DOSSIER. Notre résumé de la Mangazur 2017

DOSSIER. Notre résumé de la Mangazur 2017

L’édition 2017 de la Mangazur a pris place comme toujours au Palais Neptune à Toulon, et il est donc temps de vous faire un petit résumé de ce festival qui nous a laissés un peu sur notre faim finalement.

Ce sont pour le coup les 15 et 16 Avril dernier que s’est déroulée la Mangazur 2017 au Palais Neptune à Toulon, et voici notre résumé de cette convention qui nous a qu’on se le dise, un peu déçus…

On prend les mêmes et on recommence ?

Cette année pour le coup, que retrouve-t-on au niveau du contenu de cette mangazur ? Comme l’année dernière finalement, la Mangazur 2017 se déroule en grande partie dans le Palais Neptune, réparti comme toujours sur le rez-de-chaussée, puis trois étages. En sus, nous retrouvions accessoirement en dehors du Palais Neptune une salle culturelle, avec divers ateliers et activités – billard japonais, jeux géants etc… -.

Quand nous arrivons donc dans le Palais Neptune, nous avons en premier lieu le rez-de-chaussée disposant de quelques stands ayant forcément un rapport avec tout ce qui est culture Japonaise uniquement, mais force est de constater que nous passerons assez vite ce rez-de-chaussée, étant donné le très peu de stands qu’il propose malheureusement.

Si le rez-de-chaussée propose par conséquent à peu près la même chose que l’année précédente, nous avions aussi le premier étage, largement bien plus fourni au niveau des stands, soit comme l’année dernière qu’on se le dise. Là, nous retrouvions justement un bon paquet de stands intéressants avec de la vente de jeux vidéo à des prix relativement abordables – et accessoirement de trouver pourquoi pas la perle rare au niveau des jeux NES, Super NES, Gamecube, PS2 etc… -, ou encore des mangas papiers comme en DVD ou Blu-Ray – là encore, il y avait largement moyen de faire de bonnes affaires incontestablement -. Evidemment, outre cela, nous avions également pas mal de produits dérivés dans l’univers des super-héros, quelques bijoux de ci de là, ou bien encore tout ce qui est sacs, t-shirts, posters et évidemment des goodies en veux-tu en voilà comme les funko pop en l’occurrence. En somme, un premier étage vraiment très complet, et où vous pouvez clairement y trouver votre bonheur, dont y dénicher par exemple quelques produits issus de la culture Japonaise, voire même des sortes de Lucky Bags, qui moyennant quelques euros, vous permettaient d’obtenir de façon aléatoire des mangas, goodies et j’en passe.

Après cet étage clairement bien complet dans l’esprit, nous avions au deuxième étage beaucoup moins de choses. Effectivement, sans compter la présence de Japan FM ou bien encore le point dédicaces pour les invités, ce second étage était réservé principalement pour tout ce qui est jeunes créateurs. Il y avait la possibilité de trouver pas mal de créations assez sympathiques comme des pixels arts, des porte-clés, des figurines, et plein d’autres joyeusetés.

Le dernier étage, forcément, c’est comme toujours pour les jeux vidéo, et autant dire que des efforts ont malgré tout été fait de ce côté-là. Si, tout comme l’année dernière, ce fût un pur bonheur de retrouver le section retrogaming pour pouvoir jouer à nos bon vieux jeux d’antan avec pas mal de consoles et de bornes d’arcade pour les plus nostalgiques, les consoles actuelles étaient bien là. Au programme, on pouvait avoir également la possibilité de tester la Nintendo Switch avec Zelda : Breath of the Wild, la réalité virtuelle avec le HTC Vive ou bien encore le Playstation VR avec Driveclub VR en l’occurrence. Des tournois de Just Dance et d’autres jeux de rythme étaient également de la partie qui plus est. Seule chose à laquelle nous pourrons peut-être pester, c’est le fait qu’il n’y avait en réalité qu’un seul stand pour tester la Switch, et ce fût le même topo pour le PlayStation VR, tout comme le HTC Vive. Néanmoins, le tout était bien organisé étonnamment donc ne crachons pas dans la soupe.

En somme, on ne va pas se mentir, mis à part quelques petits changements par ci par là, cette Mangazur 2017 présente pour le coup le même contenu que l’année passée, et c’est bien dommage. Mais ne soyons pas mauvaise langue, ça reste en soi sympa, mais dommage que l’on en fasse vite le tour pour le coup. Espérons que cette convention s’améliore encore plus l’année prochaine.

Un planning varié, qui manque encore un peu de contenu

Outre la salle culturelle composée de pas mal d’ateliers et animations, il y avait comme l’année dernière au niveau du planning de cette Mangazur 2017, la fameuse scène principale dans un premier temps. Au menu du chef, quelques showcase étaient de la partie avec Plasticzooms, Oshima Haruna – également doubleuse de personnages de jeux vidéo – ou encore Aliife, du Peritel Show animé comme toujours par Frédéric Zolfaneli, et bien évidemment le fameux concours cosplay. Pour ainsi dire, deux types de concours cosplay étaient présents. En effet, il y avait dans un premier temps lors de la soirée mangazur du samedi de 20h à 23h, l’Euro Cosplay ou bien encore le C4. En second lieu, le dimanche, nous avions pour le coup le concours cosplay traditionnel, ainsi que la coupe de France de Cosplay, rien qu’ça ! A noter enfin qu’il y avait également sur scène les comédiens du doublage comme Brigitte Lecordier – Dragon Ball Z -, Arthur Pestel – Full Metal Alchemist – ainsi que Vincent Ropion – Nicky Larson, Ranma 1/2 -.

