choisissez une bonne chaîne car elles sont bien ces questions (en s’adressant à moi-même) et puis on pourrait papoter des heures du coup (rires) et ça c’est cool. Puis ben voilà, continuez à me voir sur les salons parce que moi ce que je préfère c’est le contact direct évidemment. Se parler en vrai là comme on fait là tu vois c’est sympa après eux en profitent aussi, mais s’ils étaient là assis là à côté de nous ou sur Twitch en train de poser des questions c’est encore un autre niveau d’interactivité. Moi j’aime le jeu, j’aime les gamers, j’aime l’interactivité avec les gens, on est tous des geeks donc le contact est très facile. Je fais beaucoup de salons, je reçois les gens sur mon stand de 9h à 21h et chaque contact avec chacun est intéressant. Souvent les gens me disent « Mais comment tu fais pour parler à tous ces gens t’es pas crevé à la fin ? », et j’explique toujours que le moment avec chacun est unique et intéressant parce qu’on à les mêmes goûts, les mêmes passions, qu’on a des tas de choses à se dire.  Et je pourrais passer deux heures avec chacun, j’ai que deux minutes tu peux passer deux heures avec chacun sans problème. Après l’accumulation quand tu fais ça avec 800 personnes dans une journée c’est fatiguant. J’explique toujours aux gens c’est comme le jour où tu te maries t’as toute ta famille, tes amis, des gens que t’as pas vus depuis longtemps il sont peut-être une centaine et t’as qu’une journée pour les voir tous. Pour moi une convention c’est exactement la même sensation que le jour de mon mariage, j’ai l’impression de voir plein d’amis, plein de gens que j’aime, de papoter de plein de choses intéressantes avec énormément de gens, toujours à être autant frustré d’avoir si peu de temps pour chacun. Au final, moi je me couche quand même heureux et j’ai fait plaisir à 800, 1000, 2000 personnes en un weekend et je suis content d’avoir fait 1000 ou 2000 heureux plus moi donc c’est bien je continue !