Au-delà de ça, en sus de la scène principale, une salle d’animation était mise à disposition, et réunissant entre autres des conférences avec Cédric Biscay, président et fondateur de Shibuya Production et également co-producteur sur Shenmue 3 – nous l’avons interviewé d’ailleurs, et c’est par ICI -, le groupe franco-Japonais Aliife, et bien évidemment un paquet de quiz pour les adeptes du genre.

Concrètement, voilà ce que vous pouviez vous mettre sous la dent, et c’était il faut le dire assez faible si nous comparons tout ça à une Gamers Assembly – qui se déroulait le même week-end que la mangazur pour le coup -, voire même à une Japan Expo Sud. C’est dommage, surtout que cette Mangazur 2017 a de base du potentiel pour faire mieux car le tout était assez bien organisé dans l’esprit, et que l’on passe malgré tout un très bon moment dans cette convention Toulonnaise.

Côté invités, il faut de plus avouer que ce n’était finalement pas si complet que cela, et l’on notera malheureusement la non présence de Kayane – qui était pour le coup à la Gamers Assembly ce même week-end -, mais aussi l’absence de Marcus, qui était présent l’année dernière. En fait, c’est globalement le mauvais week-end qui a été choisi, car la Mangazur s’est finalement retrouvée en quelque sorte en concurrence avec la Gamers Assembly de Poitiers, qui a dû certainement rafler quelques invités à la Mangazur 2017. Il a été au passage relativement curieux de voir que cette édition 2017 de la Mangazur ne s’est déroulée que seulement deux petits jours, contre trois jours l’année dernière. Enfin, on notera une fois encore l’absence répétée des animations en extérieur qui faisait le sel de cette Mangazur comme l’année dernière. Mais en même temps, étant donné que le plan vigipirate est encore en vigueur, les organisateurs ne pouvaient pas y faire grand-chose hélas…

Cosplays et affluence… mieux que l’année passée ?

Côté cosplay, on est malheureusement resté un peu sur notre faim qu’on se le dise. Sur ces deux jours, si nous avions malgré tout pu apercevoir quelques cosplays de qualité, il faut le dire que le nombre était malheureusement bien moindre, si nous le comparons encore une fois à une Japan Expo en l’occurrence. Effectivement, les bons cosplays se comptaient qu’on se le dise sur les doigts d’une main le samedi tandis que le dimanche, c’était un peu mieux, avec le concours général de cosplay. C’est donc un peu mitigé de ce côté-là, même si nous avons été agréablement surpris de voir des cosplays vraiment bien foutus comme celui de Journey, Diablo III, SoulCalibur, et bien d’autres qui nous ont véritablement enchantés. On notera également quelques cosplays que nous avions déjà vus lors de la Japan Expo Sud comme celui de Samus Aran de Metroid, Les Animaux Fantastiques, ou bien encore Final Fantasy XV. En somme, il y avait à boire et à manger à ce niveau-là. Malgré tout, l’ambiance était assez chaleureuse et conviviale dans cette Mangazur 2017 donc bon, c’est déjà ça de pris.

Enfin, côté affluence au niveau des visiteurs, même si nous n’avons pas encore les chiffres officiels, nous avons pu voir à vu de nez que le samedi par exemple, il y avait clairement une bonne foule de visiteurs dès l’ouverture de la convention à 9h30 tant la queue de visiteurs paraissait assez colossale. En revanche, c’est le dimanche où c’était un peu plus décevant, car nous avions le sentiment qu’il y avait clairement bien moins de monde que le samedi… D’un côté, ce n’est pas véritablement anodin, dans la mesure où les 3000 m² de la Mangazur, on en fait très vite le tour qu’on se le dise et ce, malgré le planning de la Mangazur 2017 pour combler le tout.

En ressortant de cette Mangazur version 2017, que peut-on en dire finalement ? Dans le fond, et vous serez sûrement d’accord avec nous, cette convention est globalement des plus sympathiques, et il est même possible d’y faire des trouvailles intéressantes, et à bon prix sur les divers stands proposés. Le tout est également assez varié et on y trouve vraiment tout et n’importe quoi, mais il est encore une fois bien dommage que l’on fasse très vite le tour des trois étages du Palais Neptune. Aussi, niveaux invités, on a senti qu’il en manquait significativement, la faute peut-être à la concurrence rude avec la Gamers Assembly de Poitiers, qui s’est déroulée le même week-end que cette Mangazur 2017. Néanmoins, on sent clairement que de gros efforts ont été fait pour proposer quelques nouveautés sur le côté jeux vidéo, et puis l’organisation était bien plus maîtrisée que l’année dernière étonnamment, et cela fait plaisir à voir. En clair, la Mangazur 2017, c’était une ambiance assez sympathique avec un concours cosplay de qualité, quelques invités qui en valaient la chandelle, et on espère que cette convention continuera à s’améliorer petit à petit, car il y a du potentiel. Bien entendu, on en ressort un peu déçus certes par le léger manque de contenu au niveau du planning proposé, l’affluence un peu faible du dimanche, et bien évidemment un petit manque au niveau des cosplays sur les deux jours mais qu’importe, la Mangazur 2017 reste une convention globalement agréable si vous êtes un fan de la culture Japonaise, du jeux vidéo, des coplays ainsi que des mangas/animes.